Revue de presse marocaine du 08/10/2014

0 commentaires, 08/10/2014, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres des revue de presse marocaine développés par les quotidiens parus ce mercredi 08 octobre 2014.:

Le Matin du Sahara et du Maghreb.:

– Rabat: SM le Roi lance les travaux du Grand Théâtre et inaugure le Musée Mohammed VI. SM le Roi Mohammed VI, accompagné de SA le Prince Moulay Ismail, a procédé mardi au lancement des travaux de réalisation du Grand Théâtre de Rabat, un symbole du renouveau culturel et artistique de la capitale du Royaume. Ce projet vise à améliorer l’accès de la population locale aux structures d’animation culturelle et artistique, avec tout ce qui en découle en termes de développement du potentiel intellectuel et des capacités créatives. Le même jour, le souverain a aussi inauguré le Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain, un projet phare qui contribuera à la conservation et au rayonnement du patrimoine artistique et civilisationnel du Royaume. Ce musée tend également à promouvoir, sensibiliser et initier un large public à la création artistique contemporaine et participer à la vie culturelle du pays.

– L’Union marocaine du travail (UMT), la Confédération démocratique du travail (CDT) et la Fédération démocratique du travail (FDT) menacent d’observer une grève générale. « La situation devient intenable à cause du comportement du gouvernement », a déclaré mardi le secrétaire général de l’UMT Miloudi Moukharik. Ce dernier, qui était l’invité du forum de la MAP, a affirmé que le dialogue entre les syndicats et le gouvernement n’arrivait toujours pas à voir le bout du tunnel, comme en atteste le gel du dialogue social. Il a également dénoncé les décisions gouvernementales qui « ont porté un coup dur au pouvoir d’achat et aux libertés syndicales ». Face à cet état de fait, l’UMT, en coordination avec la CDT et la FDT, a décidé de mener une grève nationale dont la date sera arrêtée dans les jours qui viennent.

Assabah.:

– Hausse prévue des salaires du secteur privé. Ces salaires augmenteraient de 4 à 5 pc à fin 2014, selon les résultats d’une enquête annuelle sur les salaires réalisée par le bureau d’études « Dior ». Cette enquête, qui a été menée en partenariat avec « Mercer », spécialiste mondial du conseil, a concerné 120 entreprises, contre 114 une année auparavant.

– Benmokhtar annonce des mesures pédagogiques urgentes. Le ministre de l’Education nationale et de la formation professionnelle Rachid Benmokhtar a promis d’adopter les suggestions formulées par les professeurs ayant participé aux rencontres de consultations sur l’école marocaine tenues dans le cadre du projet pédagogique. Dans une lettre que le ministre a adressée aux professeurs à l’occasion de la Journée mondiale des enseignants, célébrée le 5 octobre, Benmokhtar a affirmé qu’outre l’élaboration d’une stratégie prospective du secteur, son département envisage de fixer les mesures à caractère prioritaire et d’étudier les moyens de les mettre en oeuvre.

L’Economiste.: 

– CGEM: Bensalah se lâche. L’investissement public et quelques secteurs restent des locomotives de la croissance, mais c’est le climat des affaires qu’il faut améliorer dans l’ensemble « pour libérer l’acte d’entreprendre et créer un cercle vertueux », selon la présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Miriem Bensalah-Chaqroun. Pour qu »il y ait enfin une offre agrégée aux plans social, fiscal, de l’accès au financement et de la formation professionnelle, « tout le monde doit travailler dans le même sens et avec la même volonté ». C’est à cette condition que l’on accélérera la création de richesses et d’emplois.

– Renault Tanger: Un nouveau rythme. « Vous allez voir une véritable montée en cadence à Tanger ». Ce sont là les proposés de Carlos Ghosn, PDG de Renault-Nissan. Le patron est très optimiste pour le développement de ce site de production. Il promet une accélération du rythme de production dès les prochains mois. Des réajustements seront aussi au programme.

– Traitement des déchets: Une PME marocaine se positionne au Mali. La tournée royale réussie en Afrique, assortie de nombreux forums économiques et rencontres B to B, commence à produire les premiers résultats. La convention relative à l’assainissement de la ville de Bamako (Mali), conclue la semaine dernière par les autorités maliennes, d’une part, et la direction du groupe « Ozone environnement et Services » d’autre part, en est une illustration.

– Le FMI confiant dans ses prévisions pour le Maroc. Dans ses dernières projections pour le Maroc, le FMI table sur des perspectives de croissance pour 2014 et 2015 de l’ordre de 3,5 pc et 4,7 pc. « L’application de réformes structurelles commence à porter ses fruits et on prévoit que la croissance s’accélère en 2015 », indique le Fonds. Une hausse de l’investissement privé est « attendue à la faveur d’un regain de confiance, d’un gonflement des recettes du tourisme et d’une augmentation des exportations ».

Al Bayane.:

– Réforme des retraites: Moukharik plaide pour une approche participative dans le chantier des réformes de retraites. Le secrétaire général de l’Union marocaine du travail (UMT), Miloudi Moukharik, a indiqué que l’UMT est favorable à la « prolongation volontaire » de l’âge de retraite jusqu’à 65 ans, ainsi que la prise en compte de la pénibilité dans le travail.

– Agadir à l’heure de l’essor économique. Une volonté manifeste d’aller de l’avant. La ville d’Agadir est en passe de connaître des signes de redressement de plus en plus saillants. La succession salutaire des derniers walis, notamment l’actuel, connu pour la sagesse et la dextérité de ses conduites, a certes impulsé cette métropole et boosté son expansion à plus d’un titre. Ces responsables, à la différence de leur prédécesseur, se sont surtout attelés à la décrispation des tensions, au balisage des terrains et à la mutualisation des énergies.

Aujourd’hui le Maroc.:

– En attendant le rapport du Conseil d’Azziman sur l’enseignement prévu fin 2014: Benmokhtar fait son propre diagnostic. Le ministère de l’Education nationale et de la formation professionnelle vient de rendre publics 4 rapports détaillés contenant les résultats des rencontres de concertation autour de l’école marocaine, organisées du 28 avril à la mi-juillet derniers. Un total de 101.785 participants ont pris part à ces rencontres, représentant l’ensemble des acteurs éducatifs, des élèves, des partenaires du ministère, des acteurs politiques et de la société civile ainsi que des experts. Les intervenants ont appelé à réduire le nombre de matières et de manuels et de privilégier la qualité à la quantité.

– Grève nationale et réforme des retraites: Moukharik invite le gouvernement au dialogue. Invité au forum de la MAP, Miloudi Moukharik, secrétaire général de l’Union marocaine du travail (UMT), s’est exprimé au sujet des dossiers les plus chauds de la rentrée syndicale, à savoir la réforme du système des retraites, la grève nationale et le gel du dialogue social. Moukharik a notamment expliqué que l’UMT était favorable à la prolongation « volontaire » de l’âge de la retraite jusqu’à 65 ans, tout en prenant en compte la pénibilité du travail. Il a également appelé à la mise en place d’une haute autorité d’orientation des systèmes de retraite où siègeront les représentants des divers acteurs concernés, chargés d’accompagner la réforme en cours.

L’Opinion.:

– « Le gouvernement est préoccupé par les équilibres économiques aux dépens du dossiers social » (coordinateur général de l’UGTM). Kafi Cherrat, coordinateur général de l’UGTM a critiqué la façon dont le gouvernement gère la chose publique, en particulier le dossier social, estimant que l’actuel exécutif accorde la priorité aux équilibres macro-économiques aux dépens des équilibres sociaux et du pouvoir d’achat des citoyens. Rappelant « l’immobilisme » qui marque le dialogue social et l’échec du gouvernement d’engager un examen sérieux des grands dossiers et d’impliquer les partenaires sociaux et politiques dans plusieurs décisions et chantiers sensibles, Cherrat a relevé dans un entretien accordé à la presse que la rentrée sociale sera marquée par une tension à tous les niveaux.

– Le discours de SM le Roi à l’AG de l’ONU, une feuille de route pour refonder le dialogue méditerranéen. Le discours de SM le Roi Mohammed VI adressé à l’Assemblée générale de l’ONU constitue une feuille de route pour refonder le dialogue entre les deux rives de la Méditerranée sur des bases plus solides et plus équilibrées, a affirmé, mardi à Paris, Zeina El Tibi, présidente de l’Association des femmes arabes de la presse et de la communication (AFACOM). Intervenant lors d’un colloque international sur « Le dialogue euro-méditerranéen au féminin », initié par l’AFACOM et l’Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture (ISESCO), Mme El Tibi a noté que ce discours met les Etats occidentaux et les institutions qui en dépendent devant leur responsabilité à soutenir les pays du Sud, une démarche qui doit prévaloir dans le processus de dialogue euro-méditerranéen.

Libération.:

– Le dirham de trop de M’Dina Bus. M’Dina Bus opte pour la méthode forte en vue d’inciter les Casablancais à adhérer à son système de billetterie. Elle vient de décider une augmentation d’un dirham sur le prix des tickets actuels et cela afin d’encourager les clients à utiliser les tickets électroniques vendus à 4 DH l’unité. En effet, le gestionnaire du transport public du Grand Casablanca tente de remplacer les billets traditionnels par « Mdina Moov », une carte prépayée qui permet à l’usager de payer son titre de transport en utilisant le solde de sa carte. Une méthode musclée qui n’a rien de légal puisque l’augmentation des prix a été décidée sans le feu vert du Conseil de la ville de la capitale économique. « La décision a été prise unilatéralement par l’administration de M’Dina Bus sans l’aval de la commune urbaine et sans attendre l’accord du Comité de suivi chargé de discuter ce genre de décisions », a précisé une source syndicale. Les responsables de M’Dina Bus emboîtent ainsi le pas aux dirigeants de la société Lux Transport qui ont décidé, en décembre 2012, d’augmenter leurs tarifs de 50 centimes pour les porter à 4,50 DH au lieu de 4 DH sans que le Conseil de la ville et encore moins la wilaya n’en aient été préalablement avisés.

– Renault envisage de fabriquer ses moteurs au Maroc. C’est une éventualité que le Maroc ne peut qu’espérer voir se concrétiser. A un mois de l’inauguration de son usine d’Oued Tlelat (Oran) en Algérie, le groupe automobile Renault annonce qu’il envisageait d’ouvrir une unité de fabrication de moteurs au Maroc en vue de servir la demande locale de plus en plus forte et réduire ses coûts de production au Royaume. « Nous y réfléchissons, mais nous avons d’abord besoin d’avoir une chaîne d’approvisionnement plus forte sur le terrain », a déclaré Thierry Bolloré, directeur délégué à la compétition du constructeur français, en marge du Salon de l’automobile de Paris (du 4 au 19 octobre). Selon Europe.autonews.com, un site consacré à l’actualité du marché automobile, qui rapporte les propos de ce dernier, Thierry Bolloré a déclaré qu’une usine de moteurs serait logique, étant donné que Renault a la capacité de construire 400.000 véhicules/an dans les usines de Tanger et Casablanca.

Al Ahdath Al Maghribia.:

– « Nous n’hésiterons pas une seconde à observer une grève nationale », a promis Miloudi Moukharik, secrétaire général de l’UMT, lors du forum de la MAP, tenu mardi. « Le gouvernement assumerait l’entière responsabilité en cas de grève », a-t-il dit.

– Le Géoparc de la région Tadla-Azilal labellisé par l’Unesco. Le Géoparc du M’Goun, situé dans la région Tadla-Azilal, a obtenu récemment le prestigieux label « Global Geopark » décerné par l’Unesco. Le Maroc devient ainsi le premier pays arabe et africain à intégrer le Réseau mondial des Géoparcs.

Bayane Al Yaoum.:

– Le Conseil de la concurrence devient une institution constitutionnelle indépendante dotée de pouvoirs renforcés. Le président de ce Conseil, Abdelali Benamour, a affirmé récemment que cette institution est désormais dotée des pouvoirs d’auto-saisine et de plaidoyer. Benamour, qui présentait les deux projets de loi sur « le Conseil de la concurrence » et « la liberté des prix et de la concurrence » lors d’une conférence de presse, a ajouté que ce conseil pourrait aussi mener des enquêtes afin d’instruire les affaires dont il aura été saisi.

– Seddiki: « On table sur une réduction du taux de chômage de 8 pc à fin 2016 ». Le ministre de l’Emploi et des affaires sociales, Abdeslam Seddiki, a affirmé dans une déclaration à la presse que le gouvernement tâcherait d’atteindre ce taux si le pays parvenait notamment à réaliser des taux de croissance satisfaisants.

Al Mounaataf.:

– Réforme des retraites: Les affiliés de la CMR signent une pétition « réprobatrice ». Les affiliés actifs au régime des pensions civiles à la Caisse marocaine des retraites (CMR) lancent une pétition pour exprimer leur protestation contre les décisions « unilatérales » prises par le gouvernement concernant notamment la réforme du système des retraites.

– L’Organisation démocratique du travail (ODT) réclame une politique économique et sociale « juste ». Dans un communiqué rendu public par son bureau exécutif, ce syndicat a appelé le gouvernement à améliorer les conditions de travail des salariés et des fonctionnaires et rendre meilleure leur vie quotidienne en adoptant une politique économique, sociale et de développement « plus juste ».

Assahra Al Maghribia.:

– Lachgar disculpe El Youssoufi et accuse « des parties » de faire obstacle à la coordination avec le Parti de l’Istiqlal. Dans un communiqué émanant du bureau politique de l’USFP, rendu public à l’issue de sa réunion jeudi, le premier secrétaire du parti de la Rose, Driss Lachgar, a considéré que des parties hostiles à son parti mettent à exécution un plan visant tous les membres de l’USFP en répandant des rumeurs sur l’existence d’une crise « imaginaire » au sein du parti. Lachgar a ajouté que cette nouvelle « sans certitude » n’a ménagé aucun membre du parti de la Rose, y compris ses dirigeants historiques.

Akhbar Al Yaoum Al Maghribia.:

– Code de la route: De lourdes sanctions attendent les conducteurs en état d’ébriété. Le ministre délégué en charge du Transport, Mohamed Najib Boulif, a indiqué qu’il sera procédé à l’application des contrôles d’alcoolémie et à la détection du taux d’alcool existant dans l’air expiré par les automobilistes contrôlés. Les contrevenants s’exposent à une peine de prison pouvant aller jusqu’à un an, à une amende de 1 million de centimes et au retrait du permis de conduire.

– A propos de la Marocaine victime de rumeurs liées au virus « Ebola ». Le directeur d’épidémiologie et de lutte contre les maladies au Ministère de la Santé au Maroc réaffirme qu’aucun cas suspect d’Ebola n’a été enregistré parmi les Marocains tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Royaume.

Al Alam.:

– Réforme des retraites: Une pétition portant plus de 3.500 signatures a été lancée par des personnes défendant les droits des adhérents actifs et retraités au régime des pensions civiles à la Caisse marocaine des retraites (CMR) pour dénoncer ce qu’ils qualifient de réformes « improvisées et anarchiques du gouvernement ». Houcine El Mardi, membre du conseil d’administration du CMR, estime que cette pétition vise à empêcher le gouvernement de poursuivre son plan de réforme du secteur.

– Le secrétaire général du Syndicat national des chauffeurs de taxis, Ahmed Saber, affirme que les professionnels du secteur refusent les nouveaux taxis qu’ils considèrent comme « inutilisables ». Ceux-ci reprochent au ministère du Transport ne pas les avoir consultés au sujet du renouvellement du parc des taxis.

– Des défis attendent la rentrée parlementaire. La retraite et la Caisse de compensation, des projets de loi qui augurent d’une rentrée sociale animée. Parmi ces défis figurent également la mise en oeuvre des nouvelles dispositions constitutionnelles afin de réhabiliter l’institution législative.

Rissalat Al Oumma.:

– Manifestation nationale pour dénoncer la « régression sur les acquis des femmes ». L’Alliance civile pour l’opérationnalisation de l’article 19 de la Constitution organise, le 25 octobre, une manifestation dans le but de faire pression sur le gouvernement en vue de la mise en oeuvre dudit article. Des associations féminines et des droits de l’Homme y participeront afin d’amener le gouvernement à placer en tête de ses engagements urgents la question de l’égalité entre les sexes en matière de droits civils, sociaux, économiques, culturels, politiques et environnementaux.

Al Ittihad Al Ichtiraki.:

– Régions: Des entreprises de la région du Souss demandent au gouvernement d’injecter 100 milliards de centimes au budget de l’Académie régionale de l’éducation nationale à Agadir. Ce montant servira à régulariser le versement des dettes dues aux entreprises de travaux et de construction.

– Enseignement: 18 responsables à l’Université Mohammed V de Rabat menacent de démissionner au cas où le ministre de l’Enseignement supérieur persisterait à vouloir nommer au poste de président de cet établissement une personne sur laquelle pèsent des soupçons dans le cadre d’affaires de corruption. L’Instance nationale de protection des biens publics (INPBP) considère que ce cas constitue un « grave antécédent ».

Al Haraka.:

– Recyclage des déchets: La ministre déléguée chargée de l’Environnement, Hakima El Haïti, affirme que Casablanca a accumulé une importante expérience en matière de gestion du secteur de la propreté et du traitement des déchets. Le centre de tri et de recyclage des déchets ménagers et assimilés, dans la zone industrielle de Sidi Bernoussi, que SM le Roi Mohammed VI a visité, représente une expérience unique et singulière au niveau national, a souligné la ministre.

Al Massae.:

– Les secrétaire généraux des partis de l’opposition se réunissent au domicile de Driss Lachgar en vue de faire front au gouvernement. Cette rencontre, prévue ce jeudi, sera consacrée à la coordination entre les groupes des Chambres des représentants et des conseillers, avec au menu notamment les prochaines échéances électorales et la loi de finances 2015.

– La baisse du prix du gasoil, prévue le 16 octobre courant, fait monter d’un cran la tension entre les transporteurs et le gouvernement, suite à la décision de la Fédération nationale du transport routier dans les ports d’augmenter de 20 pc les tarifs de transport. Le ministre délégué en charge du Transport, Mohamed Najib Boulif, affirme ne pas comprendre cette hausse. Selon lui, les transporteurs ne doivent pas faire endosser la responsabilité au gouvernement et sont tenus d’assumer les conséquences de leurs revendications concernant la libéralisation du secteur.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *