Revue de presse marocaine du 31/05/2013

0 commentaires, 31/05/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce vendredi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Deuxième sortie du Maroc à l’international en moins de 6 mois: Baraka s’explique sur les 750 millions de dollars. A quelques jours de la levée du nouvel emprunt obligataire, Nizar Baraka, ministre de l’Economie et des Finances, s’explique, finalement, estompant toute ambiguïté autour du sujet et précisant, par ailleurs, les motivations du Royaume quant à cette seconde émission en moins de 6 mois. Pour ladite période, le Maroc a acté doublement 2,25 milliards de dollars, dont les 750 millions de dollars que le Royaume a bouclés officiellement, mercredi 29 mai, à Marrakech, engageant ainsi l’économie nationale sur un prêt à long terme réparti sur deux périodes. Le déficit budgétaire du Maroc et sa corrélation avec la deuxième sortie du département des finances dans le paysage international se place au cÂœur du débat. Mais le ministre rassure: « Le Maroc n’est pas en situation catastrophique et l’emprunt obligataire n’est qu’une question d’arbitrage ». Et de souligner que le Maroc se déclare ouvert tout nouvel emprunt à l’avenir: Le Royaume ne se refuse rien du moment qu’on lui offre de bonnes opportunités de financement. Il projette même d’élargir son champ d’actions en s’ouvrant sur de nouveaux marchés financiers.

-Le Maroc émet ses recommandations pour l’Afrique: Industrialisation ciblée, marché agricole commun, renforcement du secteur privé. Après une série de rencontres en préambule, la Banque africaine de développement (BAD) a donné, jeudi à Marrakech, le coup d’envoi officiel de ses 48èmes Assemblées. Une séance inaugurale qui a été marquée par un message fort de SM le Roi Mohammed VI invitant l’Afrique à relever ses défis afin de s’inscrire durablement dans une croissance inclusive. Le Maroc, qui est une référence incontournable pour le paysage africain, compte tenu de sa stabilité et la diversification de ses ressources, a profité du conclave des décideurs de la région afin d’émettre certaines recommandations profitables à l’avenir socio-économique du continent.

+LIBERATION+:.
-Au Parlement, le règlement intérieur est dans l’impasse totale. Après des réunions marathon, dont celle tenue mercredi sous la présidence de Karim Ghellab, le projet de règlement intérieur de la Chambre des représentants est dans l’impasse totale. 10 points sont l’objet de profondes divergences entre opposition et majorité au pouvoir. Les modalités d’organisation de la séance mensuelle d’interpellation du Chef du gouvernement est au centre des principaux griefs des groupes parlementaires de l’opposition. Une question éminemment politique liée de manière forte à l’interprétation saine et juste de la Constitution. La répartition équitable du temps de parole entre majorité et opposition est certes un détail, mais un détail révélateur de l’état d’esprit du parti majoritaire qui veut exclure toute forme de débat au sein du Parlement pour s’offrir une tribune de propagande à partir de laquelle Benkirane règle ses comptes, fait passer ses messages et se comporte en leader du PJD et non pas en chef du gouvernement. Résultat, ce sont les quatre groupes parlementaires de l’opposition, USFP, RNI, PAM et UC qui vont boycotter le grande oral de Benkirane. Aujourd’hui, ce dernier s’adressera donc à lui-même et à sa majorité sur la thématique des coupes budgétaires et leurs répercussions sur le monde rural.

-Les enseignants marocains à l’étranger en grève lundi. La grogne est à son comble parmi les enseignants de la langue arabe et de la culture marocaine en poste à l’étranger. Pour protester contre la décision des autorités de se passer collectivement de leurs services, ils vont faire grève lundi prochain entre 12H00 et 14H00 et organiser deux sit-in devant les ambassades du Maroc à Paris et à Madrid. Selon les termes du communiqué conjoint publié par la Commission syndicale des enseignants de la langue arabe et de la culture marocaine en Belgique affilié à la FDT et d’autres organisations syndicales et coordinations, cette action intervient en réplique au « mépris » des responsables des efforts qu’ils ont déployés et de leur proximité avec les fonctionnaires de l’Etat de la diaspora marocaine. Ils y expriment également leur refus total de la manière « dégradante » avec laquelle les autorités ont mis fin à leurs contrats.

-CDT et FDT dénoncent la politique du cavalier seul proné par El Ouafa: Le ministre agit à l’encontre d’un dialogue serein. Dialogue biaisé voire bloqué. On le doit au ministre de l’Education nationale. La CDT et la FDT n’ont pas cessé de tirer la sonnette d’alarme à ce propos. Le tout dernier communiqué qui fait suite à la réunion d’évaluation dudit dialogue, tenue le 25 mai dernier, explicite les raisons d’une colère justifiée. Les bureaux nationaux des deux centrales déplorent la volonté délibérée du département de tutelle de faire échouer ce dialogue, et ce à travers la prise de décision unilatérale visant à déposséder les centrales de leurs attributions sociales garanties par la Constitution. Tout en rendant responsable Mohamed El Ouafa de la situation actuelle, la CDT et la FDT dénoncent l’entêtement de ce dernier à couvrir un dialogue sérieux et constructif à même de répondre aux revendications des enseignants.

+L’ECONOMISTE+:.
-Responsabilité sociale: Que l’Etat donne l’exemple! « La responsabilité sociale est l’affaire de tous », c’est par cette affirmation que la présidente de la CGEM, Miriem Bensaleh Chaqroun, a introduit son discours d’ouverture de la 2ème édition des Assises de la responsabilité sociale, mercredi dernier à Casablanca. Car, l’engagement dans ce domaine n’est pas limité au secteur privé. « Au contraire, l’Etat doit donner l’exemple », martèle la patronne des patrons. En payant à temps ses prestataires par exemple ou en éliminant le travail précaire dans ses services. Appel auquel le ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle ne semble pas avoir été réceptif. Son intervention n’a pas fait cas des attentes exprimées par le Patronat. Abdelouahed Souheil a plutot réchauffé son discours du 1er mai.

-La BAD à Marrakech: Une autre vision pour l’Afrique. Les Assemblées de la BAD à Marrakech se terminent ce vendredi soir, avec un programme financier pour les infrastructures africaines. Mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. La présence des fonds de placement et aussi de très nombreux chefs d’entreprises marque un changement de référence. La BAD a prouvé en public qu’elle est devenue une institution de réflexion, de propositions et un réservoir d’idées opérationnelles. C’est là que la transformation de la Banque dépasse sa vocation du seul financement du développement. La BAD, qui devra tout faire pour garder son Triple A, est devenue une sorte de « knowledge bank », capable de soutenir une autre vision pour le vieux continent. C’est là un enrichissement qui n’est pas banal du tout.

+AL BAYANE+:.
-48èmes Assemblées annuelles de la BAD à Marrakech: La lettre royale salue la confiance absolue de la BAD dans les choix et la politique de développement du Maroc. Les propos contenus dans la lettre royale sont hautement significatifs. Dans sa lettre adressée jeudi aux participants aux 48èmes Assemblées annuelles de la BAD, SM le Roi Mohammed VI a souligné que l’Afrique peut se prévaloir d’importants atouts. Et Partant du choix du thème central des débats de la BAD, en l’occurrence « la transformation structurelle des économies africaines », le Souverain a formulé l’espoir que les recommandations qui sortiront de ces débats aboutiront à la concrétisation d’une vision d’avenir économique et sociale propre, qui permette de renforcer la position des pays africains face à leurs partenaires, et engendre un développement au bénéfice de leurs citoyens. La stratégie à long terme que la BAD vient d’adopter répond donc tout à fait à l’impératif du renforcement de l’appui aux pays africains.
+LE SOIR ECHOS+:.
-Union Constitutionnelle: La succession d’Abied est ouverte. Le cinquième congrès national de l’UC est annoncé pour début octobre. La décision doit encore être validée par le Conseil national du parti qui se réunira d’ici fin juin. Ce congrès verra l’élection du successeur de Mohamed Abied, à la tête du parti depuis 2001. Il y a quelques mois, la tenue du congrès avait été annoncée pour le printemps. Mais compte tenu des nombreux prérequis, le congrès ne se tiendra qu’à l’automne. En effet, les congrès des organisations parallèles et des structures régionales et locales doivent être organisées préalablement au congrès national. Les congrès des structures régionales se tiennent depuis ce mois et jusqu’à fin juillet. Pour ce qui est de l’organisation des femmes du parti, son congrès est prévu le 15 juin prochain. Enfin, le 22 juin se tiendra le congrès de la jeunesse de l’UC.

-BAD: Poursuite des réformes promises au Maroc. Mercredi à Marrakech, le ministre de l’Economie et des Finances, Nizar Baraka a signé les contrats juridiques relatifs à l’émission « réussie » avec les représentants de quatre banques chefs de file qui ont accompagné le Maroc dans cette opération. La signature de cet engagement financier précise la poursuite des réformes promises comme l’a prouvé l’arbitrage royal en faveur du gouvernement Benkirane. L’intervention salvatrice du Souverain se veut un gage de confiance et de garantie vis-à-vis des créanciers internationaux, écartant toute hypothèse de risque politique, élément clé dans les évaluations établies par les agences de notation de crédit. Le gouvernement Benkirane a ainsi été mis à rude épreuve, puisque la signature d’un tel engagement financier signifie que la poursuite des réformes promises est assurée.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Responsabilité sociale de l’entreprise: La CGEM appelle l’Etat à encourager les entrepreneurs responsables. Le Maroc est en avance en matière de responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) sur le plan continental et dans la région arabe. Ce constat a été relevé lors des 2èmes Assises de la RSE aussi bien par le Chef du gouvernement et la présidente de la CGEM, que par des intervenants représentant des institutions internationales. Pour renforcer cet engagement, la CGEM appelle a insisté sur l’application de cette notion de RS partout et non pas seulement aux entreprises privées. De même, elle appelle à stimuler et encourager, y compris par des incitations fiscales, les entrepreneurs responsables, par exemple en renforçant et en élargissant les facilités accordées aux entreprises labellisées.

+AL MASSAE+:.
-Des mutations et des sanctions disciplinaires à l’encontre des responsables des services de police dans plusieurs villes du Royaume. La DGSN a décidé, mercredi, de procéder à la mutation de certains responsables de police à de nouveaux postes dans des villes éloignées, et de prendre des mesures disciplinaires à l’encontre d’inspecteurs et d’officiers de police pour avoir commis des « fautes professionnelles ».

-Les promoteurs immobiliers imposent des conditions « draconiennes » pour la réalisation du programme gouvernemental relatif à l’habitat de moyen standing. Ainsi, ils ont demandé d’acquérir les lots de terrain relevant du domaine de l’Etat au prix de 100 dirhams/M2, ou de profiter d’exonérations de la taxe sur la valeur ajoutée. Des observateurs ont estimé qu’il s’agit là d’un acte de « cupidité » qui vise à exploiter l’échec du holding « Al Omrane » dans la mise en Âœuvre de ce programme.

-Abdellatif Ouahbi, président du groupe parlementaire PAM, a fustigé le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, l’accusant de « détruire » l’institution de la Présidence du gouvernement et de transformer le débat politique en une discussion entre « Neggafates » (habilleuses de la mariée). Lors d’une conférence de presse, tenue jeudi pour expliquer les raisons de la décision du groupe parlementaire PAM de boycotter la séance mensuelle d’interpellation du Chef de gouvernement, Ouahbi a également tiré à boulets rouges sur le ministre chargé des relations avec le parlement et la société civile. Pour sa part, Khadija Rouissi, vice-présidente de la Chambre des représentants (PAM), a fustigé Benkirane, le qualifiant d’un « homme aventuriste qui n’a aucun sens de la responsabilité ».

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Après la crise gouvernementale: Benkirane fait face à une « crise au Parlement ». Les groupes parlementaires de l’opposition ont annoncé leur décision de boycotter la séance mensuelle de questionnement du Chef du gouvernement prévue ce vendredi, suite à la réunion de plus de dix heures de leurs présidents, mercredi dernier au siège du Parlement.

-Le gouvernement recourt à l’emprunt pour assurer le versement des salaires des fonctionnaires. Le lancement par le Maroc d’un récent emprunt obligataire de 750 millions de dollars sur le marché international va assurer les besoins du pays en matière de financement, y compris le versement des salaires des fonctionnaires, a indiqué Nizar Baraka, ministre de l’Economie et des finances, lors d’un point de presse, organisé mercredi en marge des travaux des Assemblées annuelles de la BAD à Marrakech.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Une intervention royale permet d’élargir les supporters mineurs arrêtés suite aux événements survenus lors du match Raja-AS-FAR. SM le Roi Mohammed VI a donné Ses Hautes Instructions au ministre de la Justice et des Libertés, en sa qualité de chef du ministère public, pour présenter des réquisitions aux juridictions concernées afin d’élargir les mineurs impliqués dans les événements du jeudi noir et les remettre à leurs familles « jusqu’à ce que le tribunal statue sur les faits qui leur sont imputés ».

-Abdelilah Benkirane à la séance mensuelle des questions de politique générale à la 1ère Chambre en l’absence des groupes de l’opposition. Le Chef du gouvernement devrait défendre le bilan de son équipe seulement devant sa majorité suite à l’échec de la réunion marathonienne tenue entre le président de la 1ère Chambre, Karim Ghellab, et les présidents des groupes parlementaires, en vue de convaincre l’opposition d’assister à ladite séance. Réagissant à cette décision, Abdellah Bouanou, président du groupe du PJD, a qualifié ce boycott de « message politique qui jette de l’huile sur le feu de la scène politique qui vit une véritable crise de discours ».

-Le jugement rendu en faveur des diplomés chomeurs ne plait pas au gouvernement. Plusieurs ministres ont émis des doutes quant à la célérité avec laquelle le verdict a été rendu par le tribunal administratif de Rabat au profit des diplomés chomeurs, laquelle juridiction prend normalement un temps considérable pour se prononcer sur plusieurs affaires dont elle est saisie, alors que certains d’entre eux ont estimé que ce verdict est à même d’encourager tous les diplomés chomeurs à se rendre à Rabat et à y observer un sit-in jusqu’à l’obtention du droit au recrutement direct dans la fonction publique.

-Mustapha Ramid, ministre de la Justice et des libertés, Âœuvre pour contenir la crise avec les avocats du Maroc suite à la publication par le Secrétariat général du gouvernement du décret relatif à l’assistance judiciaire sans concertation avec le ministère. Il a, dans ce cadre, convoqué une réunion urgente avec les représentants de l’Association des barreaux du Maroc pour se concerter sur les moyens de surmonter cette crise après que les avocats aient entamé, hier jeudi, des sit-in dans les différents Cours d’appel du Royaume en signe de protestation contre ledit décret.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Les services de police et de renseignements mobilisés pour identifier les parties ayant menacé de mort le ministre de la Santé. Des sources informées ont affirmé que des instructions fermes ont été données par les hauts responsables du ministère de l’Intérieur et des services de renseignements pour qu’une enquête soit diligentée pour identifier les parties qui sont derrière les menaces de mort proférées contre le ministre de la Santé, El Houssein El Ouardi et sa famille. Ces mêmes sources ont souligné que le ministère et la DGSN ont également renforcé le dispositif de sécurité afin d’assurer la protection du ministre.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Abdellatif Ouahbi fustige Abdelilah Benkirane. Lors d’une conférence de presse, tenue jeudi, le président du groupe parlementaire du PAM à la Chambre des représentants a souligné que le Chef de gouvernement se comporte en tant que chef d’un parti et adopte une attitude de mépris à l’égard de l’opposition et des députés lors des séances mensuelles d’interpellation du Chef de gouvernement. Dans ce sens, il a souligné que l’opposition a décidé de ne pas assister à la séance de vendredi, tout en cherchant des moyens « innovants » pour faire passer son message.

-Le Syndicat démocratique de la justice (SDJ) accuse le ministère de la Justice et des libertés de mener « une campagne de renseignements » contre ses membres. Selon le syndicat, cette campagne intervient après que l’Organisation internationale du travail ait adressé une lettre au gouvernement dans laquelle il l’interpelle sur la plainte déposée par le syndicat auprès de cette organisation. Elle intervient également après la demande du Procureur du Roi près la Cour d’appel de Rabat d’ouvrir une enquête sur les propos du ministre de tutelle, qui avait indiqué que les derniers concours sont les plus transparents dans l’histoire du secteur, et ses déclarations sur le jugement du tribunal administratif prononcé en faveur des diplomés chomeurs signataires du PV du 20 juillet.

-Les administrateurs, lauréats du programme national de formation qualifiante, appellent le ministère de la Santé à régler leur dossier financier et administratif. Les 28 administrateurs, qui ont passé 16 mois dans leurs postes sans percevoir leurs salaires mensuels, ont annoncé dans un communiqué qu’ils vont entrer, la semaine prochaine, dans une grève ouverte devant le ministère jusqu’à la régularisation de leur situation.

+ATTAJDID+:.
-Des arrestations et des blessés parmi les manifestants contre le festival « Mawazine ». Les éléments de police ont procédé, mercredi dernier, à l’arrestation de quatre jeunes protestataires dont deux appartenant à l’organisation « Attajdid attolabi » (Renouveau estudiantin) après une intervention musclée pour la dispersion d’un sit-in observé à Rabat à l’appel de la Coordination de la compagne nationale pour l’annulation du festival Mawazine. Pour Mohamed Ibrahimi, président de la coordination, ces arrestations sont « une atteinte à la liberté d’opinion et d’expression », ajoutant que l’organisation n’abandonnera pas les personnes arrêtées et prendra les mesures qui s’imposent pour la libération des détenus.

+BAYANE AL YAOUM+:.
-La bataille s’intensifie entre les Qataris et les Emiratis pour l’acquisition de 53 pc des parts de Maroc Telecom. Alors qu’un communiqué de l’opérateur émirati « Etisalat » a fait savoir que ce dernier a obtenu l’accord de ses actionnaires du montage financier pour le rachat des 53 pc de parts détenues par le groupe français Vivendi dans Maroc Telecom, en approuvant la recommandation du conseil d’administration de lever un emprunt externe excédant son capital pour financer cette opération de rachat, une source sûre a indiqué que l’opérateur qatari « Ooredoo » a réussi à collecter près de 12 milliards de dollars pour financer cette opération.

+ASSABAH+:.
-Match-Raja-FAR: Des instructions royales pour élargir les mineurs impliqués dans les événements du jeudi noir. SM le Roi Mohammed VI a donné Ses Hautes Instructions au ministre de la Justice et des Libertés pour présenter des réquisitions aux juridictions concernées afin d’élargir les mineurs impliqués dans les événements ayant suivi le match qui avait opposé le 11 avril dernier les équipes du Raja et des FAR et de les remettre à leurs familles jusqu’à ce que le tribunal statue sur les faits qui leur sont imputés. Des sources bien informées ont indiqué que 69 mineurs, notamment des étudiants, ont bénéficié de la liberté provisoire en attendant le début de leur procès en juillet prochain. Dans le même sens, et immédiatement après l’annonce de cette décision, les mineurs et leurs parents ont exprimé leurs vifs remerciements au Souverain pour sur ce geste qui préserve l’avenir de ces mineurs, dont la majorité devrait passer des examens scolaires dans les prochaines semaines.

-La justice condamne Ramid pour négligence en matière de protection des deniers publics. Le tribunal administratif de Rabat a ordonné, la semaine dernière, au ministre de la Justice et des libertés, en sa qualité de représentant légal du ministère, de mettre en application les termes d’un contrat de fourniture d’imprimés judicaires et de verser 20.000 dirhams de dédommagements pour atermoiement dans l’exécution de ce contrat.

-Abdellatif Ouahbi: Benkirane est « un homme de crises par excellence ». Lors d’une conférence de presse tenue jeudi à la Chambre des représentants, le président du groupe parlementaire PAM à la Chambre des représentants a souligné que le Chef du gouvernement est un homme de crises par excellence, faisant savoir qu’après avoir gelé 15 MMDH du budget d’investissement et contraint son allié l’Istiqlal à se retirer du gouvernement, il vient de créer une nouvelle crise en refusant de répondre aux revendications de l’opposition portant sur la modification des modalités de déroulement des séances mensuelles d’interpellation du Chef de gouvernement, ce qui a poussé l’opposition au boycott de ces séances. Il a également indiqué que le Chef du gouvernement ne voit plus que des « démons », à même de devenir obsédé par l’hégémonie et le mépris de l’opposition.

+AL KHABAR+:.
-SM le Roi Mohammed VI met un terme aux souffrances des mineurs poursuivis dans le cadre des événements du jeudi noir. Le Souverain a donné Ses Hautes Instructions au ministre de la Justice et des Libertés pour présenter des réquisitions aux juridictions concernées afin d’élargir les mineurs impliqués dans ces événements ayant suivi le match qui a opposé le 11 avril dernier les équipes du Raja et des FAR et de les remettre à leurs familles jusqu’à ce que le tribunal statue sur les faits qui leur sont imputés.

-Dans une action inédite: Le Syndicat démocratique de la justice (SDJ) demande au Procureur général du Roi près la Cour d’appel de Rabat d’ouvrir une enquête judiciaire sur les propos du ministre de tutelle, Mustapha Ramid qui avait déclaré récemment que les derniers concours organisés par le ministère sont les plus transparents dans l’histoire du secteur. Dans son communiqué, le syndicat a en outre souligné que ces déclarations affirment que les précédents concours organisés par ce département ont été entachés d’irrégularités et de pratiques frauduleuses.

-Abdellatif Ouahbi, président du groupe du PAM à la Chambre des représentants, annonce le boycott par les groupes parlementaires de l’opposition de la séance mensuelle d’interpellation du Chef du gouvernement qui aura lieu ce vendredi. Lors d’une conférence de presse tenue jeudi à la 1ère chambre, Ouahbi a indiqué que c’est Abdelilah Benkirane qui a entravé la tenue de cette séance de manière naturelle, en voulant bénéficier d’une durée d’intervention équivalent au temps d’intervention de la majorité et de l’opposition.

-Abdellah Bouanou, président du groupe du PJD à la Chambre des représentants indique que le boycott par les groupes de l’opposition de la séance mensuelle d’interpellation du Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane revêt « un caractère politique », appelant dans une déclaration au journal à ce que ce boycott soit fondé sur des motifs raisonnables et non pas pour seulement envoyer des « signaux politiques » au gouvernement.

+AL MOUNAATAF+:.
-Les sorties médiatiques annonçant la réforme de la Caisse de compensation sont devenus un moyen pour le gouvernement pour tâter le pouls de la rue, comme en témoignent les sorties successives du Chef du gouvernement et d’autres ministres tel que Najib Boulif, ministre chargé des Affaires générales et de la gouvernance, qui a déclaré que la question de l’octroi d’une aide directe aux démunis est toujours en discussion et n’a pas été tranchée.

-Les diplomés chomeurs brutalisés par les forces de l’ordre en guise de réponse à leur revendication au chef de gouvernement Abdelilah Benkirane d’exécuter le verdit prononcé en leur faveur par le tribunal administratif. Les diplomés chomeurs, qui ont voulu observer un sit-in devant le domicile de Benkirane, ont été violentés par les forces de l’ordre qui ont dispersé le sit-in, au cours duquel ces diplomés chomeurs ont scandé des slogans dénonçant l’atermoiement du gouvernement pour l’intégration directe de cette catégorie dans la fonction publique sur la base du PV du 20 juillet.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Abdellatif Ouahbi, président du groupe du PAM à la Chambre des représentants, indique que les groupes de l’opposition à la 1ère Chambre ont décidé de boycotter la séance mensuelle d’interpellation du Chef du gouvernement prévue ce vendredi, ajoutant, lors d’une conférence de presse jeudi que « nous sommes devant un cas psychiatrique qui donne des hallucinations à Benkirane, devenu obsédé par l’existence de crocodiles et de démons », tout en soulignant le rejet par les partis de l’opposition du monopole exercé par la majorité et des attitudes et comportements du chef du gouvernement.

 

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *