Revue de presse marocaine du 23/08/2013

0 commentaires, 23/08/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une des Revue de presse marocaine quotidiens paraissant ce vendredi:.

LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB:. 
– Education-formation: la voie royale de la réforme. Tout le monde s’accorde à dire que le discours royal adressé à la Nation à l’occasion du 60e anniversaire de la révolution du Roi et du peuple est exceptionnel à plus d’un égard. Non seulement il a exposé de manière claire et précise les maux dont souffre le secteur de l’éducation-formation, mais il a mis chacun devant ses responsabilités. Universitaires et anciens ministres de l’Education nationale sont unanimes à affirmer qu’il faut maintenir le cap sur la réforme d’un secteur aussi stratégique que celui de l’éducation. La réussite des chantiers économiques et sociaux en dépend.

– La justice espagnole dévoile le vrai visage des tortionnaires du Polisario. Le Polisario voit son image s’écorner de plus en plus sur la scène internationale. Ses liens avec les réseaux terroristes et de trafic de drogues actifs dans la région sont établis. Le journal du Congrès US l’a souligné il y a quelques jours. Les partisans de son simulacre de cause auront désormais du mal à exprimer de manière audible leur appui à une organisation fantoche qui trempe dans des crimes et des violations graves des droits de l’Homme.

– Bank Al-Maghrib: le déficit budgétaire se creuse davantage. A fin juin 2013, le déficit budgétaire s’élève à 30,4 milliards de DH, soit près de sept milliards de DH de plus qu’en 2012, rapporte Bank Al-Maghrib. Ce creusement est dû à la conjugaison du recul des recettes fiscales et de la hausse des dépenses globales. L’allégement des dépenses de la Caisse de compensation à hauteur de 28 pc n’a pas suffi à endiguer le déficit.

AUJOURD’HUI LE MAROC:. 
– Enseignement: ces champions de la diversion politicienne! Les propos du Souverain ont été forts et ont parlé à tous les parents, à toutes les couches sauf à certains incorrigibles politiciens qui au lendemain du discours se pavanent dans quelques organes de presse en posant des questions sur l’accessoire et laissent de côté l’essentiel. Le discours royal du 20 août dresse un diagnostic objectif, clair, complet et, surtout, définit déjà les volets prioritaires sur lesquels des actions doivent être menées en urgence. La balle est à présent dans le camp du gouvernement qui est attendu sur du concret. Ce qui lui est demandé aujourd’hui c’est d’agir et d’agir vite pour sauver l’école publique.

– Programmes télévisés de Ramadan: plus de 90 pc des téléspectateurs insatisfaits. La palette de programmes télévisés que l’on a offerts au téléspectateur marocain durant le Ramadan a bien fait couler de l’encre. Aujourd’hui, le mois sacré s’est écoulé mais les critiques fusent toujours et il faut dire que rares sont les programmes qui sortent du lot.

– Il a appelé à prendre les mesures nécessaires pour réduire les déficits: le warning du CESE. Le CESE n’y est pas allé par quatre chemins dans son dernier rapport pour décrire la situation économique du pays. Les niveaux atteints sont difficilement soutenables et recommandent de facto de prendre rapidement les mesures nécessaires pour réduire les déficits et restaurer une marge de man uvre en faveur des politiques de développement économique et social. Selon la note de présentation du rapport du CESE, l’année 2012 a été marquée sur le plan économique par la récession au sein des principaux pays de la zone euro, le maintien à un niveau élevé des cours des produits énergétiques et une faible pluviométrie au niveau national.

LIBERATION:.
– Le déficit des finances publiques bat un nouveau record: le gouvernement incapable d’arrêter l’hémorragie. Avis de tempête sur les finances publiques. C’est plus qu’un orage qu’annonce le bulletin statistique du mois de juillet que la Trésorerie générale de l’Etat (TGR) vient de publier. Un fait plus qu’alarmant. Le déficit budgétaire, qui ne cesse de se creuser, vient en effet d’enregistrer un nouveau record. A fin juillet, il s’est dopé de 62,55 pc en s’établissant à 39,5 milliards de dirhams, contre 24,3 à la même période de l’année dernière.

– Les cahiers des charges d’El Khalfi peinent à entrer en vigueur à la SNRT. Mustapha El Khalfi est dans une mauvaise passe. Après les résultats décevants révélés par un récent sondage indiquant que plus de 67 pc de Marocains ne regardent la télévision nationale que rarement ou occasionnellement et 4 pc ne la regardent jamais, c’est au Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) de remettre en cause les réformes entreprises par le ministre de la Communication, en vue de promouvoir le secteur de l’audiovisuel public. Pour le SNPM, la mise en uvre des cahiers des charges de la SNRT semble impossible, vu l’absence d’un nouveau contrat-programme entre l’Etat et la société visant la mobilisation des ressources financières à la mise en uvre des cahiers des charges.

– Le régime algérien miné par les affaires de corruption: des scandales annonciateurs de la fin du règne de Bouteflika font surface. Alors que l’absence du président de la république algérienne de la scène politique perdure, les affaires de corruption se multiplient et mettent en crise tout un système. Le quotidien algérien « Jaridati » a révélé qu’Abdelaziz Bouteflika aurait profité de son long séjour en France pour négocier l’enterrement de plusieurs « secrets », dont des dossiers de corruption. Pour ce journal, le président algérien a été hospitalisé pendant trois mois en France, et il a sûrement rencontré des personnalités françaises avec lesquelles « il a négocié pour enterrer tout ce qui a rapport avec sa maladie et l’affaire Sonatrach. La France a des intérêts en Algérie, et le régime actuel a promis à la France de les préserver ».

L’OPINION:.
– Les finances publiques en juillet: le déficit budgétaire s’élargit. Soumis à de lourdes contraintes, le budget de l’Etat est beaucoup plus le reflet de celles-ci et des dérapages qui les accompagnent que des politiques économiques visant à le soulager de ces contraintes. Il en est ainsi des charges de compensation dont l’impact sur le budget est moindre que celui de l’élargissement des dépenses de fonctionnement et de matériel. Les dépenses d’investissement ne sont pas suffisantes pour la création d’emplois en nombre, et ce d’autant plus qu’un montant de 15 MMDH de ces dépenses prévues est gelé. Des différentes évolutions des dépenses et des recettes au titre des sept premiers mois de l’année en cours, il ressort un accroissement du déficit qui se manifeste à travers aussi bien des dépenses incontrôlées que par des recettes d’impôts en baisse.

– Le CESE recommande: promouvoir la qualité de la formation et réformer les mécanismes de régulation de l’économie. Le rapport du Conseil économique, social et environnemental (CESE) s’appuie sur des enquêtes de terrain et auditions ainsi que sur les différents rapports thématiques du Conseil, enrichis de larges débats et panels d’experts. Il passe en revue les faits marquants de l’année écoulée, indique les avancées effectuées tout en attirant l’attention sur les freins et entraves à lever, pour enfin recommander des pistes de progrès à réaliser ainsi que les points de vigilance à adresser.

– Baisse de 0,4 pc en juillet des prix à la consommation. Baisse de l’indice des prix à la consommation de 0,4 pc au mois de juillet, résultant notamment de la baisse des prix des légumes de 8,6 pc et des services de téléphonie de 13 pc et de la hausse des prix des poissons et fruits de la mer de 6,6 pc et des fruits de 5,8 pc, a indiqué le Haut-Commissariat au plan. L’indicateur d’inflation sous-jacente en baisse de 0,4 pc sur un mois et en hausse de 1,8 pc sur une année.

L’ECONOMISTE :.
– Rapport CESE( au titre de l’année 2012): le dernier rapport de Chakib Benmoussa ressemble à une nouvelle alerte. Ce document présenté au Roi mercredi 21 août ressemble à bien des égards à un réquisitoire dressé à l’encontre des politiques menées ces dernières années. Le manque de compétitivité de l’économie nationale reste imputable, selon le Conseil économique, social et environnemental (CESE), à des facteurs internes, même si le contexte international a été défavorable. La détérioration de la stabilité macroéconomique, l’accroissement du déficit, les difficultés d’implémentation du cadre législatif et institutionnel, le faible niveau d’éducation et d’innovation, sont autant de facteurs qui grèvent la compétitive.

– Experts judiciaires: des listes fourre-tout? Chaque année, le ministère de la Justice dresse le tableau national des experts judiciaires. Celui de 2013 a été publié avec un peu plus de 6 mois de retard au Bulletin officiel, soit le 11 juillet dernier! Qui fait quoi et quand? Une partie de ping-pong s’engage alors entre le ministère de tutelle et les auxiliaires de justice. Le cas de cet expert décédé et figurant pourtant sur la liste des experts judiciaires est assez révélateur. Deux autres tableaux se rapportant aux traducteurs assermentés et aux experts judiciaires agréés auprès des Cours d’appel complètent ce dispositif.

AL BAYANE:.
– Discours royal: sincérité et responsabilité. Le discours de SM le Roi Mohammed VI, prononcé mardi dernier à l’occasion du 60e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple, a été empreint de sincérité mais aussi de fermeté. Sincérité, en ce sens que SM le Roi a mis le doigt sur les problèmes auxquels est confronté un secteur qui est la pierre angulaire de tout développement:l’éducation. SM le Roi s’est engagé à prendre les responsabilités qui sont les siennes.

– Espagne: Le procès pour génocide contre le Polisario met fin à l’impunité des tortionnaires. La poursuite en Espagne des dirigeants du Polisario pour « génocide et violations graves des droits de l’Homme » met fin à l’impunité des tortionnaires, a souligné l’avocat des victimes, José Manuel Romero. La décision de la justice espagnole d’accepter la plainte déposée le 14 décembre 2007 par des victimes sahraouies contre des dirigeants du Polisario et des officiers de la sécurité et de l’armée algériennes a constitué un « sérieux revers » pour les séparatistes et mis fin à des dizaines d’années d’impunité, a-t-il affirmé.

AL MASSAE:.
– Loi de finances 2014: Baraka jette la balle dans le camp du Chef du gouvernement. Des sources informées indiquent que Nizar Baraka, ministre de l’Economie et des finances, nommé président du Conseil économique et social (CESE), a préféré ne pas s’engager dans les mesures liées à l’élaboration du projet de loi de finances 2014, afin de ne pas assumer la responsabilité de tout retard dans son élaboration.

– Benmoussa tire la sonnette d’alarme sur la situation du Maroc en 2012. Le rapport présenté par Chakib Benmoussa, président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), à SM le Roi Mohammed VI, tire la sonnette d’alarme sur la situation du Maroc en 2012, en particulier l’aspect économique, qu’il a qualifié de « fragile », ainsi que l’aspect social qui « fait face à des défis importants », révélant un ensemble de problèmes et de défis auxquels font face plusieurs secteurs, notamment ceux liés à l’économie nationale.

– Chabat revient à la charge contre Benkirane. Dans une déclaration au journal, Hamid Chabat, secrétaire général du parti de l’Istiqlal, a accusé Abdelilah Benkirane de vouloir perdurer le statuquo et imposer son hégémonie sur les institutions.

ASSAHRAE AL MAGHRIBIA:.
– Un tribunal d’Amsterdam donne raison à 908 veuves et orphelins marocains aux Pays-Bas. La décision du gouvernement néerlandais de réduire de 40 pc les allocations familiales destinées aux veuves de ressortissants marocains, ayant choisi de résider dans leur pays d’origine, est contraire à la convention maroco-néerlandaise sur la sécurité sociale, a affirmé jeudi la justice néerlandaise.

AL ALAM:.
– Les députés interpellent le gouvernement français sur la situation des retraités marocains. Les groupes parlementaires ont déposé une requête auprès de l’ambassadeur de France à Rabat au sujet des retraités marocains. Selon les députés, ces retraités, qui se sont dévoués au service de la France, méritent de jouir du droit de résidence au Maroc tout en bénéficiant de tous les droits garantis par la retraite à l’instar des retraités français.

AL AHDATH AL MAGHRIBIA:.
– Corruption concernant des marchés publics à Khémisset: le parquet général de Rabat a ordonné d’auditionner les suspects. La police judiciaire de khémisset a commencé à convoquer les 60 personnes impliquées dans une « affaire de corruption » concernant des marchés publics dans la commune urbaine de Sidi Allal El Bahroui, relevant de la province de Khémisset, pour les entendre suite à un rapport de la Cour régionale des comptes, qui a relevé « des irrégularités » dans la conclusion de ces marchés.

ANNAHAR AL MAGHRIBIA:.
– Discours royal: diagnostic « réel » du secteur de l’enseignement. Dans son discours adressé mardi à la Nation à l’occasion du 60e anniversaire de la Révolution du Roi et du peuple, SM le Roi Mohammed VI a indiqué que les efforts nécessaires n’avaient pas été entrepris pour consolider les acquis engrangés dans le cadre de la mise en uvre du plan d’urgence, appelant à ne pas enserrer le secteur de l’éducation « dans un cadre politique stricto sensu, pas plus que sa gestion ne doit être l’objet de surenchères ou de rivalités politiciennes ».

– Le gotha politique estomaqué par les congés de Benkirane et de Mezouar. Les congés du chef du gouvernement Abdelilah Benkirane et de Salaheddine Mezouar, président du RNI, ont suscité une grande surprise chez l’élite politique. Les deux responsables, qui s’étaient déjà engagés dans le vif des pourparlers après des rencontres protocolaires, ne vont reprendre les négociations que dans la semaine à venir.

ATTAJDID:.
– Boulif: pas d’augmentation des prix du pain et de bouteille de gaz. Dans une déclaration au journal, le ministre chargé des Affaires générales et de la gouvernance, Najib Boulif, a indiqué que les prix des bonbonnes de gaz et du pain ne connaîtront pas d’augmentation, précisant que la hausse décidée par les professionnels sans l’avis de l’exécutif « est contraire à la loi ». Boulif a ajouté que le gouvernement « va faire le nécessaire » aussi bien avec la société ayant décidé la hausse du prix du lait qu’avec les coopératives qui lui ont emboité le pas.

– Les programmes télévisés du pôle public au Ramadan: 92 pc des téléspectateurs insatisfaits. Selon une enquête Averty, menée auprès d’un échantillon de 1.283 personnes pendant le mois de Ramadan, seuls 8 pc des répondants déclarent regarder les chaines marocaines tout au long de l’année.

AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA:.
– SM le Roi loue les qualités et les compétences de Baraka, attaqué par Chabat. La nomination par SM le Roi Mohammed VI de Nizar Baraka, en tant que président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), a constitué un cruel revers pour Hamid Chabat, SG du Parti de l’Istiqlal, qui avait tant flagellé Baraka.

– Amara présente la feuille de route du gouvernement pour renforcer la politique d’exportation. Dans un entretien accordé au journal, le ministre de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies, Abdelkader Amara, a passé en revue les grandes lignes de la stratégie du gouvernement, visant le renforcement de la promotion du commerce extérieur.

Le ministre a fait remarquer que la politique sous-tendant cette stratégie a été dictée par le changement que connait le modèle de développement marocain. M. Amara a d’autre part indiqué que la Charte de l’investissement sera prête avant fin 2013.

AL KHABAR:.
– Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) recommande la solidarité fiscale, le soutien aux prix et l’inscription des relations entre les partenaires sociaux dans le cadre des contrats sociaux. Dans son dernier rapport, le CESE appelle également à promouvoir la qualité de l’enseignement et prôner la concertation dans toute réforme prévue.

– La masse salariale en permanente hausse. Selon la Trésorerie Générale du Royaume, la masse salariale a dépassé 58 millions de dirhams durant les 7 premiers mois de l’année en cours, tandis que les dépenses de la Caisse de compensation ont été estimés à plus de 30 milliards de dirhams.

ASSABAH:.
– Benmoussa dresse un tableur sombre sur la situation économique. Le rapport que Chakib Benmoussa, président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), a présenté mercredi à SM le Roi révèle que la crise mondiale, l’absence d’une vision sur les réformes, l’attentisme des acteurs et la faiblesse structurelle de l’économie avaient eu un effet négatif sur la croissance économique et sur la capacité de créer les opportunités d’emploi.

– La FDT: le gouvernement a miné les acquis de la classe ouvrière. Dans un entretien au journal, Al Arabi Al Habachi, membre du bureau exécutif de la FDT, a déclaré que le gouvernement avait miné les acquis de la classe ouvrière, précisant que l’exécutif « par manque d’une vision stratégique claire en matière de gestion de la chose publique tape dans le tas et se contente de la gestion au quotidien ». Il a ajouté que le gouvernement avait trahi ses promesses d’élever le SMIG à 3.000 DH, d’améliorer la situation du travail et de lutter contre la corruption..

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *