Tramway de Casablanca, 200 policiers pour assurer la sécurité du transport

Tramway de Casablanca, 200 policiers pour assurer la sécurité du transport

Le Directeur Général de Casa Transport SA, Youssef Draïss, a renouvelé la promesse aux Casablancais que leur tramway sera bien opérationnel au jour dit, le 12 décembre prochain, malgré les changements intervenus dans le plan de circulation.

S’exprimant dans les locaux d’Ecomédias, la société éditrice d’Assabah, de l’Economiste et de Radio Atlantic, le responsable de Casa Transport a indiqué que les installations et équipements sont réalisés à 95% ; les essais techniques, « la circulation blanche », et ceux des appareils et systèmes de surveillance et de controle sont également en cours de d’achèvement. Tout sera donc fin prêt pour le grand jour du 12 décembre.

Le DG a ajouté que des solutions et idées sont en train d’être finalisées pour répondre à certains problèmes, comme celui de convaincre les usagers des transports publics et privés, et même les piétons, de modifier leurs comportements et d’avoir davantage recours au tramway. Youssef Draïss est persuadé que les premiers résultats devraient apparaître dans les quelques mois suivant l’ouverture du tram au public, étant entendu que les efforts de communication et de sensibilisation ont débuté voici déjà deux ans. La meilleure preuve de ces changements qui commencent à intervenir dans les conceptions des gens est apportée par les résidents des quartiers de Sidi Moumen et Hay Mohammedi qui ont connu le plus d’essais techniques.

Pour le DG de Casa Transport, ce nouveau mode de transport est de nature à apporter des réponses aux problèmes d’engorgement de la métropole qu’est Casablanca, avec ses 5 millions de résidents, son 1,2 million de véhicules en circulation et ses équipements et infrastructures inégales d’une région à l’autre. Trois autres lignes devraient suivre la première qui entrera en service prochainement, le tout s’inscrivant dans le cadre d’un grand projet d’aménagement urbain. Ainsi, la circulation des bus et des taxis, grands et petits, sera plus réglementée et mieux qualifiée.

Concernant la sécurité des lignes et des passagers, Youssef Draïss a indiqué qu’un accord a été signé avec les services de police de la ville pour assurer la présence quotidienne de 150 à 200 policiers qui veilleront à la sécurité, et qui s’ajouteront aux agents de la société Casa Transport. Ainsi, cela reviendra à garantir la présence d’au moins un agent par voiture, tout au long de la journée. De plus, le responsable a ajouté que sa société sera dans l’obligation de suspendre la circulation de ses trains les jours de grands matchs de football, afin d’éviter les dommages qui pourraient être causés à ses voitures, et dont la réparation couterait trop cher, tant en temps qu’en argent.

Concernant la seconde ligne de tramway qui devra relier les boulevards Zerktouni et Mohammed VI à l’avenue Driss Harti, les études menées penchent vers une ligne suspendue, mais son coût et sa faisabilité sont encore en cours d’examen.

Pour ce qui est du prix des tickets, Youssef Draïss n’a pas apporté de réponse, se contentant de préciser qu’il sera déterminé dans les prochains jours par le Conseil de la Ville ; les tarifs font l’objet d’études fondées sur plusieurs scénarios, sur la base de nombre de voyageurs et des incidences sur la rentabilité de la société.

Mais pour ce qui est de l’aspect social, le DG de Casa Transport a précisé que le tramway procurera 600 emplois, avec des profils divers et différents : 108 mécaniciens conducteurs, 240 controleurs, le reste étant réparti entre les techniciens, les auxiliaires pour la billetterie, les mécaniciens d’entretien. Les recrutements ont respecté les conditions juridiques et sont tous passés par l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences, l’ANAPEC. Mais pas un mot n’a été dit sur les salaires qui seront versés à tous ces agents.

À propos Ghita Senhaji

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *