Revue de presse marocaine du 14/10/2013

0 commentaires, 14/10/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une des revue de presse marocaine quotidiens parus ce lundi 14 octobre:

LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB:.
– Les dix défis qui attendent le gouvernement. Le gouvernement Benkirane dans sa nouvelle version est enfin formé. Il est attendu sur plusieurs dossiers très chauds, notamment la réforme de la Compensation et des retraites. Mais le défi de l’homogénéité et de la cohésion interne est également un grand challenge qui doit être réussi. Les prochains mois nous diront si le nouveau gouvernement est capable ou pas de travailler en parfaite harmonie. Le RNI et le PJD qui s’étaient livré une guerre sans merci pendant plusieurs mois vont devoir cohabiter et défendre le même projet.

AUJOURD’HUI LE MAROC:.
– Casablanca: le blâme royal. Le Maroc a besoin de nouvelles élites régionales pour ancrer la régionalisation avancée dans la réalité et pour défendre la cause de son intégrité territoriale, a lancé SM le Roi, vendredi, du haut de la tribune du Parlement dont il a ouvert la session d’automne. Si le rôle du Parlement est de décider des politiques publiques, a dit SM Mohammed VI, la mission des communes est d’aller au plus près des besoins des habitants en veillant au bon état de la voirie, de l’assainissement ou en s’ingéniant à créer de l’emploi et des activités génératrices de revenus. A Casablanca en particulier, l’infrastructure n’est pas à la hauteur de l’ambition de cette mégapole d’être- à court terme- un grand pôle financier. Ce n’est pas faute d’un budget qui est le triple de celui de Marrakech ou de Fès, mais parce que les tiraillements partisans font avorter la vision unitaire et l’action d’ensemble.

– Huit articles du statut amendés: le PPS se conforme à la loi sur les partis. Le PPS qui devait tenir une réunion du comité central a fini, samedi dernier à Rabat, par s’attrouper pour un congrès extraordinaire. Cela s’est passé quand 479 des 668 membres du comité central plus que le quota des 2/3 relèvera Khalid Naciri promu au rang de président de session ont répondu à l’appel du bureau politique pour une 12ème réunion ordinaire de l’instance officiellement convoquée pour se prononcer sur la pertinence d’amender le statut du parti afin qu’il traverse sans encombre le sas de la loi 29-11 sur les partis.

L’OPINION:.
– Royale dénonciation de la politique politicienne: Que chacun assume ses responsabilités. SM le Roi n’apprécie pas la politique politicienne qui entrave le bon déroulement des institutions élues, ni la rente politique et il le fait savoir. Le discours prononcé le vendredi 11 octobre 2013, à l’ouverture de la 1ere session de la 3ème année législative de la 9ème législature, est un message on ne peut plus explicite adressé à qui de droit. Les élus du peuple, que ce soit à l’échelle des collectivités locales ou du parlement, sont tenus de remplir leurs missions, celles pour lesquelles ils ont été choisis par les citoyens électeurs, accomplissement qui laisse jusqu’à présent à désirer.

L’ECONOMISTE:.
– Discours royal: carton rouge pour la gouvernance de Casablanca. Les oreilles de Mohamed Sajid, maire de Casablanca, ont dû siffler alors que le Souverain prononçait, vendredi dernier, son discours à l’occasion de l’ouverture de la session d’automne du Parlement. La capitale économique a été donnée comme exemple des collectivités qui connaissent de grands disfonctionnements au niveau de la gestion locale. Surtout que le Souverain a insisté sur le rôle décisif des collectivités locales dans la réponse aux attentes des citoyens.

– Nouveau gouvernement: les perdants et les gagnants. Le chef du gouvernement n’ pas fait preuve de diligence dans la formation de sa nouvelle majorité: il lui a fallu 85 jours pour accoucher d’un gouvernement pléthorique, au vu du nombre de ministères: 39 membres alors que le sortant ne comptait que 31. Pour Abdelilah Benkirane, qui misait sur l’économie du train de vie de l’Administration, c’est raté. Cette pléthore de ministres provoquera au contraire des dépenses supplémentaires. Elle ne facilite non plus la coordination au sein de l’Exécutif. Et la logique de l’efficacité et de la rentabilité en pâtira.

LIBERATION:.
– Casablanca malade de ses élus. Une douche froide. C’est l’effet qu’a eu le discours royal sur les élus casablancais fustigeant leur gestion de la chose locale. Pour le Souverain, la capitale économique fait partie des collectivités territoriales qui « pâtissent d’une gestion défectueuse de la part des instances élues ». Une mise à l’index d’autant plus accablante que Mohamed Sajid, maire de la ville, et sa majorité ne cessent de crier haut et fort que Casablanca bouge et dans tous les sens grâce à la dynamique de développement insufflée par les actuels projets structurants. A les entendre parler lors des conférences de presse, on a l’impression que la capitale économique n’a rien à envier à New York, Londres ou Paris.

– Benkirane s’apprête à ôter le pain de la bouche du citoyen. Le président de la Fédération des boulangers-pâtissiers du Maroc (FBPM), El Houcine Azaz, vient d’annoncer qu’une rencontre avec le chef du gouvernement aura lieu après la fête de l’Aid Al Adha pour discuter du cahier revendicatif des professionnels du secteur et notamment la mise en application de l’accord 2011. Récemment, la FBPM a réitéré sa menace d’augmenter les prix du pain si l’Exécutif ne prenait pas en compte les revendications des professionnels et n’appliquait pas l’accord signé entre la Fédération et le gouvernement Abbas El Fassi en octobre 2011.

AL BAYANE:.
– Le PPS se dote d’un statut amendé conforme à la loi organique sur les partis politiques. Contrairement à d’autres partis politiques qui ont été dans l’obligation de changer totalement leurs statuts pour être en conformité avec la nouvelle loi, le congrès extraordinaire du PPS n’a apporté que quelques retouches ayant représenté au total huit amendements de forme pour être dans l’esprit de la loi organique N 29.11.

– Discours royal à l’occasion de l’ouverture de l’actuelle session parlementaire: une feuille de route pour les élus. Le discours, prononcé vendredi par SM le Roi Mohammed VI à l’occasion de l’actuelle session parlementaire, représente une véritable feuille de route pour les députés, dans laquelle le Souverain a fixé le cap et défini les contours de l’action parlementaire. Le Souverain a invité les parlementaires à faire montre d’un sens patriotique élevé et à être des inconditionnels de l’esprit de consensus pour élaborer des lois, en nombre suffisant évidemment, mais surtout dotées d’une haute qualité législative.

EL ASSIMA POST:.
– Ejection d’El Otmani du gouvernement: Benkirane s’attire les foudres des PJDistes. Le président du groupe parlementaire du PJD à la Chambre des représentants, Abdellah Bouanou, indique que « Benkirane, qui a subi de fortes pressions durant les négociations pour la formation de la nouvelle équipe gouvernementale, souffre du stress qui s’est manifesté dans ses relations avec les parlementaires du parti », ajoutant que « le ministre d’Etat Abdellah Baha a pu absorber la colère des élus ».

– Experts: pléthore injustifiée de ministres et un retour en force des « technocrates » dans le gouvernement Benkirane II. L’universitaire et l’analyste politique Miloud Belkadi estime qu’il est important de trouver des solutions sociales. Pour sa part, l’universitaire Mohamed Zinedine s’attend une homogénéité de la nouvelle équipe gouvernementale.

BAYANE AL YAOUM:.
– SM le Roi Mohammed VI fustige la gestion de la chose locale à Casablanca et appelle à la mobilisation pour faire face aux ennemis de l’intégrité territoriale, et ce lors de son discours à l’occasion de l’ouverture de la session d’automne du Parlement.

– Le PPS affirme sa détermination à poursuivre la lutte pour la démocratie, la justice sociale et la dignité. Lors de la 12e session du comité central du parti du Livre, Nabil Benabdellah, secrétaire général du parti, a affirmé que « les critiques adressées au gouvernement dans sa deuxième version étaient attendues », ajoutant que le gouvernement « doit poursuivre les chantiers des réformes ».

ASSABAH:.
– Mohamed Sajid: Je n’ai pas présenté ma démission. Le maire de Casablanca a démenti les allégations de certains sites sur sa présumée démission du conseil de la ville de Casablanca, insistant, dans une déclaration au journal, qu’il restera en fonction et que les réunions sont en cours pour passer à la vitesse maximale dans la réalisation des projets et la mise en œuvre des orientations contenues dans le discours royal.

– Colère royale sur les dirigeants de Casablanca. Le discours royal, prononcé vendredi à l’occasion de l’ouverture de la 1ere session de la troisième année législative de la neuvième législature, a adressé des critiques acerbes aux responsables chargés de la gestion de la capitale économique. Le discours royal a envoyé des messages forts aux élus, aux électeurs et aux dirigeants des partis politiques, jetant la lumière sur l’ensemble de problèmes dont souffre la ville, qu’il a qualifié de « la ville des disparités sociales les plus criantes « .

– SM le Roi appelle à une offensive diplomatique dans la question du Sahara pour faire face aux manœuvres des ennemis de l’intégrité territoriale. Dans son discours prononcé vendredi à l’occasion de l’ouverture de l’année législative du parlement, le Souverain a souligné que la question du Sahara « s’est trouvée cette année en butte à des défis majeurs que nous avons pu relever grâce à la force de notre position et à la légitimité de notre cause ».

– USFP: retour de la fronde. Le courant Démocratie et ouverture mené par Ahmed Zaidi a condamné « le désengagement de la direction du parti du contrat moral conclu avec le courant ». Dans un communiqué, le courant a mis en garde contre « les répercussions des pratiques d’exclusion exercées sur des militants du parti qui peuvent, par désespoir et frustration, quitter le parti

AL AHDATH AL MAGHRIBIA:.
– Le discours royal dévoile les maux de la capitale économiques. Dans son discours prononcé vendredi à l’occasion de l’ouverture de la 1ere session de la troisième année législative de la neuvième législature, SM le Roi a qualifié Casablanca d’un espace des grandes contradictions, un centre de la finance et des affaires, mais aussi de la misère, du chômage. Un jour après ce discours, des sociétés chargées de la collecte des déchets ont mobilisé 400 camions et 30 tractopelles.

– La composition du gouvernement critiquée: Benkirane riposte. Selon des sources proche du PJD, le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a répondu vivement aux critiques que lui ont adressées les élus Abdellah Bouanou et Maa Al Ainine, et le secrétaire général de la Jeunesse PJD, Khalid Boukari, lui reprochant de faire des concessions pénibles en admettant certains noms dans la nouvelle équipe gouvernementale.

ANNAHAR AL MAGHRIBIA:.
– Dans son discours prononcé vendredi à l’occasion de l’ouverture de l’année législative, SM le Roi a appelé à une nouvelle gestion de l’espace de Casablanca et attiré l’attention des partis politiques sur la nécessité d’œuvrer pour l’émergence de compétences et d’élites régionales nouvelles, qui soient aptes à prendre en main les affaires publiques locales. En ce qui concerne la question du Sahara, le Souverain a mis l’accent sur la nécessité d’une forte mobilisation et des initiatives efficaces pour contrecarrer les ennemis de la nation et déjouer les stratagèmes illégitimes auxquels ils ont recours.

AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI:.
– Les responsables du parlement en réunion sur la gestion du temps destiné au contrôle du gouvernement. Les présidents des deux Chambres et des groupes parlementaires tiennent lundi une réunion destinée à trancher le différend entre les deux Chambres. Dans son règlement intérieur, la Chambre des représentants prévoit mardi comme jour de la séance hebdomadaire des questions orales visant le contrôle de l’action du gouvernement, alors que la Chambre des conseillers s’accroche au même jour pour le même but.

AL ALAM:.
– Abdelali Hamieddine, l’un des dirigeants du PJD, a déclaré mercredi que le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane et le PJD n’ont pris connaissance du mémorandum du Parti de l’Istiqlal qu’à travers la presse.

ATTAJDID:.
– Dans son discours prononcé vendredi à l’occasion de l’ouverture de l’année législative, SM le Roi a appelé à une forte mobilisation et des initiatives efficaces pour contrecarrer les ennemis de la nation. Le Souverain a également fustigé le mode de gestion adopté par certains Conseils élus qui se sont succédé à la gestion de la ville de Casablanca, ainsi que les antagonismes stériles entre leurs composantes respectives. Pour Abdelmalek Lkhili, membre du PJD au conseil de la ville de Casablanca, la négligence de la société chargée de la collecte des déchets serait à l’origine du blocage de cette ville.

AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA:.
– Un jour après la naissance du gouvernement, les tempêtes du PJD se déchainent sur sa composition. Le chef du gouvernement et secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, a tenu vendredi une réunion houleuse avec les parlementaires de son parti, selon des sources ayant pris part à cette rencontre. Ces mêmes sources ont également révélé que Benkirane était furieux lors de cette rencontre et a attaqué les parlementaires qui avaient exprimé des opinions renfermant des critiques, les accusant de perturbateurs.

– L’opposition réclame une nouvelle déclaration gouvernementale d’autant qu’il s’agit d’une nouvelle majorité. Mais, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, déclare que le gouvernement n’a pris aucune décision au sujet de la possibilité de présenter une déclaration gouvernementale.

RISSALAT AL OUMMA:.
– Les parlementaires ont unanimement affirmé que le discours prononcé vendredi par SM le Roi, à l’occasion de l’ouverture de la nouvelle année législative du parlement, constitue une feuille de route pour l’avenir, en vue d’optimiser le rendement de l’institution parlementaire, du gouvernement et des conseils communaux.

– Le PJD a essuyé un échec dans les négociations avec Salaheddine Mezouar et cédé au résultat gagnant-perdant. Des sources concordantes ont indiqué que la sphère des furieux contre Benkirane s’étend de plus en plus au sein du parti de la lampe, estimant que Benkirane se trouve entre le marteau des voix revendiquant la tenue d’une réunion extraordinaire du conseil national et l’enclume d’une rage des faucons du parti.

AL MASSAE:.
– Casablanca: après le discours royal, le bureau du conseil de la ville en réunion urgente. Le bureau du conseil de la ville de Casablanca s’est hâté de tenir samedi une réunion urgente pour examiner les remarques relevées sur la ville par SM le Roi Mohammed VI dans son discours prononcé vendredi à l’occasion de l’ouverture de l’année législative du parlement. Selon des sources ayant pris part à cette réunion, le Bureau a décidé de prendre des mesures urgentes visant à nettoyer la ville, éliminer les points noirs qui connaissent des inondations en hiver et s’employer à réaliser des grands projets relatifs au développement des infrastructures.

– SM le Roi: le mandat parlementaire n’est pas une rente politique. Dans son discours prononcé vendredi à l’occasion de l’ouverture de l’année législative du parlement, SM le Roi Mohammed VI a précisé qu’il s’agit d' »une représentation de la nation, d’une mission nationale majeure, et non d’une rente politique ». Au sujet du mandat communal, le Souverain a fait état d’un déficit de gouvernance à Casablanca, relevant entre autres « le mode de gestion adopté par certains Conseils élus qui se sont succédé à la gestion de la ville et les antagonismes stériles entre leurs composantes respectives ».

AL KHABAR:.
– Ouverture de l’année législative du parlement: SM le Roi adresse de forts messages aux acteurs politiques. Dans son discours prononcé vendredi à l’occasion de l’ouverture de l’année législative du parlement, SM le Roi Mohammed VI a appelé les parlementaires à se servir du dévouement et de l’abnégation, ainsi que d’un patriotisme sincère et d’un sens élevé du devoir dans l’accomplissement de leurs responsabilités.

– En marge de l’ouverture de l’année législative du parlement, Salaheddine Mezouar a présenté des excuses aux journalistes pour les fautes qu’il aurait commises durant les rounds des négociations ayant précédé la formation d’une nouvelle coalition gouvernementale. Dans ce cadre, Hamid Chabat, secrétaire général du Parti de l’Istiqlal, a relevé « un sureffectif » dans cette nouvelle coalition, qu’il a comparé à celui qui existe dans les classes de CP.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *