Revue de presse marocaine du 29/04/2013

0 commentaires, 29/04/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce lundi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Le dialogue social devait reprendre samedi, mais aucune centrale ne s’y est rendue: Benkirane planté par les syndicats. Le dialogue social n’aura pas lieu: il a été rompu avant même d’avoir commencé. Prenant acte de ce que les grandes centrales syndicales ont refusé d’y participer, alors même qu’il n’avait eu de cesse d’appeler à sa reprise pour la journée du samedi, le gouvernement s’est finalement résolu à jeter l’éponge. Dans un communiqué rendu public par les bureaux d’Abdelilah Benkirane, quelques heures seulement après le temps fixé à l’ouverture de la réunion, l’Exécutif qui s’est déclaré renoncer à son projet a expliqué que sa décision est dictée par le fait que « des centrales syndicales invitées à participer à la réunion ont manifesté leur désaccord à son organisation ». Pour l’UMT, elle juge que le gouvernement a fait montre de désinvolture vis-à-vis des questions sociales en prévoyant une réunion de seulement deux jours pour en débattre. Cependant, pour le ministre de l’emploi et de la formation professionnelle, Abdelouahed Souhail, la non-tenue du dernier round du dialogue ne peut pas être assimilée à un boycott des syndicats.

+L’OPINION+:.
-Ouverture, aujourd’hui, des Assises nationales de la fiscalité: A la quête d’une imposition équitable, à rendements conséquents et améliorant la relation administration-contribuable. Comment aboutir à une fiscalité plus juste et à rendements plus conséquents? C’est à cette question qui, à priori, peut paraître simple que tenteront de répondre, lundi et mardi, les Assises de la fiscalité. Organisées par le ministère de l’Economie et des finances, sous le sous Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, ces Assises, qualifiées de plateforme d’échange et de partage, s’assignent pour principale objectif de donner, en termes d’efficacité et d’équité, une nouvelle impulsion au système fiscal marocain, et ce, en parfaite adéquation avec les évolutions politiques, sociales et économiques du Royaume. Dans un premier temps, cette impulsion consisterait à tracer les contours d’une sorte de feuille de route cadrant les actions et mesures à entreprendre à court, moyen et long termes en matière de réforme fiscale.

+LIBERATION+:.
-Pour masquer son échec à l’ONU, le polisario lâche ses sbires à Laâyoune. La victoire diplomatique marocaine au Conseil de sécurité a non seulement provoqué l’ire du polisario qui s’est dit « dépité et déçu » par la volte-face américaine concernant l’élargissement du mandat de la Minurso, mais elle l’a poussé à bouger ses pions dans nos provinces sahariennes pour y créer le désordre. Ainsi, les forces de sécurité ont été obligées d’intervenir, dans la soirée du vendredi 26 avril, pour disperser un regroupement non autorisé de certains individus qui avaient bloqué la voie publique et usé de la force pour perturber la circulation. Un communiqué de la wilaya de Laâyoune Boujdour-Sakia El Hamra précise, à ce propos, que lors de cette intervention, les forces de sécurité ont subi des jets de pierre de la part d’individus qui se cachaient derrière des femmes et des enfants. Résultat: Plusieurs blessés plus ou moins graves dans les rangs de la police.

-Tenue des Assises nationales de la fiscalité. Les Assises nationales de la fiscalité se dérouleront aujourd’hui et demain à Skhirat. Selon leurs initiateurs, Ces Assises constitueront une plate-forme d’échange et de partage pour donner une nouvelle impulsion au système fiscal marocain en adéquation avec les évolutions politiques, sociales et économiques de notre pays. Les débats, qui animeront cette rencontre, connaîtront notamment la participation des institutions parlementaires de différentes administrations, du secteur privé, des instances consultatives, des organisations syndicales, des universitaires, etc. Au titre de cette démarche participative, la réflexion sera articulée sur trois axes, à savoir: Fiscalité et équité, fiscalité et compétitivité et administration fiscale et attentes des usagers.

-FDT et CDT boycottent le dialogue social: Leur fin de non-recevoir opposée au monologue de Benkirane remet les pendules à l’heure. C’est maintenant un fait avéré: Le 1er mai sera chaud. L’échec de la tentative du gouvernement de réunir samedi dernier les différents partenaires sociaux pour leur tenir un monologue dont la seule finalité aurait été une exploitation politicienne et de communiquer à outrance autour de ses soi-disant réalisations ne fera que donner plus d’allant aux revendications des travailleurs. Ayant fait la sourde oreille, depuis fort longtemps, l’Exécutif ne s’est rappelé au bon souvenir des syndicats que 5 jours avant la date fatidique de la fête du travail. Ce qui ne pouvait que rendre suspecte son initiative, ceci d’autant plus que le seul langage qu’il a tenu depuis son investiture a été celui de la répression. Il était donc tout a fait normal que la FDT et la CDT lui opposent une fin de non-recevoir.

+L’ECONOMISTE+:.
-Assises de la fiscalité: s’attaquer aux tabous. Tous les regards du monde économique vont converger vers Skhirate où se tiennent ce lundi et mardi, les Assises de la fiscalité, quatorze ans après le dernier rendez-vous de ce genre. C’est l’événement marquant de la semaine. Le Chef du gouvernement ainsi que plusieurs de ses ministres y sont attendus. Les opérateurs économiques estiment qu’il est temps de dépoussiérer la grande réforme fiscale du milieu des années quatre-vingt. Certes, les Assises ne sont pas un lieu pour décider, mais les recommandations qui en sortiront donneront le tempo et une première indication sur l’orientation que prendrait la réforme que réclament les milieux d’affaires. Au ministère de l’Economie et des Finances, l’on répète à l’envie que certaines conclusions de ces travaux se concrétiseront dans la prochaine loi de Finances en 2014. La CGEM est en première ligne dans ce processus. Impliquée étroitement dans les travaux préparatoires aux Assises, la Confédération patronale entend peser sur les grandes orientations de la future réforme fiscale.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Assises de la fiscalité: Le vrai test du gouvernement. Aujourd’hui se tiendra à Skhirat le deuxième rendez-vous des Assises de la fiscalité, après celui qui s’était tenu en 1999. Entre-temps, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts, et avec un gouvernement Benkirane qui est mis face à ses responsabilités et ses promesses électorales. Aura-t-il le courage de secouer le cocotier? D’autant plus qu’il s’agit là d’un terrain miné (1ère source de recettes budgétaires estimées à plus de 190 milliards de dirhams), difficilement flexible à toute tentative de réforme de taille. L’ancien ministre des Finances, Mohamed Sagou, pense que les marges de manÂœuvres du gouvernement sont très restreintes. Le message est clair: A ceux qui s’attendent à une réforme fiscale de nouvelle génération, le contexte économique tendu évapore toutes leurs aspirations.

-Dialogue social: L’autre mauvais présage! En annonçant l’annulation du round prévu samedi entre le gouvernement et les syndicats, ce dernier a pris les devants, pensant également prendre à témoin l’opinion publique, mais surtout jouant une communication transparente. Mais, il donne aussi la preuve de son incapacité à convaincre les centrales syndicales de sa bonne volonté d’instaurer un dialogue efficace. Les responsables syndicaux ne cachent pas leur amertume, bien sûr. Ils estiment que le dialogue doit porter sur les problèmes urgents liés au pouvoir d’achat qui va se dégradant, les réformes de la Caisse de compensation et du régime des retraites mises en veilleuse, ensuite des libertés syndicales réclamées avec insistance.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Réforme de la fiscalité : les économistes istiqlaliens dévoilent leur vision. Attendues depuis bien longtemps, les Assises nationales sur la fiscalité se tiennent les 29 et 30 avril à Skhirat. Les participants venant de divers horizons (gouvernement, institution législative, administration, secteur privé, instances consultatives, organisations syndicales) auront ainsi l’occasion d’échanger leurs idées et de débattre d’un sujet qui fait l’actualité en cette période de vaches maigres. L’objectif, ainsi que l’espèrent les organisateurs de cet événement (le ministère de l’Economie et des finances à travers sa direction générale des Impots), est de préparer une feuille de route des actions à entreprendre pour réformer un système fiscal qui pèche notamment par son manque d’équité. C’est dans cet esprit que l’Alliance des économistes istiqlaliens (AEI), quelques jours avant les Assises, a présenté sa vision en la matière dans le cadre d’une conférence de presse organisée jeudi dernier à Casablanca. Cependant, la question qui reste posée est celle de savoir si ces propositions n’engagent que l’AEI ou tout le Parti de l’Istiqlal.

+AL BAYANE+:.
-Ouverture à Skhirat des Assises nationales sur la fiscalité: Quel contenu donner à la réforme fiscale? Les Assises nationales sur la fiscalité ouvrent leurs travaux ce lundi matin au Palais des congrès de Skhirat. Placé sous le Haut patronage de SM le Roi, ce conclave, qui verra la participation de plusieurs membres du gouvernement, des partenaires sociaux, des universitaires et des experts nationaux et internationaux, s’inscrit dans le cadre du processus de modernisation du système fiscal marocain. Après la grande réforme instituée par la loi cadre de 1984 et la tenue des premières Assises de 1999, il devenait indispensable de revoir le système fiscal actuel à la lumière des évolutions qu’a connues le Maroc, pour le rendre plus efficient et plus équitable, en cohérence avec les réformes institutionnelles et politiques engagées par le Maroc.

-Dialogue social: Le gouvernement déterminé à mettre en Âœuvre les dispositions de l’accord 2011. Les syndicats tournent le dos au gouvernement. La réunion consacrée au dialogue social, prévue samedi dernier, n’a finalement pas eu lieu. Des centrales syndicales ont exprimé leur refus d’y participer pour des considérations propres. Une lettre du chef du gouvernement, datée du jeudi 25 avril, invitait les syndicats à prendre part aux travaux de la commission nationale du dialogue social qui devrait se réunir le samedi 27 avril. Il faut dire que pour certains analystes, la décision des centrales syndicales de boycotter le dialogue relève plutot de la surenchère politique, surtout que la fête du travail pointe son nez. Pour d’autres, c’est une manière de mobiliser leurs bases et marquer un point.

+AL MASSAE+:.
-Des dizaines de blessés dans des affrontements entre des pro-séparatistes et des forces de la police à Laâyoune. Juste après la décision du Conseil de sécurité de l’ONU de ne pas élargir le mandat de la Minurso pour la surveillance des droits de l’Homme au Sahara, des pro-séparatistes à Laâyoune ont organisé, durant les trois derniers jours, plusieurs marches et manifestations qui ont fait 40 blessés, dont 12 éléments des forces de l’ordre.

-Mandat d’arrêt contre un Libyen accusé d’avoir financé une cellule terroriste démantelée depuis deux semaines. Ladite cellule procédait au recrutement et à l’embrigadement de Marocains imprégnés de l’idéologie d’Al-Qaïda pour les enroler en vue de perpétrer des actes terroristes dans le Royaume.

-Mutinerie dans la prison Boulmharez à Marrakech: Le directeur de l’établissement pénitentiaire transféré à la prison d’Ait Melloul. La semaine dernière, des prisonniers ont réussi à mettre la main sur plusieurs clés de cellules et de corridors avant de procéder à la destruction des biens de la prison en signe de protestation contre la décision du directeur de nommer un nouveau chef de quartier, accusé par les détenus de porter atteinte à leurs droits.

-Hamid Chabat déclare: « Nous n’allons pas permettre à Benkirane de prendre des décisions qui ne sont pas dans l’intérêt du peuple ». Intervenant lors du Conseil national de la jeunesse istiqlalienne, le SG du parti de la Balance a tiré une nouvelle fois sur le gouvernement conduit par le PJD, l’accusant de vouloir s’approprier les prises de décisions importantes et cruciales, ajoutant que « le parti de la Lampe ne pourra pas nous imposer des décisions qui ne sont pas bénéfiques au peuple ».

-Yassine Mokhli, Président du Club des magistrats du Maroc, accuse certains responsables de porter atteinte à l’indépendance de la justice. Dans une déclaration au quotidien, il a indiqué que les instructions émanant de responsables judiciaires à Kénitra et à Al Hoceima sont des tentatives illégales pour influencer le cours de la justice et ce après que le Procureur général du Roi près la Cour d’appel de Kénitra ait adressé une correspondance au juge d’instruction dans laquelle il l’avise de la hausse du nombre des personnes en détention préventive et que le président du tribunal de première instance à Al Hoceima ait rapproché la date de la tenue de l’un des procès.

+ASSABAH+:.
-Le polisario tente de créer l’anarchie au Sahara. Un groupe de pro-séparatistes de l’intérieur a procédé à des actes de provocation, le week-end dernier, à l’égard des autorités et des services de sécurité dans la wilaya de Laâyoune juste après l’adoption de la résolution du Conseil de sécurité qui a fait triompher le Maroc dans sa bataille diplomatique concernant le dossier du Sahara. Des sources ont indiqué que ces événements, survenus dans les rues de Smara, Boujdour et Laâyoune, ont fait 48 blessés parmi les forces de l’ordre alors qu’une vidéo a révélé des scènes de simulation d’évanouissements de certaines femmes pro-polisariennes. De son coté, le ministère de l’Intérieur a accusé ces pro-séparatistes d’utiliser des enfants comme des boucliers humains lors de leurs affrontements avec les forces de l’ordre.

-Abdelilah Benkirane tire à boulets rouges sur ses adversaires au sein de la majorité et de l’opposition. Le SG du PJD, a réitéré, en tant que Chef du gouvernement, sa détermination à poursuivre les réformes, adressant, lors du 5ème congrès de la jeunesse PJDiste tenu samedi, des messages codés à ses détracteurs aussi bien au sein de la majorité que de l’opposition, dans lesquels il a souligné la poursuite des réformes économiques malgré leur caractère sévère, ajoutant que les Marocains vont accepter ces réformes puisqu’ils ont confiance dans le Parti et le gouvernement.

-L’épouse d’un parlementaire gifle un policier à Casablanca! Des dizaines de citoyens ont constaté de visu, vendredi dernier, à un carrefour à Mers Sultan l’agression d’un policier de la circulation par un conseiller à la 2ème Chambre et son épouse, de nationalité brésilienne. Des témoins ont indiqué que le policier en question a arrêté le Conseiller de la région de Taza, pour usage du téléphone portable au volant de sa voiture, ajoutant que l’élu a refusé de présenter les papiers du véhicule et a proféré des injures à l’encontre de l’agent alors que son épouse l’a giflé plusieurs fois. Suite à cet incident, des sources ont fait état de l’intervention de parties influentes pour clore ce dossier surtout que l’épouse du conseiller a été mise en détention préventive suite à cette agression.

-Le PAM critique l’absence du gouvernement lors de la gestion de « la crise » concernant le dossier du Sahara. Mustapha Bakkoury, SG du PAM, a critiqué l’absence du gouvernement lors de la gestion de la crise suscitée par l’avant-projet américain qui visait l’extension des attributions de la Minurso à la question des droits de l’Homme au Sahara avant qu’il ne soit retiré, tout en proposant devant les participants au 15ème conseil national du parti, de lancer une réflexion sur la création d’une haute instance nationale composée de représentants de l’ensemble des forces politiques, syndicales et sociales, qui sera mobilisée derrière SM le Roi pour suivre, en toute vigilance, le développement de la question du Sahara.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Des « séparatistes de l’intérieur » en colère contre la dernière résolution du Conseil de sécurité organisent des marches non autorisées dans les villes de Boujdour, Laâyoune et Smara. Ces marches ont viré en des affrontements entre les forces de l’ordre et les manifestants qui ont procédé à des jets de pierres contre ces forces qui sont intervenues de manière pacifique pour les disperser.

-Dans un fait inédit: Les centrales syndicales unanimes à boycotter les rounds du dialogue social et attisent les tensions à la veille de la célébration du 1er mai et l’UGTM, bras syndical de l’Istiqlal, se joint à ces organisations syndicales alors que le gouvernement se prépare à présenter le bilan de la situation sociale.

-Le Chef du gouvernement et SG du PJD, Abdelilah Benkirane, menace ses adversaires de rester 20 ans à la tête du gouvernement, précisant que son parti continuera de jouir de la confiance des citoyens car il veut mener de véritables réformes. Lors de son intervention à l’occasion du 5ème congrès de la jeunesse PJDiste, Benkirane a exprimé son soutien fort à Abdelali Hamieddine et tiré à boulets rouges sur le PAM.

+AL KHABAR+:.
-Des éléments pro-polisariens attaquent des forces de l’ordre en réaction à la résolution du Conseil de sécurité relative au maintien en l’état du mandat de la Minurso. Huit éléments des forces de l’ordre ont été transférés à l’hopital militaire de Laâyoune, après avoir été victimes de graves blessures lors de leur intervention pour disperser une manifestation non autorisée organisée par certains « séparatistes de l’intérieur ». Des sources locales ont indiqué que les forces de l’ordre, qui sont intervenues de manière pacifique afin de maintenir l’ordre publique, ont été violemment agressées par un groupe de séparatistes munis d’armes blanches et de pierres.

-Abdelilah Benkirane adresse des messages « codés » à ses alliés et à ses ennemis. Lors du 5ème congrès de la jeunesse PJDiste, le SG du parti a exprimé sa détermination à mener les réformes pour la lutte contre la prévarication et les prévaricateurs, notant que les manÂœuvres des perturbateurs, qui ont harcelé son parti et s’apprêtaient à conduire le gouvernement avant qu’ils ne soient écartés par le peuple, ne vont jamais réussir. Il a également fait savoir que « ceux qui ont laissé des dettes avoisinant 600 MMDH n’ont pas le droit de parler de réformes ou de donner des conseils au gouvernement ».

-Les syndicats retirent le tapis sous les pieds de Benkirane et annoncent la « désobéissance » en le menaçant d’un 1er mai chaud. Les quatre centrales syndicales les plus représentatives ont boycotté la séance de dialogue social, convoquée par le Chef du gouvernement samedi dernier, en guise de protestation contre l’indifférence du gouvernement vis-à-vis des préoccupations et revendications de la classe ouvrière au lieu d’un véritable dialogue pour répondre aux besoins de cette classe.

-Hafid Benhachem, Délégué général de l’Administration pénitentiaire et de la réinsertion, a démis samedi de ses fonctions le directeur de la prison de Boulemharez à Marrakech. Une source a indiqué que cette décision est motivée par les dysfonctionnements qui ont eu lieu au sein de la prison, y compris la « mutinerie » menée par les détenus de la prison locale.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Des centrales syndicales boycottent le dialogue social avec Abdelilah Benkirane. Les quatre syndicats les plus représentatifs (FDT, CDT, UMT et UGTM) ont décidé de boycotter la réunion du dialogue social convoquée par le Chef du gouvernement samedi dernier. Pour Abderrahmane El Azzouzi, SG de la FDT, il a qualifié de « simple manoeuvre » et d' »absurdité » cette réunion, ajoutant que la centrale a relevé un manque de sérieux chez l’Exécutif en ce qui concerne le dialogue social, puisque le gouvernement n’a pas respecté l’institutionnalisation de ce dialogue, censé avoir eu lieu début d’avril. De son coté, Abdelkader Al-Zair, SG adjoint de la CDT a indiqué que cette réunion, convoquée quelques jours avant la célébration de la fête du travail, est une « simple tentative pour gagner du temps ».

+AL ALAM+:.
-Les centrales syndicales s’unissent pour boycotter le dialogue social. Suite au refus de certaines centrales syndicales, pour diverses considérations, de prendre part au round du dialogue social, qui était prévu samedi dernier, l’Exécutif a annoncé via un communiqué l’annulation de ladite réunion, tout en réaffirmant sa volonté de poursuivre le dialogue avec les différents partenaires économiques et sociaux et sa détermination à mettre en Âœuvre les dispositions de l’accord conclu le 26 avril 2011.

+ATTAJDID+:.
-Le gouvernement décide d’annuler le round du dialogue social après que les centrales syndicales aient refusé d’y prendre part pour diverses considérations. Dans un communiqué rendu public, l’Exécutif a réitéré sa volonté de poursuivre le dialogue avec les différents partenaires économiques et sociaux et s’est dit déterminé à mettre en oeuvre les dispositions de l’accord conclu le 26 avril 2011 et ce en allouant les fonds nécessaires, en promulguant les textes législatifs et organiques y afférents et en prenant toutes les mesures à même d’honorer ses engagements.

-Le SG du PJD, Abdelilah Benkirane, affirme que « le peuple a voté en notre faveur pour que nous menons des réformes et nous n’avons pas le droit de le décevoir ». Intervenant lors du 5ème congrès de la jeunesse du PJD, Benkirane a indiqué que les citoyens ont voté pour son parti pour entreprendre les réformes nécessaires dans le cadre de la stabilité du pays.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Les centrales syndicales boycottent une rencontre avec Abdelilah Benkirane quelques jours avant la célébration de la fête du travail. Les représentants des centrales syndicales ont refusé de prendre part à la réunion de la commission nationale du dialogue social, qui était prévue samedi dernier, ajoutant que cette invitation était une simple formalité qui n’a apporté rien de nouveau et qui n’était qu’une simple tentative à travers laquelle le gouvernement voulait apaiser la colère de la classe ouvrière.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Echec des tentatives d’éléments pro-séparatistes de déstabiliser la ville de Laâyoune et sa population. Des sites électroniques ont diffusé des séquences vidéo qui révèlent les soi-disant blessures d’une femme pro-polisarienne suite à l’intervention des forces de l’ordre pour la dispersion de marches non autorisées organisées par des éléments pro-séparatistes à Laâyoune, et un communiqué de la wilaya indique que des parties ont voulu impliquer les enfants et la population locale dans ces affrontements, mais la vigilance et la fermeté des forces de l’ordre et leur souci de veiller à la protection des biens publics et au maintien de l’ordre public ont avorté ces manouvres ourdies.

-Dialogue social: Les centrales syndicales renversent la table et boycottent la réunion à laquelle a appelé le Chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane. Quatre centrales syndicales (FDT, CDT, UMT et UGTM) ont décidé de boycotter la réunion consacrée au dialogue social, prévue samedi dernier, pour diverses considérations avant que la présidence du gouvernement ne rende public un communiqué dans lequel il annonce qu’il a été décidé d’annuler cette réunion.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Des pro-séparatistes attaquent des forces de l’ordre à Laâyoune et à Smara. Des éléments pro-polisario, qui n’ont pas apprécié la dernière résolution du Conseil de sécurité de l’ONU sur le Sahara, ont bloqué la voie publique et jeté des pierres et des bonbonnes de gaz, faisant huit blessés parmi les forces de l’ordre qui ont été transférés à l’hopital militaire de Laâyoune. Les agresseurs ont joué aux victimes, comme le cas de la dénommée Fatima Daoudi, alias Al-Ghalia, qui a prétendu avoir été blessée au niveau des doigts par les forces de l’ordre, tandis qu’elle a été victime d’un accident à son domicile quand la porte s’est refermée sur ses doigts.

-Les syndicats renversent la table sur Benkirane. Quatre centrales syndicales ont boycotté la réunion consacrée au dialogue social, prévue samedi dernier. Les centrales ont estimé que la réunion est une manÂœuvre du gouvernement et ont appelé à la mise en Âœuvre de l’accord du 26 avril 2011. Dans un communiqué conjoint, la CDT et la FDT ont indiqué que l’ordre du jour de la réunion n’était pas sérieux. Pour sa part, l’UMT a indiqué que Benkirane ne veut qu’un dialogue de forme.

+BAYANE AL YAOUM+:.
-Gouvernement-syndicats: Le dialogue social reporté et le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Abdelouahed Souhail, indique que le gouvernement est déterminé à mettre en oeuvre les dispositions de l’accord conclu le 26 avril 2011, alors que le SG de l’UMT, Miloudi Moukhariq a indiqué que sa centrale syndicale veut un véritable dialogue qui aboutit à des résultats tangibles, ajoutant que ce dialogue doit avoir lieu à des dates fixes qui doivent être respectées.

+AL MOUNAATAF+:.
-A travers son appel à un nouveau round du dialogue social: le gouvernement veut « jeter la poudre aux yeux » et les centrales syndicales décident de ne pas y prendre part. Les centrales syndicales, à l’exception de celles relevant du PJD, ont publié des communiqués dans lesquels elles annoncent leur boycott de la réunion de la commission du dialogue social qui était prévue samedi dernier. Pour Abdelkader Ezzair, SG adjoint de la CDT, le gouvernement réaffirme, à travers cet appel au dialogue, ses manÂœuvres et son manque de sérieux dans l’examen des attentes de la classe ouvrière alors que Abderrahmane Azzouzi, SG de la FDT a indiqué que cette invitation au dialogue confirme l’irresponsabilité et le manque de conscience chez le gouvernement.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *