Touche pas à mon gouvernement

Touche pas à mon gouvernement
0 commentaires, 13/12/2012, Par , Dans Chroniques, Couverture

Depuis que ce gouvernement a été formé et installé, les tambours roulent pour annoncer sa fin prochaine.

Et puisqu’il est bien connu que les plans commencent toujours par des rumeurs, il m’a souvent été donné de lire dans des journaux nationaux des « scoops » dans lesquels on interroge des politiciens sur les différences de leurs conceptions et de leurs orientations avec ce gouvernement, ainsi que leur degré de rapprochement ou d’éloignement avec lui et, enfin, sur leurs prévisions au cas où il viendrait à tomber… Ceci participe de ce que l’on voudrait voir comme une anticipation des choses mais qui se révèle finalement n’être que des rêves conscients ou une sorte de méthode Coué qui, à force de dire et répéter les choses, puis de les coucher sur papier, donne le sentiment d’avoir vaincu en parvenant aux fins souhaitées par certaines personnes et certains courants politiques. Nous vous faisons grâce de toutes ces rumeurs qui tombent régulièrement sur des augmentations de prix de produits de grande consommation, de l’électricité… entre autres…

Passons…

Un an après un scrutin lors duquel les Marocains ont choisi le PJD et l’ont désigné comme élément principal d’un gouvernement semi-barbu, voilà que certains responsables se sont autoproclamés gardiens du temple, se sont auto-nommés juges et se sont auto-déclarés victimes, lançant dans tous les sens des accusations lourdes, très lourdes contre le gouvernement, sans ne lui laisser aucune marge pour se défendre… Comment ces gens-là peuvent-ils attendre autant d’un gouvernement qui aura à peine passé une année en fonction ??!!… Comme si ce gouvernement disposait d’une baguette magique pour régler des problèmes qui se sont accumulés durant 50 ans et plus… des problèmes dont les gouvernements précédents ne sont pas totalement innocents, bien au contraire… Il n’est donc définitivement pas logique ni sérieux ni encore moins juste de demander des comptes à Benkirane et à son équipe pour leurs « immenses réalisations », tout en oubliant le contexte de leur arrivée aux affaires, un contexte de crise économique, de printemps arabe avec ses vents et ses rivières charriant le sang des femmes, des enfants et des armées libres ici et là.

Les dossiers qu’il incombe au gouvernement de traiter, et de solutionner… il suffit de les énumérer pour avoir le tournis… A commencer par l’instauration de cette justice sociale, totalement et définitivement perdue dans notre cher pays, à tous les niveaux et sur tous les plans, par tous les citoyens, les écrasés et les méprisés, qui luttent pour une bouchée de pain, à la recherche d’une pincée de bonheur. La question, donc, ici, se pose sur ces « démons et ces crocodiles » et toutes ces bêtes que la raison et les sens humains peuvent voir mais dont nul ne peut oser penser envisager de prononcer les noms, pour une raison ou pour une autre… la seule chose restant à faire étant de les combattre, de les traquer, de les cerner, de ruiner leurs entreprises nauséabondes, afin que les Marocains puissent, préserver, un peu, leur dignité et de vivre, quelque peu, dans la prospérité…

Par ailleurs, il suffit d’observer, de scruter et d’analyser toutes ces grandes décisions de notre gouvernement, que ses prédécesseurs n’ont pas pu prendre… la réforme de la Compensation, celle de la retraite, et la réforme de la justice, les dispositions résolument sociales de la loi de Finances 2013, comme ces nombreux Fonds créés pour la protection, l’assistance et la solidarité, les publications des différentes listes de ces trop nombreux bénéficiaires de privilèges aussi nombreux qu’indus, l’interdiction faite des médecins du privé d’aller exercer leurs talents, moyennant écus, dans le privé…

Autant de pas et de gestes entrepris dans la bonne direction, la direction de la lutte résolue contre la corruption triomphante et cette économie de rente qui ronge, qui détruit et balaie tout ce que cette nation compte comme secteurs vitaux.

Je n’essaie pas d’énumérer les acquis de ce gouvernement ni encore moins prendre sa défense, du moins pas autant que je m’évertue à décrire certains actes positifs, certaines actions louables que nous serions les derniers des ingrats et des injustes de ne pas voir, ne gardant d’yeux que pour la moitié vide du verre… car ce que j’ai dit et décrit est une réalité, concrète et sensible, tout en sachant pertinemment que ce qu’il reste à faire est encore plus grand et plus complexe, et qu’il suffit aujourd’hui de s’assurer que les choses sont sur le chemin et avancent sur celui de la réforme, même lentement, car sûrement, tant il est vrai que ce qui est réalisé en partie, progressivement, est et a de tous temps été plus durable que ce qui est accompli dans la précipitation…

Il ne faut pas que tout ce travail, toute cette douleur passés donnent naissance à un prématuré, il reste encore quatre ans pour faire les choses et parfaire le reste, avant de porter un jugement et donner un nom à cette expérience…

Tout vient à point à qui sait attendre…

Mots Clefs:
BenkiraneMarocains

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *