Sahara/ONU: l’exercice militaire Maroc-USA aura finalement lieu en partie

Sahara/ONU: l’exercice militaire Maroc-USA aura finalement lieu en partie

L’exercice militaire américano-marocain reporté sine die par Rabat sur fond de tension à l’ONU avec Washington au sujet du Sahara occidental, va finalement avoir lieu en partie, alors qu’un compromis a été trouvé aux Nations unies, a indiqué mercredi l’ambassade américaine au Maroc.

« Le gouvernement marocain nous a demandé », au cours des dernières 48 heures, « si nous pouvions reprendre l’opération +Africa Lion+ », a déclaré à l’AFP le porte-parole de l’ambassade des Etats-Unis Rodney Ford, commentant une information du site internet marocain Lakome.

« Quelques exercices vont reprendre, en matière d’entraînement aérien ou encore de ravitaillement, sachant que quelques unes des troupes sont encore sur le terrain », a-t-il précisé.

« Mais la plupart de nos forces ont déjà été redéployées donc nous nous efforçons de faire avec ce qu’il reste », a poursuivi M. Ford.

L’exercice militaire devait se dérouler du 7 au 27 avril –en comptant la phase de préparation–, dans le sud-ouest du Maroc, avec la participation de quelque 1.400 militaires américains et 900 Marocains.

Mais il avait été reporté sine die par Rabat, mi-avril, peu après la présentation d’un projet de résolution américain élargissant aux droits de l’Homme le mandat des Nations unies au Sahara occidental.

Le Maroc, qui controle cette ex-colonie espagnole, avait fustigé la démarche, et des manifestations, regroupant quelques dizaines de personnes, avaient eu lieu dimanche et lundi à Rabat et Casablanca devant les représentations américaines.

Un compromis a finalement été trouvé en début de semaine à l’ONU, Washington abandonnant l’idée d’inclure formellement les droits de l’Homme dans le mandat de la Minurso. Le nouveau texte, qui doit être soumis jeudi au Conseil de sécurité, mentionne la nécessité d’encourager au respect des droits de l’Homme.

Le Maroc propose un plan d’autonomie pour le Sahara occidental mais il est rejeté par les indépendantistes du Polisario, soutenus par Alger, qui réclament un référendum d’autodétermination.

Mots Clefs:
MarocSahara

À propos Mouna Naciri

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *