Sa Majesté est parmi vous…

Sa Majesté est parmi vous…
0 commentaires, 15/12/2012, Par , Dans Chroniques, Couverture

Les rues de la cité sont propres, pimpantes. Pas l’ombre d’un résidu ou la trace d’un détritus. Les mendiants et les clochards ont été (« emmenés ») voir ailleurs… Les embouteillages, qui meublent désormais le quotidien des habitants de la capitale économique, ont subitement disparu. On ne rencontre plus ces scènes de chaos qui nous suivent et nous collent à la peau, et qui nous rappellent à quel point nous sommes encore sous-développés et que nous appartenons à ce tiers-monde qui nous fait tant honte. La circulation routière était presque fluide. A chaque croisement, à chaque feu de signalisation, un policier se tenait droit comme la justice et veillait à cette fluidité. Quelque chose d’important a dû se produire alors… Sa Majesté est à Casablanca.

La même histoire se répète dans toutes les villes du royaume heureux… Les visites du roi en ces villes et dans toutes les régions se traduisent par la disparition de tous les problèmes logistiques, ou leur réduction à leur plus simple expression, du moins dans les grandes avenues et dans les quartiers huppés, ou encore dans toutes les zones exposées et celles dans lesquelles le roi est susceptible de passer.

Il est véritablement honteux, affligeant, consternant, que nous considérions comme une chose habituelle, acceptable et même prévisible que tous les problèmes de nos villes disparaissent, que tous les points noirs s’éclaircissent dans nos agglomérations… à l’occasion unique des visites royales. Il est devenu tout à fait ordinaire que nous nous interrogions, dès que nous voyons une présence policière anormale : « Que se passe-t-il, le roi est-il dans nos murs, à Casablanca ? », étant entendu que dans cette question, si « Casablanca » est remplacée par le nom de toute autre ville, village ou hameau, les habitants de ces lieux seront aussi concernés, car ayant tous vécu un jour ou l’autre cette situation.

Il est devenu coutumier et parfaitement admis qu’à chaque fois que nous voyons nos rues propres et nos avenues désertées par les mendiants et autres vendeurs de kleenex, nous nous demandions si Mohammed VI est venu ou s’il viendra prochainement. Il est devenu tout aussi machinal que les habitants des petits villages et des zones marginalisées espèrent voir l’arrivée du roi dans leurs contrées, car cela leur donne l’espoir, quelque espoir, de voir leurs affaires solutionnées et de constater un regain d’intérêt pour leurs problèmes… Parfois même, ces artifices trompeurs confinent à la caricature du fait du génie créatif de certains responsables du « maquillage » des villes, un génie qui les poussent à mettre au point des idées proprement « machiavéliques ».

Ainsi, à l’occasion de la visite royale actuelle à Casablanca par exemple, certains lampadaires ont été repeints uniquement dans leurs parties visibles pour les passants, laissant les parties cachées par des feuillages en l’état. Seuls le haut et le bas de ces lampadaires sont refaits, car ils peuvent être vus par le roi à son passage !!!

En sommes-nous donc arrivés à ce point du ridicule ? Notre art de la tromperie dans la gestion est-il tombé si bas, la tromperie du roi et la tromperie du citoyen lambda qui, de toutes les manières, savent désormais très bien à quoi s’en tenir ? Et puis, si les autorités locales et les responsables de la sécurité sont capables de trouver des solutions provisoires à l’occasion d’une visite du roi, cela ne signifie-t-il pas en creux qu’elles sont à même de les régler de manière permanente. Pourquoi donc ne pas prendre les choses au sérieux ? Combien de temps continuerons-nous encore à dissimuler et travestir nos problèmes au lieu de réfléchir à leur trouver des solutions définitives et acceptables ? Jusqu’à quand penserons-nous qu’il est ainsi possible de leurrer le chef de l’Etat en se contentant d’embellir artificiellement les façades et les vitrines des villes et des villages ? Pourquoi ne pas prolonger l’effort saisonnier et cyclique consenti, ou une part seulement, à l’ensemble de l’année, et même lorsque le roi n’est pas de passage ici ou là ?

Les Marocains méritent-ils donc si peu à vos yeux de se promener en toute quiétude et en toute sécurité dans les rues de leurs villes, sans que le roi ne soit dans la région ? Ne valent-ils pas de vivre dans cette toute relative sécurité qui caractérise chaque région visitée par le roi ? Sont-ils donc condamnés, en tout temps et en tous lieux, à traverser des rues sales et d’être sans cesse affligés par la vue de mendiants et d’enfants abandonnés ? Et ces derniers ne méritent-ils pas eux-mêmes des solutions radicales à leurs problèmes, à la place de ces « rafles » saisonnières qui les frappent quand le roi approche, avant qu’ils ne soient « libérés » quand le souverain s’en va et qu’ils ne soient replongés dans leur noire misère et leur malheur absolu ? Ces gens-là, ces responsables qui planifient et réalisent ces opérations d’embellissement ne comprennent-ils donc pas qu’ils ne servent pas le roi en le trompant, en le leurrant, en lui présentant la face trompeuse d’une réalité tronquée, lui qui sait parfaitement la vérité des choses, notamment à travers certains médias qui se sont mis à divulguer et dénoncer ces comportements d’un autre âge ?

Il est définitivement impossible de réconcilier le citoyen avec son pays tant que l’on insiste et que l’on persiste à agir de cette manière, et tant que les gens peuvent deviner la venue et/ou la présence du roi en leurs villes à partir du moment où les avenues font anormalement peau neuve, que les arbres sont inhabituellement taillés et la circulation routière inexplicablement fluide, comme s’ils ne méritaient pas de vivre dans ce cadre-là tout au long de l’année.

Mots Clefs:
Casablanca

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *