Revue de presse marocaine du 29/03/2012

0 commentaires, 29/03/2012, Par , Dans Revue de Presse

Voici les sujets qui retiennent l’attention de la presse quotidienne de ce jeudi:.

+AL MASSAE+:
-L’éclatement menace la majorité gouvernementale en raison d’un bras de fer entre le PPS et l’Istiqlal sur la gestion du ministère de la Santé. Le ministre de la Santé sort de son mutisme et retire la délégation de signature au Secrétaire général du ministère, soulignant que la décision est dictée par un rapport de l’Inspection générale du département.

-Ahmed Midaoui rend public un rapport accablant de la Cour des comptes pour l’année 2010 faisant état des dysfonctionnements et des scandales financiers dans la gestion des établissements publics, des Collectivités territoriales et des organismes relevant du secteur public. Le rapport pointe du doigt des responsables et précise que 32 milliards de dollars ont été transférés à l’étranger tout en promettant des poursuites judiciaires à l’encontre des personnes impliquées.

-Le rapport d’une commission d’enquête relevant du Collectif marocain des organisations de défense des droits de l’Homme impute la responsabilité du déclenchement du mouvement de protestation à Taza à l’Etat en raison de ce qu’il qualifie de mauvaise gestion de la chose locale et l’impunité des responsables accusés de dilapidation de deniers publics.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Le président de la Cour des comptes, Ahmed Midaoui « fait exploser la bombe » des dysfonctionnements au sein des établissements publics et libère enfin le rapport annuel de la Cour pour l’exercice 2010 qui jette la lumière sur des scandales financiers et la mauvaise gestion. Midaoui déclare que la Cour est indépendante et ne permet « aucune ingérence » dans son travail.

-Le ministre de la Santé, Houssein El Ouardi souligne qu’il a retiré la délégation de signature au Secrétaire général du ministère après qu’il s’est avéré que ce département est géré par « deux têtes », et ce sur fond de l’enquête sur le marché des vaccins, soulignant que cette enquête ne vise ni le Parti de l’Istiqlal, ni l’ancienne ministre Yasmina Baddou.

-Le ministre chargé des relations avec le Parlement et la société civile, Habib Choubani souligne que 97 pc des associations de la société civile ne présentent aucun bilan financier, ajoutant que les données font état d’une prévarication associative dangereuse qui va être divulguée prochainement.

-Abdellatif Jouahri, Wali Bank Al-Maghrib tire la sonnette d’alarme et appelle à la réduction des dépenses de la Caisse de compensation et de la masse salariale, prévoyant un taux de croissance ne dépassant pas les 3pc en 2012, soit un taux inférieur à celui annoncé par le gouvernement.

-Incidents de Taza: Un nouveau rapport élaboré par le collectif marocain des organisations des droits de l’Homme indique que la violence exercée par les forces de l’ordre a conduit à de graves violations des droits de l’Homme. Selon ce rapport, les incidents de Taza sont le résultat de la marginalisation de la province et des mauvaises politiques publiques de gestion dans les différents domaines.

+ASSABAH+ :.
-Découverte d’un réseau spécialisé dans la falsification de documents officiels: Les membres de ce réseau sont derrière l’affaire d’escroquerie récemment dévoilée à Sidi Kacem qui a fait plus de 128 victimes. Selon plusieurs sources, le prix du seul document varie entre 15.000 et 20.000 dirhams.

-Le cabinet du Chef de gouvernement Abdelilah Benkirane reçoit le dossier de l’enseignant de Taroudant Nacer Abdellah incarcéré dans la prison de la ville pour escroquerie et falsification de documents officiels relatifs à la vente d’un lot de terrain. L’épouse du mis en cause indique, dans une lettre adressée au Chef de l’Exécutif, que son mari a été enlevé et séquestré pendant cinq années dans le cadre d’une affaire toujours en cours d’examen devant la Cour d’appel d’Agadir, et appelle à diligenter une enquête exhaustive sur l’arrestation de son époux.

-Des responsables de l’Istiqlal et du PPS entrent en lignent pour mettre fin au conflit entre le ministre de la Santé, Houssein El Ouardi, et l’ancienne ministre Yasmina Baddou, alors les lobbies des laboratoires pharmaceutiques gèrent à distance ce conflit et tentent d’intervenir pour la désignation de responsables qui serviraient leurs intérêts.

+AL KHABAR+:.
-Le rapport 2010 de la Cour des comptes dévoile l’existence de plusieurs dysfonctionnements dans la gestion des finances publiques au sein des établissements publics et souligne un certain « relâchement » dans la gestion du budget, ce qui est reflété à travers la hausse continue du déficit budgétaire.

-Wali Bank Al Maghrib, Abdellatif Jouahri accuse le gouvernement de travailler « seul » comme s’il était sur une île déserte. Il met en garde l’Exécutif contre la hausse, de nouveau, des fonds alloués à la Caisse de compensation ainsi que des salaires des fonctionnaires, sinon l’économie nationale fera face à une profonde crise.

-La direction générale des Douanes et des impots indirects diligente une enquête interne sur le travail des commissions de controle douanier dans certains ports marocains. Selon des sources, l’enquête en cours a été ouverte suite aux plaintes déposées qui font état de l’existence de liens de parenté entre certains membres de ces commissions et les patrons de sociétés de dédouanement notamment au port de Kénitra.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Le gouvernement divisé sur la date de la tenue des élections communales. Des sources gouvernementales indiquent que le ministère de l’Intérieur n’a pas encore finalisé l’agenda des prochaines échéances électorales.

-Mohamed Achaari, membre du bureau politique de l’USFP, proteste contre la manière adoptée par Habib El Malki pour annoncer son intention de se porter candidat pour prendre les rênes du parti, soulignant qu’il n’est pas contre cette candidature pour le poste de premier secrétaire mais il refuse les modalités secrètes pour le choix du responsable du parti.

-Le ministre de la Santé, Houssein El Ouardi: « Je ne suis pas venu au ministère pour entrer en conflit avec un tel ou tel responsable mais pour offrir des prestations sanitaires respectant l’humanité du citoyen marocain ». Le ministre note par ailleurs qu’après le tapage médiatique autour de l’affaire des vaccins « Rotavirus » et « Pneumocoque », il a soumis le rapport de l’inspection générale à la Cour des comptes suite à la découverte de plusieurs dysfonctionnements.

-Le rapport de la Cour des comptes fait état de dysfonctionnements dans plusieurs établissements publics: la CNSS, la RAM et l’ONDE pointés du doit aux cotés d’établissements.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+ :.
-Le Parlement ouvre le dossier de la cession des terres de l’Etat au prix d’un dirham symbolique: Abdelilah Benkirane appelé à publier la liste des bénéficiaires au lieu de se concentrer sur les mesures « superficielles » à prendre.

-L’ODT compte intenter un procès contre le gouvernement Benkirane devant la justice internationale pour avoir été « exclue et marginalisée » lors du dernier round du dialogue social, particulièrement au niveau de l’aide octroyée par le gouvernement aux centrales syndicales.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+ :.
-Bras de fer entre le PPS et l’Istiqlal: L’Istiqlal décidé à voter contre le budget sectoriel du ministère de la Santé et appelle à un audit de la gestion de la faculté de médecine sous l’ère du nouveau ministre de la Santé Houssein El Ouardi.

+AL ALAM+ :.
-De nouvelles provocations à l’égard des Marocains établis dans le préside occupé de Sebta: Les forces d’occupation espagnoles recensent les Marocains ayant une double nationalité afin de faire la lumière sur ce qu’elles qualifient d' »infraction » aux lois espagnoles en vigueur. Elles ont également pris des mesures rigoureuses interdisant aux femmes marocaines enceintes d’accéder aux hopitaux du préside occupé, justifiant cette décision par l’existence de réseaux qui les font admettre dans ces hopitaux pour que les nouveaux nés bénéficient de la nationalité espagnole.

+ATTAJDID+ :.
-Wali Bank Al Maghrib indique que l’ère de la banque islamique au Maroc n’est pas lointaine et que le parachèvement des procédures juridiques et techniques permettront sa mise en place en 2013. Par ailleurs, Bank Al Maghrib revoit à la baisse le taux de croissance à moins de 3 pc en 2012.

+BAYANE AL YAOUM+ :.
-Une nouvelle tension entre Rabat et Madrid plane à l’horizon à cause du pétrole et ce sur fond de la visite au Maroc du président du gouvernement autonome des Iles Canaries en avril prochain qui devrait s’entretenir avec les responsables marocains du dossier de la prospection pétrolière au large de la zone maritime entre le Royaume et ces îles, dont l’autorisation de prospection a été délivrée à l’une des sociétés par les autorités espagnoles.

-Le rapport de la commission d’enquête des acteurs des droits humains sur les incidents de Taza critique l’adoption de l’approche sécuritaire au lieu du dialogue lors de ces manifestations, soulignant la reproduction de cas d’impunité des responsables de la violence à l’égard des habitants.

+AL MOUNAATAF+ :.
-Wali Bank Al-Maghrib tire la sonnette d’alarme: Prévision d’un taux de croissance de 2 à 3 pc et les réserves en devises ont baissé à tel point qu’elles ne couvriront que les frais de cinq mois d’importation.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+ :.
-La Cour des comptes souligne dans son rapport 2010 qu’elle a soumis cette année au ministre de la Justice 13 affaires passibles d’une condamnation à une sanction pénale, ajoutant que 360 responsables ont été poursuivis en justice en 2010 pour rembourser les pertes financières des établissements publics dont ils étaient les auteurs.

-La bataille autour de la direction de l’USFP arrive au journal « Al Ittihad Al Ichtiraki »: Mohamed Achaari, membre du bureau politique de l’USFP attaque le journal du parti après la publication sur ses colonnes de l’annonce par Habib El Malki de sa candidature au poste de Premier Secrétaire du parti de la rose.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Incidents de Taza : Les ONG réclament un procès. Le Collectif marocain des organisations des droits de l’Homme, qui a mené une enquête sur les événements de Taza, dénonce des « bavures policières » et demande l’ouverture d’un procès. Ces 18 Organismes des droits humains dénoncent aussi « des dysfonctionnements » dans le règlement de la crise.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Le rapport 2010 de la Cour des comptes enfin publié : RAM, CCG, ONEP, FEC… des dysfonctionnements à la pelle. La Cour des comptes a enfin rendu son très attendu rapport. Gestion calamiteuse, opérations douteuses, stratégies défectueuses et gouvernance désastreuse, c’est en gros ce qui ressort du rapport 2010 de la Cour des comptes sur les établissements et institutions publics. Les auditeurs de la Cour des comptes ont ainsi pointé du doigt les choix et les orientations dans des entités stratégiques pour le pays.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Cour des comptes : 120 missions menées dans les établissements publics en 2010. Le rapport de la Cour des comptes au titre de l’année 2010 vient d’être publié au dernier BO. Sur 1077 pages, le document tant attendu fait des révélations fracassantes sur un certain nombre d’établissements publics. En 2010, la Cour des comptes a effectué 120 missions au niveau des services de l’Etat, des entreprises et établissements publics et des collectivités territoriales. Les imperfections enregistrées en matière de gestion financière sont légion. Le rapport commence par pointer du doigt le laxisme dans la gestion du Budget qui se traduit dans le déficit continu des comptes publics. Il met en garde contre le creusement de la dette publique si l’Etat continue de dépenser dans un rythme qui dépasse ses ressources et capacités financières.

+L’ECONOMISTE+:.
-La Cour des comptes ouvre les placards : CDVM, OCE, CNSS, RAM, FEC…stars du rapport. La Cour des comptes met encore une fois les pieds dans le plat de la gouvernance publique. L’institution et ses déclinaisons régionales ont encore ratissé large. Une soixantaine d’établissements publics, dont des entreprises publiques, des offices, des collectivités locales ont été épinglés par cette version 2010 des rapports de la Cour.

+LIBERATION+:.
-Bank Al Maghrib administre une douche froide au gouvernement Benkirane : Baisse du taux directeur et annoncé d’un taux de croissance inférieur à 3 pc. Décidément, les certitudes de l’Exécutif tombent les unes après les autres. Les mielleuses promesses électorales de ses composantes se sont vite dissipées face aux réalités complexes de la gestion des affaires publiques. Dernière douche froide que le gouvernement Benkirane a reçue, la sortie du gouverneur de Bank Al Maghrib qui a sonné comme un glas. Face au marasme économique qui caractérise la conjoncture nationale et internationale, Abdellatif Jouahri n’est pas allé de main morte en annonçant la baisse du taux directeur de 3,25 à 3 pc et une croissance du PIB à moins de 3 pc.

+AL BAYANE+:.
-La bonne gouvernance en marche : le gouvernement habilité à délibérer sur les nominations à 1.181 hautes fonctions. En annonçant que la nomination à 1.181 hautes fonctions sera désormais soumise à délibération en conseil de gouvernement, ce dernier a confirmé que la bonne gouvernance, telle que définie dans la nouvelle Constitution, est bel et bien en marche au sein de l’administration marocaine et que la balle est désormais dans le camp du Parlement, appelé plus que jamais à jouer pleinement son role de controle et d’accompagnateur des services publics.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *