Tunisie: un policier tué dans une attaque armée près de Sousse

0 commentaires, 19/08/2015, Par , Dans Flash

Un policier tunisien a été tué, mercredi, dans une attaque armée près de la ville de Sousse, qui était le théâtre en juin dernier de la pire attaque terroriste de l’histoire du pays, a annoncé le ministère de l’Intérieur.

Deux inconnus roulant à bord d’une moto de grosse cylindrée ont ouvert le feu sur le policier, qui était en compagnie de deux collègues, au niveau d’un carrefour giratoire situé à 7 km de Sousse, a indiqué le ministère dans un communiqué.

L’agent a rendu l’âme au cours de son évacuation vers l’hôpital, tandis que ses deux camarades n’ont pas été touchés, a-t-on précisé.

Les deux inconnus, qui ont réussi à prendre la fuite, sont activement recherchés par les services de sécurité, a ajouté le ministère.

La Tunisie a connu, le 26 juin dernier, la pire attaque terroriste de son histoire avec le carnage de Sousse, qui a fait 38 morts parmi les touristes étrangers, dont 30 Britanniques.

Cette opération intervenait trois mois après celle du musée du Bardo à Tunis, ayant causé la mort de 21 étrangers et surtout des pertes considérables au secteur névralgique du tourisme.

Les autorités tunisiennes avaient décrété, dans la foulée de l’attentat de Sousse, l’état d’urgence pour une période de 30 jours, reconduit le 3 août courant pour deux mois.

Des opérations antiterroristes sont menées régulièrement contre les repaires des groupes armés, qui sont particulièrement actifs le long de la frontière algérienne.

Les autorités tunisiennes ont confirmé, dimanche dernier, l’élimination de l’Algérien Abdehak Dabbar, alias Haroun, tué dans une récente opération à Kasserine (Ouest).

Le ressortissant algérien a été présenté comme « un élément extrêmement dangereux d’Al-Qaida au Maghreb islamique et un des principaux chefs de la phalange Okba Ibn Nafaa ».

En juillet dernier, le ministre tunisien de l’Intérieur, Najem Gharssali a annoncé, suite à une opération sécuritaire de grande envergure, la destruction quasi-totale de cette phalange, notamment responsable de l’attentat du musée du Bardo.

Ce groupe cherchait à s’implanter dans la région de Gafsa (sud) et d’y installer des camps, à l’instar des groupes actifs dans les monts Chaâmbi et Semmama, proches de la frontière algérienne.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *