Tanger : Un Camerounais se tue après avoir chuté d’un immeuble pour échappé à la police

Tanger : Un Camerounais se tue après avoir chuté d’un immeuble pour échappé à la police

Un jeune Camerounais est décédé mercredi,  après avoir chuté du haut d’un immeuble de Tanger, dans le nord du Maroc, lors d’une intervention de la police, ont annoncé jeudi des ONG locales.

Alors qu’un migrant sénégalais avait déjà trouvé la mort dans un incident comparable il y a moins de deux mois, ce décès a entraîné des tensions et des heurts entre plusieurs centaines de clandestins et des policiers. Selon un communiqué du ministère de l’Intérieur, deux membres des forces de l’ordre ont été blessés.

Les forces auxiliaires sont intervenues mercredi après-midi dans l’appartement de Cédric, un jeune Camerounais de 18 ans, a expliqué Boubker El Khamlichi, un responsable local de l’Association marocaine des droits humains (AMDH, indépendant). Peu de temps après, le jeune homme est tombé du toit et est décédé sur le coup.

Le Groupe antiraciste d’accompagnement et de défense des étrangers et migrants (Gadem) a évoqué un scénario identique, précisant que les forces de l’ordre avaient rapidement quitté les lieux.

Une enquête a été ouverte pour « déterminer les circonstances » du décès, a assuré le ministère de l’Intérieur, en faisant valoir qu’une ambulance avait été « dépêchée d’urgence » au moment des fait.

Mais il n’a pas été possible d’évacuer la dépouille, « certains candidats à l’émigration illégale » voulant « exploiter l’incident en improvisant une marche », au cours de laquelle deux policiers ont été blessés par des jets de pierre, a ajouté le ministère.

Le responsable de l’AMDH a pour sa part expliqué que des centaines de clandestins avaient improvisé une marche funéraire en direction d’un commissariat de police pour protester « contre les violences envers les migrants ».

Le Maroc est confronté à une importante pression migratoire au niveau de ses frontières septentrionales, sur le détroit de Gibraltar et aux abords des enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla.

En réponse aux critiques d’ONG, il vient d’annoncer une vague de régularisation exceptionnelle parmi les « 25.000 à 40.000 migrants » clandestins qui se trouveraient sur son sol.

Parallèlement, depuis plusieurs semaines, les autorités de Tanger annoncent presque chaque jour des dizaines d’arrestations, tandis que plusieurs dizaines de clandestins ont été secourus en mer au cours des derniers jours, selon les autorités espagnoles citées par l’agence marocaine

Mots Clefs:
MarocTanger

À propos Abdellah Miloudy

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *