Revue de presse marocaine du 30/01/2013

0 commentaires, 30/01/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce mercredi:.

+LIBERATION+:.
-Les greffiers d’Oujda réservent un accueil mouvementé à Ramid: La cérémonie d’inauguration du nouveau siège du tribunal de la famille d’Oujda n’aura pas été une sinécure pour Mustapha Ramid. Les greffiers de la Cour d’appel d’Oujda se sont invités à la partie pour exprimer tout le mal qu’ils pensent des méthodes répressives et des décisions illégales que le ministre de la Justice et des Libertés a choisies pour seule règle de conduite. Comme à chacune de ses sorties officielles, pour une quelconque activité, Mustapha Ramid a reçu lundi, de la part du personnel de la justice qui était en sit-in, un accueil des plus mouvementé.

-Des habitants du Moyen Atlas marchent sur la capitale: Colère et revendications sous haute surveillance. Ils en ont ras-le-bol. Ils en ont assez d’être marginalisés, oubliés et dépouillés des richesses de leurs régions et de vivre de la charité. Les habitants de la haute Moulouya située dans les provinces de Khénifra et Midelt ont décidé d’exprimer leur colère et leurs revendications à travers une marche sur la capitale via Khénifra. Sous haute surveillance et par un froid glacial, femmes, enfants et hommes ont entamé la marche de la dignité sur la capitale pour interpeller le gouvernement sur leur situation qui se détériore d’année en année face au mutisme des responsables et des promesses jamais tenues. Lundi au soir, la marche a fait halte dans le bourg de Sidi Yahya Oussaid pour poursuivre mardi vers la ville de Khénifra. Les autorités locales, dont le seul souci reste sécuritaire, ont promis monts et merveilles aux marcheurs pour stopper la marche. Ainsi, après des négociations qui ont duré jusqu’à une heure tardive de la nuit de lundi à mardi, il a été convenu de « répondre » favorablement à toutes les revendications de la population de la région.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Rediffusions interminables des émissions, recul de l’audience, sociétés de production en faillite: Pourquoi nos télés nous servent du réchauffé! La télévision marocaine vit depuis plus de 9 mois au ralenti. Une situation qui perdure depuis l’adoption polémique des cahiers des charges du ministre de la communication. Ainsi, les rediffusions meublent les grilles d’Al Oula et de 2M. Les téléspectateurs marocains doivent se contenter du réchauffé: séries et feuilletons low-cost doublés en darija, anciens programmes et téléfilms nationaux, quelques documentaires, en plus des habituels débats politiques marathoniens. Pourquoi donc les couleurs de nos télévisions palissent-elles chaque jour un peu plus? Et surtout où sont les producteurs nationaux? L’Association des producteurs de l’audiovisuel pointe du doigt une mauvaise gestion de la transition dans l’application du cahier des charges qui impacte le secteur. Quant au ministre de la Communication, il indique que le respect des délais, le lancement des appels d’offres et la garantie de la libre concurrence traduisent l’existence d’une vision claire de la phase de transition.

-Décidément, les temps ont changé: Benkirane défend l’appareil sécuritaire. Pour son nouveau passage à la 1ère Chambre du parlement, le Chef du gouvernement devait répondre aux questions des députés sur la situation sécuritaire et le développement rural. Concernant le premier axe, Benkirane a affirmé qu’un nouveau plan quinquennal a été mis en place. Le plan, qui couvre la période 2013-2017 vise, selon le Chef de l’Exécutif, à rendre plus efficients les services de sécurité et d’en améliorer la gouvernance et les moyens. Benkirane a par ailleurs expliqué que la situation sécuritaire dans le pays demeure « maîtrisée », ajoutant qu’elle est caractérisée par la stabilité. En comparaison des taux dans les Etats similaires, le Chef du gouvernement a signalé, chiffres à l’appui, que le taux de criminalité au Maroc est plutot bas.

+L’ECONOMISTE+:.
-Taxation des hauts salaires: Le grand bazar! Alors que les premières retenues au titre de la contribution sociale de solidarité (CSS) doivent être effectuées sur la paie du mois de janvier, les services comptables dans les entreprises et pas que dans les petites, sont aux abois. En cause, la composition de l’assiette de cette taxe qui a les allures d’une usine à gaz. En attendant de bien décrypter et de reconfigurer les logiciels de gestion de la paie, plusieurs sociétés ont choisi de surseoir à l’application de cette retenue, quitte à opérer des régularisations sur les salaires du mois de février.

-Taxe et dumping, casse-tête pour les sidérurgistes. C’est l’imbroglio total chez les producteurs de sable et de fer à béton. La loi de finances 2013 prévoit deux nouvelles taxes applicables à ces deux matériaux. Sauf que pour l’heure, les modalités d’application n’ont pas encore été précisées par le ministère des Finances. Les opérateurs avaient attendu la publication de la circulaire de la Direction générale des Impots pour être fixés sur le dispositif, mais le document ne prévoit aucune précision à ce sujet à part que le fait que ces taxes spéciales ne sont pas déductibles des impots. Des complications qui tombent mal au moment où les sidérurgistes traversent une conjoncture difficile. D’ailleurs, leur association (l’ASM) ainsi que Maghreb Steel ont réclamé des mesures de défense commerciale.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Marché financier: La Bourse de Casablanca optimisera son fonctionnement dès le 4 février. La Bourse des valeurs de Casablanca prend conscience de ses problèmes de liquidités et propose aux investisseurs des solutions pour les atténuer. Ainsi, à compter du 4 février prochain, des mesures seront mises en place: élargissement des seuils de variation, réduction des pas de cotation, révision de la procédure de réservation et horaires de cotations élargis. En plus de ces mesures techniques, la Bourse de Casablanca lance une vaste campagne de communication destinée tant aux investisseurs qu’aux émetteurs nationaux pour améliorer sa notoriété et doper sa visibilité. Ainsi, des écrans d’affichage seront mis en place dans les Centres régionaux d’investissement (CRI). Pour les inconditionnels de nouvelles technologies, des applications mobiles seront développées afin de pouvoir suivre directement sur son Smartphone l’évolution des cours et les informations boursières. Enfin, des réflexions seront prochainement menées en concertation avec les professionnels concernés ainsi que le ministère de l’Economie et des Finances quant à la création d’un marché boursier spécifique pour les PME.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Gdim Izik: Un procès très observé. C’est ce 1er février que se tiendra à Rabat le procès des 24 détenus, auteurs présumés des violences survenues le 8 décembre 2010 dans le camp de Gdim Izik, près de Laâyoune et qui s’étaient soldées par plusieurs morts et blessés graves au sein des forces de sécurité marocaines. Très attendu, après avoir été reporté à plusieurs reprises, ce procès suscite un vif débat dont les retombées médiatiques internationales semblent davantage en extrapoler la portée que faciliter la compréhension de ses tenants et aboutissants. Le fait a toujours été avéré, mais une ahurissante mauvaise foi l’entoure, elle est plus claire. Dans l’affaire en question, ce sont les forces de sécurité, les membre des Forces auxiliaires qui ont été victimes des violence et des assauts que les occupants du camp de Gdim Izik avaient lancées contre eux.

-Benkirane félicite la police. Abdelilah Benkirane ne veut pas semer la panique. Pour lui, la situation sécuritaire n’est pas aussi inquiétante que le laissent croire certains événements « sporadiques ». Qu’un crime ou un délit secoue une ville à un moment donné, selon le Chef du gouvernement, ne légitime aucunement ce constat: « Il n’y a plus de sécurité ». « La réalité est toute autre. Il est vrai qu’un problème existe, mais pas à ce point. La veille quotidienne assurée par les autorités concernées sur la situation sécuritaire dans notre pays montre qu’il n’y pas de dérapage constant », affirme Benkirane, interrogé sur la situation sécuritaire par l’opposition, lundi dernier, lors de la séance mensuelle des questions de politique générale à la Chambre des représentants.

+L’OPINION+:.
-« MAGHRIBCOM », nouvelle plate-forme de mobilisation des compétences marocaines à l’étranger: Une initiative salutaire. C’est demain jeudi le 31 janvier que sera lancée à Casablanca la plate-forme « MAGHRIBCOM » par le ministère chargé des Marocains résidant à l’étranger. Placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, cette plate-forme se veut un espace de mobilisation des compétences marocaines à l’étranger à travers leur information sur les dynamiques économiques et sociales en oeuvre au Maroc et sur les opportunités de collaboration, de partenariats commerciaux ou d’investissements qu’ils peuvent réaliser. En d’autres termes, cette plate-forme interactive ambitionne d’être une vitrine ouverte sur l’activité économique de notre pays.

+AL BAYANE+:.
-Benkirane devant la Chambre des représentants: La situation sécuritaire au Maroc est sous controle. Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane a affirmé, lundi devant la Chambre des représentants, qu’il n’y a pas d’insécurité au Maroc et que la situation est stable et sous controle, grâce à la vigilance et au professionnalisme des forces de sécurité et ce malgré la détérioration du climat d’insécurité dans l’environnement régional du pays. Jusqu’à présent, a-t-il dit, aucun pays émetteur de touristes n’a mis en garde ses ressortissants et ses opérateurs économiques en leur demandant de ne pas se rendre au Maroc, a affirmé le Chef du gouvernement, qui répondait à une question de l’opposition sur le sujet dans le cadre de la séance mensuelle consacrée par la 1ère Chambre à la politique générale du gouvernement.

-Réunion aujourd’hui de la Commission nationale de Rabat: Quel scénario de réforme pour les retraites? La réforme du régime des retraites est une urgence. Le gouvernement ne peut différer les mesures visant la viabilité budgétaire des différentes Caisses de retraite. Le Chef du gouvernement a annoncé tout dernièrement devant la Chambre des conseillers sa volonté de s’attaquer à ce grand dossier dont la réforme tantot controversée, tantot retardée, nécessitait l’implication de tous les partenaires sociaux. La réunion aujourd’hui à Rabat de la Commission nationale sous la présidence du Chef du gouvernement saura-t-elle, cette fois-ci, crayonner les premiers contours de la réforme des retraites au Maroc?.

+AL MASSAE+:.
-Le courant pro-Ahmed Zaïdi rompt définitivement ses rapports avec le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar, et projette une scission du parti. Des sources proches de ce courant ont révélé que suite à la réunion élargie tenue, lundi, en présence de 24 parlementaires et des responsables de ce courant, il a été décidé de rompre de manière définitive tout rapport avec la nouvelle direction du parti de la Rose sans écarter l’éventualité d’une scission et de la création d’un nouveau parti politique, ajoutant que la formule de la mise en application de cette décision sera définie lors d’une autre réunion élargie prévue en fin de semaine.

-Une confrontation houleuse en perspective entre Abdelilah Benkirane et Hamid Chabat lors de la réunion ce mercredi de la commission nationale sur la réforme des régimes de retraite. Des sources prévoient que cette réunion sera très chaude entre les deux parties au regard de la sensibilité du dossier qui sera débattu, ajoutant que Chabat exploitera cette occasion, en tant que patron de l’UGTM, pour lancer de nouveau une volée de bois vert en direction du Chef du gouvernement.

-Les greffiers à Oujda accueillent le ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid, par un sit-in lors de la visite qu’il a effectuée lundi aux tribunaux de la région de l’Oriental. Lors de cette visite, Ramid a souligné que « la porte du dialogue avec le syndicat démocratique de la justice restera fermée tant qu’il ne désavoué pas les actes survenus récemment à Laâyoune », allusion faite à la tentative d’interdire au ministre l’accès au tribunal de première instance de la ville.

+ASSABAH+:.
-Le juge d’instruction près la Cour d’appel de Casablanca a entamé, dernièrement, l’instruction détaillée de deux fonctionnaires à la Trésorerie générale du Royaume et d’une troisième personne, accusés de vente de terres de l’Etat avec des contrats falsifiés. Des sources informées ont indiqué que les mis en cause ont vendu des dizaines d’hectares de terrains relevant du domaine de l’Etat par le biais de contrats fictifs moyennant des sommes d’argent dépassant les 10 milliards de centimes, alors que l’enquête se poursuit avec un responsable à la direction des domaines de l’Etat qui aurait planifié cette opération d’escroquerie.

-Rahal Mekkaoui, membre du Comité exécutif de l’Istiqlal et ancien SG du ministère de la Santé, indique que El Houssein El Ouardi, ministre de la Santé, a refusé de renvoyer l’affaire relative aux marchés des vaccins « Rotavirus » et de la pneumocoque devant la Cour des comptes, accusant El Ouardi d’être derrière la campagne de dénigrement des réalisations de l’ancienne ministre, Yasmina Baddou.

-Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, exprime ses doutes quant à la possibilité de voir son gouvernement poursuivre son action jusqu’à la fin de son mandat. Lors de la séance d’ouverture du 2ème Forum marocain du e-Gouvernement, Benkirane a recommandé à ses ministres de parachever les projets dont ils se sont engagés à exécuter même s’ils restent ou non jusqu’à la fin du mandat de l’actuel Exécutif. Dans des messages codés adressés à ses détracteurs au sein et en dehors du gouvernement, Benkirane a souligné la nécessité de la mise en oeuvre de tous les projets et programmes fixés par l’Exécutif. Interrompant l’intervention du Chef du gouvernement, le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Politique de la ville Nabil Benabdellah a mis en garde contre toute mauvaise interprétation des propos de M. Benkirane.

-Le retard accusé par le gouvernement pour l’approbation du projet de loi relatif à l’Instance nationale de probité, de prévention et de lutte contre la corruption est dû selon des sources informées, à l’hésitation de certains départements ministériels à valider ledit projet soumis à leurs services, ajoutant que ce retard est à même de reporter le renvoi du texte au Parlement jusqu’à la session parlementaire du printemps alors que son examen a été prévu début de février.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Plus de 100 associations du mouvement amazigh décident l’organisation d’une marche nationale, dimanche prochain à Rabat, en guise de réplique aux « provocations » du Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane et des ministres PJDistes. Dans ce sens, un militaire amazigh des droits de l’Homme a indiqué que les attitudes des membres du PJD témoignent de l’existence d’une hostilité méthodique envers le mouvement amazigh, accusant le Chef de l’Exécutif d' »arrogance » et de « discrimination raciale ».

-Un collectif d’associations de MRE appelle à l’émergence d’un Conseil de la Communauté Marocaine à l’Etranger (CCME) « rénové » en mesure de relever les défis futurs et de refléter les attentes des MRE. Dans un communiqué rendu public, ce collectif a souligné que cette rénovation doit se faire dans la sérénité, en concertation avec le tissu associatif MRE dans un esprit d’écoute et de dialogue. Les associations signataires se sont dits déterminées à défendre cet acquis et à combattre toute tentative visant à neutraliser cette institution ou de la diluer dans le cadre d’un quelconque projet général ou étude obscure.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Abdelilah Benkirane n’est plus sûr de finir sont mandat. Dans une allocution à l’ouverture du deuxième Forum e-gouvernement à Rabat, le Chef du gouvernement a indiqué que « nous ne savons pas si ce gouvernement finira ou non son mandat ». S’adressant aux membres de son équipe gouvernementale, Benkirane a également souligné qu’il ne faut pas attendre jusqu’à la fin du mandat ou de la mission dont ils ont la charge pour mener à terme le processus de réformes engagé, car, a-t-il dit, « nous ne savons pas si le gouvernement finira son mandat: Cela relève de la volonté divine ».

-Séance mensuelle des questions de politique générale à la Chambre des représentants: des absurdités et des questions hors sujet. Alors que Benkirane s’attendait à des questions relatives à la situation sécuritaire, l’un des thèmes retenus lors cette séance, il a eu à réagir aux diverses questions qui ont été posées, notamment celles relatives au mémorandum de Chabat et aux problèmes qui secouent la coalition gouvernementale. Par ailleurs, dans une réaction à un député du PAM qui a fait la comparaison entre la situation sécuritaire au Maroc et au Japon, Benkirane lui a fait savoir: « Y-a-t-il un parti au Japon qui a remporté la majorité des sièges des communes et de la Chambre des Conseillers, deux années seulement après sa création? ».

-USFP: Vers une réelle rupture entre le groupe socialiste à la Chambre des représentants et la nouvelle direction du parti de la Rose. Des Sources au sein du groupe parlementaire socialiste ont fait savoir que les députés du groupe, qui ont assisté à une réunion à huis-clos, tenue lundi, ont défendu l’indépendance du groupe vis-à-vis de toute instrumentalisation pour le règlement de comptes politiciens qui servent des agendas externes.

+AL KHABAR+:.
-Autopsie du corps de l’étudiant Mohamed Fizazi, décédé après avoir été grièvement blessé pendant des affrontements ayant opposé des étudiants aux forces de l’ordre à l’université de Sidi Mohamed Ben Abdellah. Le corps de l’étudiant a été transféré, mardi, au service de médecine légale d’Ain Chock à Casablanca après l’intervention du vice-Procureur général du Roi. Par ailleurs, le père de la victime réclame une intervention royale pour que justice soit rendue à son fils et pour connaître les raisons du décès de son fils qui, a-t-il dit, ne participait à aucune manifestation avant qu’il ne soit tabassé par les forces de l’ordre.

-Des ONG de la région du Rif fustigent les autorités et appellent à l’exploitation du kif en tant que richesse nationale dans les domaines médical et industriel. Cet appel intervient quelques jours seulement après les événements qui ont eu lieu dans la région au Rif, connue par la culture de cannabis, notamment à Beni Jmil.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Mohamed El Achaari, ancien dirigeant USFPéiste indique que l’USFP « n’existe plus et je ne peux pas continuer à en faire partie du point de vue politique et éthique ». Dans un entretien au journal, El Achaari a également imputé la responsabilité de la crise et des répercussions du dernier congrès du parti au Premier Secrétaire sortant et président du congrès, Abdelouahed Radi.

-25 députés du groupe socialiste à la Chambre des représentants, pro-Ahmed Zaïdi, annoncent la rupture définitive de leurs rapports avec le premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar. Des sources informées ont indiqué que la réunion tenue lundi en présence de 25 parlementaires pro-Zaïdi a été sanctionnée par l’annonce de la rupture avec la nouvelle direction du parti et du refus de toute alliance avec le PAM ou de rapprochement avec l’Istiqlal et le PJD.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Le syndicat national des médecins du secteur libéral décide d’intenter une action en justice contre le gouvernement Benkirane en les personnes de Lahcen Daoudi, ministre de l’Enseignement supérieur et El Houssein El Ouardi, ministre de la Santé, en raison de la suspension par le gouvernement de la décision interdisant aux médecins du public d’exercer dans le privé, adoptée par le Conseil du gouvernement du 8 novembre dernier.

+AL ALAM+:.
-Les conséquences de la guerre au Mali continuent de toucher l’ensemble des pays de la région: Le Maroc a décidé, à l’issue d’une réunion sécuritaire à Aousserd, de fermer partiellement ses frontières avec la Mauritanie alors que les médias maliens continuent de tirer à boulets rouges sur l’Algérie, l’accusant d’être derrière la situation détériorée dans le pays particulièrement dans le nord.

+BAYANE AL YAOUM+:.
-La Commission nationale chargée de la réforme des régimes de retraite au Maroc se réunit mercredi pour mettre en place une stratégie de réforme. Par ailleurs, le cabinet d’études « Actuaria » présentera au gouvernement et aux acteurs économiques et sociaux la situation de chaque caisse de retraite et les scénarios retenus pour sa réforme.

+ATTAJDID+:.
-USFP: Rupture entre le groupe parlementaire et la nouvelle direction. Lors de leur rencontre hebdomadaire lundi, la majorité des députés du groupe parlementaire socialiste ont annoncé leur indépendance totale du bureau politique, réaffirmant leur refus de servir des agendas externes qui visent le gouvernement. Les députés USFPéistes ont également imputé la responsabilité de cette rupture au Premier secrétaire du parti, Driss Lachgar.

+AL MOUNAATAF+:.
-Mali: Le Maroc lève son niveau d’alerte le long de ses frontières Sud. Les autorités marocaines ont levé le niveau d’alerte le long des frontières Sud avec la Mauritanie et l’Algérie, afin d’éviter l’infiltration des éléments d’AQMI, qui fuient le nord du Mali suite aux opérations militaires menées par les forces françaises et africaines. Selon des sources, les FAR et les Forces auxiliaires ont également levé leur niveau d’alerte et multiplié les patrouilles au long des frontières est.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Le bureau exécutif de la CDT et le bureau central de la FDT ont décidé, lors d’une réunion lundi à Casablanca, de faire face à l’offensive antisociale du gouvernement et de hisser leur niveau de mobilisation. Les deux centrales syndicales ont appelé les forces démocratiques, modernistes et de la gauche « à soutenir la classe ouvrière pour la satisfaction de ses revendications et la préservation des intérêts suprêmes du pays ».

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *