Signature de conventions de prêts et protocoles d’accord pour financer des projets de développement au Maroc

Signature de conventions de prêts et protocoles d’accord pour financer des projets de développement au Maroc
0 commentaires, 12/12/2012, Par , Dans Economie

Deux conventions de prêt et protocoles d’accord ont été signés, mercredi à Casablanca, lors de la cérémonie de cloture du forum des hommes d’affaires franco-marocains, présidée par le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, et son homologue français, Jean-Marc Ayrault, et ce dans l’objectif de financer des projets de développement au Maroc.

La première convention d’un montant de 150 millions d’euros est destinée à financer le programme de technopoles et de plateformes industrielles intégrées (P2I), qui s’inscrivent dans le Pacte National pour l’Emergence Industrielle visant à développer une offre attractive spécifique à chacun des « Métiers Mondiaux du Maroc » (MMM). Ces métiers regroupent l’offshoring, l’électronique, les équipementiers automobiles, l’aéronautique et spatiale, l’agroalimentaire et le textile et cuir.

Par ce prêt accordé à MEDZ, filiale de la Caisse de Dépot et de Gestion (CDG), spécialisée dans l’aménagement de zones industrielles et touristiques, l’Agence française de développement (AFD) accompagne MEDZ dans son role d’aménageur-développeur de P2I.

La réalisation de ces plateformes intégrées entre dans le cadre des stratégies industrielle, agricole et halieutique couvrant des P2I généralistes et sectorielles spécialisées ainsi que des poles de compétitivité régionaux autour de produits agricoles ou halieutiques, dont les agropoles de Berkane et de Meknès (Plan Maroc Vert) et le parc Haliopolis d’Agadir (Plan Halieutis).

Ce prêt se décompose en un financement global du programme d’investissement 2011-2015 de MEDZ à hauteur de 50 millions d’euros et le refinancement, pour 100 millions euros, d’emprunts déjà contractés pour financer les premiers investissements afin de réduire l’endettement de MEDZ auprès des banques locales et permettre à d’autres filiales de la CDG d’accéder à des prêts bancaires locaux.

L’autre prêt d’un montant global de 23 millions d’euros est accordé par l’AFD à Casa Transports, maître d’ouvrage de la première ligne de tramway de Casablanca. Il s’agit du premier concours accordé par l’AFD à une « société de développement local » (SDL) et vise à promouvoir l’économie mixte comme option alternative de gestion des services publics entre la régie et la gestion déléguée.

L’AFD finance partiellement les investissements relatifs à la mise en exploitation de cette ligne de tramway (31 km linéaire) grâce à ce prêt qui bénéficie de la garantie de la Commune Urbaine de Casablanca, actionnaire majoritaire.

Par la même occasion, un protocole d’accord relatif à la mise en place des Instituts de formation aux métiers des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (IFMEREE) a été également signé. Il vient conforter les plans solaire et éolien développés par le Maroc.

La gestion de ces instituts sera confiée à l’Office national d’électricité et d’eau potable (ONEE), au Moroccan agency for solar energy (MASEN) et à l’Agence nationale pour le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (ADEREE).

Les fédérations des industries métallurgiques, mécaniques et électromécaniques (FIMEE) et de l’électricité et de l’électronique (FENELEC) doivent aussi participer à la gestion de ces établissements et présideront à tour de role la société de gestion des IFMEREE.

A rappeler que l’agence française de développement a financé 22 centres de formation professionnelle dans 12 secteurs d’activités accompagnant ainsi la politique du gouvernement fondée sur l’approche par les compétences, la formation en alternance et/ou en apprentissage et la délégation de la gestion aux branches professionnelles.

Ce forum d’affaires a été également marqué par la signature d’une lettre d’entente entre le Maroc et l’AFD pour le renforcement des capacités de formation professionnelle dans le secteur de l’aéronautique. Elle vient confirmer la volonté des autorités marocaines de financer les investissements nécessaires à l’augmentation du nombre de postes disponibles dans le but d’accueillir un nombre accru de stagiaires en formation initiale ou continue. Le besoin de financement additionnel pour cette opération pourra être imputé partiellement sur un concours de l’AFD.

AFD et MEDZ ont, enfin, convenu par un protocole d’accord de soutenir le parrainage de partenariats entre technopoles marocaines et poles de compétitivité français.

Mots Clefs:
Maroc

À propos Mouna Naciri

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *