Revue de presse marocaine du 30/05/2013

0 commentaires, 30/05/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce jeudi:.

+LIBERATION+:.
-Un grand oral de Benkirane sans l’opposition. « Si nos revendications ne sont pas satisfaites, nous ne participerons pas, vendredi, à la séance mensuelle d’interpellation du Chef du gouvernement ». Le président du groupe parlementaire ittihadi à la Chambre des représentants est formel. Si aucun accord n’est trouvé sur le point nodal de la répartition du temps de parole, cette séance se fera sans les députés du parti de la Rose. Le RNI et le PAM ont, eux, déjà fait savoir qu’ils n’assisteraient pas au grand oral de Benkirane « si nos remarques sur le temps de parole ne sont pas prises en compte ». A l’USFP, on pointe la majorité pour la désigner comme seule responsable de la situation actuelle. Le temps de parole n’est pas une simple affaire technique mais une question de fond qui concerne l’application simple de la Constitution. Les cadors socialistes en sont profondément convaincus: Le parti majoritaire veut conforter ses positions et museler l’opposition dont le statut est désormais stipulé par la Loi fondamentale. Et dès la toute première séance d’interpellation du Chef du gouvernement, les Socialistes ont exprimé leurs réserves relatives à la réforme de cette séance, choisissant d’y assister pour éviter le blocage et contribuer à préserver un nouvel acquis constitutionnel.

-Le petit pèlerinage suscite de grosses inquiétudes: La FNAVM dément toute restriction du nombre des Marocains candidats à la Omra. De nombreux Marocains craignent pour leur projet de la Omra (petit pèlerinage). Et pour cause. Le quota du Maroc tel qu’il aurait été arrêté par l’Arabie Saoudite s’élève à 10.000 places réparties entre les différentes agences de voyages et concernant la période commençant à une semaine du Ramadan et prenant fin deux semaines après l’Aïd. De quoi inquiéter, en effet, bon nombre de croyants qui préfèrent accomplir ce rite particulièrement au mois de Ramadan. A moins qu’il ne s’agisse-là que de ce genre de rumeurs qui accompagnent souvent toutes les campagnes de pèlerinage. Pour la Fédération nationale des agences de voyage du Maroc (FNAVM), il ne s’agit pas plus que de « rumeurs intéressées ». « Ces rumeurs émanent d’intermédiaires véreux qui tentent d’enchérir le droit de visa que toute personne désirant effectuer ce rite doit demander aux autorités saoudiennes », a fait savoir un membre de la Fédération.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Assemblées annuelles de la BAD au Maroc: Marrakech, capitale financière de l’Afrique. La BAD tient aujourd’hui et demain ses Assemblées annuelles à Marrakech sous le thème « Transformation structurelle de l’Afrique » qui constitue la pierre angulaire de la stratégie décennale (2013-2022) de la BAD. Cette stratégie réaffirme les choix stratégiques de la Banque que sont les infrastructures, l’intégration économique et le secteur privé et trace la voie à suivre pour parvenir à une croissance inclusive, partagée par tous les citoyens, de tous âges, sexes et régions et qui tient particulièrement compte des Etats fragiles d’Afrique, où vivent 200 millions de personnes. Cette croissance économique doit maintenant se traduire en une véritable transformation économique qui créera des emplois et offrira des opportunités aux populations. C’est pour cette raison que la prochaine décennie sera si déterminante, et que la Stratégie de la Banque africaine de développement pour la période 2013-2022 revêt une si grande importance.

+LE SOIR ECHOS+:.
-La BAD veut en finir avec la fuite des capitaux. Le constat est alarmant. Les sorties illicites de capitaux à partir de l’Afrique du Nord ont culminé 415,6 milliards de dollars, selon les chiffres disponibles pour la période 1980-2009. Selon un rapport présenté, mercredi à Marrakech, et réalisé par la BAD et l’Institution Global Financial Integrity, l’essentiel des transferts de capitaux à l’étranger émanent autant des fonds légaux que d’activités illégales (corruption, pots de vin, évasion fiscale, activités criminelles et contrebande). L’Afrique du Nord reste le fief par excellence de ces fuites. Sur la période 2000-2009, 83 pc des sorties de capitaux en provenance de l’Afrique sont issues de cette région, ce qui représente 30,4 milliards de dollars. Pour le Maroc, le seul chiffre relaté porte sur l’année 2005 et avance un total de 65,9 millions de dollars.

-Partis politiques: Le MP se conforme à la Constitution. C’est à l’issue d’une réunion ordinaire du Bureau politique le 10 avril dernier que l’annonce a été faite: Le parti de l’Epi tiendra un congrès extraordinaire le 29 juin prochain à Rabat. Lors de cette réunion du 10 avril, le bureau politique avait examiné les derniers développements de la scène politique, des organisations du parti et de la situation économique et financière. « Il s’agit d’un congrès exceptionnel », affirme Said Ameskane, SG adjoint du parti, affirmant qu’un seul point sera à l’ordre du jour: « L’adaptation des statuts du parti avec le nouveau texte constitutionnel et avec la loi relative aux partis politiques ». Et malgré des rumeurs faisant état de la tenue des élections pour un nouveau SG du parti en 2013, Said Ameskane a déclaré que celles-ci seront organisées en 2014 lors du congrès ordinaire.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Le Maroc et la BAD: Amani Abou Zeid dit tout. Dans un entretien accordé au quotidien, la Représentante de la Banque africaine de développement au Maroc a affirmé que « le Maroc est devenu au fil des années l’un des premiers clients de la BAD qui dispose d’un portefeuille extrêmement important dans le Royaume », ajoutant que « nos investissements ont dépassé les 10 milliards d’euros, ce qui traduit la place prépondérante qu’occupe le Royaume dans l’ensemble de nos activités ». Mme Abou Zeid a en outre indiqué que la vision BAD Maroc qui se décline à l’horizon 2016 a convenu de travailler sur deux piliers qui sont les infrastructures vertes ainsi que l’appui aux réformes et l’inclusion sociale, faisant savoir que la BAD dispose de fonds de transitions récemment établis dont elle a fait profiter le Maroc à cinq reprises. Le dernier en date fut le fonds de transition pour appuyer le dialogue avec la société civile.

+L’ECONOMISTE+:.
-Création d’entreprises: Coup de balai dans les procédures. Le gouvernement va procéder à l’allégement de soixante-dix procédures administratives. Ce processus de simplification vise particulièrement l’amélioration du climat des affaires. En tout cas, 52 mesures sont prêtes et seront déclinées d’ici fin juin 2013, le reste devra entrer en vigueur avant la fin de l’année. Certaines sont liées à la création de l’entreprise, un chantier dans lequel le Maroc a réalisé des avancées. Il a gagné 38 places dans le classement « Doing Business 2013 » de la Banque mondiale pour se hausser au 56ème rang et il compte poursuivre la simplification des procédures de création des entreprises en les allégeant au maximum. Au total 35 mesures de simplification liées à ce chantier sont finalisées.

-Jamais perdues, vos cotisations CNSS! Demi-mesure ou réparation d’une injustice pour les assurés n’ayant pas atteint le nombre minimum de jours de cotisations? Le Conseil de gouvernement, réuni mardi dernier, a approuvé le projet de loi amendant le régime de sécurité sociale. Une disposition inédite qui permettra aux salariés totalisant moins de 3.240 jours de cotisations à la CNSS de récupérer leurs versements, majorés du taux de rendement du fonds des réserves de la Caisse. Dans le schéma précédent, plusieurs milliers de personnes perdaient leurs cotisations faute d’avoir atteint le nombre minimal de jours de cotisations ouvrant droit à une pension.

+AL BAYANE+:.
-Dans l’attente de la réforme de la loi 06-99: De grands dossiers en stand-by au Conseil de la concurrence. Le Conseil de la concurrence, qui bouclera bientot ses cinq années d’existence, voit encore ses aspirations à l’autonomie, à l’indépendance du pouvoir décisionnel et d’auto-saisine renvoyées aux calendres grecques. Le projet de réforme de la loi 06-99 régissant le Conseil n’arrive toujours pas à atteindre le circuit parlementaire, et ce malgré les nombreuses échéances qui se profilent à l’horizon, notamment la fin du mandat du bureau actuel (octobre prochain) et la tenue des Assises internationales de la concurrence en 2014. La 25ème session du Conseil de la concurrence tenue, mardi à Rabat, a été l’occasion pour son président, Abdelali Benamor, de faire le point sur les dossiers inscrits à l’ordre du jour de cette session et de dresser le bilan des activités du Conseil depuis sa 24ème session organisée le 25 février dernier.

+L’OPINION+:.
-Réunion hebdomadaire du Comité exécutif de l’Istiqlal: Embauche des diplomés chomeurs du PV du 20 juillet. La direction du parti a exprimé sa grande fierté de la décision du tribunal administratif stipulant le recrutement de l’ensemble des concernés par ledit PV. Le Comité exécutif estime que le prononcé d’un tel jugement équitable devrait constituer une motivation, légale et authentique, pour le gouvernement afin de garantir le droit d’une catégorie des fils du peuple à l’emploi et à la vie décente. Et le Comité de conclure que le recours par le gouvernement à toute mesure autre que celle d’exécuter sans délai le jugement en question sera considérée comme un atermoiement dans l’exécution d’un engagement gouvernemental, et un arbitraire politique et personnel sans fondement.

+AL MASSAE+:.
-Après le remaniement ministériel: Les Istiqlaliens réclament un amendement de la Constitution! La direction du parti de la balance a anticipé l’arbitrage royal en réclamant, par la voix de Adil Benhamza, porte-parole officiel du parti, un amendement de la Constitution, tout en accusant le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane d’avoir « violé » l’article 101 de la Constitution qui stipule que « le Chef du gouvernement présente devant le Parlement un bilan d’étape de l’action gouvernementale, à son initiative ou à la demande du tiers des membres de la Chambre des Représentants ou de la majorité des membres de la Chambre des Conseillers. Une séance annuelle est réservée par le Parlement à la discussion et à l’évaluation des politiques publiques ». Pour Benhamza, cette séance n’a jamais été tenue par Benkirane depuis l’investiture du gouvernement il y a une année et demi.

-Aviation: L’organisme de consultation « Skytrax » classe, dans son rapport annuel « World Airline Awards », la Royal Air Maroc parmi les plus mauvaises compagnies aériennes internationales. Le rapport a révélé que la compagnie aérienne nationale occupe la 14ème place sur la liste des plus mauvaises compagnies aériennes dans le monde, soulignant que ce classement a été basé sur des études et des enquêtes menées par « Skytrax » sur la RAM, ainsi que sur les réponses d’un grand nombre de voyageurs aux questionnaires mis en place par cet organisme sur la qualité des prestations et des services offerts par la compagnie, le confort des sièges et la régularité des vols.

-Hakima Himmich, présidente de l’Association de lutte contre le sida, et l’ancien bâtonnier Abderrahim Jamai, président de l’Observatoire marocain des prisons, adressent une lettre au chef du gouvernement dans laquelle ils tirent à boulets rouges sur Hafid Benhachem, délégué général de l’Administration pénitentiaire et de la réinsertion, sur fond d’un communiqué publié par la délégation générale concernant le décès d’un détenu atteint du sida. Dans cette lettre, ils affirment que la démarche de la délégation constitue « une violation flagrante » des droits du défunt, de sa famille, de ses amis et de son entourage, alors que Benhachem a souligné qu’il s’agit d’un simple communiqué « explicatif », qui jette la lumière sur les circonstances du décès.

-La bataille autour du foncier se déclenche entre les cinq centrales syndicales et le ministère de l’Intérieur à Meknès. Un communiqué conjoint des cinq syndicats a indiqué que l’assiette foncière du ministère de la Santé a été « réduite » de manière considérable ces derniers temps, tout en imputant cette réduction à la transformation de plusieurs lots de terrains qui appartenaient au ministère en des services administratifs relevant d’autres départements ministériels. Les cinq syndicats ont par ailleurs mené une « campagne féroce » contre plusieurs responsables qui avaient la charge de la gestion du secteur dans la région de Meknès-Tafilalet, critiquant la cession de grandes superficies de terrains appartenant au ministère de la Santé à celui de l’Intérieur pour y construire des logements pour ses fonctionnaires.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Ministère de la Communication: El Khalfi place les militants du MUR aux dépens des cadres du ministère. Le dernier épisode de la « campagne de vengeance » menée par le ministre de la Communication, contre le personnel et les cadres de son département est la destitution du directeur des Affaires administratives et financières, Naji Choukri et du Chef de la division des Affaires du personnel, Aziz Chared à travers des lettres de suspension sans justification comme prévu par la loi. Des sources ont indiqué qu’après l’arrivée de directeurs issus du Mouvement Unicité et Réforme (MUR) au ministère et la nomination prochaine d’un SG du ministère, issu dudit mouvement, El Khalfi vise actuellement les autres divisions, notamment la division des affaires financières.

-Vers l’imposition de 800.000 appartements fermés. Le ministre de l’habitat, de l’urbanisme et de la politique de la ville, Nabil Benabdellah a souligné que le gouvernement envisage de mettre en place des impots sur les appartements fermés, faisant savoir que parmi les 800.000 appartements fermés au Maroc, 160.000 seulement sont destinés à la location, tandis que les propriétaires des autres appartements refusent de les louer en raison des problèmes liés au secteur de la location au Maroc. Intervenant mardi devant la Chambre des Conseillers, M. Benabdellah a également indiqué que les MRE seront exemptés de ces nouvelles mesures.

-Les avocats rejettent tout dialogue avec le ministère de la Justice. Un grand nombre d’avocats refusent de se rétracter et d’annuler la série d’actions

et de sit-in annoncés auparavant pour dénoncer le comportement hégémonique exercé par le ministère de tutelle à leur égard et protester contre la publication du décret relatif à l’assistance judiciaire dans le Bulletin officiel sans concertation au préalable avec l’association des barreaux des avocats. Dans ce sens, des sources concordantes ont indiqué que le communiqué rendu public par le ministère de tutelle n’engage nullement les avocats, ajoutant que l’association estime qu’il s’agit d’un simple communiqué et non pas d’un appel au dialogue.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Le gouvernement Benkirane met l’administration publique sous le controle des cadres du PJD. Le Conseil de gouvernement a approuvé, mardi dernier, un décret relatif à l’intégration des fonctionnaires en situation de détachement qui permet à ces derniers de postuler pour un poste de chef de service ou chef de division au sein de l’administration où ils sont détachés au détriment des cadres qui ont passé des années dans ces administrations. Selon plusieurs sources, les ministres PJDistes étaient pressés de valider ce texte pour qu’ils puissent placer leurs proches à la tête de plusieurs services au sein des administrations publiques.

-Les opposants à Driss Lachgar, Premier Secrétaire de l’USFP, critiquent sa gestion de la fusion avec le Parti socialiste et le Parti travailliste. Dans un communiqué, « le courant de la démocratie et de l’ouverture » a salué l’initiative de fusion, mais il a toutefois émis des réserves concernant l’exclusion des militants et des institutions du parti de la rose de la contribution à la prise de cette décision, faisant savoir que les différentes composantes du parti de la Rose auraient dû être impliquées dans un débat ouvert à ce propos afin de respecter les règlements et les institutions du parti.

-La direction de l’Istiqlal se félicite du jugement prononcé en faveur des diplomés-chomeurs contre Benkirane. La décision du tribunal administratif ordonnant le recrutement direct des diplomés-chomeurs signataires du PV du 20 juillet dans la fonction publique a occupé une place importante dans la réunion hebdomadaire du Comité exécutif du parti de l’Istiqlal, tenue mardi dernier, où les membres du comité ont estimé que ce jugement constitue un triomphe de leur point de vue. Dans ce cadre, Abdelkader El Kihel, membre du comité exécutif du parti, a déclaré que le Chef de gouvernement doit avoir le courage pour exécuter le verdict du tribunal, tout en critiquant la décision de Benkirane d’interjeter appel.

-Pacte social pour une compétitivité durable: La présidente de la CGEM ne parvient pas à faire signer ce document, qui avait été signé par l’UMT, l’UGTM et l’UNMT, par la CDT et la FDT qui insistent sur le fait que ledit pacte ne comporte aucun engagement précis au profit de la classe ouvrière. Selon des sources syndicales, la signature de ce Pacte a été reportée à une date ultérieure en raison de l’attachement des deux centrales syndicales à la nécessité de se mettre d’accord sur des engagements « réalisables ».

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Les quatre scénarios pour désamorcer la crise entre Chabat et Benkirane: Le premier scénario réside dans un remaniement ministériel « partiel » pour répondre à certaines revendications de l’Istiqlal, alors que le deuxième scénario consiste dans le retrait de l’Istiqlal du gouvernement et la formation d’un gouvernement minoritaire. Le troisième scénario prévoit l’entrée du RNI au gouvernement pour remplacer l’Istiqlal, alors que le dernier scénario stipule l’organisation d’élections législatives anticipées.

-Le parti de l’Istiqlal appelle le Chef de gouvernement à ne pas interjeter appel du jugement rendu par le tribunal administratif de Rabat qui a ordonné l’intégration directe des diplomés-chomeurs signataires du PV du 20 juillet dans la fonction publique et d’accélérer l’exécution de cette sentence. Dans un communiqué rendu public, la direction du parti de la Balance a indiqué que « toute mesure autre que celle d’exécuter sans délai le jugement en question sera considérée comme un atermoiement dans l’exécution d’un engagement gouvernemental, et un arbitraire politique et personnel sans fondement ». De son coté, le député PJDiste, Abdelaziz Aftati a souligné qu’il s’agit là d' »une surenchère et d’un chantage », affirmant que la Constitution souligne l’obligation d’exécuter uniquement les décisions « définitives » des magistrats et tribunaux dans les conditions définies par la loi.

-RAM: Des pourparlers marathoniens sans aucun résultat probant. Le DG de la Royal Air Maroc (RAM), Driss Benhima a tenu, mardi, des négociations marathoniennes avec l’Association marocaine des pilotes de ligne, qui ont duré plus de 5 heures mais sans aboutir à un accord pour la suspension de la grève annoncée par l’association pour le 15 juin prochain. Dans ce cadre, des sources ont indiqué que le gouvernement, contrarié par le timing de ca débrayage qui coïncide avec le début de la saison du retour des MRE et du pèlerinage, cherche à trouver des solutions alternatives telles que la mise en place de mesures préventives et dissuasives à l’encontre des grévistes et la location des services de pilotes pour préserver les intérêts de la compagnie aérienne.

-Crise de la majorité gouvernementale: Le courant pro-Zaidi sort de son mutisme. Le courant a averti la direction de l’USFP contre tout soutien d’une partie aux dépens d’une autre au sein de la majorité gouvernementale. Cette position intervient après que les partisans d’Ahmed Zaidi aient remarqué un certain rapprochement entre Driss Lachgar, Premier secrétaire de l’USFP, et Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal.

+ASSABAH+:.
-Le ministère de l’Intérieur « se débarrasse » du soupçon de « fabrication » de la carte électorale. Le ministère a entamé le compte à rebours des préparatifs des prochaines élections par un projet portant révision de plusieurs critères et principes relatifs à la délimitation des ressorts territoriaux des collectivités territoriales, et ce en abandonnant la manière qui était suivie jusque-là, à travers notamment l’annulation de la création de nouvelles collectivités sur décision administrative et la réduction de la forte influence de plusieurs communes rurales sur les résultats des votes dans les villes.

-La tension regagne la RAM avec l’annonce par les pilotes de ligne d’une grève préventive de 48 heures à partir de la mi-juin et d’un sit-in samedi prochain. Pour Najib Ibrahimi, de l’Association marocaine des pilotes de ligne, l’atermoiement de la compagnie à mettre en Âœuvre les dispositions de l’accord signé il y a plus d’une année a attisé les tension déjà existantes, reconnaissant néanmoins que la compagnie aérienne nationale a connu une crise financière qui a poussé les pilotes à renoncer à l’équivalent de 20 milliards de centimes d’indemnités.

-Salaheddine Mezouar, président du RNI, dément devant les coordinateurs provinciaux du parti mercredi à Rabat, les informations relayées par la presse sur l’existence de consultations secrètes conduites par certains dirigeants du parti avec le PJD, soulignant que personne ne négocie au nom du RNI et que ses décisions sont souveraines et prises par ses organes décisionnels.

-Le courant « démocratie et ouverture », dont la création a été annoncée par Ahmed Zaïdi, critique le processus de fusion entre l’USFP, le parti Travailliste (PT) et le parti socialiste (PS), notant qu’il était préférable d’associer les différentes composantes du parti de la rose à cette initiative, tout en critiquant Driss Lachgar, Premier secrétaire de l’USFP, d’avoir monopolisé la prise de décision dans ce processus de fusion.

-Des lettres anonymes « inondent » le cabinet de Mohand Laenser, ministre de l’Intérieur, dans lesquelles leurs auteurs dénoncent les dépassements et les irrégularités commis par certains walis, gouverneurs et des personnalités influentes, dont des parlementaires qui s’approprient des terres « soulaliyates », a révélé une source informée, ajoutant que le ministère a reçu 225 plaintes dont 60 ont été traitées.

+AL ALAM+:.
-Le Comité exécutif de l’Istiqlal souligne, dans un communiqué rendu public à l’issue de sa réunion hebdomadaire, que le recours par le gouvernement à des mesures autres que l’exécution de la sentence du tribunal administratif ordonnant l’intégration directe des signataires du PV du 20 juillet 2011 dans la Fonction publique serait « un arbitraire politique » et « un entêtement personnel », estimant qu' »un tel jugement équitable devrait constituer une motivation, légale et authentique, pour le gouvernement afin de garantir le droit d’une catégorie des fils du peuple à l’emploi et à la vie décente ».

-Qui ferme les yeux sur ce qui se passe à l’Académie régionale de l’Education et de la formation de la région du Souss-Massa-Draa? Cette dernière vit au rythme d’un grave scandale qui vient d’éclater après la fuite d’une copie de l’attestation du Baccalauréat, option sciences physiques, signée à blanc par le directeur de l’Académie, qui a également signé deux listes des noms des candidats ayant réussi l’examen d’obtention du certificat du primaire pour adultes au titre de la session d’avril 2012 à la délégation d’Inezgane-Aït Melloul, la première signée le 28 juin 2012 et la deuxième signée le 26 juillet 2012. Suite à cette fuite, des voix sont montées au créneau et appelé le ministère de l’Education nationale à diligenter une enquête à ce sujet.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Ahmed Zaïdi, président du groupe socialiste à la Chambre des représentants, indique que la séance mensuelle d’interpellation du chef du gouvernement s’est transformée en « une tribune de propagande » qui n’a rien à voir avec le dialogue parlementaire, ajoutant que l’opposition parvient difficilement à poser ses questions au moment où les deux tiers du temps en plus de dix minutes accordés au gouvernement et à la majorité pour faire passer leurs discours. Par ailleurs, le bureau politique de l’USFP a soutenu, dans un communiqué rendu public, la position du groupe socialiste à la 1ère Chambre de boycotter la séance mensuelle prévue vendredi et de ne pas contribuer à cette « absurdité politique » en matière de gestion de cette séance entachée d’irrégularités.

+AL KHABAR+:.
-Badia Radi, membre du bureau politique de l’USFP, endosse l’entière responsabilité de la confusion que vit le Maroc sur les différents plans au chef du gouvernement Abdelilah Benkirane. Lors d’un atelier organisé à Casablanca par l’organisation marocaine pour la citoyenneté et la défense de l’intégrité territoriale, Mme Radi a appelé Benkirane à abandonner le langage des crocodiles et des démons tout en lui demandant: « Montrez nous ces crocodiles et ces démons et nous sommes prêts à les combattre! ».

-Les dirigeants de l’Istiqlal demandent au gouvernement d’exécuter la sentence rendue par le tribunal administratif de Rabat en faveur des signataires du « PV du 20 juillet » et qui a concerné 19 diplomés chomeurs. Lors de la réunion hebdomadaire du Comité exécutif tenue lundi, les membres ont appelé le gouvernement à ne pas interjeter appel de ce jugement.

-Le rapport de la commission parlementaire sur les dysfonctionnements au sein du pole audiovisuel public sera prêt dans 15 jours. Une source au sein de la Commission de l’Education et de la Communication à la Chambre des représentants a affirmé que ledit rapport sera prêt dans les 15 prochains jours, et ce après les critiques du député PJDiste, Abdessamad El Haykar qui avait pointé du doigt le retard mis dans l’élaboration de ce rapport et sa présentation aux membres de la commission.

+BAYANE AL YAOUM+:.
-Fuite des capitaux: Plus 600 milliards de dirhams perdus par le Maroc durant la période 1980-2009. Selon le dernier rapport du Global Financial integrity, le Royaume est à la tête des pays touchés par ce fléau en Afrique, suivi par la Tunisie, la Cote d’Ivoire et l’Afrique du Sud.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Les avocats du Grand Casablanca en grève. Les avocats au barreau de la région du Grand Casablanca organisent, ce jeudi, des grèves et des sit-in devant la Cour d’appel de la ville après avoir suspendu les services d’assistance judicaire en guise de protestation contre la décision du ministère de la Justice et des Libertés de publier le décret relatif à l’assistance judiciaire dans le Bulletin officiel sans concertation au préalable avec l’association des barreaux des avocats.

+AL MOUNAATAF+:.
-La Chambre des Représentants tient vendredi la séance mensuelle des questions de politique générale en l’absence des groupes de l’opposition. Ces derniers ont décidé à l’unanimité de boycotter cette séance qui était prévue initialement la semaine dernière en raison des divergences sur la répartition du temps d’intervention entre le gouvernement et la majorité d’une part et l’opposition de l’autre.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Le dossier des diplomés-chomeurs exacerbe les tensions au sein du gouvernement. Un dirigeant istiqlalien a indiqué que le parti de la Balance ne s’oriente vers le non soutien de l’Exécutif dans sa démarche visant à faire appel au jugement rendu par le tribunal administratif de Rabat, soulignant que cette position a été exprimée, mardi, lors de la réunion hebdomadaire du Comité exécutif du Parti de l’Istiqlal.

-Pacte social: Réunion « positive » entre la FDT, la CDT et la CGEM. Dans une déclaration au journal, le SG de la FDT, Abderrahmane Azzouzi a indiqué que la réunion entre les dirigeants des deux centrales syndicales et le Patronat pour discuter des modifications apportées par la commission conjointe des deux syndicats au projet du pacte social était « positive » et balise la voie à la signature de de document dans les plus brefs délais.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *