Revue de presse marocaine du 29/12/2012

0 commentaires, 29/12/2012, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce samedi:.

+LIBERATION+:.
-Les détachements au profit des syndicats de l’enseignement au centre des débats: FDT et CDT dénoncent la fuite en avant du ministre El Ouafa. La FDT et la CDT n’y vont pas par quatre chemins. La publication des listes des bénéficiaires des agréments et autres autorisations est un simple effet de mode que le gouvernement Benkirane veut ériger en système de gouvernance en l’absence d’une vision claire, d’une stratégie globale et de plans d’action bien définis. Ce que le ministre de l’Equipement et du Transport et son homologue de l’Education nationale ont affirmé ne tient pas la route. Le premier, parce que ses listes sont inexploitables de manière rationnelle et que l’excuse qu’il a avancée pour justifier le caractère incomplet des informations fournies est étonnant à plus d’un titre. Et le second, parce qu’il a pris le temps nécessaire pour demander aux siens de prendre les décisions appropriées avant la publication de la liste des bénéficiaires des logements de fonction. A ce propos, les deux syndicats de l’enseignement, affiliés à la FDT et à la CDT, sont en train de préparer un dossier sur cette question où des zones d’ombre sont nombreuses.

+AL BAYANE+:.
-Retraites: Un système non soutenable. La problématique des caisses des retraites est toujours là, menaçante, lancinante. A mesure que le temps passe, les caisses de retraite se vident et le sort des retraités devient incertain. C’est juste une question de temps. Le HCP tire la sonnette d’alarme et invite à un débat national responsable. Pour la deuxième fois, il revient à la charge et apporte une étude sur « l’impact du choc démographique sur la viabilité financière du système de retraite sur l’épargne, sur l’investissement et sur la croissance économique ». Dans une note de synthèse, le HCP prévient que « le problème du financement des retraites ne peut être résolu qu’en améliorant le rapport entre le nombre des cotisants et celui des retraités ».

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Syndicats: Quelque 400 fonctionnaires bénéficient de la mise à disposition. Selon une source au ministère de la Fonction publique, il est attendu que chaque ministère dévoile la liste des syndicats qui bénéficient de la mise à disposition dans le cadre de l’exercice de leurs activités militantes. Le sujet a été remis sur le tapis, suite à la décision de Mohamed El Ouafa, ministre de l’Education nationale, de publier la liste des dits bénéficiaires relevant de son département. L’initiative de ce département s’explique par le fait que l’Education nationale regroupe le plus grand nombre de bénéficiaires de la mise à disposition. Selon des sources syndicales, dans l’ensemble des secteurs, le nombre de bénéficiaires de ce détachement tourne autour de 400 personnes.

-Le cadeau de fin d’année de l’ANRT: Les tarifs télécoms baisseront dès janvier 2013. Le marché marocain des télécoms libéralisé, il y a plus de seize ans, continue à évoluer et reste toujours attractif pour les investisseurs. Son évolution est de plus en plus orientée vers l’innovation, mais également vers les prix. A cet effet, le régulateur du secteur, en l’occurrence l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT), maintient son effort de révision tarifaire afin de l’adapter à l’évolution du marché. C’est dans ce sens que l’Agence vient de décider de fixer les tarifs d’interconnexion, pour l’année 2013, dans les réseaux fixes et mobiles des trois opérateurs qui se partagent le marché. Parmi les apports de cette nouvelle décision, il faut citer l’application d’un tarif unique « Heure creuse-Heure pleine » pour les différentes terminaisons d’appel. L’ANRT a décidé également d’appliquer, pour 2013, une baisse additionnelle de 40 pc sur le tarif d’interconnexion SMS.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Les autorités espagnoles ont décidé de soumettre, dès début janvier 2013, les familles marocaines résidant au présidé occupé de Melillia aux tests « ADN », à l’instar des autres familles d’immigrants qui ne portent pas la nationalité espagnole pour vérifier que les enfants sont bien les leurs. Selon les autorités espagnoles qui suspectent ces familles de mentir dans le seul but d’avoir des papiers les autorisant à résider en Espagne, cette mesure vise à lutter contre le trafic d’êtres humains et à s’assurer des liens d’affiliation entre les parents et leurs enfants qui sont devenus de plus en plus la cible de ce genre de trafic.

-Abdelilah Benkirane refuse de rencontrer les représentants des retraités: Le gouvernement reporte le projet de réforme alors que les syndicats réitèrent leur refus des solutions de rafistolage. Mohamed El M’baraki, président de l’Association marocaine des retraités, a accusé le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane d’éviter de rencontrer les représentants des retraités et d’écouter leurs doléances. Selon El M’baraki, Benkirane a délégué à Nizar Baraka, ministre de l’Economie et des finances, le pouvoir d’assister aux travaux du conseil d’administration de la Caisse marocaine de Retraite, un acte qualifié de « provocateur » par El M’braki, d’autant plus que Baraka n’a rien apporté de nouveau concernant la réforme des régimes des retraites.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Abdessamad El Idrissi, un député PJDiste, agressé jeudi par les forces de l’ordre lors de leur intervention pour la dispersion d’un sit-in des diplomés chomeurs à Rabat. Lors de leur intervention musclée, les éléments des forces de l’ordre ont même proféré des insultes à l’égard de l’institution législative. Suite à cet incident, le ministre de l’Intérieur, Mohand Laensar a affirmé que son département a ouvert une enquête interne à ce sujet.

-Nouvelles arrestations parmi les « djihadistes » en route vers l’Algérie. Après le démantèlement de la cellule de Fès, les services sécuritaires ont pris d’assaut, mardi soir, une maison à Oujda et procédé à l’arrestation de deux individus soupçonnés d’appartenance à une cellule terroriste. L’opération s’est soldée par l’arrestation d’individus chargés du transport d’immigrés clandestins du Maroc vers l’Algérie. Par ailleurs, les services de police à Fnideq ont interpellé deux individus connus pour leurs activités de trafic d’êtres humains vers l’Algérie.

+AL MASSAE+:.
-Dans une première du genre: Un député du PJD tabassé par les forces de l’ordre devant le Parlement!. Ainsi, le député pjdiste et membre du Secrétariat général du parti, Abdessamad El Idrissi a été violemment agressé par des éléments des forces de l’ordre lors de leur dispersion d’une manifestation des diplomés chomeurs. El Idrissi a par ailleurs décidé de poursuivre en justice un commissaire de police et le Pacha du quartier Hassane qui ont ordonné aux forces de l’ordre de le tabasser. Réagissant à cet événement, le président du groupe parlementaire du PJD à la Chambre des représentants, Abdellah Bouanou a qualifié d' »atroce » cet incident et souligné qu’il s’agit là d’un « précédent dangereux » dans les rapports entre les institutions législative et exécutive.

-Le ministère de la justice boycotte le SDJ d’Abdessadek Saaidi après avoir qualifié de personne « ignoble » le ministre Mustapha Ramid. Suite aux sit-in observés par les greffiers affiliés au Syndicat démocratique de la justice (SDJ) à l’occasion de la visite de M. Ramid dans les provinces du sud et les slogans déplacés scandés à son encontre, le ministère de la Justice a publié un communiqué « incendiaire » dans lequel il annonce sa décision de boycotter toutes les activités du SDJ et tout dialogue avec ledit syndicat.

-L’alliance entre Mohand Laenser, Mohamed Ouzzine et Halima Assali resserre l’étau autour d’Abdelkader Tatou dans le cadre de la bataille qu’il mène pour décrocher le poste de SG du parti de l’Epi. Des sources partisanes ont révélé que plusieurs dirigeants du MP s’apprêtent dans les semaines à venir à occuper de hauts postes de responsabilité au sein des départements chapeautés par les ministres harakis, dont Mohamed Moubdii, président du groupe haraki à la 1ère Chambre, considéré comme étant le bras droit de Tatou.

+ASSABAH+:.
-Le ministère de la Santé révèle des chiffres « alarmants » sur le nombre des nouveaux nés atteints du virus du sida: 150 bébés sont nés chaque année avec le VIH, transmis par la mère, a indiqué le ministère, ajoutant que les mesures qui sont prises lors du dépistage du virus peuvent stopper à 90 pc la transmission du VIH de la mère à l’enfant.

-Nouveaux développements dans l’affaire de la cellule terroriste démantelée à Fès: Le Comité conjoint de défense des détenus islamistes entre en ligne et exprime ses inquiétudes d’être visé. Dans un communiqué, le comité a fait part de sa préoccupation à propos des tentatives qui la ciblent en procédant à l’arrestation de ses activistes, puisque la cellule, démantelée récemment, est composée de plusieurs membres de la section du comité à Fès.

-Le Conseil constitutionnel confirme la constitutionnalité de la Chambre des conseillers. Le Conseil a affirmé que la situation de la deuxième Chambre est conforme aux dispositions de la nouvelle Constitution, ajoutant que la poursuite de ses travaux est en phase avec les dispositions de l’article 176 de la Loi fondamentale qui stipule que « Jusqu’à l’élection des Chambres du Parlement prévues par la présente Constitution, les Chambres actuellement en fonction continueront d’exercer leurs attributions, notamment pour voter les lois nécessaires à la mise en place des nouvelles Chambres du Parlement, sans préjudice de l’application de l’article 51 de la présente Constitution ».

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Le ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid décide de boycotter les activités du Syndicat démocratique de la Justice (SDJ) et tout dialogue avec la centrale syndicale. Le ministère de la justice a publié un communiqué dans lequel il annonce son boycott de toutes les activités du Syndicat et de tout dialogue avec cette entité si elle ne désavoue pas les pratiques agressives et les offenses inacceptables de certains membres du Syndicat à l’égard du ministre, qui ont eu lieu dans les villes de Dakhla, Laâyoune et Tan Tan à l’occasion de la visite de Ramid dans les provinces du sud.

+AL KHABAR+:.
-Le ministère de l’Education nationale change de peau après la mise à la retraite de la moitié des directeurs des académies régionales de l’éducation et de la formation. Des sources ont fait savoir que le département de Mohamed El Ouafa devrait promulguer dans les jours à venir des décisions qui permettront à d’autres responsables la gestion des affaires de huit académies pour une période de trois mois, en attendant la nomination des nouveaux directeurs conformément aux dispositions de la loi relative à la nomination aux hautes fonctions de l’Etat.

-Le coordinateur régional du RNI dans la région du Grand Casablanca, Driss El Ghazali dépose un recours en justice pour contester la légalité du nouveau bureau régional du parti dans la métropole. Selon des sources bien informées, El Ghazali a déposé plainte pour contester la légalité dudit bureau, formé récemment « sur mesure » par le président du parti Salaheddine Mezouar.

-Abdessamad Idrissi, député du PJD, a été agressé, jeudi à Rabat, par les forces de l’ordre pendant leur dispersion d’une manifestation des diplomés chomeurs. Suite à cet incident, le groupe PJD à la Chambre des représentants a publié un communiqué sur un ton virulent dans lequel il a condamné cette agression et fustigé les éléments des forces de l’ordre qui ont fait usage de la violence alors que le député leur a présenté ses papiers d’identité et sa carte de parlementaire.

-Un nouveau conflit au sein du « courant de la gauche » du PAM. Les fils de la région du Rif font appel à Iliass El Omari pour destituer Abdellatif Ouahbi de la présidence du groupe parlementaire du parti à la Chambre des représentants. Ils imputent à Ouahbi la responsabilité des problèmes que vit le groupe parlementaire du Parti du tracteur. Des sources ont indiqué aussi que M. Ouahbi a exprimé son attachement à son poste et à la poursuite de son travail à la tête du groupe parlementaire.

-Le PJD et le PPS évitent de parler de la crise de la majorité gouvernementale. Lors du dîner de travail qui a eu lieu, mercredi dernier, le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane et les membres du Bureau politique du PPS ont évité d’évoquer la crise que vit la coalition gouvernementale suite aux sorties médiatiques des dirigeants du parti de l’Istiqlal et leurs critiques virulentes à l’encontre du PJD. Selon un dirigeant du parti du Livre, il est exclu que le PPS se retire du gouvernement, estimant que ceux qui Âœuvrent pour renverser le gouvernement Benkirane ne comprennent rien à la politique.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Le ministère de la justice et des libertés boycotte les activités du Syndicat démocratique de la justice. Dans un communiqué, le ministère a annoncé son boycott total de toutes les activités du Syndicat et son refus d’engager un dialogue avec lui, tant il ne condamne pas les comportements agressifs qui ont eu lieu à Dakhla, Laâyoune et Tan Tan. Selon le ministère, des membres du syndicat ont eu des comportements inacceptables et honteux, notamment la qualification du ministre de tutelle d' »ignoble » .

-Le Conseil constitutionnel tranche sur la légalité de la Chambre des conseillers. Le Conseil a décidé, mardi dernier, de prolonger le mandat de 90 membres de la deuxième Chambre qui étaient considérés dans une situation illégale.

-La matraque des forces de l’ordre tabasse un député PJD. Abdessamad Idrissi, député du PJD, a été agressé, jeudi à Rabat, par les forces de l’ordre lors la dispersion d’une manifestation des cadres supérieurs chomeurs. Abdellah Bouanou, Président du groupe parlementaire du parti de la Lampe à la 1ère Chambre, a indique que cette agression constitue « un précédent dangereux qui exige la prise de mesures fermes contre les agresseurs, sinon nous allons faire le nécessaire ».

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-L’Algérie reprend les choses en main dans les camps de Tindouf. Après l’échec des responsables du polisario à fermer les camps devant l’opinion publique et la montée au créneau des voix condamnant l’isolement et la séquestration des Sahraouis, l’Algérie a décidé de reprendre les choses en main à Tindouf, selon le militant sahraoui Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, qui a indiqué que les autorités algériennes ont installé des murs de sable et des casernes militaires à l’entrée des camps pour bloquer tout accès.

-Le ministère de l’Equipement et des Transports élabore un nouveau cadre législatif pour la réforme du système d’exploitation des carrières. Lors d’une rencontre, jeudi à Rabat, le ministre de tutelle, Aziz Rebbah, a indiqué que le nouveau cadre législatif comprend plusieurs textes juridiques qui mettent l’accent sur le controle financier et environnemental, et prévoit des peines privatives de liberté et des amendes à l’encontre de toute partie exploitant une carrière sans autorisation.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Après une longue attente: Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane rencontre, la semaine prochaine, les cinq centrales syndicales les plus représentatives, ainsi que la présidente de la CGEM, dans le cadre d’un nouveau round du dialogue social. Dans ce sens, les syndicats appellent le gouvernement à se pencher sérieusement sur les dossiers revendicatifs en suspens et à mettre en place un véritable partenariat entre les acteurs sociaux.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *