Revue de presse marocaine du 31/07/2013

0 commentaires, 31/07/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne paraissant ce mercredi 31 Juillet :

+L’ECONOMISTE+:
– Discours royal: priorité à la croissance. Le Souverain a tranché le débat sur la fiscalité de l’agriculture, qui avait dominé les Assises fiscales en avril dernier. Désormais, les petits et les moyens agriculteurs continueront à bénéficier des exonérations qui devaient en principe cesser d’ici la fin d’année. Seules les grandes exploitations seront soumises aux impôts. Les dépistions de cette décision seront traduites dans la prochaine loi de Finances. D’ailleurs, l’agriculture occupe une place de choix dans le discours royal. Ainsi, le Souverain a invité le gouvernement à mettre en place une agence spéciale, qui sera chargée de la mise en adéquation de la stratégie agricole et l’espace territorial de la population concernée.

– La CNSS réclame la gestion active de ses réserves. C’est une petite révolution qui se prépare à la CNSS. Son conseil d’administration a adopté une résolution qui devrait lui permettre d’opérer une gestion active de ses fonds de réserves. Elle cible l’amendement du dahir de 1972 sur la Sécurité sociale pour pouvoir migrer vers ce nouveau mode de gestion tout en gardant la CDG comme gestionnaire.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+
– Le discours royal est porteur de plusieurs messages à la Nation: La recette du Maroc, un round-up royal très instructif. Dans son discours, SM le Roi Mohammed VI a encouragé à aller de l’avant pour réaliser davantage de progrès. L’une des annonces phares du discours royal a concerné la fin de l’exonération fiscale pour les grands investissements dans le secteur agricole au terme de cette année. Des exonérations fiscales qui continueront cependant à bénéficier aux petits agriculteurs. Le Souverain a affirmé qu’au-delà de la croissance, « Notre objectif fondamental demeure la réalisation de la justice sociale qui est le socle de la cohésion ».

– Mohamed El Ouafa remercié par son parti. Le parti de l’Istiqlal vient d’expulser Mohamed El Ouafa de ses rangs. Selon un communiqué du parti, cette décision vient après que l’actuel ministre de l’Education nationale ait refusé de présenter sa démission du gouvernement après la décision du conseil national du parti de se retirer de la majorité.

– 35 cas de viol, 11 de meurtre, 7 de suicide, 18 de menace et 16 d’enlèvement: l’école, trop dangereuse pour nos enfants? Bien que la violence en milieu scolaire soit loin d’être naissant, son ampleur ne cesse d’inquiéter et les faits constamment révélés par les médias effraient. Selon une étude sur les indices de violence au sein et aux alentours des établissements scolaires, récemment élaborée par le ministère de l’Education nationale, pas moins de 203 cas de violence ont été recensés entre septembre 2012 et juin 2013.

LIBERATION:
– El Ouardi veut placer son chef de cabinet à la tête de la Fondation Hassan II de la santé: vive dénonciation des syndicats. Certains gros pontes de l’administration sont habitués du fait. Leurs appels d’offres, même taillés, sur mesure, débouchent comme par enchantement sur des marchés de gré à gré. Est-ce pour leur ressembler que le ministre de la santé vient de défrayer la chronique et de provoquer l’ire des cinq syndicats les plus représentatifs du secteur en tentant de proposer son directeur de cabinet au poste de président de la Fondation Hassan II pour la promotion des uvres sociales au profit du secteur public de la santé?

– Troisième triste one man show de Benkirane à la Chambre des représentants: Le chef du gouvernement a fait un monologue de 25 minutes devant les députés de trois groupes parlementaires sur un total de huit. Le PJD a du mal à avaler la sortie du parti de l’Istiqlal du gouvernement. Il ne rate aucune occasion pour fustiger son ex-allié qui a décidé de claquer la porte au nez de la majorité et de rejoindre les rangs de l’opposition. Lundi, c’était au tour d’Abdellah Bouanou, président du groupe PJD à la Chambre des représentants, d’ouvrir le feu sur le parti de la Balance en critiquant l’absence du groupe istiqlalien lors de la séance mensuelle de politique générale. Pour lui, cette absence est incompréhensible puisque c’est le groupe istiqlalien qui a proposé le sujet et fait sa promotion auprès d’autres présidents de groupes parlementaires.

LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB:
– Diplomatie royale: une vision solidaire et un projet de société. Dans un entretien avec le journal, Youssef Amrani, ex-ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération, souligne que dans un contexte de mutations, mais aussi de turbulences et de violence, la diplomatie marocaine sous l’égide du Souverain n’a eu de cesse d’apaiser, de régulariser et de renforcer les relations avec les partenaires et les voisins, mais aussi d’anticiper pour éviter et prévenir les clashs de civilisations.

LE SOIR ECHOS
– Discours du Trône: Appel à plus de progrès et d’efforts. Le discours du Trône de 2013 aura cette caractéristique, et paradoxalement dirions-nous, de ne pas se distinguer des autres! Autrement dit, de demeurer fidèle à une constante qui est à la pédagogie royale, ce que la conviction est à la politique. Le Roi Mohammed VI, qui a modifié les règles de la communication depuis son accession au Trône le 30 juillet 1999, fait l’économie du temps et non des mots, mais ne néglige aucune dimension quant aux problématiques qu’il aborde.

– Parlement: Benkirane boudé par les députés. La séance mensuelle de questions orales au chef du gouvernement fait l’objet d’un boycott de la part de l’opposition depuis trois mois déjà. Mais cette fois-ci, c’est le groupe istiqlalien, toujours dans la majorité, qui décide également de boycotter la séance. Le boycott de l’Istiqlal a été décidé, selon un communiqué du comité exécutif du parti, pour répondre « à l’attaque abusive qui avait mené le chef du gouvernement à l’égard du groupe parlementaire de l’Istiqlal à la Chambre des conseillers, le 26 juin dernier ».

L’OPINION:
– Un nouveau scandale se profilerait au ministère de la Santé: Les syndicats montent au créneau. Les quatre syndicats les plus représentatifs du secteur de la santé affiliés à la CDT, la FDT, l’UGTM et l’UNTM ont eu vent de la proposition par le ministre de la santé de son directeur de cabinet au poste de président de la Fondation Hassan II des uvres sociales du secteur de la santé. Proposition que le Chef du gouvernement aurait, de son côté, soumis au Conseil de ce dernier pour examen et adoption. Les quatre syndicats précités, selon un communiqué conjoint, dénoncent et rejettent en bloc cette décision et ils invitent tant le ministre de tutelle que le Chef du gouvernement à y renoncer purement et simplement. AL KHABAR:

– SM le Roi Mohammed VI encourage le gouvernement Benkirane à poursuivre son action. Dans son discours adressé mardi à la Nation à l’occasion de la fête du Trône, le Souverain a encouragé le gouvernement à aller de l’avant avec autant de volonté et de détermination « pour réaliser davantage de progrès ». Concernant la réforme de la justice, le Souverain a appelé à la mobilisation « pour mener à son terme cette importante réforme », notant avec satisfaction l’aboutissement à une charte de la réforme du système judiciaire, pour laquelle « toutes les conditions requises sont désormais réunies ».

– Pour ces raisons, Benkirane fait pencher la balance en faveur du remaniement ministériel! Le chef du gouvernement et SG du PJD, Abdelilah Benkirane, a révélé le secret qui a poussé le PJD à faire pencher la balance en faveur du remaniement ministériel au lieu des élections législatives anticipées, expliquant cette décision par la volonté du parti de la lampe d' »édifier une nation avec toutes les parties » et « en commun », mais « selon la position de chacun sur la scène politique ». Lors d’une réunion avec les parlementaires de son parti à Rabat, M. Benkirane a en outre affirmé que la relation entre le PJD et le RNI « est bonne ».

– Bouanou fustige le désengagement politique de l’opposition. Le président du groupe parlementaire PJD à la Chambre des représentants a fustigé l’opposition pour son boycott de la séance mensuelle de l’interpellation du Chef du gouvernement lundi, soulignant que tous les groupes ont ratifié le nouveau règlement intérieur de la Chambre, dans le cadre de la commission spéciale, et ils devaient respecter le résultat du vote. Il a, par ailleurs, ouvert le feu sur le parti de l’Istiqlal, faisant savoir que son absence est incompréhensible puisque c’est le groupe istiqlalien qui a proposé le sujet de la séance et fait sa promotion auprès d’autres présidents de groupes parlementaires.

– RNI: Mezouar incite certains dirigeants à voter contre la participation au gouvernement. Une source bien informée au sein du RNI a révélé que le président du parti Salaheddine Mezouar tente, lors de ses rencontres avec les membres du Conseil national du parti, d’inciter certains dirigeants à voter contre la participation du parti de la Colombe au gouvernement, de manière à dire que le parti n’est pas soumis aux diktats et que la décision revient au Conseil national.

AL AHDATH AL MAGHRIBIA
– Benkirane: l’élaboration des lois organiques relève « exclusivement » du gouvernement. Lundi, lors d’une réunion avec les parlementaires de son parti, le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a estimé que l’élaboration des lois organiques relève « exclusivement » des membres du gouvernement, soulignant que les divergences éclatées autour du projet de loi organique portant sur les modalités de fonctionnement des commissions d’enquête parlementaires « ont été exagérées ».

– Participation au gouvernement Benkirane II: des dirigeants de l’UC pestent contre les positions « ambigües » du chef du gouvernement. Dans des déclarations au journal, ces dirigeants ont indiqué qu’Abdelilah Benkirane n’a pas adressé une invitation expresse à l’UC comme il l’a fait avec le RNI en vue de la participation au prochain gouvernement, ajoutant qu’il ne s’est pas non plus contenté de mener des consultations « passagères » avec le parti du cheval comme celles qu’il avait effectuées avec le PAM et l’USFP.

AL ALAM
– Fête du trône: le discours royal trace les contours d’un nouveau Maroc. Le discours royal à la Nation à l’occasion de la Fête du Trône traduit une forte détermination à poursuivre la réalisation du projet marocain fondé sur la croissance économique. Il est également un appel au gouvernement pour aller de l’avant avec autant de volonté et de détermination pour réaliser davantage de progrès.

AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI
– « La minorité » de Benkirane atermoie la clôture de la session printanière de la Chambre des représentants et le vote sur le règlement intérieur. Les partis de ce qui reste de la majorité (PJD, MP et PPS) se sont opposés lundi à soumettre le règlement intérieur au vote lors de la séance plénière, entraînant le report sine die de ces rendez-vous législatifs. Pour Ahmed Zaidi, président du groupe parlementaire de l’USFP, « ce qui se passe au parlement relève du tripatouillage ».

– Louardi dément les allégations relatives à l’opposition du PJD à la nomination du directeur de son cabinet à la tête de la Fondation Hassan II pour la promotion des uvres sociales. Dans une déclaration au journal, le ministre de la Santé El Houssaine Louardi a affirmé que les allégations faisant état de l’examen, lors du dernier conseil du gouvernement, de la nomination dans les hautes fonctions au sein de son département ou de l’opposition du PJD à la nomination du directeur de son cabinet en tant que président de la Fondation Hassan II pour la promotion des uvres sociales, sont « infondées et mensongères », notant par ailleurs qu’il n’avait pas pris part à ce conseil pour des raisons de santé.

ANNAHAR AL MAGHRIBIA
– Les concertations en vue de constituer une nouvelle majorité: Négociations difficiles entre Benkirane et Mezouar. A l’approche des « véritables » consultations pour la formation d’une nouvelle majorité, les surenchères commencent à s’élever. Le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane n’a pas assimilé le plafond des revendications brandies par le RNI, alors que les militants du parti de la Colombe exercent des pressions sur leur président afin qu’il fasse front à Benkirane et pose ses conditions en position de force.

ASSABAH
– La moyenne et la petite agriculture continuent de bénéficier de l’exonération fiscale. Dans son discours adressé à la Nation à l’occasion de la fête du Trône, SM le Roi Mohammed VI a continué de faire bénéficier les petits et moyens agriculteurs de l’exonération fiscale. Il a aussi réitéré la détermination à persévérer pour « donner corps à Notre projet sociétal » alliant croissance économique pérenne, développement durable et solidarité sociale et la ferme volonté de maintenir le cap pour parachever les institutions constitutionnelles et répondre aux impératifs de bonne gouvernance. Le Souverain a en outre souligné que l’Initiative nationale pour le développement humain constitue une véritable feuille de route pour une vision de développement globale et audacieuse, mettant en relief par ailleurs la responsabilité de l’Algérie en tant que partie concernée par le litige autour du Sahara marocain.

– La Caisse de compensation brouille les cartes de Benkirane. Des sources officielles indiquent que la réforme de la Caisse de compensation a dominé les rencontres du chef du gouvernement Abdelilah Benkirane avec les partis qui pourraient remplacer le Parti de l’Istqilal au sein du gouvernement, soulignant que les chantiers de réformes, qui sont coûteux sur le plan politique, renforcent les chances des partis libéraux qui disposent de bases mobiles réunissant consommateurs et producteurs, ce qui est difficile à supporter par des partis qui adoptent le discours des revendications sociales, tels que les partis de gauche, ou bien par ceux qui fondent leur action sur des bases sociales fixes, comme le Parti de l’Istiqlal.

– Le gouvernement prive les MRE de la participation politique. Lundi, lors la séance mensuelle des questions orales à la Chambre des représentants, le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a souligné l’impossibilité de garantir actuellement aux Marocains résidant à l’étranger leurs pleins droits politiques, dont notamment le droit de vote et d’éligibilité à partir des pays d’accueil, en raison des contraintes politiques.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *