Un an de prison avec sursis pour 11 policiers accusés d’avoir tué des manifestants

0 commentaires, 21/03/2012, Par , Dans Flash

Un tribunal égyptien a condamné à un an de prison avec sursis onze policiers pour leur implication dans le meurtre de 22 manifestants lors de la révolution du 25 janvier 2011, qui a contraint le président Hosni Moubarak de quitter le pouvoir.
Lors de ce procès, la Cour, qui a décidé aussi l’acquittement de trois autres policiers, a reconnu ces personnes coupables d’avoir eu recours à des balles réelles en violation aux ordres.

La cour a aussi jugé que ces policiers avaient fait usage d’une force excessive dans la gestion de la menace, puisque certaines personnes tuées se trouvaient dans des résidences éloignées du poste de police.

Elle a toutefois estimé que les policiers avaient eu le droit légitime de se défendre quand une foule de manifestants a lancé des pierres et des cocktails Molotov contre leur poste.

Ces événements ont eu lieu le 28 janvier 2011, le jour le plus sanglant du soulèvement en Egypte et où des milliers de détenus se sont évadés des prisons à travers le pays et de nombreux postes de police ont été pillés.

D’après une commission d’enquête gouvernementale, 846 personnes ont été tuées et 6.476 autres blessées lors de ces manifestations, éclatées le 25 janvier 2011 en Egypte.

Dans un rapport, la commission a fait état d’un « usage excessif de la force par les services de sécurité » contre les manifestations en ouvrant le feu à balles réelles, en postant des tireurs sur les toits et utilisant des véhicules pour faucher les protestants.

Le rapport a accusé aussi un certain nombre de membres de l’ancien parti au pouvoir (PND) et du parlement d’implication dans des violences meurtrières contre les manifestants.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *