Revue de presse marocaine du 31/12/2014

0 commentaires, 31/12/2014, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres des Revue de presse marocaine développés par les quotidiens nationaux paraissant mercredi 31 décembre:

Le Matin du Sahara et du Maghreb.:

– Gouvernance: Le Maroc bientôt doté d’une stratégie de lutte contre la corruption. Une stratégie nationale est nécessaire pour tracer le chemin de la lutte contre la corruption. Le président de l’Instance centrale de la prévention de la corruption (ICPC), Abdeslam Aboudrar, saisit chaque occasion pour souligner la nécessité de définir un plan gouvernemental clair visant à combattre efficacement le fléau de la corruption. Après de longues années d’attente, la stratégie de lutte contre la corruption devrait voir le jour prochainement, a souligné Aboudrar au forum de la MAP.

– Affaire Salma et Soumaya: La Cour d’Appel administrative de Rabat confirme l’annulation de la décision relative aux examens du baccalauréat des deux élèves. Cette juridiction vient de confirmer le verdict rendu en première instance portant annulation de la décision relative à l’échec pour cause de fraude des deux candidates aux examens du baccalauréat, les sœurs jumelles Salma et Soumaya Al Ahmadi. Selon une source judiciaire, la Cour d’appel s’est basée dans son verdict sur le fait que les deux élèves n’ont pas été prises en flagrant délit de fraude durant l’examen, l’obtention par les deux candidates de notes différentes en philosophie (14 et 15/20), d’autant que la commission de l’examen a réexaminé les copies des sœurs jumelles en s’arrêtant sur la matière de philosophie malgré la différence des réponses et des notes.

Al Bayane.:

– Réunion du bureau politique du parti du Progrès et du socialisme (PPS). Poursuite des efforts visant l’amélioration des contenus des projets de lois électorales. Les prochaines étapes doivent offrir une autre occasion pour améliorer ces textes, dans le but de leur permettre de garantir un cadre juridique électoral avancé susceptible de constituer une valeur ajoutée au processus de développement des acquis démocratiques.

– Couverture médicale des étudiants: Le gouvernement s’attèle à la préparation du dossier de la couverture médicale au profit des étudiants afin de leur favoriser les conditions adéquates pour qu’ils se consacrent entièrement aux études et aux activités universitaires, a affirmé le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, Lahcen Daoudi.

Aujourd’hui le Maroc.:

– Capital immatériel: Lancement d’un bilan. Le discours royal marquant la Fête du Trône fut l’un des moments forts de cette année 2014. SM le Roi Mohammed VI a appelé dans ce discours à la réalisation d’une étude permettant de « mesurer la valeur globale du Maroc entre 1999 et fin 2013 ». La tâche a été confiée au Conseil économique, social et environnemental, en collaboration avec Bank Al-Maghrib et les institutions nationales concernées, et en coordination avec les institutions internationales spécialisées. Pour le Souverain, « l’objet de cette étude n’est pas seulement de faire ressortir la valeur du capital immatériel du Maroc, mais également et surtout de souligner la nécessité de retenir ce capital comme critère fondamental dans l’élaboration des politiques publiques, et ce, afin que tous les Marocains puissent bénéficier des richesses de leur pays ».

– Des réformes en retard. A analyser avec recul le déroulement de l’année 2014, on ne peut que dresser un bilan très mitigé d’un Maroc en constante mouvance sociale. Aucun secteur n’est à exclure aux dépens d’un autre. Qu’il s’agisse de l’amélioration de niveau de vie, d’accès à la santé, à l’éducation, au logement ou encore la question migratoire dont le Maroc prend nouvellement des responsabilités en main, de bonnes annonces ont été faites, certaines promesses ont été tenues tandis que d’autres peinent à se concrétiser. Une chose demeure toutefois sûre, les visions stratégiques devraient converger dans un seul but, qui est celui du bien-être du citoyen si l’on veut que le Maroc d’aujourd’hui avance à pas sûrs.

L’Economiste.:

– Exportations françaises: Le Maroc de retour. La plateforme Maroc est en train de gagner des places dans le classement des exportations. En 2015, le Royaume devra reprendre sa place dans la cartographie des destinations privilégiées des exportations françaises. Il sera le 6ème plus important marché à l’export des entreprises de l’Hexagone. Surprenant, le Maroc séduit même mieux que les Etats-Unis, l’Italie et l’Allemagne, selon les projections d’une étude de la compagnie d’assurance-crédit Euler Hermes.

– Les forfaitaires font plier le gouvernement. Les lobbies ont fonctionné à plein régime. L’obligation de tenue de registres paraphés par le fisc pour les contribuables dont le revenu professionnel est déterminé selon le régime du bénéfice forfaitaire a été abrogée par la loi de Finances 2015. On se souvient du tollé qu’avait soulevé la mesure, via notamment la mobilisation des petits commerçants. La tenue du registre est ainsi remplacée par la production de pièces justificatives des achats, fournitures et ventes. Cela veut dire que cette catégorie de contribuables devra se mettre à la comptabilité.

L’Opinion.:

– Maghreb. L’année 2015 dans un baril de pétrole: Rente stérile contre développement durable. Le baril de pétrole à 53 dollars, c’est la joie à Rabat, mais la tristesse à Alger. La plupart des experts prédisent que les cours du pétrole resteront bas pendant l’année 2015. Peut-être même à moins de 50 dollars. Ce qui veut dire une agréable marge de manoeuvre pour le gouvernement marocain, qui a tablé sur un baril à 103 dollars dans sa loi de finances pour l’année prochaine. Et un énorme manque à gagner donnant, déjà, bien des soucis au gouvernement algérien, qui a assis son budget sur un cours de pétrole à 120 dollars.

– L’Instance centrale de prévention de la corruption (ICPC) a reçu 3096 plaintes liées à des cas présumés de corruption entre 2009 et 2013, a affirmé son président, Abdesselam Aboudrar. M. Aboudrar, qui était mardi l’invité du Forum de la MAP autour de la thématique « L’ICPC: quelle stratégie pour vaincre la corruption? », a d’autre part relevé que le passage de l’ICPC à l’Instance nationale de probité, de prévention et de lutte contre la corruption constituera  »un saut qualitatif dans la lutte contre ce fléau ».

Libération.:

– Vers l’amélioration du revenu des producteurs de produits du terroir. C’est pour la troisième année consécutive, que l’Agence pour le développement agricole (ADA) met en place son programme d’action concernant la mise à niveau des groupements de producteurs des produits du terroir. Ainsi, dans le cadre de la stratégie de développement de la commercialisation des produits du terroir, l’ADA lance, selon un communiqué de l’agence, des sessions de formation au profit de 200 coopératives, associations et groupements d’intérêt économique sur les aspects liés à l’établissement des plans d’affaires afin de leur permettre d’intégrer l’économie de marché.

– Baisse de 1,3 pc de l’indice des prix à la production des industries manufacturières. L’indice des prix à la production du secteur des « industries manufacturières » a enregistré une baisse de 1,3 pc au cours du mois de novembre 2014 par rapport au mois d’octobre dernier, selon le Haut-commissaire au plan (HCP). Cette baisse est attribuable à la régression de 11,6 pc des prix de « cokéfaction et raffinage », de 0,3 pc de la « fabrication d’autres produits minéraux non métalliques » et de 0,9 pc de la « fabrication de textile », a expliqué le HCP dans une note relative à l’indice des prix à la production industrielle, énergétique et minière (IPPIEM) du mois de novembre.

Assabah.:

– Le Chef du gouvernement accueille la nouvelle année sous le signe de la grève générale. Le gouvernement fera face à la deuxième sortie dans la rue de l’Union marocaine du travail (UMT), la Confédération démocratique du travail (CDT) et la Fédération démocratique du travail (FDT), qui menacent d’observer une grève générale, après que les négociations soient arrivées au point mort.

– Laensar refuse la sortie de Ouzzine du gouvernement. Le secrétaire général du Mouvement populaire (MP) a tenu, mardi, une réunion avec les députés et conseillers du parti au cours de laquelle Mohand Laensar s’est opposé au retrait du ministre de la Jeunesse et des sports, Mohamed Ouzzine, du gouvernement, bien que la tendance générale soit en faveur de la démission de ce dernier.

Bayane Al Youm.:

– Réunion du bureau politique du Progrès et du socialisme (PPS). Le parti appelle à poursuivre les efforts visant à améliorer le contenu des programmes électoraux et salue les initiatives du parti dans le cadre de la campagne de sensibilisation à l’inscription sur les listes électorales.

Al Ahdath Al Maghribia:.

– Le ministre délégué chargé des Affaires générales et de la gouvernance, Mohamed Louafa, a indiqué que le projet de loi relatif à l’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption, approuvé par le gouvernement en juillet dernier et soumis à la commission de la justice, de la législation et des droits de l’Homme à la Chambre des représentants, peut faire l’objet d’amendements. « Le chef du gouvernement vous donne le feu vert pour amender cette loi dans son intégralité », a déclaré le ministre à l’adresse des parlementaires.

Al Mounaataf:

– Le secrétaire général du Front des forces démocratiques (FFD), Mustapha Benali, a critiqué avec virulence la situation de l’enfance dans les camps de Tindouf. Le « polisario » ne trouve plus rien à commercialiser si ce n’est le drame humanitaire des enfants séquestrés, a-t-il affirmé à la clôture du troisième congrès national du Forum Jayl Al Ghad.

Assahara Al Maghribia:

– Driss Lachgar entame la bataille de la récupération de la presse de l’Union socialiste des forces populaires (USFP). Le bureau politique du parti a pris la première mesure pour trancher au sujet de la « bataille de l’information » en convenant de tenir sa prochaine réunion au siège de l’organe de presse du parti à Casablanca. Il annonce ainsi la mise en oeuvre des décisions de la commission administrative qui avait recommandé d’accélérer le transfert de tous les biens de l’USFP en son nom, dont les journaux « Al Ittihad Al Ichtiraki » et « Libération » dont le capital appartient à Abdelhadi Khayrat.

Rissalat Al Oumma.:

– Le président du Réseau marocain pour la protection des deniers publics, Mohamed Meskaoui, a indiqué que le gouvernement doit mettre en place un programme législatif relatif à la lutte contre la corruption, appelant le ministère de la Justice à relancer les dossiers gelés.

Al Assima Post.:

– Le gouvernement s’apprête à livrer bataille aux lobbies des carrières de sable. Le ministre de l’Equipement, du transport et de la logistique, Aziz Rebbah, a assuré que son département coordonne, dans ce sens, avec les walis et gouverneurs de toutes les régions ainsi qu’avec les délégués provinciaux relevant de son département. Le gouvernement livrera des batailles dans le domaine de la libéralisation des carrières dans le but de garantir plus de transparence et d’en finir avec le monopole de ce secteur qui a duré des années, a affirmé le ministre en réponse à une question orale à la Chambre des représentants.

Attajdid.:

– Le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, table sur le rapatriement de 20 milliards d’avoirs détenus à l’étranger à fin 2014. L’amnistie fiscale a permis, jusqu’à présent, de récupérer 15 milliards de DH.

Akhbar Al Yaoum.:

– Amnistie fiscale: 1500 milliards de centimes d’avoirs illégaux détenus à l’étranger ont été rapatriés aux banques marocaines, la caisse de l’Etat a gagné 150 milliards de centimes. Outre la contribution libératoire instituée par le gouvernement, la récupération de ce montant a été possible grâce aux correspondances adressées par les banques européennes aux Marocains établis à l’étranger, les pressant de déclarer leurs biens aux autorités marocaines. Selon des experts, ce montant ne représente que 15 pc de l’ensemble des avoirs illégaux détenus à l’étranger, le reste n’étant pas encore déclaré.

– Le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, fait profiter les étudiants de la couverture médicale au prix de 400 dirhams. La commission ministérielle chargée de la réforme de la couverture médicale, réunie lundi, a approuvé la décision d’élargir la couverture médicale à tous les étudiants de l’enseignement supérieur et de les faire bénéficier de l’une des meilleures offres disponibles, à savoir celle de la Caisse nationale des organisations de prévoyance sociale (CNOPS). Cette mesure couvre également les étudiants établis à l’étranger.

Al Alam.:

– La ligue des professeurs istiqlaliens de l’enseignement supérieur met en garde contre la détérioration de la situation dans plusieurs établissements universitaires. Le bureau national de la ligue a souligné que le dialogue et la concertation demeurent le principal moyen de réformer le système de l’enseignement. Il a appelé le gouvernement à tenir ses promesses contenues dans le programme gouvernemental, notamment en ce qui concerne la création d’un observatoire national pour l’adaptation de la formation aux besoins du marché de l’emploi et l’actualisation de la stratégie nationale en matière de recherche scientifique.

Al Massae.:

– Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, recommande à ses confrères de « persévérer sur la voie de la réforme dans le cadre de la stabilité » tout en faisant preuve de confiance et de modération. Benkirane a tenu ces propos lors de la réunion, lundi, du secrétariat général du parti, durant laquelle les participants ont dressé un bilan positif du mandat du PJD à la tête du gouvernement.

– Sur fond de libéralisation des prix des produits pétroliers, les associations de protection des consommateurs montent au créneau et dénoncent l' »imprudence » de Benkirane. Le président du Forum marocain du consommateur, Chams Eddine Abdati, a signalé que « le consommateur pâtira, à court et moyen termes, de la libéralisation des prix des produits pétroliers » dans la mesure où les entreprises du secteur seront plus préoccupées par la réalisation de profits que par la mise à disposition de ces produits à des prix convenables.

Al Haraka.:

– Le président de l’Instance centrale de prévention de la corruption (ICPC) a considéré qu’il est « normal » que ce fléau se prolifère dans le monde rural en l’absence de moyens de lutte. M. Aboudrar, qui était mardi l’invité du Forum de la MAP, a d’autre part souligné que le projet de loi relatif à l’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption, qui a été soumis au parlement, a maintenu certains types de corruption en dehors du champ de compétence de l’ICPC, dont des actes de corruption dans les domaines administratif, politique et économique.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *