Un Marocain détenu Guantanamo sera libéré

Un Marocain détenu Guantanamo sera libéré

Le résident britannique Shaker Aamer, enfermé à Guantanamo depuis plus de 13 ans, devrait retrouver la liberté en juin, ainsi qu’un Marocain et un Mauritanien, a-t-on appris jeudi auprès d’un responsable américain.

Né en Arabie saoudite il y a 48 ans, Shaker Aamer, dont Londres réclame inlassablement la libération depuis 2010, est incarcéré sans inculpation à Guantanamo depuis février 2002, soupçonné d’avoir été un recruteur et un financier d’Al-Qaïda basé au Royaume Uni.

L’homme, marié à une Britannique qui vit à Londres avec leurs quatre enfants, figure sur la liste de 57 détenus « libérables » de Guantanamo.

Souvent présenté comme « le dernier occidental » de Guantanamo, Shaker Aamer devrait être transféré dans un pays qui n’a pas été identifié, sans doute en juin, avec un maximum de dix autres détenus de la prison militaire américaine, a indiqué à l’AFP un responsable du gouvernement américain sous couvert de l’anonymat.

Parmi ces détenus, figureront également le Marocain Younis Chekkouri, bientôt 47 ans, et le Mauritanien, Ahmed Abdel Aziz, 45 ans, qui regagneront chacun leur pays d’origine, a indiqué la même source, confirmant partiellement une information du Washington Post.

Ce responsable a précisé à l’AFP que ces transferts ne pourraient intervenir qu’après un délai légal de 30 jours pour notifier le Congrès après la signature du secrétaire d’Etat à la Défense.

Or le ministre Ahston Carter n’avait pas encore autorisé ces libérations jeudi et doit donc le faire à compter du 1er mai pour que les transferts puissent avoir lieu en juin ou dans le courant de l’été.

Après la libération de leurs compatriotes respectifs, il ne restera plus qu’un ressortissant du Maroc et un de Mauritanie à Guantanamo, mais qui ne sont pas susceptibles d’être libérés immédiatement en raison de la menace qu’ils représenteraient toujours pour la sécurité des Etats-Unis.

Il reste 122 hommes incarcérés dans la prison militaire, dont 57 ont été jugés libérables par un comité de révision des situations. « L’objectif est de transférer ces 57 » détenus, a déclaré à l’AFP le lieutenant-colonel Myles Caggins, porte-parole du Pentagone.

« Nous allons soutenir la mission du président (Barack Obama) de fermer Guantanamo, à travers les transferts de détenus et le renvoi d’autres hommes devant les tribunaux militaires », a-t-il ajouté.

La libération des détenus représente un casse-tête pour les Etats-Unis qui doivent trouver un pays d’accueil pour la majorité car 48 d’entre eux sont Yéménites et ne peuvent pas être rapatriés en raison de la situation au Yémen.

Mots Clefs:
Marocains

À propos Ahmed Belaarej

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *