Une sortie du PPS du gouvernement n’est pas à l’ordre du jour

Une sortie du PPS du gouvernement n’est pas à l’ordre du jour

Une sortie du Parti du progrès et du socialisme (PPS) du gouvernement n’est pas à l’ordre du jour, le parti demeurant fidèle à ses engagements et attaché à son choix de se mettre au service du pays en adhérant à l’actuelle expérience gouvernementale, a affirmé, mardi à Rabat, Nabil Benabdellah, secrétaire général du parti, lors du Forum de la MAP.

« La responsabilité et le bon sens politique nous enjoignent de tenir nos engagements envers le gouvernement et de respecter les résultats des élections et les règles du jeu politique », a souligné M. Benabdellah, invité du Forum tenu sur le thème « Le PPS face à l’épreuve de la cohésion de la majorité gouvernementale ».

Le PPS, qui a fait le choix « historique et pas facile du tout » d’entrer au gouvernement en cette conjoncture pleine de défis, a toujours plaidé pour que les relations entre les composantes du paysage politique national soient basées sur la responsabilité, la maturité et l’apaisement, et pour que soient bannies les surenchères et les joutes oratoires qui retardent le processus de réformes en cours.

Tout en admettant que l’exécutif a « accusé du retard dans la promulgation des lois organiques prévues par la Constitution et le lancement d’un certain nombre d’initiatives essentielles », le SG du PPS a estimé nécessaire de « laisser le temps qu’il faut au gouvernement » pour réaliser des avancées sur les dossiers à sa charge.

Il a, en outre, relevé un certain nombre de réalisations à inscrire à l’actif de l’actuel cabinet, notamment le renforcement de la bonne gouvernance, la promotion de la transparence en matière d’action politique et de gestion et la redynamisation de certains secteurs importants.

Ces avancées, qui ont eu un écho favorable auprès de l’opinion publique, ont eu lieu dans le prolongement de la dynamique de réformes initiées il y a plusieurs années sous l’impulsion de SM le Roi Mohammed VI, a fait observer M. Benabdellah, ajoutant qu' »il s’agit à présent de continuer sur cette lancée en capitalisant sur les acquis ».

Si « chacune des composantes de la majorité a son positionnement, son référentiel et sa manière de percevoir l’action politique, plus ou moins différents des autres », cela ne doit pas occulter l’impérieuse nécessité de transcender les divergences politiques pour Âœuvrer de concert, dans un esprit de cohésion et de responsabilité, à l’accélération du processus de réformes et de démocratisation dans notre pays », a-t-il insisté.

Interrogé sur la position de son parti vis-à-vis de la reconstitution de la Koutla, M. Benabdellah a estimé que « le contexte actuel ne s’y prête pas » étant donné la dispersion de ses composantes entre gouvernement et opposition, affirmant néanmoins qu' »un retour de la Koutla sera le bienvenu, une fois ses prérequis pleinement réunis ».

Mots Clefs:
Gouvernement

À propos said boulif

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *