Santé : un régime d’assistance médicale pour 8,5 millions de pauvres

Santé : un régime d’assistance médicale pour 8,5 millions de pauvres

Le Maroc a lancé mardi une opération visant à généraliser un régime d’assistance médicale (Ramed) au profit de 8,5 millions de personnes à faibles revenus pour un investissement en 2012

d’environ trois milliards de dirhams (290 millions d’euros), a indiqué le gouvernement.

Le coup d’envoi de cette opération –qui doit bénéficier aux plus démunis du royaume, soit 28% de la population — a été donné à Casablanca, la capitale économique du pays, par le roi Mohammed VI en présence du chef du gouvernement l’islamiste Abdelillah Benkirane.

Le nouveau gouvernement en fonction depuis janvier a placé la lutte contre la pauvreté et les inégalités sociales au centre de ses priorités.

Selon l’agence d’information officielle MAP, quelque « quatre millions de personnes vivant dans l’extrême pauvreté bénéficieront de la gratuité totale des soins (…) tandis que quelque 160.000 autres, parmi les pensionnaires des établissements pénitentiaires et des orphelinats et les personnes sans domicile fixe seront éligibles de droit ».

« En revanche, 4,5 millions de personnes en situation de vulnérabilité bénéficieront de la gratuité partielle, moyennant une cotisation annuelle de 120 dirhams (10 euros) plafonnée à 600 DH (54 euros) par famille.

Ce régime doit ainsi profiter aux catégories à faibles revenus comme les paysans, les artisans, les petits commerçants ainsi qu’au secteur informel.

Le Ramed est des « grands chantiers visant l’amélioration des conditions d’accès aux soins de santé pour cette tranche de la population en concrétisation des dispositions de la nouvelle Constitution » adoptée le 1er juillet, a indiqué le ministre de la Santé, El Hossein El Ouardi.

« Il est fondé sur les principes de l’assistance sociale et de la solidarité nationale au profit de la population démunie qui n’est pas soumise au régime de l’assurance maladie obligatoire », selon le ministre.

Le Ramed, a-t-il ajouté, permet aux bénéficiaires d’accéder aux soins de santé offerts par les hopitaux publics, les établissements publics de santé et les services sanitaires relevant de l’Etat ».

Mots Clefs:
Marocsanté

À propos Ghita Senhaji

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *