Un parlementaire marocain interpellé pour une affaire de corruption

Un parlementaire marocain interpellé pour une affaire de corruption

Un parlementaire marocain a été interpellé mercredi à Kénitra (nord-ouest) dans une affaire de corruption présumée à l’encontre d’un entrepreneur de la ville, a déclaré jeudi le ministre de la Justice, Mustapha Ramid, confirmant des informations de presse.

Selon plusieurs médias marocains, ce membre du parti Union constitutionnelle (UC, opposition) siégeant à la chambre des conseillers (chambre haute) a été pris en « flagrant délit » par la police alors qu’il allait se faire remettre une somme de 20 millions de dirhams (environ 18.000 euros).

D’après l’entrepreneur, cité par les journaux, le parlementaire avait menacé de ne pas honorer le paiement d’un contrat public en l’absence du versement d’un pot-de-vin.

Il a été arrêté en plein centre-ville de Kénitra (40 km au nord de Rabat) à la suite du dépot d’une plainte pour « chantage » de la victime présumée.

Une enquête avait été ouverte, et les billets remis au parlementaire marqués, est-il encore précisé. L’homme avait également été placé sur écoute, selon le quotidien arabophone As-Sabah.

Contacté par l’AFP, le ministre de la Justice a confirmé cette arrestation.

« La police judiciaire a enquêté en coordination avec le procureur du Roi. Les résultats on été présentés. Dans les cas sensibles de parlementaires et hommes politiques, il existe un travail étroit de coordination entre les ministères avant d’arrêter quelqu’un », a encore précisé Mustapha Ramid.

La corruption est un fléau profondément ancré au Maroc. Le mois dernier, l’ONG Transparency Maroc a accusé le gouvernement dirigé par le chef du parti islamiste Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, de n’avoir réalisé aucun progrès dans cette lutte.

Le gouvernement a annoncé dans la foulée le lancement d’une campagne de « sensibilisation et de prévention » contre la corruption.

Le PJD avait fait de ce thème un de ses chevaux de bataille lors de la campagne électorale qui l’a mené au pouvoir fin 2011.

Mots Clefs:
CorruptionMaroc

À propos said boulif

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *