Revue de presse marocaine du 26/05/2013

0 commentaires, 27/05/2013, Par , Dans

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce lundi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Le PPS se dit prêt à quitter le gouvernement: Les menaces de Nabil Benabdellah. Le numéro un du PPS avait jusque-là évité de répondre aux critiques émanant de son allié à la majorité, l’Istiqlal. Mais Mohamed Nabil Benabdellah a choisi une réunion de son parti à Casablanca pour sortir de son mutisme. Anticipant probablement toute tentative de réduire sa représentativité dans l’Exécutif, Nabil Benabdellah a déclaré que le PPS « est prêt à quitter le gouvernement s’il le faut ». Le patron du parti du Livre a déclaré que son parti continuera à « militer pour ses idées et principes que ce soit au gouvernement ou à l’extérieur de ce dernier ». Le PPS rejoint par ses déclarations son principal allié dans la majorité, le PJD, dont certains responsables avaient également laissé entendre un départ potentiel de la majorité.

-Il a décrit son parti comme « la conscience vive de la nation »: Chabat poursuit sa campagne anti-gouvernement Benkirane à Asilah. Hamid Chabat maintient sa position en multipliant ses critiques envers la politique menée par le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane. Accompagné des membres du comité exécutif de l’Istiqlal, le SG du parti de la Balance a présidé, vendredi dernier, à la place Mohammed V d’Asilah, une rencontre sur l’évolution de la situation politique au Maroc. Les travaux de cette rencontre, qui se sont déroulés en présence d’un grand nombre de partisans et de sympathisants dudit parti, s’inscrivent dans le cadre de la tournée menée par Chabat à travers les villes pour expliquer la position et la décision du retrait de l’Istiqlal de l’équipe de l’actuel gouvernement. L’intervenant a, dans ce cadre, qualifié le bilan gouvernemental de « décevant », n’étant pas en mesure de répondre aux attentes du peuple marocain. Chabat a par ailleurs déclaré n’avoir aucune ambition à accéder à un poste ministériel ni au présent ni à l’avenir.

+L’ECONOMISTE+:.
-Assemblées annuelles de la BAD: Les nouvelles priorités pour le continent. Tous les projecteurs vont être braqués sur Marrakech. La ville accueille, ce lundi et jusqu’au 31 mai, les Assemblées annuelles de la BAD en présence de deux chefs d’Etat, le Sénégalais Macky Sall et le Gabonais Ali Bongo, et de tout le gotha économique du continent. Plus de 3.000 personnalités sont attendues à cet événement, dont des ministres des Finances, des gouverneurs de banques centrales et des chefs d’entreprises venant de 78 pays membres de l’institution. La rencontre de haut niveau devra débattre d’une thématique d’une importance capitale: « la transformation structurelle de l’Afrique ». Cette problématique qui est au cÂœur des politiques économiques des Etats africains exige une vision, du leadership, et surtout de l’organisation. Pour que l’Afrique réussisse un développement durable et devienne un pole de croissance mondiale, la croissance économique doit être accompagnée d’une transformation structurelle.

-Gestion des catastrophes: Le Maroc peaufine sa stratégie. Cela n’arrive pas qu’aux autres. A l’instar de tous les pays du monde, le Maroc est lui aussi exposé à des catastrophes naturelles et autres risques industriels et technologiques. Le Royaume a été le théâtre de graves séismes, notamment à Agadir en 1960 et à Al Hoceima en 2004. D’autres catastrophes ont été enregistrées au cours de la dernière décennie dans d’autres régions telles que des crues, des invasions acridiennes, des glissements de terrain, des inondations, des incendies de forêts…Autant d’événements qui sont parfois à l’origine de lourdes pertes humaines, mais aussi matérielles. Pour se prémunir contre les catastrophes et risques, le Maroc a donc lancé une stratégie nationale dédiée. L’objectif étant de sauver des vies humaines, épargner à l’Etat des pertes irréparables et sécuriser les investissements.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Rabat célèbre l’Afrique. A l’occasion de la commémoration de la Journée de l’Afrique, divers événements ont eu lieu dans la capitale administrative. C’était les 24 et 25 mai en présence de plusieurs personnalités. Dans ce sens, le ministre des affaires étrangères et de la coopération, Saad Dine El Otmani a affirmé, samedi à Rabat, que le Maroc est déterminé à accélérer la cadence du partenariat avec les pays africains, précisant que cette année connaîtra une véritable relance de ce partenariat à la faveur de la conclusion de plusieurs contrats et conventions et du rehaussement de la représentation diplomatique dans certains pays d’Afrique.

-Le triomphe des diplomés chomeurs. La justice ordonne l’intégration directe et sans recours des diplomés-chomeurs comme le stipule l’accord du 20 juillet 2011, dans la fonction publique. Le gouvernement fera-t-il appel ou procédera-t-il à l’exécution de la sentence? Cette affaire risque de tourner mal face à la crise politique si le gouvernement Benkirane campe sur ses positions. Dans les prochains jours, le tribunal administratif de Rabat connaîtra certainement une affluence record. Les autres diplomés chomeurs qui représentent plus de 3.000 jeunes, procéderont au dépot de leurs plaintes pour profiter de cette décision judiciaire. Ils ne jetteront pas facilement l’éponge et semblent déterminés à aller jusqu’au bout pour faire valoir leurs droits jugés « légitimes ».

-Nouvelle sortie à l’international. Difficile de boucler l’exercice 2013 avec la dernière émission obligatoire de 750 millions de dollars que vient de finaliser à Londres le ministère de l’Economie et des Finances, une levée à l’international dont les contours ne sont pas totalement clairs. Une nouvelle sortie au marché financier international est ainsi prévue au cours du deuxième semestre de l’année en cours en vue de mobiliser un emprunt obligataire extérieur de l’ordre de 500 millions de dollars, selon des sources. Bien que les conditions en termes de taux d’intérêt majoré de primes de risque dépassant les 200 points de base ne sont pas favorables. Pourtant du coté officiel, on se targue d’avoir placé la dernière émission avec des conditions avantageuses. En réalité ce n’est qu’un jet de poudre aux yeux. Mais quoi qu’il en soit, le ministre Baraka et son équipe n’a pas d’ailleurs le choix! La morosité économique couplée à la crise politique y apporte leur lot de contribution.

+LIBERATION+:.
-La lutte contre l’évasion fiscale timidement lancée. Le Maroc se prépare à faire partie des pays membres de la Convention multilatérale de l’OCDE et du Conseil de l’Europe concernant l’assistance administrative mutuelle en matière fiscale. Le ministre de l’Economie et des Finances, Nizar Baraka, a annoncé que la signature de cette convention est prévue pour cette semaine. Selon lui, l’Etat veut s’attaquer à l’évasion fiscale très coûteuse pour les Caisses de l’Etat. Ainsi, en signant cette convention, le Royaume prévoit non seulement l’échange de renseignements (avec des dispositions rapides sur l’échange spontané et automatique), mais de bénéficier de l’assistance au recouvrement, de la notification de documents et des vérifications conjointes. Une coopération multilatérale dont peuvent bénéficier également les entreprises en réduisant les coûts du respect des obligations fiscales et en mettant en place des règles de jeu équitables.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Scène politique: Nécessité de clarifier les alliances. La crise de la majorité met au-devant la scène la question des alliances au Maroc. Depuis des années, celles-ci se font et se défont au gré des circonstances et des intérêts, suscitant les critiques de part et d’autre. Le recours aux alliances s’impose aux partis politiques pour que ceux-ci puissent accéder à la gestion des affaires publiques, tant sur le plan national que local. En effet, aucune formation politique ne peut prétendre, à elle seule, avoir une majorité confortable et diriger les affaires publiques, sans avoir à négocier avec d’autres partis politiques. Cette situation doit changer, d’après plusieurs acteurs politiques, mais le chemin reste long pour atteindre les objectifs escomptés. Si certains pointent du doigt le mode de scrutin, à l’origine de l’émiettement politique, d’autres estiment qu’il ne s’agit pas de la véritable raison.

+AL BAYANE+:.
-Le PPS scrute la situation politique générale dans le pays: Opter pour un dialogue responsable, démocratique et équilibré. Lors d’une rencontre-débat organisée vendredi dernier à Casablanca, le SG du PPS, Nabil Benabdellah a souligné que son parti « est déterminé, quelles que soient les conditions et quelle que soit sa position, au sein du gouvernement ou hors de l’appareil exécutif, à lutter contre les pratiques malsaines et oeuvrer avec acharnement à l’édification d’une démocratie saine et durable », ajoutant que « la meilleure façon pour immuniser ce gouvernement contre tout dérapage ou glissement pervers, c’est d’opter pour un dialogue responsable, démocratique et équilibré, car aujourd’hui il y a de véritables contraintes que la majorité gouvernementale devrait affronter.

+AL MASSAE+:.
-Le PJD réitère son attachement à l’alliance avec le PPS. Lors d’une réunion avec les conseillers et les présidents des communes PJDistes samedi à Rabat, Benkirane a affirmé que son parti n’a conclu aucun accord avec l’Istiqlal au détriment du PPS, tout en exprimant son étonnement quant à l’éventualité du retrait du parti du Livre du gouvernement. Lors de cette rencontre, Benkirane a également saisi l’occasion pour monter au créneau et fustiger les partis de l’opposition, notamment l’USFP et le PAM.

-Mustapha Bakkoury sort la grande artillerie contre Abdelilah Benkirane et tire à boulets rouges sur le PJD. Lors d’une réunion avec les conseillers communaux du PAM, dimanche à Rabat, le SG du parti du Tracteur a souligné que les adversaires de sa formation tentent de fuir leurs problèmes en mettant leurs échecs sur le dos du PAM.

-La « guerre des rues » éclate entre l’Istiqlal et le PJD. Deux parlementaires PJDistes ont été contraints, samedi dernier, à suspendre une rencontre de communication avec les femmes du quartier populaire de Zouagha après que des partisans du parti de l’Istiqlal aient investi le siège de l’arrondissement qui abritait ladite rencontre. Dans la soirée de la même journée, les services de police ont arrêté une personne en état d’ébriété qui a attaqué la voiture du fils de Hamid Chabat à Zouagha. Des sources proches du Maire de Fès n’ont pas hésité à accuser le PJD d’être derrière cet acte de vandalisme.

-Les habitants de Demnate se manifestent contre les coupures récurrentes de l’électricité. Les services de police ont arrêté, samedi à Demnate, plusieurs citoyens, dont des militants des droits de l’Homme, des acteurs politiques et des mineurs pour avoir organisé une marche de protestation sur sans autorisation. Ces manifestations, qui ont été organisées à l’origine pour protester contre les coupures d’eau et d’électricité, ont vite dégénéré et donné lieu à des actes de violence et de vandalisme qui ont causé de lourds dégâts aux biens publics et privés.

-De présumés terroristes mobilisent les services de police à Casablanca. Une source policière a indiqué que des mandats de recherche ont été lancés au plan national pour l’arrestation de 6 individus présumés appartenir à un groupe terroriste. Selon cette même source, des ordres ont été donnés aux différents services de police afin de renforcer la sécurité près des églises et des hotels classés qui connaissent un grand afflux des touristes étrangers.

-Le Club des magistrats du Maroc suspend le dialogue avec le ministère de la Justice et des libertés et réclame l’arrêt des mesures disciplinaires à l’encontre des juges. Le Conseil national du Club, qui s’est réuni samedi à Rabat, a également plaidé pour la protection des juges contre les attaques et agressions dont ils sont victimes et pour la mise en place de critères transparents pour le fonctionnement du Conseil supérieur de la magistrature.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-PJD-Istiqlal: La guerre médiatique se poursuit. Lors d’une rencontre communicationnelle à Tanger, le SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat s’est adressé à Benkirane en déclarant: « Tu te caches maintenant derrière la confiance royale alors que tu affirmais auparavant que cette confiance dont jouit le gouvernement émanait du peuple », allusion faite aux déclarations du ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement à l’issue de la dernière réunion du conseil de gouvernement. De son coté, le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane a lié sa sortie du gouvernement d’une décision royale, faisant savoir devant les conseillers de son parti, samedi à Rabat, que le PJD restera au gouvernement sauf si le Souverain décide du contraire.

-Saad Dine El Otmani suscite de nouveau la colère d’Abdelilah Benkirane. Après lui avoir reproché de ne pas le tenir au courant des dossiers traités par le ministère des Affaires étrangères et de la coopération et de ses voyages et actions diplomatiques, Benkirane a récemment reproché à son ministre de ne pas l’avoir informé des invitations de visite qui lui ont été adressées par des chefs de gouvernement de certains pays. Selon des sources, El Otmani considère qu’il doit transmettre ces invitations en premier lieu à SM le Roi avant d’en informer ensuite le chef du gouvernement.

-Des partisans PJDistes en colère brûlent leurs cartes d’adhésion. Seize membres du parti de la Lampe, dont des représentants de la jeunesse PJDiste et des organes de gestion du parti dans la région de Fès-Saïss, ont tenu, samedi dernier une conférence de presse au cours de laquelle ils ont annoncé leur retrait du parti de la lampe et brûlé leurs cartes d’adhésion en signe de protestation contre l’hégémonie du Mouvement Unicité et Réforme (MUR) sur les structures et organes du Parti et le controle de ses prises de décision. Pour le parlementaire et responsable PJDiste, Said Benhamida, il s’agit là d' »un coup monté » par une partie connue qu’il a refusé de nommer.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Abdelilah Benkirane affirme: « Nous resterons et nous poursuivrons notre action au sein du gouvernement ». Lors d’une journée d’études au profit des présidents des communes et des conseillers chargés de l’habitat relevant du PJD, le Chef du gouvernement a fait savoir qu' »il n’y a aucun problème au niveau du gouvernement », ajoutant que le problème réside au niveau de la majorité. Il a par ailleurs souligné que le gouvernement actuel dirigé par le PJD tire sa légitimité des urnes et de la confiance placée en lui par SM le Roi.

-Le SG du parti de l’Istiqlal, Hamid Chabat déclare que le problème du gouvernement réside dans le fait qu’il n’a présenté aucun programme de réforme et tient toujours « un double discours ». Lors d’une rencontre communicationnelle à Tanger, le responsable istiqlalien a en outre appelé le Chef de l’Exécutif à respecter le verdict rendu par le tribunal administratif de Rabat en faveur des diplomés chomeurs.

-Le PPS défend avec acharnement son alliance avec le PJD. Lors d’une rencontre-débat organisée vendredi à Casablanca, le SG du parti du Livre, Nabil Benabdellah a affirmé que sa formation continuera à militer pour ses idées et principes que ce soit au gouvernement ou à l’extérieur de ce dernier, précisant que le PPS ne peut pas s’inscrire dans les agissements actuels parce qu’il ne les comprend pas et quel que soit le prix à payer pour le parti, quitte à sortir du gouvernement. Il a dans ce sens indiqué que la condition sine qua non de son parti pour participer au gouvernement actuel était de jouer un role plus important et efficace loin de toute participation symbolique dans le but de peser sur le cours des choses, allusion faite aux propos de Hamid Chabat qui a critiqué, à maintes reprises, l’obtention par le parti du Livre de quatre portefeuilles ministériels, un nombre qui, selon lui, ne reflète pas son poids électoral ou sa représentativité à la Chambre des représentants.

+ASSABAH+:.
-Demnate: Actes de vandalisme en raison des coupures d’eau et d’électricité. Les manifestations des habitants de la ville de Demnate contre les coupures d’eau et d’électricité se sont transformées samedi en des actes de vandalisme qui ont fait des blessés parmi les agents de police et des jeunes manifestants, ainsi que de lourds dégâts matériels pour des établissements bancaires, des commerces et des voitures.

-Abdelilah Benkirane accuse la presse de diffuser des mensonges à son égard et jure n’avoir jamais utilisé de mots « vulgaires » ou « déplacés » à l’encontre du SG du Parti de l’Istiqlal. Lors d’une réunion communicationnelle, samedi à Rabat, Benkirane a souligné qu’il n’a jamais prononcé un gros mot à l’encontre de Chabat parce que c’est un allié. Benkirane a également saisi cette rencontre pour tirer à boulets rouges sur le PAM et souligner son attachement à son alliance avec le PPS, en faisant savoir à Nabil Benabdellah qu’il s’est allié avec « des hommes ».

-Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal fustige Abdellah Baha. Le responsable istiqlalien a révélé que lorsque le PJD était dans l’opposition, le ministre d’Etat rencontrait les diplomés chomeurs après avoir accompli la prière du Fajr et les incitait à investir et occuper le siège du parti de la Balance à Rabat. Lors d’une rencontre de communication, samedi à Tanger, Chabat a par ailleurs indiqué que le problème n’est pas entre son parti et le PJD mais entre l’Istiqlal et le Chef de gouvernement qui a refusé de donner suite à toutes les revendications du parti.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Hamid Chabat réitère son appel lancé à Abdelilah Benkirane pour l’organisation d’un débat télévisé en direct. Le SG du parti de l’Istiqlal a, lors d’un rassemblement des militants istiqlaliens samedi à Tanger, appelé à la tenue d’un débat télévisé direct qui l’opposera au Chef de l’Exécutif et SG du PJD, Abdelilah Benkirane pour permettre aux Marocains de savoir qui sont « les véritables crocodiles et démons ». Il a par ailleurs fustigé Benkirane le qualifiant de « dictateur à la pensée stalinienne ».

-Le SG du PPS, Nabil Benabdellah accuse Hamid Chabat de « vouloir controler la prise de décision politique ». Lors d’une rencontre organisée vendredi dernier à Casablanca, Benabdellah a précisé que le grand souci de son parti demeure la défense de l’expérience de la démocratie marocaine et la poursuite de sa consolidation, ainsi que la lutte contre toutes les tentatives et manoeuvres visant à controler ou avoir la mainmise sur la prise de décision politique, allusion faite au SG du parti de l’Istiqlal, Hamid Chabat.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Le SG du PPS, Nabil Benabdellah menace de quitter le gouvernement Benkirane. Lors d’une rencontre organisée vendredi à Casablanca sur « la situation politique actuelle: Défis et enjeux des réformes », le SG du PPS, Nabil Benabdellah a fait savoir que les raisons qui ont poussé son parti à participer à cette nouvelle expérience gouvernementale demeurent les mêmes, ajoutant que le parti est prêt à payer le prix de ses choix politiques même s’il est synonyme de « quitter le gouvernement ».

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Des protestations contre les coupures d’électricité à Demnat dégénèrent. Les coupures d’électricité et d’eau potable à la ville de Demnate ont poussé la population locale à investir les rues dans la soirée de samedi dernier pour protester devant le siège de l’Office national d’eau et d’électricité (ONEE), mais ces mouvements de protestation pacifique ont vite dégénéré suite aux agissements des amoureux de foot, qui ont été privés de suivre la finale de la Champions League, ce qui a donné lieu à des actes de violence et de vandalisme ayant causé de graves dégâts à plusieurs établissements bancaires, à des biens privés et à des véhicules de l’Office.

-Le Conseil national du club des magistrats décide la suspension du dialogue en cours avec le ministère de la justice jusqu’à la satisfaction de ses revendications dans des délais raisonnables. Lors de sa session ordinaire tenue samedi à Rabat, le conseil national du Club a également déclaré sa détermination à entreprendre toutes les formes de protestation qu’il considère appropriées pour la défense de ses revendications justes et légitimes.

+AL KHABAR+:.
-Hamid Chabat qualifie le gouvernement Benkirane de « gouvernement du Hezbollah au Liban ». Lors d’une réunion de communication, samedi à Tanger, le SG du parti de l’Istiqlal a par ailleurs appelé à un débat public télévisé entre lui et Benkirane pour déterminer l’identité des véritables démons et crocodiles. Il a également souligné que la décision du Conseil national du parti de se retirer du gouvernement a été motivée par la présence d’une mentalité « sclérosée » au sein du gouvernement et de la majorité.

-Abdelilah Benkirane: « Je n’ai jamais répondu aux offensives de Chabat ». Lors d’une journée d’étude au profit des présidents des communes et des conseillers chargés de l’habitat relevant du PJD, le Chef de gouvernement a souligné n’avoir jamais cité nommément Chabat dans ses déclarations et propos, ajoutant qu’il n’a jamais non plus riposté à ses offensives et critiques virulentes de la même manière « pour ne pas se comporter comme un gamin ». Il a saisi également cette réunion pour adresser un message fort à son allié, Nabil Benabdellah, puisqu’il a indiqué que le PJD ne renoncera jamais à un allié aussi fidèle, tout en fustigeant le PAM qui, selon lui, a porté atteinte aux intérêts de la Nation.

-Le SG du PPS, Nabil Benabdellah affirme que le mutisme de son parti suite aux agressions qu’il ne cesse de subir émane de sa profonde conviction d’exercer la politique avec noblesse, ajoutant que le silence du parti du Livre ne doit pas être interprété comme étant une acceptation de la reconfiguration du gouvernement en place avec la participation de n’importe quelle partie et selon n’importe quelle condition.

-Le SG du PAM, Mustapha Bakkoury fustige la majorité gouvernementale. Lors d’une rencontre, tenue dimanche à Rabat avec les conseillers communaux de son parti, Bakkoury a indiqué que l’actuel gouvernement n’a réalisé rien de concret au profit des Marocains, ajoutant que lorsque son parti essaie d’évoquer ce sujet, il est toujours pointé du doigt et accusé de vouloir perturber l’action du gouvernement qui n’a réussi qu’à scander les slogans des réformes, alors que les Marocains ne veulent pas des discours creux mais des projets concrets.

-Le MP conseille aux partis de la majorité de s’asseoir autour de la table du dialogue. Said Ameskane, SG par intérim du MP, a souligné que le dialogue est la seule option devant les quatre partis de la majorité pour poursuivre les réformes engagées par le gouvernement et accélérer le traitement des grands dossiers, tels que la réforme de la Caisse de compensation, la réforme du régime fiscal et la réduction du déficit budgétaire.

-Le Club des magistrats du Maroc suspend le dialogue avec le ministre de la Justice et des libertés. A l’issue de son conseil national, tenu samedi à Rabat, le club a menacé de recourir à toutes les formes de protestation possibles pour défendre ses revendications légitimes.

+AL ALAM+:.
-Le Club des magistrats se retire du dialogue sectoriel avec le ministère de la Justice en l’absence de son président. Une source responsable a indiqué que le conseil national du Club, tenu samedi dernier, a décidé de se retirer du dialogue sectoriel ouvert il y a des mois par le ministre de tutelle, Mustapha Ramid, ajoutant que cette décision prise en l’absence du président du Club est motivée par la politique de tergiversation et d’atermoiement pronée par le ministre de tutelle pour gagner du temps et par sa non satisfaction des revendications les plus simples du club des magistrats.

-Prochaine visite de l’Envoyé personnel du SG de l’ONU pour le Sahara, Christopher Ross dans la région. Lors de cette nouvelle tournée, l’émissaire onusien aura à régler le dossier des dépassements commis par certains éléments de la MINURSO et leur parti-pris et hostilités contre le Maroc dont les autorités devront en informer M. Ross. Ce dernier tranchera-t-il cette affaire?

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Les avocats se manifestent contre une décision unilatérale du ministre Mustapha Ramid. Après la mise en place d’une commission conjointe pour négocier la modification du décret qui fixe les rémunérations des avocats dans le cadre de l’assistance judiciaire, les avocats ont été surpris d’une décision unilatérale du ministre de tutelle, qui a publié le 19 mai un nouveau décret dans le bulletin officiel, malgré le fait que la commission mixte continue son travail et n’est pas parvenue à un accord final. Les avocats ont ainsi décidé de rejeter ce nouveau décret, d’organiser des sit-in dans tous les tribunaux à partir de lundi et de boycotter toutes les formes d’assistance judiciaire.

+ATTAJDID+:.
-Abdelilah Benkirane: « Nous n’abandonnerons jamais nos objectifs malgré ces misérables manÂœuvres ». S’exprimant samedi devant les présidents et les conseillers des communes appartenant au PJD, Abdelilah Benkirane a souligné que « le role du PJD est de consacrer les valeurs de l’éthique dans l’eexrcice de la politique et non pas de courir derrière les postes de responsabilité ».

Mots Clefs:
Maroc

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *