Six « terroristes » impliqués dans l’attaque du Sinaï arrêtés par l’armée égyptienne

0 commentaires, 10/08/2012, Par , Dans Flash

Les forces armées égyptiennes ont arrêté six « terroristes » pour leur implication présumée dans l’attaque du Sinaï qui a tué 16 gardes-frontière dimanche, selon une source militaire égyptienne.

Citée par l’agence de presse MENA, la même source a ajouté que ces « éléments terroristes » ont été arrêtés lors de patrouilles de ratissage conjointes entre l’armée et la police dans le cadre de la poursuite des descentes contre les foyers de criminels dans le gouvernorat du Sinaï.

Elle a ajouté qu’une enquête a été ouverte avec ces personnes pour mettre la lumière sur les instigateurs de cette attaque, précisant que l’opération de ratissage menée par l’armée se poursuit pour la troisième journée consécutive dans la péninsule du Sinaï en vue de faire face aux attaques meurtrières des groupes terroristes et des hors-la-loi.

Cette opération, ajoute la même source, vise à assurer le controle et restaurer la sécurité en pourchassant et en ciblant les éléments terroristes armés présents dans le Sinaï.

D’après des sources sécuritaires égyptiennes, 60 terroristes ont trouvé la mort mercredi lors de ces opérations.

Mercredi, l’armée égyptienne avait qualifié de « succès » ses opérations menées contre des « éléments terroristes » dans le Sinaï.

Tout en faisant état de la poursuite de ces opérations, menées par les forces armées et de celles du ministère de l’Intérieur, « soutenues par les forces aériennes », l’armée a assuré que cette mission a été accomplie avec un « succès total ».

L’armée égyptienne avait promis lundi dernier de « venger » ses 16 gardes-frontières tués, qualifiant les assaillants de « terroristes » et affirmant qu’ils avaient été appuyés par des tirs de mortier depuis la bande de Gaza.

L’Egypte a aussi décidé dimanche soir de fermer « sine die » le terminal de Rafah, unique point de passage entre le territoire palestinien et le monde extérieur à ne pas être controlé par Israël.

Les autorités égyptiennes ont aussi détruit 150 tunnels qui relient le pays à la bande de Gaza. Ces tunnels sont utilisés pour passer clandestinement la frontière et pour la contrebande entre l’Egypte et la bande de Gaza.

Suite à l’attaque contre ses gardes-frontière égyptiens, le président égyptien Mohamed Morsi a décidé aussi la mise à la retraite du chef des services de renseignements Mourad Mouafi ainsi que le limogeage du chef de la garde présidentielle et du gouverneur de la province du nord-Sinaï.

L’insécurité s’est accrue dans le Sinaï depuis le renversement de l’ancien président égyptien Hosni Moubarak en février 2011.

Les 250 kilomètres de frontière séparant l’Egypte d’Israël, de l’extrémité sud de la bande de Gaza à Eilat, le long du désert du Sinaï, sont un important point de passage pour des migrants, des demandeurs d’asile ainsi que des trafiquants de drogue.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *