Revue de presse marocaine du 28/02/2013

0 commentaires, 28/02/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce jeudi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-La session de février du conseil de la ville suspendue: Casablanca de nouveau dans l’impasse. Plusieurs grands projets de la ville de Casablanca sont menacés de rester en suspens. Les travaux de la session ordinaire du mois de février qui devaient se tenir mercredi ont été suspendus pour absence de quorum. Les divergences politiques ont repris le dessus sur le consensus fragile qui avait été maintenu entre les différentes composantes du conseil. Les accords du code d’éthique qui avait été signé en avril ne satisfont plus tout le monde. Autre raison de la suspension de cette session: les commissions n’ont pas pu effecteur l’examen du compte administratif sans lequel il est difficile pour les conseillers de prendre position vis-à-vis des principaux points à l’ordre du jour.

+LIBERATION+:.
-La FDT et la CDT s’élèvent contre la répression des libertés syndicales: l’absence de dialogue réel caractérise l’action gouvernementale. Pour qu’il y ait un dialogue digne et responsable, il faut que chacune des deux parties au dialogue soit animée de bonnes intentions. Or, si le dialogue social est biaisé, c’est parce que cela semble être le cas pour le gouvernement Benkirane. Preuve en est ses décisions unilatérales. C’est ce que dénoncent vigoureusement la FDT et la CDT à l’issue de leur rencontre tenue mercredi au siège de cette dernière à Casablanca et qui s’inscrit dans le cadre des réunions périodiques entre les deux centrales. Les responsables des deux syndicats ont saisi cette occasion pour attirer l’attention du gouvernement et de l’Etat sur les dangers et les répercussions découlant de l’offensive antisociale, la répression contre les libertés syndicales qui continuent d’être malmenées et l’absence d’un dialogue responsable et sérieux.

-Un Marocain sur deux aimerait émigrer: La situation économique, principale raison invoquée. L’émigration continue d’être une obsession chez les Marocains. En effet, 42 pc d’entre eux déclarent avoir l’intention d’aller travailler et vivre ailleurs. C’est ce que révèle l’étude « Migration et compétences » basée sur une enquête réalisée fin 2012 auprès de 4.000 personnes. Mais qui sont ces Marocains qui ont l’intention de tout quitter pour d’autres horizons? Il s’agit en majorité d’hommes âgés entre 18 et 39 ans et dont le niveau scolaire est moyen voire faible. Les hommes représentent 60 pc des migrants potentiels contre 40 pc des femmes.

+L’OPINION+:.
-Industries métallurgiques, mécaniques et électromécaniques: Un contrat-programme en vue pour un secteur performant reconnu à l’échelle internationale. Un contrat-programme au profit du secteur des industries métallurgiques, mécaniques et électromécaniques (IMME) pour la période 2013-2017 devrait être signé dans les prochaines semaines entre l’Etat et les professionnels. Un mémorandum d’entente relatif à l’établissement de ce contrat a été signé à cet égard, sous la présidence de SM le Roi, lors de la cérémonie d’ouverture, le 20 février dernier à Tanger, de la 3ème édition des Assises de l’Industrie. La signature de ce mémorandum ne manquera pas de réjouir les industriels opérant dans ce secteur. Cela fait des mois, en effet, qu’ils réclament plus d’intérêt envers leur secteur, et ce compte tenu de la contribution de ce dernier dans l’économie nationale en termes d’investissements, de création d’emplois et d’export.

+AL BAYANE+:.
-Gestion des affaires locales à Casablanca: La gouvernance sent le roussi. Les mascarades se suivent et se ressemblent aux deux grands conseils élus de la métropole. La commune urbaine de Casablanca n’a pas pu ouvrir, mercredi, faute de quorum, sa session ordinaire du mois de février, consacrée notamment à l’examen du compte administratif au titre de l’exercice précédent. La session a été ainsi renvoyée à une date ultérieure. C’est le même scénario qui se répète depuis la mise en place de ce conseil de la ville. Au niveau du Conseil de la région du Grand Casablanca, la situation n’est guère reluisante. Aujourd’hui, ces deux plus grandes instances élues à l’échelle nationale se trouvent plongées dans l’anarchie. En plus de cette anarchie, le point commun entre ces deux conseils, et qui fait braquer les projecteurs sur eux, réside dans les scandales et les dysfonctionnements qui émaillent leur gestion sur toute la ligne.

+L’ECONOMISTE+:.
-Blanchiment: La traque s’organise. En introduisant des changements à sa réglementation du blanchiment d’argent, le Maroc franchit un nouveau pas dans la lutte. Les faiblesses pointées dans la législation marocaine, notamment concernant l’incrimination du financement du terrorisme, risquent de nuire à l’image du pays. Pis, le Maroc est menacé d’être placé sur la liste « noire » du GAFI s’il n’adopte pas de nouvelles dispositions d’ici juin prochain. Aujourd’hui, Rabat redouble d’efforts pour répondre aux normes internationales.

-De l’argent frais pour Jorf: L’OCP décroche 150 millions de dollars de la BID. Encore un financement pour l’OCP. Le géant des phosphates a signé hier une convention de financement de 150 millions de dollars avec la Banque islamique de développement (BID). L’enveloppe globale porte sur près de 220 millions de dollars sur une période de 12 ans, avec deux années de différé. « C’est la première fois que nous accordons un prêt non garanti par l’Etat », précise Birama Boubacar Sidibé, vice-président de la BID. Le prêt servira au financement du projet d’extension et de réhabilitation des infrastructures portuaires de Jorf Lasfar. Pour Mohamed El Hajjouji, directeur exécutif en charge du pole financier de l’OCP, « il s’agit là d’un projet important pour les futures exportations de l’OCP, sachant que l’Office prévoit de doubler ses capacités de production de phosphate et de tripler celle des engrais et produits chimiques ».

+LE SOIR ECHOS+:.
-Lachgar-Chabat: Un populisme à géométrie variable. Driss Lachgar, en étant élu à la tête de l’USFP, n’a pas seulement surpris, mais il a confirmé une tendance. La montée en puissance, toutes tendances confondues, du populisme marocain à géométrie variable. Il a rempli la dernière case du populisme à trois variantes: La première incarnée par Abdelilah Benkirane, leader du PJD qui a cru occuper l’échiquier à lui seul après la victoire de son parti aux législatives de novembre 2011. La seconde par Hamid Chabat et enfin celle de Driss Lachgar, qui se fait le parangon du populisme de « gauche ». Cette dimension triangulaire du populisme marocain est aujourd’hui non seulement une donne politique, un élément déterminant de la politique, mais une réalité sociologique, un fait de société même.

-42 pc des Marocains veulent émigrer. Le désir de s’expatrier devient de plus en plus ardent chez plusieurs Marocains. C’est ce qui ressort d’une enquête intitulée « Migration et compétences », menée par la Fondation européenne pour la formation (ETF) en partenariat avec l’Association marocaine d’études et de recherche sur l’émigration (AMERM). Les résultats de ce rapport de 100 pages, présentés mardi à Rabat, révèlent que 42 pc des Marocains ont l’intention de partir à l’étranger pour y travailler. Sans grande surprise, ce sont les jeunes âgés entre 18 et 29 ans qui caracolent en tête de cette étude. Les hommes sont les premiers candidats à l’émigration avec 48 pc contre 35 pc pour les femmes.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Parlement: Six propositions de loi sur la table de la commission des Finances. Pas de vacances pour les parlementaires! Malgré l’achèvement de la session d’automne, les commissions de la Chambre des représentants ont du pain sur la planche. Les membres de la commission des Finances sont venus en masse lundi dernier pour prendre part à la réunion consacrée à la présentation des propositions de loi élaborées par les différents groupes parlementaires. Une initiative qui s’inscrit dans le cadre de la mise en Âœuvre de la Constitution qui a mis l’accent sur la valorisation du role des représentants de la Nation, qu’ils soient de la majorité et de l’opposition. La présentation de six propositions de lois était à l’ordre du jour. Ces dernières concernent différents volets. Les propositions de loi en question concernent, entre autres, la gestion du foncier de l’Etat, la fiscalité, la révision des dispositions régissant les pensions militaires et civiles ainsi que la promotion de l’auto-emploi.

+AL MASSAE+:.
-Nouveau scandale: 3.000 malades mentaux errent dans les rues de la ville de Casablanca, a révélé un rapport de la délégation régionale de la santé dans la métropole qui a dévoilé d’autres données « choquantes » sur la situation sanitaire dans la capitale économique.

-Le Parti Travailliste annonce son boycott des prochaines échéances électorales. Dans une déclaration à la presse, Abdelkrim Benatik, SG du parti, a annoncé que sa formation a décidé de boycotter les prochaines échéances électorales, faisant savoir que « les sièges ne sont pas importants pour nous, tant qu’ils sont entachés de fraude soit à travers l’instrumentalisation de la religion pour des fins politiciennes ou l’utilisation de l’argent ».

-Une maladie « mystérieuse » frappe de nouveau la région de Marrakech! 40 élèves à l’école « Afella issafen » ont été touchés par cette maladie qui s’est rapidement propagée et les parents des élèves contaminés et le personnel de l’école réclament des analyses en laboratoire pour leurs enfants afin de s’assurer qu’il ne s’agit pas de la méningite.

-Les diplomés chomeurs se transforment en des « ferrachas » (commerçants informels) devant le siège du Parlement. Les membres du groupe d’intégration immédiate des cadres et diplomés chomeurs au titre de l’année 2011 ont exposé leurs marchandises (des légumes, des fruits et des poissons) devant le Parlement et transformé le boulevard Mohammed V en un « marché informel », en guise de protestation contre le mutisme du gouvernement et son ignorance de leurs revendications.

-Colère parmi le personnel de l’aéroport international Mohammed V en raison de la fouille stricte à laquelle ils sont soumis à l’entrée de l’aéroport. Des sources ont indiqué que la décision pourrait avoir un lien avec l’accusation portée contre une employée de l’ONDA d’appartenir à un réseau d’émigration illégale.

-L’économiste Najib Akesbi déclare: Abdelilah Benkirane a besoin de beaucoup de courage pour mener la réforme de la Caisse de compensation. Lors d’une rencontre mardi à l’Institut National de Statistique et d’Economie Appliquée à Rabat, Akesbi a également rappelé que les précédents gouvernements ont fui ce grand chantier, tout en appelant Benkirane à éviter les calculs électoralistes étriqués lors de l’élaboration du scénario de réforme de la Caisse.

-La défense des deux membres du Parti travailliste, poursuivis sur fond des récentes manifestations à Sidi Taibi à Kénitra exigeant le droit d’accès à l’eau et à l’électricité, accuse le ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser de « l’instrumentalisation politique et de l’exploitation de l’appareil judiciaire pour la liquidation des opposants politiques du Mouvement Populaire ».

+ASSABAH+:.
-Des fonctionnaires de la CNOPS détournent des médicaments d’une valeur de 600 millions de centimes. Des sources bien informées ont indiqué que le DG de la Caisse, Abdelaziz Adnane, a renvoyé dernièrement les dossiers de fonctionnaires et cadres de la CNOPS devant la police judiciaire de Rabat pour enquêter avec eux au sujet de la manipulation du système informatique de la Caisse, du détournement de médicaments, de l’utilisation de comptes d’affiliés et d’annulation d’autres comptes.

-L’Algérie s’en prend au Maroc à cause de la récente sortie médiatique du Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane. Le ministère algérien des affaires étrangères a vivement critiqué les propos de M. Benkirane lors d’une son passage à l’émission « Internationales » de la chaîne française « TV5 » concernant la crise au Mali et le dossier du Sahara.

-Le scénario de la scission menace l’USFP. Des sources proches de Driss Lachgar, Premier secrétaire du parti, ont fait savoir que les pro-Ahmed Zaïdi dispose d’un « noyau » composé de parlementaires, d’un groupe syndical et d’anciens ministres, alors que les partisans de Zaïdi nient toute intention de créer un nouveau parti politique.

-Mohamed Daidaa, président du groupe fédéral à la Chambre des Conseillers « se soulève » contre la direction du PSU. Dans un entretien au journal, il a vivement critiqué la direction du Parti Socialiste Unifié qui lui avait reproché d’avoir adhéré à l’initiative de la création d’une coordination des groupes de l’opposition au sein de la 2ème chambre sans consulter les instances du parti, soulignant que cette coordination ne s’inscrit pas dans le cadre d’une alliance politique entre les composantes de l’opposition.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Confrontation entre Benkirane et Bouteflika sur le dossier du Sahara. Le Chef du gouvernement a réaffirmé, dans une récente interview accordée à « TV5 monde », « Le Monde » et à « RFI » que le règlement du dossier du Sahara est entre les mains de l’Algérie, ce qui a suscité de vives réactions chez les responsables algériens à travers une lettre adressée par le président algérien au chef des séparatistes Mohamed Abdelaziz, dans laquelle il réitère « l’attachement de l’Algérie au principe d’autodétermination du peuple sahraoui ».

-Une étude « choquante » sur « l’émigration et les compétences », réalisée par la Fondation européenne pour la formation (ETF) en partenariat avec l’Association marocaine d’études et de recherche sur l’émigration (AMERM), présentée mardi à Rabat, révèle que la moitié des Marocains veulent émigrer avec en tête les jeunes d’Agadir et de Marrakech.

-5178 procès intentés contre le Conseil de la commune urbaine de Casablanca, selon un document du service des affaires juridiques et des contentieux au Conseil, précisant que le Maire de la métropole, Mohamed Sajid débloque chaque année la somme de 7 milliards de centimes de dédommagements.

-Le gouvernement se dirige vers la tenue d’une session extraordinaire du Parlement au cours de la 3ème semaine du mois de mars bien que l’Exécutif avait proposé la tenue de cette session au cours de la 2ème moitié du mois de février, ce qui a été refusé par le groupe du PJD qui a proposé de la reporter à fin mars.

-Elections législatives partielles de ce jeudi: Les enjeux de la majorité. Bien que l’impact politique de ce scrutin partiel soit limité, ces élections décideront du sort du groupe parlementaire du PPS à la Chambre des représentants après avoir perdu un siège dans la circonscription d’El Youssoufia alors que le fait marquant de ces élections a été le soutien du PJD aux candidats du PPS dans trois circonscriptions.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-L’argent de la corruption, du terrorisme et de la drogue mobilise le gouvernement et le parlement. Le Maroc pourrait être dégradé dans le classement mondial de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Dans ce sens, le Groupe d’action financière internationale (GAFI) a appelé le Royaume à adapter son dispositif juridique en la matière aux normes internationales, faute de quoi il sera inscrit sur la liste noire du groupe.

-Les députés PJDiste s’opposent à l’initiative de création du réseau « Parlementaires contre la peine de mort ». Dans ce sens, Abdelaziz Aftati, député du PJD a souligné, dans une déclaration à la presse, qu’il s’oppose à l’abolition de la peine capitale, mais il est pour sa non application. Il a par ailleurs indiqué que cette question exige un débat élargi et très approfondi avant de prendre une décision.

-Le parc automobile de la Chambre des représentants attise les tensions entre le président de la 1ère Chambre et l’opposition. Le président du groupe parlementaire du PAM, Abdellatif Ouahbi, a envoyé une lettre incendiaire où il accuse des vice-présidents de la 1ère Chambre d’utiliser les voitures de service acquises pour des fins personnelles.

+AL KHABAR+:.
-L’utilisation des voitures de service de la Chambre des représentants à des fins personnelles conduit Karim Ghellab à la reddition des comptes. Une source informée a indiqué que des députés ont exprimé leur consternation à l’égard de l’anarchie dans l’utilisation des voitures récemment acquises par l’institution et déclaré qu’ils envisagent d’interpeler M. Ghellab pour rendre des comptes à ce sujet, précisant que le président de la 1ère Chambre a réservé quatre voitures à ses huit adjoints et à quatre autres secrétaires de la chambre et comptables.

-Jamaa El Mouaatassim suscite l’ire des syndicalistes du PJD lors de la session ordinaire du conseil national de l’UNTM à cause de son cumul de fonctions étant donné qu’il occupe simultanément les postes de président du conseil national de la centrale syndicale et de directeur du cabinet du Chef du gouvernement, ce qui porte atteinte à l’indépendance du syndicat. Ils ont ainsi appelé les dirigeants de l’organisation syndicale qui travaillent pour le compte du gouvernement à respecter le principe de l’incompatibilité entre plusieurs responsabilités ou fonctions.

-Le Secrétariat de la coalition gouvernementale souligne que la question du remaniement ministériel ne figure pas à la tête de son agenda et Kenza El Ghali, membre du Comité exécutif de l’Istiqlal et secrétaire nationale de l’UGTM indique que « la question du remaniement ministériel contenue dans le mémorandum adressé à la majorité a été gonflée par les médias au détriment d’autres points inclus dans le document ».

-Le personnel des collectivités locales brandit la carte de la protestation contre le ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser. Le syndicat démocratique des collectivités locales, relevant de la FDT, a ainsi décidé d’observer une grève nationale le 7 mars prochain en guise de protestation contre l’ignorance par le ministère de tutelle de leurs revendications.

-Le ministère de l’Intérieur dépêche une commission à la préfecture des arrondissements de Aïn Sebaa-Hay Mohammadi pour enquêter sur les dysfonctionnements au niveau du fonctionnement des services de ces arrondissements, ont révélé des sources informées.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Le PJD entrave la tenue de la session ordinaire du Conseil de la ville Rabat pour le mois de février, prévue initialement mardi, faute de quorum. Une source au sein du Conseil a indiqué que la majorité a refusé de signer le procès-verbal de la réunion à la demande des conseillers du parti de la Lampe, préoccupés par une proposition visant à annuler la délégation d’Abdelmounaim Al Madani, Maire adjoint de Rabat, chargé de la gestion du dossier des déchets.

-Le Syndicat démocratique de la Justice (SDJ) accuse Mustapha Ramid de tentative d’assujettir la centrale syndicale. Dans un communiqué publié à l’issue d’une réunion samedi dernier, le syndicat a fait savoir que le ministre de tutelle mène une guerre contre l’esprit de critique et la liberté d’expression parmi les greffiers. Le syndicat a également appelé à une participation massive à la journée nationale de protestation, qui aura lieu samedi prochain à Rabat.

-Abdelilah Benkirane fait face à de fortes pressions exercées par la direction de son parti pour le report du remaniement ministériel réclamé par l’Istiqlal. Des sources bien informées ont révélé que la direction du PJD réclame le report du remaniement jusqu’à la nomination des candidats qui devraient être nommés à des postes de haute fonction. Selon des sources partisanes, le PJD essaiera ainsi de décrocher le plus grand nombre de postes en faveur des militants du parti de la Lampe et du Mouvement Unicité et Réforme (MUR).

+AL ALAM+:.
-La polie judiciaire ouvre le dossier du Maire de la ville de Casablanca. Les éléments de la BNPJ ont auditionné Mustapha Rahine, conseiller au Conseil de la ville suite à la plainte déposée auprès du Procureur général du Roi près la Cour d’appel, dans laquelle il accuse Mohamed Sajid de trafic d’influence.

+ATTAJDID+:.
-Etude: Les immigrés marocains sont marginalisés et 50 pc travaillent sans contrat. Une étude réalisée par la Fondation européenne pour la formation (ETF) révèle aussi que 74 pc des anciens émigrés sont pauvres. Selon cette même étude, 26 pc des anciens immigrés ont décidé d’investir au Maroc et 20 pc ont créé des entreprises génératrices d’emploi.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Une commission parlementaire à Boujdour pour enquêter sur la mauvaise gestion des richesses halieutiques dans les provinces du sud. Ladite commission, arrivée à Boujdour et qui effectuera une visite au nouveau port de la ville qui comprend un hall de vente de poissons construit pour une enveloppe de plus de 7 milliards de centimes, a été mise en place suite aux conclusions de plusieurs rapports ayant dévoilé une mauvaise gestion du secteur dans les provinces du sud.

-Des inspecteurs du FMI enquêtent sur la réalité du déficit budgétaire du Maroc. Une mission d’observateurs du FMI a effectué une visite inopinée aux locaux du ministère de l’Economie et des Finances pour s’enquérir de la réalité du déficit du budget qui a atteint 7,1 pc en 2012, ont indiqué plusieurs sources.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Prolifération du Chomage: Lahcen Daoudi accuse la croissance démographique. Lors de sa participation mardi à une émission télévisée, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, a fait le lien entre le nombre élevé des chomeurs et la croissance démographique rapide qu’a connue le Maroc ces dernières années. En réaction à ces propos, la Coordination des diplomés chomeurs au titre de l’année 2011 a qualifié d' »irresponsable » la déclaration de Daoudi.

+AL MOUNAATAF+:.
-Le Maroc menacé d’une pénurie d’eau à l’horizon 2025 si le pays ne prend pas des mesures urgentes, a averti Moulay Driss Hasnaoui, expert en ressources hydriques, rappelant que dans les années 70, la consommation par habitant était de 1.700 m3 alors qu’actuellement elle ne dépasse pas 720 m3 et sera en dessous des 500 m3 à l’horizon 2025.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *