Revue de presse marocaine du 26/07/2013

0 commentaires, 26/07/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne paraissant ce vendredi 26 juillet:

+L’OPINION+
– UE/Maroc-Pêche: Signature d’un accord inscrit dans le respect des lois internationales. Il a fallu six rounds pour conclure le nouveau protocole en matière de pêche entre le Maroc et l’Union européenne. Conclu pour une durée de quatre ans, ce protocole entrera en vigueur dès l’accomplissement des procédures internes respectives nécessaires, notamment son approbation par les parlements marocain et européen. Et depuis, les deux parties affichent un satisfait notoire. Pour Rabat, la conclusion de l’accord est le couronnement des efforts conjugués et déployés par les départements des AE, de l’Agriculture et des pêches et la commission européenne. Les Européens, par la voix de la Commissaire européenne en charge des affaires maritimes et de la pêche Maria Damanaki, qui précise qu’il s’agit d’un « moment important pour la pêche européenne ».

– Chambre des représentants/Commission du règlement intérieur: Le PPS en passe de perdre son groupe parlementaire. La commission ad hoc chargée d’élaborer un règlement intérieur de la Chambre des représentants a adopté, tôt dans la matinée de mercredi, le projet dudit règlement par 12 voix pour et 8 abstentions, lors d’une séance marquée par le retrait du groupe du PPS. Au cours de cette réunion, le débat a été particulièrement houleux autour des dispositions du règlement, notamment celles inhérentes au seuil de formation des groupes parlementaires, entre les entités réclamant la composition de chaque groupe par 187 membres (PPS et PJD) et leurs opposants qui revendiquent une vingtaine de membres (les groupes de l’opposition et du MP).

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:
– Le président sénégalais entame une visite officielle au Royaume: Macky Sall au Maroc pour relancer l’axe Rabat-Dakar. C’est un bel exemple d’amitié et de partenariat qu’offrent les relations entre le Maroc et le Sénégal. Ces deux pays africains ont érigé un modèle de coopération Sud-Sud souvent cité en exemple. Mus par la volonté de créer un espace de progrès et de prospérité partagé, ils ont réussi à asseoir les bases d’une collaboration solide, mutuellement bénéfique.

– Lutte contre la déperdition scolaire: 757.000 élèves ont bénéficié du programme Tayssir en 2012-2013. Quelque 825.000 élèves issus de 475.000 familles bénéficieront du programme Tayssir en 2014, soit une augmentation de 400 pc par rapport à 2008. Le budget a été également revu à la hausse passant ainsi de 620 millions de dirhams en 2012 à 725 millions en 2014.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+
– Isolé même au sein de sa majorité, Nabil Benabdellah remet en cause l’autonomie de décision des partis: Le PPS seul au monde. Après la crise politique, c’est la crise de confiance qui s’installe dans la majorité. Largué par le MP et l’Istiqlal pour une question de seuil au Parlement, le PPS et son secrétaire général, Nabil Benadellah, voient rouge. La majorité qui est aujourd’hui en pleine phase de remodelage après le retrait de l’Istiqlal, n’arrive plus à se mettre d’accord. Et le PPS est le premier à payer les pots cassés de cette situation qui ressemble plus à une lente agonie. Alors que les concertations du chef de gouvernement viennent à peine de démarrer pour former une nouvelle majorité, les informations fusent sur une révision de l’architecture gouvernementale actuelle avec comme principal grand perdant, le PPS.

– Maroc-UE: Nouveau protocole de partenariat dans le domaine de la pêche: Un accord au service du développement durable. Assurant au Royaume un revenu de 40 millions d’euros par an, le nouveau protocole de pêche liant le Maroc et l’UE, paraphé mercredi dernier, ne se contente pas de ça. Il s’étend à l’exploitation durable des ressources. Aussi, pour étayer et appuyer sa position lors des négociations, le Maroc s’est basé, entre autres, sur les avis scientifiques relatifs à l’état des stocks halieutiques, leur évolution durant les dernières années ainsi que sur l’évaluation du niveau d’utilisation des possibilités de pêche du précédent protocole. Ainsi, après six rounds de négociations, les efforts marocains n’ont pas été vains.

+L’ECONOMISTE+:
– Majorité: Le chemin de croix de Benkirane. Les principaux patrons des partis politiques d’opposition ont défilé chez le chef du gouvernement. Si les uns ne sont pas intéressés par l’offre de rejoindre Benkirane II, d’autres en revanche s’y préparent. Le président du RNI consulte ses instances, avant de poser ses conditions. Pendant ce temps-là, le feu couve chez ses deux alliés que sont le MP et le PPS où Benkirane doit jouer le pompier avant que toute la majorité ne s’embrase.

– Maroc Telecom: une valorisation en deçà des attentes. A 4,2 milliards d’euros, Vivendi a-t-elle bradé ses 53pc de participation dans Maroc Telecom? A voir les corrections que subit le cours de la valeur sur les marchés respectifs dans lesquels elle est cotée, analystes et épargnants abondent dans ce sens. Depuis l’annonce de l’entrée de Vivendi en négociation exclusive avec Etisalat, le titre a dévissé de plus de 6 pc à Paris et de près de 10 pc à Casablanca. Même Abdeslam Ahizoun, président du directoire de l’opérateur, qui s’exprimait lors de la présentation de résultats semestriels du groupe, mercredi 24 juillet 2013, pense que Maroc Telecom vaut plus que cela compte tenu de ses fondamentaux et de ses niveaux de profitabilité.

+LE SOIR ECHOS+:
– Le PPS menacé de perdre son groupe parlementaire. Après un an et plus de cent heures de travail, la commission élargie chargée de la révision du règlement intérieur de la Chambre des représentants s’est réuni la nuit de mardi à mercredi pour une ultime discussion avant la séance plénière qui se tiendra la semaine prochaine. Sur la table des négociations, quatre points de discorde: la répartition du temps de parole lors des séances mensuelles du Chef du gouvernement, la création d’une commission permanente de la parité et l’égalité des chances, la représentativité proportionnelle, et le grand point de désaccord consistant à réduire le seuil minimum pour former un groupe parlementaire à la première Chambre. C’est ce dernier point qui a plombé les discussions et causé le retrait de l’ensemble du groupe parlementaire du PPS.

+LIBERATION+:
– Pas de participation gouvernementale de l’USFP hors des urnes. Après le RNI et le PAM, c’était au tour de l’USFP de rencontrer, mercredi soir, le PJD. Une longue rencontre qui aurait duré près de trois heures. « Le parti ne reviendra aux affaires qu’à travers les urnes. Ainsi en a décidé notre dernier congrès », a fait savoir le SG de l’USFP, Driss Lachgar, à Abdelilah Benkirane.

– Les abattoirs de Casablanca au centre d’une enquête de la police: La société délégataire accusée de prélèvements illégaux de taxes. La gestion technique et financière des abattoirs de Casablanca est sur le banc des accusés. Une enquête vient d’être diligentée par la police suite à une plainte déposée juin 2012 par le Syndicat des chevillards relevant de l’Union générale des entreprises et professions (UGEP). Ce dernier a pointé du doigt la dégradation des infrastructures de ces abattoirs, la qualité des services, la cherté des taxes et la liste est longue. Une liste à laquelle vient d’être adjointe une autre découverte concernant de présumés prélèvements illégaux de taxes via une majoration de 5 pc de la TVA.

– Satisfaction des parties à l’accord des parties à l’accord de pêche Maroc-UE. L’accord de pêche, conclu mercredi entre le Maroc et l’UE satisfait tout le monde, aussi bien à Rabat qu’à Bruxelles et Madrid vu que les pêcheurs espagnols sont les plus touchés par la décision du Parlement européen prise en décembre 2011. « Notre valorisation est positive surtout en tenant compte qu’il y a une flotte qui est amarrée depuis décembre 2011 », a commenté le ministre espagnol de l’Agriculture, de l’alimentation et de l’environnement, Miguel Aria Canete. De son côté, Youssef Amrani, ministre délégué auprès du ministre aux Affaires étagères et de la coopération, a exprimé sa satisfaction de parapher ce nouvel accord, car « il couronne les efforts importants déployés par le ministère des Affaires étrangères et de la coopération, le ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime et les équipes de la commission européenne ».

+AL BAYANE+:
– Réunion du BP du PPS: Le BP enregistre avec satisfaction le lancement des consultations pour la formation d’une nouvelle majorité en vue de dépasser dans les plus brefs délais la situation actuelle. Le Bureau politique du PPS a tenu, mercredi, sa réunion périodique et examiné au début de ses travaux l’évolution qu’a connue récemment la scène politique nationale et en particulier le lancement des consultations menées par le Chef de gouvernement pour la formation d’une nouvelle majorité et ce à la lumière du rapport présenté par le secrétaire général du parti sur la démarche adoptée conformément à ce qui a été convenu à l’intérieur de l’instance de direction des partis de la majorité lors de ses dernières réunions.

– CA de la CNSS: Approbation du projet d’indemnité pour perte d’emploi. Le projet de l’indemnité pour perte d’emploi (IPE) a été approuvé, mardi, par le conseil d’administration de la CNSS. L’adoption de ce projet intervient après des rencontres entre le gouvernement, les partenaires sociaux et la CGEM, qui a donné son accord pour la mise en uvre de l’IPE, indique un communiqué du ministère de l’Emploi et de la formation professionnelle. L’Etat porte sa participation à 500 millions de dirhams, alors que les taux de cotisation sont fixés à 0,38 pc pour la part patronale et 0,19 pc pour la part salariale, précise le communiqué. Le mécanisme consiste à octroyer au salarié qui aurait perdu son emploi de manière involontaire, une indemnité équivalente à 70 pc de son salaire mensuel moyen des 36 derniers mois, plafonné à hauteur du SMIG, durant 6 mois à partir de la date d’arrêt de l’activité.

+AL MASSAE+:
– Le PPS inquiet de son avenir au sein du gouvernement. Le Bureau politique du PPS a tenu, mercredi, sa réunion périodique et examiné au début de ses travaux l’évolution qu’a connue récemment la scène politique nationale et en particulier le lancement des consultations menées par le Chef de gouvernement pour la formation d’une nouvelle majorité. Dans ce contexte, le BP a décidé de réunir une session spéciale le 28 juillet pour examiner l’évolution de la situation dans son ensemble. Rachid Roukbane, membre du Bureau politique du parti, a indiqué que le parti « suit avec intérêt  » les consultations politiques pour la formation d’une nouvelle majorité, ajoutant qu' »en cas d’échec des consultations, nous n’aurons plus de solution mais la tenue d’élections anticipées ».

– Un consortium d’investisseurs institutionnels marocains pourrait participer à l’acquisition de 53 pc du capital de Vivendi. Lors d’une conférence de presse, tenue à Rabat, le PDG de Maroc Telecom, Abdessalam Ahizoune, a indiqué que des discussions vont se tenir avec un consortium d’investisseurs institutionnels marocains dans le but de définir les conditions de son éventuel investissement. Ahizoune n’a pas exclu la participation de la CDG à ce consortium.

– Hamid Chabat met les Rnistes en garde contre l’alliance avec Benkirane. Lors d’une rencontre à Témara, le SG du parti de l’Istiqlal a souligné que les Rnistes « vont reconnaître la vérité » de Benkirane, ajoutant que ce dernier « a enjôlé El Ouafa ( ) parce que Benkirane est une personne dangereuse ».

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:
– Formation d’une nouvelle majorité: Mezouar hausse la barre. Des sources proches du chef du gouvernement indiquent qu’Abdelilah Benkirane a informé ses proches que Salaheddine Mezouar, président du RNI, lui a imposé des conditions « presque utopiques » en vue de son éventuelle intégration à la coalition gouvernementale prochaine.

– Nouvelle crise au sein du gouvernement. Le PPS ouvre le feu sur le MP et le PI après l’adoption du règlement intérieur de la Chambre des représentants, notamment son article 32 relatif au seuil minimum des députés formant le groupe parlementaire. Le parti du Livre qualifie le revirement des deux groupes d' »atteinte au pluralisme » politique.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:
– Des leaders Rnistes exhortent Mezouar à réclamer le ministère des Finances. Des sources bien informées indiquent que des leaders du Bureau politique du RNI se sont réunis jeudi avec Salaheddine Mezouar pour débattre des portefeuilles ministériels que doit réclamer le parti de la Colombe, soulignant que Rachid Talbi Alami a pressé Mezouar à réclamer le ministère de l’Economie et des finances afin qu’il se disculpe des « attaques » dont il avait fait l’objet de la part des dirigeants du PJD.

– Le Parlement fait front au gouvernement. La commission de justice, de législation et des droits de l’Homme a poursuivi jeudi le débat sur le projet de loi relatif aux commissions d’enquête parlementaires, tenant ainsi tête au gouvernement qui avait adopté un projet de loi portant sur le même sujet.

– Hamid Chabat a-t-il privé les ministres démissionnaires de leurs pensions? Une polémique a éclaté à propos de la prime de départ des ministres istiqlaliens démissionnaires, qui équivaut à 10 mois de service, soit près de 26 millions de centimes, ainsi qu’au sujet de la pension mensuelle estimée à 4 millions de centimes. Dans une déclaration au journal, un ancien ministre a indiqué que les ministres démissionnaires du PI n’allaient pas obtenir leur prime de départ ni bénéficier de la pension de retraite puisqu’ils ont démissionné sans achever leur service « de manière normale ».

– Hamid Chabat accuse Abdelilah Benkirane d' »hypocrisie » pour son éventuelle alliance avec Salaheddine Mezouar. Dans une rencontre de communication, tenue mercredi à Témara, Chabat a en outre estimé que les tentatives de Benkirane de s’allier avec le RNI traduit « l’attachement du chef du gouvernement à son siège ».

+AL ALAM+:
– Les consultations de Benkirane s’annoncent difficiles! Dans un communiqué du Bureau politique du MP, réuni lundi dernier, le parti de l’Epi a laissé penser qu’il allait réclamer plus de portefeuilles ministériels que ceux qu’il détient actuellement.

– Hanine: Ghellab ne nous a pas demandé de suspendre le débat sur les commissions d’enquête. Le président de la commission de justice, de législation et des droits de l’Homme, Mohamed Hanine, dément les déclarations du ministre chargé des relations avec le parlement et la société civile, El Habib Choubani, qui avait dit que le président de la Chambre des représentants Karim Ghellab avait demandé à Hanine de suspendre les travaux de ladite commission relatifs au projet de loi organique portant sur les modalité de gestion des commissions d’enquête parlementaire. « Ghellab ne nous a pas contacté et les propos de Choubani sont erronés », a déclaré Hanine dans un entretien avec un site électronique.

+Al ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:
– Dans une rencontre avec les dirigeants de l’USFP, tenue mercredi à Rabat, le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a réitéré son appel à l’USFP afin qu’il intègre la nouvelle majorité. Dans une déclaration au journal, le premier secrétaire de l’USFP Driss Lachgar a affirmé qu’il avait demandé au Chef du gouvernement de « laisser l’opposition jouer pleinement son rôle »+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:

– Mezouar trotte seul dans le ring des concertations. Des dirigeants Rnistes ont exprimé leur étonnement de « la célérité inadmissible » de Salaheddine Mezouar, président du RNI, dans ses concertations avec le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, quoiqu’il soit « le seul qui puisse sauver la majorité et la seule carte qui reste entre les mains de Benkirane ».

– Le ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser, met en garde contre les conséquences d’une « réforme inappropriée » de la Caisse de compensation. Lors d’une rencontre organisée mercredi par le parti de l’Epi, Laenser a souligné que le coût financier de cette caisse « remplit une fonction sociale et assure la stabilité sociale », bien que ce coût pèse lourd sur le budget de l’Etat. Il a, en outre, indiqué que toute réforme doit surmonter les difficultés relatives à la détermination des critères utilisés pour identifier les catégories sociales qui vont bénéficier de cette caisse.

+ASSABAH+:
– USFP: la rencontre entre Lachgar et Benkirane était « protocolaire ». Des sources au sein de l’USFP indiquent que la rencontre, tenue mercredi entre le premier secrétaire de l’USFP Driss Lachgar et le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, entre dans le cadre « des préparatifs protocolaires » qui précèdent tout remaniement ministériel, soulignant que Habib El Malki, vu ses bonnes relations avec les membres du PJD, ne l’avait accompagné que pour dissiper éventuellement les tensions qui pourraient envenimer la rencontre.

– Laenser met en garde contre « une réforme précipitée » de la caisse de compensation. Lors d’une rencontre organisée mardi à Rabat par le parti de l’Epi, le ministre de l’Intérieur et SG du MP, Mohand Laenser, a mis en garde contre toute « précipitation » dans la réforme de la Caisse de compensation, bien qu’elle revêt un caractère urgent, relevant les risques d’une réforme qui n’est pas fondée sur « une réflexion approfondie et des fondements solides » d’un secteur « extrêmement sensible », d’autant plus qu’il est lié au pouvoir d’achat des citoyens et à la hiérarchie sociale.

– El Kihel: El Ouafa serait expulsé du PI. Abdelkader El Kihel, l’un des dirigeants du Parti de l’Istiqlal, a commenté la décision de la commission d’arbitrage et de discipline qui a convoqué pour lundi prochain Mohamed El Ouafa, ministre de l’Education nationale, suite à son refus de démissionner du gouvernement à l’instar des autres ministres istiqlaliens, signalant que cette décision a été motivée par « l’intérêt porté par la commission à l’avenir et au parcours politique de Mohamed El Ouafa ». Pour lui, la sanction prévue à l’encontre d’El Ouafa « serait l’expulsion ». Concernant la possibilité de le maintenir dans le gouvernement Benkirane II, El Kihel a dit:  » Félicitations à Benkirane pour le ministre expulsé ».

+BAYANE AL YAOUM+
– Le PPS se soulève contre ses alliés pour avoir manqué à leurs promesses. Rachid Roukbane, président du groupe parlementaire du PPS à la Chambre des représentants, a indiqué que le retrait des représentants du parti du Livre de la commission chargée de la révision du règlement intérieur n’avait pas pour objectif de « se dérober ou exercer des pressions » pour que leur proposition soit acceptée, mais de condamner ce qu’il a qualifié de « manque d’éthique dans l’action politique en raison du revirement des groupes du MP et du PI, qui ont manqué à leurs promesses données auparavant pour accepter la réduction du seuil minimum requis des députés pouvant former un groupe parlementaire ».

+AL KHABAR+:
– Chabat poursuit ses « attaques » contre le PPS. Lors d’une rencontre de communication, mercredi à Témara, le SG du PI Hamid Chabat a poursuivi indirectement ses « attaques » contre le PPS, en avançant qu' »il y a des responsables qui vendent le peuple et ses intérêts pour un siège ». A propos du refus de Mohamed El Ouafa de démissionner du gouvernement, Chabat a indiqué que « dorénavant, aucun istiqlalien ne serait nommé ministre s’il n’avait pas été élu par les Istiqlaliens ».

– Laensar: La réforme de la Caisse de compensation au préjudice des classes moyennes. Lors d’une rencontre sur la réforme de la caisse de compensation, organisée mercredi par le parti de l’Epi, le ministre de l’Intérieur et SG du MP, Mohand Laenser, a mis en garde contre les scénarii proposés pour la réforme de la Caisse de compensation, signalant qu’il « portera inévitablement préjudice » aux classes moyennes. Il a, en outre, affirmé qu’il est contre cette option car « le coût social est plus cher que ce que va gagner l’Etat au niveau de la rationalisation du budget » destiné à soutenir les produits de consommation de base, qui a été fixé cette année à 40 milliards de DH.

– Nizar Baraka perd sa bataille avec l’Association des uvres sociales des fonctionnaires du ministère de l’Economie et des Finances. La cour d’appel de Rabat a levé « la saisie arbitraire » des fonds destinés à l’association, en rendant une sentence permettant à l’association de reprendre ses uvres dans les plus brefs délais.

+RISSALAT AL OUMMA+:
– Le gouvernement refuse discuter de la proposition de loi organique relative aux commissions d’enquête parlementaires en faisant valoir l’article 86 de la constitution. Jeudi, au cours d’une réunion de la commission de justice, de législation et des droits de l’Homme à la Chambre des représentants, le ministre chargé des relations avec le parlement et la société civile El Habib Choubani a indiqué que le gouvernement « a jugé opportun » de déposer un projet de loi organique portant sur le même sujet, d’autant que l’article 86 de la constitution « lui accorde le droit et la priorité de préparer et d’élaborer les lois organiques », faisant remarquer que l’Exécutif « ne vas pas traiter les propositions de loi relatives aux commissions » d’enquête parlementaires.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *