Revue de presse marocaine du 27/11/2012

0 commentaires, 27/11/2012, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce mardi:.
+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Une grave crise interne secoue le Mouvement Populaire: Entre Ouzzine et Tatou, c’est la confrontation. Le torchon brûle entre les Harakis! Bien que le congrès du parti ne soit programmé qu’en 2014, la succession de Mohand Laenser divise déjà les responsables du parti de l’Epi. Plusieurs poids lourds de cette formation politique, membre de l’alliance gouvernementale, se positionnent en perspective du congrès. Seul bémol, la course au Secrétariat général du MP menace aujourd’hui l’unité du parti et ses organisations y compris la jeunesse harakie. Celle-ci vit au rythme d’une profonde crise qui dure depuis plusieurs jours. La révision des statuts de la jeunesse fut d’ailleurs la goutte qui a fait déborder le vase. L’actuel SG de la jeunesse, Abdelaziz Dermoumi a déjà acquis des soutiens au sein du bureau politique, notamment celui d’Abdelkader Tatou, sauf que d’autres responsables au sein du bureau ne partagent pas le même avis. C’est le cas notamment pour Mohamed Ouzzine.

+LIBERATION+:.
-Le projet de loi de Finances grevé par l’inconstance de ses prévisions: Risque d’augmentation des prix des hydrocarbures et des produits de première nécessité. A peine approuvé par la Chambre des représentants, le projet de loi de finances pour l’année 2013 se trouvé déjà fragilisé par la faiblesse des hypothèses qui l’ont sous-tendu concernant les prix du pétrole, du gaz butane et du blé. Ayant opté pour un budget fluctuant en fonction de l’évolution des prix des produits subventionnés par la Caisse de compensation, ce projet risque de se voir remis en cause dans les plus brefs délais.

+L’ECONOMISTE+:.
-Pourquoi Vivendi se retire d’IAM. Jean-René Fourtou, président du conseil de surveillance de Vivendi n’a pu esquiver des questions sur l’avenir de sa filiale locale en recevant quelques journalistes hier lundi au siège du groupe à Paris. Sans surprise, le projet de cession est réaffirmé. Pour M. Fourtou, Maroc Telecom ne sera pas bradé à n’importe quel prix, précisant qu’un retrait d’IAM ne signifie pas que le groupe prévoit de quitter définitivement le marché marocain. Celui-ci reste trop stratégique. « J’ai même demandé à Abdeslam Ahizoune d’examiner des opportunités si elles se présentent dans le contenu, au Maroc ou à partir du Maroc », a-t-il ajouté.

-Hauts revenus: La nouvelle grille de taxation. La contribution des hauts revenus au fonds de cohésion sociale a été maintenue par la Chambre des représentants. Cette taxation concernera une poignée de fonctionnaires, de salariés du privé et une partie seulement des professions libérales. Les parlementaires, ayant rejeté la demande de suppression de cette mesure formulée par la CGEM, ont en revanche réaménagé les tranches de revenu. Cette contribution démarrera ainsi à partir d’un revenu net d’impot de 360.000 DH par an, soit 30.000 DH nets mensuels: Un salarié qui émarge à 30.000 DH nets par mois par exemple s’acquittera d’une contribution mensuelle de 600 DH contre 4320 DH pour celui dont le revenu net est de 72.000 DH. Quant à la tranche comprise entre 25.000 et 30.000 DH nets par mois, qui concentre plus de salariés et de fonctionnaires, elle est exclue de la contribution de solidarité. Cependant, rien n’est définitif, le texte devant encore passer à la deuxième Chambre.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Ministère des Finances: Nizar Baraka dévoile son planning législatif. Alors que le plan législatif devant fixer la feuille de route des textes législatifs à adopter au cours de l’actuelle législature n’est pas encore adopté par le gouvernement, le ministre de l’Economie et des Finances, Nizar Baraka, a dévoilé la liste des textes de loi qu’il aura à soumettre au pouvoir législatif entre 2012-2016. Rien qu’à travers son département, le ministère de l’Economie parle d’un plan législatif qui lui est propre de l’ordre de 40 textes à élaborer par son département. Ces textes tournent autour de quatre principaux axes. Il s’agit de textes visant le renforcement et la consolidation de la bonne gouvernance (15 textes de loi), le soutien de la concurrence (20 textes de loi), l’amélioration du financement de l’économie nationale (trois textes de loi) et la mise en application des engagements vis-à-vis des partenaires sociaux (deux textes de loi).

+LE SOIR ECHOS+:.
-Parlement: Les députés veulent travailler sereinement. De la séance plénière du samedi dernier consacrée à l’examen général du PLF 2013 et à son adoption, les députés gardent une amertume. Ils estiment que la précipitation dans laquelle ils sont appelés à remplir leur tâche n’est pas sans conséquence sur la qualité de leur travail. La loi organique du PLF devra résoudre le problème.

+AL MASSAE +:
-La délégation de l’Office national des pêches à Larache au centre d’une affaire de scandales financiers et de comptes fictifs. Une commission d’inspection relevant de l’Office a découvert des irrégularités et des détournements au sein de la délégation ayant engendré un déficit budgétaire de l’ordre de 300 MDH. Selon les données incluses dans le rapport de la commission, cette dernière pointe du doigt des fonctionnaires au sein de la délégation et de l’Office impliqués dans cette affaire.

-Le Maroc réagit par le biais de l’Office des changes et interdit sans autorisation toute acquisition par les personnes physiques marocaines de biens immeubles en Espagne pour bénéficier d’un titre de séjour. Dans un communiqué rendu public, l’Office a indiqué que l’acquisition de biens immobiliers à l’étranger par des personnes physiques marocaines ayant leur résidence habituelle (fiscale) au Maroc demeure soumise à l’accord préalable de l’Office qui examine et traite au cas par cas les demandes d’autorisation relatives à ces opérations. Il a par ailleurs souligné que l’acquisition par des résidents de biens immeubles à l’étranger, sans l’accord préalable de l’Office des changes et, partant, leur financement par des moyens illégaux, constitue une infraction à la réglementation des changes réprimée en vertu du dahir du 30 août 1949.

-Le PJD anticipe le lancement des consultations entre le gouvernement et les partis politiques sur l’agenda des élections des conseils territoriaux en présentant une proposition de loi portant amendement de la Charte communale, en vue d’écarter le ministère de l’Intérieur de l’opération d’élection des présidents et vice-présidents des conseils communaux en faveur du pouvoir judiciaire et garantir la transparence des élections des organes exécutifs des conseils communaux.

-Le ministre de la Santé, El Houssein El Ouardi réclame l’aide des syndicats pour contenir la colère des étudiants très mécontents du décret permettant aux étudiants des instituts privés d’être recrutés dans la fonction publique. Par ailleurs, les étudiants ont décidé d’organiser, mercredi et jeudi, un sit-in devant le siège du ministère.

+ASSABAH+:.
-Un rapport sur la situation dans les prisons marocaines, examiné lors du 6ème Forum régional du dialogue national sur la réforme de la Justice à Marrakech, révèle que le surpeuplement conduit à la réduction du budget destiné à l’alimentation et à la faiblesse des prestations médicales au sein des établissements pénitentiaires, soulignant que la surface par détenu est restée inchangée depuis 30 années.

-Les groupes de la majorité à la Chambre des représentants adressent un avertissement à Driss El Yazami, président du CCME, et se rétractent à la dernière minute de présenter un amendement appelant à la suppression du budget du Conseil à cause du refus de son président de se présenter devant les députés pour faire le point sur le bilan de la gestion financière et administrative du CCME.

-El Houssein El Ouardi, ministre de la Santé, s’engage, lors d’une réunion tenue récemment avec les représentants des étudiants des Instituts de formation aux carrières de santé, à geler la mise en application du décret permettant le recrutement des lauréats des instituts privés dans le secteur public et ce jusqu’au parachèvement de la mise à niveau de ces établissements privés pour répondre aux normes internationales de formation des infirmiers et des cadres paramédicaux alors que les étudiants menacent d’observer, demain mercredi, un sit-in de deux jours pour revendiquer le retrait du même décret.

-Le parti Travailliste accuse le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, de protéger les corrompus. Saïd Baaziz, coordinateur du groupe parlementaire du parti, a indiqué que le PLF 2013 est le « pire » projet présenté ces dix dernières années car, selon lui, il manque d’une vision stratégique et ne présente aucune réponse claire aux problèmes économiques qui interpellent le Maroc et ses principaux voisins européens.

+AKHBAR AL YOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Après une année de méditation, Ahmed Raissouni sort de son mutisme et appelle à manifester pour exprimer le soutien aux « décisions courageuses » d’Abdelilah Benkirane. Intervenant lors d’une conférence tenue vendredi dernier au siège du Mouvement Unicité et Réforme (MUR), Raissouni a souligné que SM le Roi soutient les réformes, affirmant que le Souverain a été l’initiateur de tous les changements survenus pour le bien du pays. Il a par ailleurs salué la publication de la liste des bénéficiaires des agréments de transport et des carrières, la décision du ministre de la justice d’opérer des prélèvements sur les salaires des grévistes et celle du ministre de la Santé relative à la baisse des prix des médicaments.

-De nouvelles arrestations dans le cadre de l’affaire de la cellule qui était chargée de l’embrigadement et de l’enrolement de jeunes marocains pour les envoyer au Mali. Selon des sources informées, les services sécuritaires ont procédé samedi dernier à l’interpellation de six personnes dans les villes de Nador, Farkhana, Laroui et Selouane soupçonnées d’appartenir à la cellule terroriste démantelée récemment.

-Les juges d’instruction pourraient disparaitre pour éviter la lenteur des procédures judiciaires. Le Forum régional du dialogue national sur la réforme du système judiciaire, tenu à Marrakech, a évoqué l’éventualité de suppression du poste de juge d’instruction afin d’éviter la lenteur de la machine judiciaire, d’autant plus que ces mêmes juges font de plus en plus face à des accusations qui remettent en cause leur indépendance, surtout avec leur recours excessif à la détention préventive.

+AL KHABAR+:.
-Mohamed El Ouafa, ministre de l’Education nationale, mobilise les appareils d’inspection pour le controle de l’enseignement privé qui embauche 14.000 fonctionnaires du secteur public. Le ministère a mis en place un plan pratique qui s’étend sur trois mois pour la généralisation du controle aux écoles privées et aux missions européennes, françaises et espagnoles en particulier.

-Driss Lachgar dans l’embarras devant les USFPéistes lors de sa campagne électorale à cause de son mandat ministériel au sein du gouvernement Abbas El Fassi. Selon des sources, Lachgar a été vivement critiqué par les militants du parti de la rose pour avoir accepté le poste de ministre chargé des relations avec le parlement dans le gouvernement El Fassi, alors qu’il s’est engagé à se retirer, avant que le candidat en lice pour le poste de Premier secrétaire ne parvienne malgré ces critiques à convaincre les militants en colère de son point de vue.

-Les dirigeants du parti « Al Badil Al Hadari » recourent à l’ONU pour réclamer justice. Mustapha El Mouaâtassim, SG du parti dissous, indique que les membres de sa formation avaient toujours refusé d’internationaliser leur dossier, mais ils étaient contraints devant l’ignorance par le gouvernement de leurs revendications de recourir à l’ONU pour réclamer que justice soit rendue.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Jamal Farhane, SG du Syndicat national des transporteurs de viandes dans le Grand Casablanca révèle que les viandes sont distribuées dans la métropole sans être soumises à aucun controle depuis des mois, après l’arrêt des opérations de controle effectuées par les services vétérinaires. Selon le même responsable, cela concerne les quantités de viandes destinées à 8.000 bouchers et à des centaines de cafés et restaurants.

-Poursuite du bras de fer entre le ministre de la Santé, El Houssein El Ouardi, et les médecins et les infirmiers, et le ministre de tutelle reprend demain mercredi le dialogue avec les quatre syndicats les plus représentatifs du secteur en vue d’apaiser les tensions entre les deux parties.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Des parlementaires appellent à la modification de la loi organique du projet de loi de finances et critiquent le mode de gestion du temps imparti aux parlementaires pour les discussions du PLF. Ainsi, des parlementaires ont indiqué avoir été victimes de problèmes de santé et d’hypertension à cause de la dernière séance marathonienne de la Chambre des représentants consacrée aux discussions et à l’adoption du PLF.

-Evasion collective de centaines d’immigrés africains de l’Algérie vers le Maroc, le weekend, suite à une vaste campagne de ratissage menée par les autorités algériennes ayant conduit à l’arrestation de centaines d’entre eux pour terrorisme.

+ATTAJDID+:.
-Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, déclare lors d’une rencontre avec les députés PJDistes hier lundi à Rabat: « Je ne me suis plaint de personne auprès de SM le Roi », réfutant ainsi les informations relayées par un quotidien national selon lesquelles il s’est plaint de Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal auprès du Souverain. Lors de cette même rencontre, le Chef de l’Exécutif a affirmé que « je règle mes comptes politiques de manière claire et directe ».

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Les doctorants qui exercent dans les lycées se préparent à monter au créneau contre les décisions du ministère de l’Education nationale qui a décidé de les maintenir dans leurs postes de travail jusqu’à la prochaine rentrée scolaire en vue de faire face au grand manque en ressources humaines. Ces doctorants réclament leur affectation au titre de l’année en cours dans les centres régionaux des professions de l’éducation et de la formation.

-Suite à la décision des autorités espagnoles d’infliger de lourdes amendes aux bateaux commerciaux marocains et face au mutisme du gouvernement Benkirane, les compagnies maritimes marocaines assurant la desserte Tanger-Algésiras, menacées par la faillite, exhortent les autorités marocaines compétentes à ne pas laisser l’organisation et la gestion de l’activité maritime dans le Détroit de Gibraltar entre les mains des autorités espagnoles seulement.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Des manifestations dans les gares routières lors du premier jour de grève dans le secteur des transports. Les professionnels ont organisé, hier lundi, des sit-in dans plusieurs provinces suite à l’appel de trois syndicats à observer une grève nationale de 48 heures pour protester contre la non satisfaction de leur dossier revendicatif.

+AL MOUNAATAF+:
-Les diplomés chomeurs dénoncent le non-respect par le gouvernement de ses engagements et menacent d’opter pour l’escalade après que le gouvernement ait confirmé, en la personne du ministre de l’Economie et des Finances, Nizar Baraka, l’obligation des concours pour accéder à la fonction publique.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:
-Le gouvernement renonce aux appartements de 5.000 DH/M2 pour les catégories sociales dont le revenu mensuel est inférieur à 15.000 DH dans la deuxième version de la loi de Finances en faveur des appartements à 6.000 DH/M2. Selon plusieurs sources, les lobbies du secteur immobilier ont exercé de fortes pressions sur le gouvernement pour modifier les dispositions de la loi de finances afin de servir leurs intérêts, alors que le ministre de l’Habitat, Nabil Benabdellah a démenti catégoriquement ces allégations, tout en indiquant que le holding « Al Omrane » fournira des appartements de 80M2 à 480.000 DH, ce qui constitue un acquis pour la classe moyenne.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *