Turquie : Bulent Arinç s’excuses au nom du gouvernement aux blessés des manifestations

Turquie : Bulent Arinç s’excuses au nom du gouvernement aux blessés des manifestations
0 commentaires, 04/06/2013, Par , Dans Monde

Le vice-premier ministre turc, Bulent Arinç, a présenté mardi des excuses aux personnes blessées dans le mouvement de contestation générale contre le gouvernement turc qui se poursuit pour la 5ème journée consécutive à Istanbul et dans plusieurs autres villes de la Turquie.

Arinç a présenté ces excuses lors d’un point de presse tenu à l’issue d’entretiens avec le président Abdullah Gul axés sur l’évaluation de la situation suite aux manifestations sans précédent dirigées contre le gouvernement du Parti de la Justice et du Développement (AKP).

« Je présente mes excuses à tous ceux qui ont été victimes de violences, parce qu’ils sont sensibles à la défense de l’environnement », a déclaré à la presse Arinç, qui occupe également le poste de porte-parole du gouvernement. Le responsable turc a reconnu, par ailleurs, que l’utilisation de gaz lacrymogènes par les forces de l’ordre contre les manifestants était à l’origine des dérapages.

Le mouvement de protestation contre le gouvernement turc, qui se poursuit depuis cinq jours, s’est durci mardi avec l’annonce d’un mot de grève générale de 48 heures lancé par la puissante confédération des syndicats du secteur public (KESK) et de la mort de deux personnes.

Durant la nuit de lundi, la situation restait vive et des affrontements entre la police et les manifestants ont été signalés aussi bien à Istanbul, que dans la capitale Ankara et la ville d’Izmir (Ouest), avec usage de gaz Lacrymogènes et de canons à eau pour disperser les foules.

Ces débordements ont eu lieu alors que les manifestants ont investi à nouveau par milliers la place mythique de Taksim au centre d’Istanbul.

Les forces de l’ordre s’étaient retirées, samedi dernier, de cette place sous la pression de la rue, laissant la voie libre aux protestants qui y viennent, munis de drapeaux et de sifflets, manifester leur colère contre le gouvernement turc, conduit depuis 2002 par l’AKP, de tendance islamiste.

Les manifestations en Turquie ont commencé par un petit sit-in d’une poignée de militants associatifs, qui protestaient contre le déracinement des arbres d’un parc de la place Taksim, en plein centre d’Istanbul, dans le cadre d’un projet urbanistique prévoyant notamment la construction à sa place d’un centre commercial. La situation a dégénéré, suite à une intervention musclée des forces de l’ordre, en un mouvement de contestation général contre le gouvernement et ses politiques jugées trop conservatrices et menaçant les valeurs de la laïcité.

Mots Clefs:
Gouvernement

À propos François Deville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *