Revue de presse marocaine du 11/10/2013

0 commentaires, 11/10/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une des revue de presse marocaine quotidiens parus ce vendredi 11 octobre.

AUJORUD’HUI LE MAROC:.
– Le nouveau gouvernement est là: de gros calibres et des femmes. Le PJD est arrivé à maintenir Idriss Azami au budget mais les amis de Salaheddine Mezouar ont réussi à prendre en charge un grand pôle de ministères à vocation économique. Deux noms ont particulièrement retenu l’attention : Moulay Hafid Elalamy, nouveau ministre de l’Industrie et du Commerce, et Mohamed Boussaid, ministre de l’Economie et des finances, qui arrivent tous les deux sous les couleurs du RNI.

– Le dernier amendement du gouvernement Benkirane: projet de loi fixant les jours et les horaires de travail. La dernière réunion du conseil de gouvernement a abouti à l’adoption d’un nouveau dispositif juridique fixant les jours et les horaires de travail dans les administrations publiques et les collectivités locales. Il ressort de ce nouvel amendement que « les administrations publiques et les collectivités locales en plus des fonctionnaires et agents exerçant de l’éducation et de la formation, peuvent, sur décision du ministre chargé de la Fonction publique et de la modernisation de l’administration, et après consultation du chef du gouvernement, fermer leurs portes pour une durée limitée, de manière exceptionnelle et chaque fois que c’est nécessaire ».

– La CCG incontestablement efficiente: une première à l’échelle nationale. Afin d’améliorer constamment l’efficience des dispositifs de garantie, la Caisse centrale de garantie a commandité une étude sur l’impact de la garantie institutionnelle. Selon les conclusions de l’étude, l’impact de la garantie à l’échelle du portefeuille a été clairement démontré à travers des investissements réels dépassant les prévisions, un comportement globalement satisfaisant des PME garanties et une contribution significative à l’économie en comparaison avec le niveau des dotations allouées.

LIBERATION:.
– Violentes manifestations contre la police de Mellilia. La barrière, qui sépare le Maroc de Mellilia a vécu, avant-hier, au rythme des protestations organisées par des Marocains contre les mesures tatillonnes de contrôle opérées par la police espagnole. Les évènements sont survenus au cours de l’après-midi du mercredi au poste de Béni Ansar.

– Payer pour des « visas de complaisance », une pratique illégale, voire 100 pc haram. Pour des raisons liées à des travaux visant l’amélioration des infrastructures des Lieux Saints, l’Arabie Saoudite s’est voulue intransigeante quant à la limitation du nombre de visas accordés. Une mesure, qui a aussitôt abouti à l’apparition d’un réseau spécialisé, à ce qu’il apparaît, dans ce qui est appelé « visas de complaisance », délivrés contre des sommes allant de 20.000 à 50.000 DH d’après quelques candidats-haj qui ne s’embarrassent pas de l’illégalité d’une pratique cent pour cent haram. Dernière trouvaille, plusieurs pèlerins marocains n’ayant pas pu obtenir un visa en bonne et due forme pour les raisons précitées se sont vus proposer des visas d’un pays voisin qui n’est autre que la Mauritanie. Selon certaines sources, ils seraient au nombre de 70 candidats qui ont embarqué sur un vol de Casablanca vers Jeddah.

L’OPINION:.
– L’infertilité des couples au Maroc, une tragédie médicale et sociale ignorée. Combien de bébés éprouvettes sont nés au Maroc? Aujourd’hui, certains observateurs du secteur médical au Maroc s’interrogent sur l’absence de statistiques sur cette activité, aussi bien lucrative que coûteuse, rangée sous le label de procréation médicalement assistée (PMA). Si cette question est soulevée aujourd’hui, c’est parce que des dizaines, voire des centaines de couples marocains, vivent leur stérilité comme une tragédie médicale et sociale. De même, il n’existe aucune liste officielle des centres marocains agréés en PMA.

– Quatre régions créent environ la moitié de la richesse nationale. Dans sa note d’information relative aux comptes régionaux, le Haut-Commissariat au plan note que quatre régions sur 16 créent environ la moitié de la richesse nationale (48,9 pc) du PIB en valeur : Grand Casablanca (19,8 pc du PIB), Rabat-Salé-Zemmour-Zaer (12 pc), Chaouia Ouardigha (8,8 pc) et Marrakech-Tensift-Al Haouz (8,3 pc). Les régions ayant réalisé des taux de croissance du PIB supérieurs à la moyenne nationale (5 pc) sont celles de Chaouia-Ouardigha (+25,8 pc), du Sud (+ 10 pc), de Doukkala-Abda (+8 pc), de Gharb-Chrarda-Béni Hssen (+7,3 pc), du Grand Casablanca (+7,2 pc) et de Meknès-Tafilalt (+6 pc). * LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB:.- Règlement de l’affaire du Sahara. L’approche du Maroc défendue devant la 4ème commission de l’ONU. Devant la quatrième commission, qui se réunit à New York en marge de la 68ème session de l’Assemblée générale de l’ONU, des experts internationaux, des Sahraouis originaires des provinces du Sud, des parlementaires et des acteurs associatifs ont défendu l’approche marocaine concernant le règlement du confit du Sahara, notamment le plan d’autonomie que le Royaume a proposé en 2007 et qui bénéficie de l’appui des principales capitales occidentales.- Indice de prospérité. En 2013, le Maroc est le pays le plus prospère du Maghreb. C’est ce qui ressort du Légatum Prosperity Index 2013 privé par l’organisation internationale privée londonienne, The Legatum Institute (LI) et qui cible 38 pays africain. En effet, le Maroc caracole toujours en tête dans la région du Maghreb, comme ce fut le cas lors du précédent index. Il est suivi de la Tunisie (4e), de l’Algérie (6e) et la Mauritanie (26e), tandis que l’Egypte termine à la 11e place. Sur le plan africain, le Maroc figure dans le trio de tête, respectivement devancé par le Botswana et l’Afrique du Sud.

AL BAYANE:.
– Ouverture de la session d’octobre du parlement: faire prévaloir la concertation et faire preuve de sérénité. La session d’octobre sera consacrée à l’élaboration des 13 lois organiques prévues sur le plan législatif. L’accent sera mis beaucoup plus sur les projets de lois structurants. Le ministre chargé des Relations avec le parlement, Lahbib Choubani, vient de déclarer que l’hémicycle passera cette année à la vitesse supérieure en matière législative. Il a précisé qu’il est temps de faire prévaloir la concertation et faire preuve de sérénité notamment pour les projets de lois structurants.

– Droits de l’homme dans le Sahel: la commission parlementaire mixte Maroc-UE rectifie dans le bon sens le rapport Tannock. Les efforts de la Commission parlementaire mixte Maroc-UE se sont traduits par « le retrait d’un nombre importants d’amendements » et permis de « formuler 38 amendements d’un commun accord avec tous les groupes parlementaires européens » concernant le rapport du Parlement européen « Charles Tannock » sur « la situation des droits de l’homme dans le Sahel ».

L’ECONOMISTE:.
– Session « d’adieu » au Conseil de la concurrence. Le mandat de ses membres expire, en effet, le 13 octobre. Une occasion pour l’équipe « sortante » de dresser le bilan de ses 5 années d’exercice. Plus de 20 études ont été réalisées en interne par le Conseil de la concurrence ou commanditées auprès d’experts marocains pour la plupart. Ce Conseil a également émis 44 avis suite à des saisines du gouvernement ou d’associations professionnelles.

BAYANE AL YOUM:.
– Nouvelle session parlementaire: de larges débats et de décisions économiques stratégiques à l’horizon. Les débats seront probablement ardents durant la nouvelle session parlementaire, qui s’ouvre aujourd’hui vendredi, notamment autour des certaines questions épineuses, telles que la réforme de la Caisse de compensation et l’indexation des prix des produits pétroliers.

ASSABAH:.
– Le RNI impose sa structure à Benkirane. Le RNI n’est pas entré à la nouvelle coalition gouvernementale en remplacement du Parti de l’Istiqlal, mais sa participation résulte d’un vaste remaniement ministériel, qui a provoqué une onde de choc au sein de la première version du gouvernement de Benkirane. L’octroi du portefeuille de l’Intérieur à Mohammed Hassad et la nomination de Salaheddine Mezouar aux Affaires étrangères figurent parmi les changements marquants ayant été produits sur la composition du premier gouvernement.

AL MASSAE:.
– Les patrons des boulangeries décident de hausser le prix du pain de 10 à 30 centimes. Coup dur pour le gouvernement et le pouvoir d’achat des Marocains: les patrons des boulangeries ont décidé d’augmenter le prix du pain de 10 à 30 centimes selon les régions. Mais, la hausse des prix demeure tributaire des résultats d’une prochaine réunion avec le chef du gouvernement, qui a promis de régler les problèmes du secteur.

– Mauvaise gestion financière dans l’Education nationale: El Ouafa saisit les tribunaux. Le ministre de l’Education nationale, Mohamed El Ouafa, a déféré à la justice des dossiers relatifs à la mauvaise gestion financière dans son département. Lors d’un entretien, M. El Ouafa a relevé que la réforme de l’enseignement passe inévitablement par le redressement des dysfonctionnements qui entachent le secteur, soulignant le rôle de l’opinion publique et de la société civile en matière de contrôle.

RISSALAT AL OUMMA:.
– La nouvelle coalition se prépare pour déposer Karim Ghellab. Des sources concordantes ont déclaré au journal que la nouvelle majorité gouvernementale ferait ses préparatifs en vue d’écarter Karim Ghellab de la présidence de la Chambre des représentants. Selon ces mêmes sources, les partis de la coalition se sont accordés sur Rachid Talbi Alami comme successeur de Ghellab.

– Transport: la grève reportée après Aid Al Adha. Lors de leur dernière réunion, les professionnels du secteur du transport ont appelé à faire bénéficier le secteur du transport du gasoil professionnel à l’instar de la pêche maritime. Ils ont en outre décidé de repousser leur mouvement de grève jusqu’après Aid Al Adha, tout en appelant à une réunion pour définir les priorités et s’accorder sur une décision, qui serait signée par tous les syndicats.

AL ALAM:.
– La hausse des prix du pain, une simple question de temps. Réunie mercredi à Casablanca, la Fédération nationale de la boulangerie et pâtisserie a décidé d’augmenter les prix du pain en cas d’échec du dialogue, qui sera ouvert avec le gouvernement dans les jours à venir.

ANNAHAR AL MAGHRIBIA:.
– Le Parlement ouvre sa session d’automne avec un nouveau règlement intérieur. La nouvelle rentrée parlementaire va connaitre des modifications au niveau de la carte politique après le changement des rôles entre le PI qui a quitté le gouvernement et le RNI qui l’a remplacé. Selon les nouvelles dispositions du règlement intérieur de la Chambre des représentants, la séance des questions orales sera réduite de cinq à deux heures durant la nouvelle année législative.

ATTAJDID:.
– L’ancien ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Saâd Dine El Otmani, a affirmé dans une interview accordée au journal qu’il est un militant politique et qu’il ne ménagerait aucun effort au service l’intérêt du pays.

– Hami Dine : les sorties de Chabat seraient liées à d’autres motivations. Lors d’une émission télévisée, Abdelali Hami Dine, membre du PJD, a relevé que la sortie de Hamid Chabat, secrétaire général du PI, serait peut être liée à d’autres motivations.

AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA:.
– Départ d’El Otmani du ministère des AE: les raisons! Abdelilah Benkirane est en grande partie responsable du départ de Saâd Dine El Otmani du ministère des Affaires étrangères et de la coopération car il ne lui a pas offert de protection politique et il le critiquait tout le temps.

ASSAHRAE AL MAGHRIBIA:.
– Mohammed Ouzzine : le prix des billets du Mondial prendra en compte le pouvoir d’achat. Le ministre de la Jeunesse et des sports, Mohammed Ouzzine, a assuré que les prix des billets de la coupe du monde des clubs fera la part du pouvoir d’achat des citoyens, ajoutant que la FIFA a fixé , en coordination avec le comité d’organisation, les prix des billets, qui varieront entre 100 et 2.000 dirhams.

AL AHDATH AL MAGHRIBIA:.
– Des concessions ont permis de sortir le gouvernement Benkirane II de l’impasse. Le nombre des départements ministériels est passé à 39 contre 31 au précédent gouvernement. Le nouveau gouvernement compte 15 nouveaux ministres, dont un tiers de femmes. Le PJD garde 11 portefeuilles, le PPS obtient quatre portefeuilles supplémentaires, le Mouvement populaire se voit attribuer deux ministères de plus et le RNI obtient 8 ministères, soit deux portefeuilles de plus par rapport au Parti de l’Istiqlal au sein du gouvernement Benkirane I.

EL ASSIMA POST:.
– Les fonctionnaires du ministère chargé des Relations avec le parlement en sit-in. Ces employés ont décidé d’organiser un sit-in vendredi devant le siège du ministère, afin de protester contre le refus de ce département de leur octroyer la prime habituelle de l’Aïd Al Adha.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *