Revue de présse marocaine du 29/02/2012

0 commentaires, 29/02/2012, Par , Dans Revue de Presse

Voici les sujets qui suscitent l’intérêt de la presse quotidienne de ce mercredi:.

+AL MASSAE+:.
-Message de Madrid à Rabat: Le Maroc n’est qu’un simple « gendarme ». Les entretiens entre le ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser, et son homologue espagnol, Jorge Fernandez Diaz, en visite au Maroc, qui ont porté seulement sur les questions sécuritaires et la lutte contre le trafic de drogue et l’immigration clandestine signifient, selon plusieurs sources, que Madrid, que ce soit sous l’ère du Parti Populaire ou celui du Parti Socialiste, considère le Maroc comme « un simple gendarme » chargé de surveiller ses frontières sud et non pas comme un véritable partenaire.

-Le président du Conseil de la concurrence, Abdelali Benamour, appelle à la transformation du conseil de la concurrence en une instance décisionnelle et critique le secrétariat général du gouvernement pour avoir tardé à déposer le nouveau statut du Conseil au Parlement, considérant que ce retard entrave la mission du conseil en matière de controle de la concurrence au Maroc.

-Fathallah Oualalou fait appel aux forces de l’ordre pour faire face à des manifestants qui ont appelé à son départ: Le président du Conseil de la ville de Rabat a été contraint mardi de faire appel aux forces de l’ordre pour évacuer la salle où se tenait la session ordinaire du Conseil pour le mois de février qui était occupée par des diplomés chomeurs et des acteurs de la société civile. Les protestataires demandaient de dévoiler la liste des parties bénéficiaires des subventions octroyées aux associations.

-Abdelkrim Benatik met en garde contre une implosion de la situation dans les quartiers vulnérables: Le président du parti Travailliste indique lors d’un sit-in devant la wilaya de la région du Gharb-Cherarda-Bni Hssen en solidarité avec les habitants de la commune de Sidi Taybi, que la tension que connaît plusieurs quartiers vulnérables constitue « une bombe à retardement ».

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Les USFPéistes tirent à boulets rouges sur Abdelilah Benkirane: Habib El Malki indique que le Chef de gouvernement tente de s’accaparer la mise en oeuvre des dispositions de la Constitution qui doit se baser sur une approche participative, ajoutant que la religion ne doit être exploitée pour des fins qui n’ont aucun rapport avec la loi Fondamentale, en faisant allusion aux propos du Chef de l’Exécutif dans lesquels il a qualifié les laïcs de « groupe de ralliés au diable ».

-Ahmed Zaïdi restera à la tête du groupe parlementaire de l’USFP à la Chambre des représentants après le parti de la Rose ait refusé la démission de Zaïdi. Une source proche de ce dernier souligne que M. Zaïdi est disposé à continuer à présider le groupe puisque le message de sa démission est passé.

+ASSABAH+ :.
-Le Club des magistrats du Maroc menace de boycotter le dialogue sur la réforme du secteur de la justice: Le Club considère que sa participation au chantier de la réforme de la justice est tributaire de l’amélioration de la situation matérielle des juges, affirmant que le 15 mai prochain, date de la tenue du dialogue national sur la réforme de la justice, constitue le dernier délai pour satisfaire cette revendication avant d’entamer des mouvements de protestation sans précédent.

-Le journal espagnol El Pais « crache son venin » sur le Maroc: Un responsable au ministère de la Communication affirme que l’interdiction de distribution au Maroc d’El Pais est dû à la publication dans son numéro de dimanche dernier de propos diffamatoires et d’informations dénuées de tout fondement sur la stabilité dans le Royaume.

-La session extraordinaire du Parlement aura lieu le 15 mars prochain: La tenue de cette session au mois de mars est due aux problèmes auxquels fait face le gouvernement pour l’élaboration du projet de loi de Finances au moment où la sécheresse menace la saison agricole.

-Saad Hassar pressenti au poste de secrétaire général du Conseil supérieur de sécurité: M. Hassar est candidat à ce poste au regard de son expérience en matière de sécurité au ministère de l’intérieur et à ses bonnes relations avec les différents partenaires politiques.

-Les marins et officiers de la COMANAV transfèrent leurs protestations à Rabat: Ils observent ce mercredi un sit-in devant le ministère de l’Equipement et du Transport pour revendiquer une solution à leur situation sociale détériorée suite à la saisie des ferries de la compagnie maritime par les autorités françaises pour non-paiement de créances.

+AL KHABAR+:.
-La voiture de service du ministre chargé des relations avec le Parlement et la société civile, Habib Choubani suscite la polémique entre les membres du conseil national du PJD: le ministre a utilisé la voiture pour se rendre à des activités partisanes.

-Les armes de Kadhafi à l’ordre du jour des entretiens entre le ministre de l’Intérieur Mohand Laenser et son homologue espagnol. Selon des sources, les deux ministres ont également évoqué lors de cette rencontre la situation dans la région suite à la chute du régime Kadhafi dont les armes sont tombées entre les mains de plusieurs parties inconnues, ce qui exige une profonde coopération pour éviter toute tentative d’attentat terroriste.

-Le ministre de l’Equipement et du Transport Abdelaziz Rebbah indique que les arrestations de plusieurs responsables de l’ONDA n’influera pas sur le travail de l’Office et affirme que le secteur jouit de plusieurs compétences capables d’assumer la responsabilité et de superviser les grands projets menés par l’Office national des aéroports.

-Les employés de la COMARIT et de la COMANAV observent un sit-in ce mercredi devant le ministère de l’Equipement et du Transport en protestation contre le mutisme du ministère au sujet de leur dossier. Pour sa part, le secrétaire général du syndicat national de la marine marchande et de la pêche maritime affirme que le ministre n’a eu aucun contact avec l’un des officiers ou marins des deux ferries.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+ :.
-Contradiction gouvernementale autour de la date de la tenue des prochaines élections communales: Le Chef du gouvernement indique dans une déclaration que les élections communales pourraient être organisées en octobre prochain alors que le ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser estime que ces échéances pourraient avoir lieu en juin prochain au moment où plusieurs membres de partis politiques appellent à la promulgation de la loi régissant ces élections.

-Le PJD tient son congrès national les 14 et 15 juillet prochain : Abdellah Baha président de la commission préparatoire et Abdelilah Benkirane candidat unique à sa propre succession à la tête du parti.

-Saison agricole: La sécheresse et la gelée provoqueraient une flambée des prix des aliments et les agriculteurs expriment leurs inquiétudes. Les cultures des céréales, des fruits et légumes sont les plus affectées et d’éventuelles précipitations peuvent épargner certaines régions. Cependant, l’assurance sur les catastrophes naturelles et les mesures gouvernementales sont insuffisantes, selon les agriculteurs.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+ :.
-Les anciens prisonniers dans les camps de Tindouf accusent le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane d’avoir ignoré leurs revendications relatives à l’amélioration de leurs conditions de vie après avoir passé plusieurs années incarcérés dans les geoles du polisario.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Après « El Pais » interdit une nouvelle fois lundi dernier: l’interdiction a touché 29 journaux et revues depuis l’investiture du gouvernement il y a deux mois, selon les données du ministère de la Communication.

-Le dirigeant ittihadi, Hassan Tareq indique que la gestion financière des services publics par l’actuel gouvernement est anti-constitutionnelle et n’est fondé sur aucune base juridique, étant donné que la Constitution oblige le gouvernement, en cas de non adoption de la loi de Finances de recourir, via un décret, à l’ouverture des crédits nécessaires à la marche des services publics et à l’exercice de leur mission sur la base de ce qui est proposé dans la loi de Finances qui n’est pourtant pas encore soumise au Parlement.

+AL ALAM+:.
-Le groupe istiqlalien de l’unité et de l’égalitarisme visite les frontières maroco-algériennes et appelle les ambassadeurs des cinq pays maghrébins à participer à une rencontre du 3 au 5 mars à Oujda sur l’UMA dans le sillage des changements actuels.

-Mobilisation des services de sécurité à Nador après qu’un jeune ait hissé le drapeau israélien sur le toit du logement de fonction de son père, un militaire à la retraite, en protestation contre la coupure d’eau et d’électricité dont bénéficiait gratuitement la famille qui habitait dans ce logement.

+ATTAJDID+:.
-La Tunisie peut-elle devancer le Maroc et devenir un centre régional de financement islamique?: Le Chef du gouvernement tunisien Hamadi Jebali a indiqué que son pays aspire à devenir un centre régional de financement islamique, affirmant que la Tunisie est en train de mettre en place un cadre juridique pour régir l’économie islamique.

+BAYANE AL YAOUM+:.
-Entretiens entre les ministres marocain et espagnol à Rabat: l’Espagne soutient les efforts du Maroc dans la lutte contre l’immigration clandestine, et Rabat s’engage à coopérer pour mettre fin au drame des volontaires occidentaux pris en otage à Tindouf. Les deux ministres ont également annoncé l’ouverture de deux centres de sécurité en mai prochain.

+AL MOUNAATAF+:.
-Le projet de loi des syndicats professionnels: un cadeau miné de Abbas El Fassi à Abdelilah Benkirane?. Ledit projet sera-t-il mise en oeuvre constitutionnellement ou sera suspendu pour faire plaisir au syndicat de l’actuel Chef du gouvernement?.

-Le projet de la Loi de Finances 2012 déposé au Parlement la semaine prochaine et une session extraordinaire pour son examen et son adoption aura lieu à la mi-mars. Selon le ministre délégué chargé du Budget, Driss Yazami, le projet de loi traduira les grandes orientations du programme gouvernemental présente devant le Parlement.

+RISSALAT AL OUMMA+ :.
-Education nationale: Les titulaires du doctorat menacent le ministre de tutelle de reproduire le scénario de l’année dernière en organisant un sit-in ouvert de deux mois et les enseignants observent de mercredi à vendredi un sit-in devant le ministère.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Une station radio inconnue utilise la langue amazighe pour prosélytisme dans le sud du Maroc: La radio qui émet sur les ondes FM et captée à Tiznit et sur le Littoral entre Tiznit et Agadir présente des émissions appelant au prosélytisme et une source à la HACA dément que l’instance soit au courant de ces faits.

-Les agents de police reçoivent un formulaire de la Fondation Mohammed VI des Âœuvres sociales des fonctionnaires de la sûreté nationale pour définir leurs besoins sociaux.

+LE SOIR ECHOS+:.
-USFP : succession ouverte. La démission d’Ahmed Zaïdi de la présidence du groupe parlementaire USFP sonne comme le début de la bataille de la succession à Radi. Autres prétendants : Driss Lachgar, Lahbib El Malki et Fathallah Oualalou. Renouvellement des élites, dites-vous ?

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Une nouvelle crise au Conseil de la ville de Casablanca : la session de février annulée. Le Maire de Casablanca, Mohamed Sajid est dans l’impasse. Les conseillers devraient boycotter la session de février du conseil de la métropole prévue ce mercredi suite au refus de Sajid de leur remettre les documents du compte administratif pour examen, chose qui a attisé leur mécontentement. On parle également d’une gestion individualiste de Sajid. C’est ce qu’affirme un membre du Conseil. En revanche, le vice-président du conseil, Ahmed Brija, affirme qu’il s’agit tout simplement d’une question de retard quant à la remise des documentations et non pas de refus. Maintenant la question qui se pose et qui s’impose est de savoir à quel « membre » se vouer.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-L’ultimatum de Benkirane à ses ministres: Dans deux semaines, tous les dossiers doivent être prêts. Le Chef du gouvernement veut avoir de la visibilité. Il a envoyé à ses différents ministres une lettre de cadrage qui comprend trois grandes tâches à accomplir dans un délai qui ne dépasse pas 30 jours. Finalité : avoir sous la main un tableau de bord facilement consultable pour une meilleure gestion des engagements. Primo, chaque département doit préparer un plan d’action sectoriel détaillé et chiffré avec des objectifs et des délais de réalisation bien définis. Secundo, les membres du gouvernement sont exhortés à réfléchir sur les moyens d’améliorer la gouvernance. Tertio, les ministres sont appelés à dresser un tableau exhaustif des mesures d’urgence qui doivent apporter des réponses à des attentes qui se font pressantes ou à des situations de crise. Il s’agit notamment des diplomés chomeurs, des tensions sociales exacerbées dans certains secteurs publics et de l’absence de pluie qui pèse lourdement sur la campagne agricole.

+L’ECONOMISTE+:.
-Grèves : Premier test sérieux pour Benkirane. Débrayages des ouvriers et fonctionnaires des collectivités locales, des techniciens de la santé publique, des huissiers de justice, du département de la pêche maritime les syndicats ont donc décidé de rompre la paix sociale instaurée depuis le 26 avril 2011, date de la signature d’un accord avec le gouvernement El Fassi. Devant la multiplication des grèves, quelle sera la réaction du gouvernement qui avait menacé d’opérer des prélèvements sur les salaires des grévistes ?

+LIBERATION+:.
-Les ministres ont reçu comme consigne d’être présents dans les médias : Pour Benkirane, il n’y a pas de politique gouvernementale sans communication. La consigne est claire : tous les ministres du gouvernement Benkirane ont pour directive de communiquer et de répondre aux sollicitations des journalistes. A la télévision, à la radio ou sur les colonnes de journaux, les interviews ministérielles se suivent. Abdelilah Benkirane a bien fait savoir à ses ministres que la communication n’est pas un luxe mais un mode de gouvernance. Pas de politique gouvernementale sans politique de communication.

+AL BAYANE+:.
-Maroc-Espagne : Le drame humain de l’équipage de Comarit à Algesiras. L’abandon par la compagnie des transports maritimes Comarit des 104 membres de son équipage, tous marocains, interpelle d’urgence ses responsables à résoudre ce drame humain. Il suffit de lire chaque jour les titres de la presse espagnole, particulièrement andalouse, pour se rendre compte de la dimension de cette situation. Il s’agit d’un problème de liquidités pour Comarit en vue de faire face à ses créanciers mais les marins marocains ne cessent d’envoyer des « messages de détresse » pour mettre un terme à leur situation d’abandon. Les 104 marins qui forment les équipages de quatre ferries de Comarit sont confrontés depuis quatre mois à une situation de précarité extrême, à l’abandon et à la faute de ressources pour survivre à bord de leurs bateaux.

À propos

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *