Tanger : CCA INTERNATIONAL pousse ses employés vert la porte

Tanger : CCA INTERNATIONAL pousse ses employés vert la porte

Une entreprise qui se targue d’être détentrice du label de la responsabilité social et de la norme NF peut-elle traiter ses salariés comme des moins que rien et faire tout ce qui est dans son pouvoir pour les priver de  leurs droits ?
La réponse est oui, il n’y a qu’à mirer du coté de ce qui se passe a CCA INTERNATIONAL a Tanger pour en être convaincu.
Les employés de ce centre d’appel vivent depuis plusieurs mois un calvaire qui a débuté quand ceux-ci ont été les premiers salariés d’un centre de contact a dénoncer  l’absence de respect du code du travail et de la dignité humaine au sein de ce secteur d’activité au Maroc de par une grève à la date du  jeudi 15 mars 2012.
Après ce jour mémorable, la direction, malgré mille et une promesses censées améliorer les conditions de travail, a mis en œuvre une politique de harcèlement moral afin de provoquer les grévistes  et  les pousser vers la sortie. au vu que cette stratégie n’a pas eu les effets escomptés, la décision de fermer le site fut prise  et  une nouvelle directrice fut nommée pour accomplir cette tâche, Mme Christine boisseau .
Quelque temps après son arrivée cette dame annonça au personnel  que le site de Tanger allait fermer  et  sous couvert d’une volonté de préserver les emplois, que les salariés seront réaffectés sur le site de Casablanca en vertu de la clause de mobilité  qui figure sur leurs contrats.
Le fait est qu’elle sait très bien que la plupart sont dans l’impossibilité de changer de lieu de résidence pour cause de raisons familiales, financières et autres. Même  ceux qui ne voit pas d’inconvénients dans ce changement  rechignent à se déplacer, au vu des prétendues indemnités de mobilité proposés, un forfait kilométrique de 3700 dirhams,3 jours de congés payés pour permettre le déménagement ainsi que la mise à disposition d’habitation via une agence sur place a prix qualifié par elle d’ abordable(3000 dh pour un salaire de 3800 dh)  ainsi que la perte de certain avantages acquis au lendemain de la grève (transport gratuit, prime panier rehaussée de 50 % et prime d’el aïd) et cela au détriment des lois en vigueurs et de la clause de mobilité qui stipule la prise en charge de frais  par la société en cas de mobilité géographique. Tout cela pour dire que le but recherché est plus que clair, constater le jour « j » la défection des concernés et leur licenciement, qui si il se fait pour abandon de poste est synonyme de non-paiement d’indemnité de licenciement.
Mme boisseau qui exerce ses fonctions illégalement  dans notre pays (visa touristique), n’a que très peu d’égare envers nos institutions, elle a omit de se présenter à plusieurs réunions de conciliation organisé par l’inspection du travail, malgré les convocations qui lui ont été adressées et ce au détriment du code du travail qui l’y oblige, conformément à la procédure  en cas de conflit collectif.
Au jour d’aujourd’hui le seul issu qui reste au personnel  est de porter l’affaire devant les tribunaux, chose qui se fera dans les jours avenirs. Mais d’ici à ce que la justice tranche qu’elle sera  le sort des  salariés de CCA international, sachant que les premières lettres de mobilité signifient a ceux qui les ont reçus l’obligation de se présenter à Casablanca le 24 septembre 2009 ?

Mots Clefs:
MarocTanger

À propos said boulif

2 commentaires

  1. Pat
    août 19th, 2013 18:36

    Pour information, Dadian n’est plus Président du Directoire mais membre du conseil de surveillance, Dubreil l’a remplacé.

    Quand on travaille dans un groupe on devrait savoir qui le dirige non ?

    Répondre

  2. juillet 14th, 2013 20:20

    Un grand merci à notre Président du Directoire Mr DADIAN et à son Directeur Général Mr DUBREIL pour l’obtention du contrat avec GDF-SUEZ sur le site de CCA INTERNATIONAL ROUEN pour une durée de 5 ans.

    Répondre

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *