Revue de presse marocaine du 26/02/2013

0 commentaires, 26/02/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce mardi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Elections partielles: Majorité et opposition retiennent leur souffle. Dernière ligne droite avant le scrutin du jeudi 28 février. A deux jours de cette échéance, la pression est à son comble pour les formations politiques engagées. En effet, les partis de la majorité et ceux de l’opposition comptent énormément sur les élections législatives partielles. Sur les cinq circonscriptions concernées, trois émergent du lot, à savoir Moulay Yaacoub, Settat et Youssoufia. Dans ces trois circonscriptions, les forces de la majorité parlementaire ont sorti les gros moyens pour renforcer leurs chances. C’est le cas du PJD qui multiplie les meetings et les rencontres avec la participation de toutes ses figures. De leur coté, les responsables du PPS jouent le tout pour le tout pour gagner un seul siège parmi les sièges mis en jeu dans le scrutin du jeudi. Un seul siège est synonyme de vie ou de mort pour le groupe parlementaire du parti à la Chambre des représentants.

-Majorité, remaniement ministériel, Koutla, UGTM: Hamid Chabat dit tout. Dans un entretien au journal, le SG du parti de l’Istiqlal affirme: « Je déplore que le mémorandum dans sa totalité ait été résumé au remaniement ministériel. Pour nous aujourd’hui, la réunion du 15 février dernier, ses résultats et le débat de notre mémorandum équivalent à un remaniement gouvernemental. C’est-à-dire qu’on réussit à ajuster et apporter notre touche au mode de fonctionnement et de gestion du gouvernement et de ses affaires ». Il a également souligne que « Je ne fais pas de la critique pour faire de la critique. Ce qui m’importe aujourd’hui, c’est que le mémorandum avec tous ses volets soit l’objet de l’examen de tous. Je ne cherche pas à mettre des bâtons dans les roues du gouvernement, mais à accélérer le rythme du rendement du gouvernement pour faire réussir cette expérience dans laquelle réside la réussite de tout le pays ».

+LIBERATION+:.
-Rencontre entre Driss Lachgar et Hamid Chabat: L’USFP et l’UGTM décident de coordonner leurs actions. Le Premier secrétaire de l’USFP, entouré d’une délégation du bureau politique, a rencontré hier au siège central de l’UGTM à Rabat, Hamid Chabat, SG de cette centrale syndicale. Lors de cette rencontre, M. Lachgar a indiqué que l’évaluation de la situation actuelle l’a convaincu de la nécessité de créer l’unité et la solidarité pour la défense des acquis sociaux et leur préservation contre les atteintes répétées qu’ils subissent actuellement. De son coté, M. Chabat a considéré que la situation actuelle est marquée par une atteinte aux acquis pour lesquels la classe ouvrière a lutté depuis fort longtemps, précisant qu’il y a une absence de dialogue réel avec les centrales syndicales en vue de parvenir à un accord social comme cela fut le cas depuis l’avènement du gouvernement d’alternance. Devant la nette propension du gouvernement à prendre des décisions unilatérales, il est impératif, a-t-il conclu, d’instaurer une coordination forte et solidaire entre els forces politiques et syndicales à l’instar du mouvement national qui menait de grandes actions.

+L’ECONOMISTE+:.
-Finances: le FMI débarque. Le ministère des Finances ne devait pas s’y attendre. Les derniers chiffres sur les finances publiques viennent de valoir au Maroc une commission « surprise » du Fonds monétaire international (FMI). Celle-ci n’aurait été inscrite à l’agenda que depuis la publication des statistiques sur la situation des finances publiques. Une situation qui a valu au Trésor une dégradation des perspectives par l’agence Moody’s de « stables » à « négatives ». Par ailleurs, les spéculations vont bon train sur le fait de savoir si le FMI n’a pas l’intention de reconsidérer les conditions d’octroi de la Ligne de précaution et de liquidité (LPL). Car, au terme de la dernière consultation qui avait fait l’objet d’une note début février, l’institution avait affirmé que « les administrateurs conviennent que le Maroc continue de remplir les critères d’admissibilité à un accord au titre de la LPL. Ils notent que l’accord offre une assurance utile contre des chocs exogènes et que le programme appuyé par la LPL est en bonne voie ».

-La Concurrence veut enquêter sur les banques. Quatre années après son installation, le Conseil de la Concurrence s’attaque à de nouveaux secteurs. Il s’agit notamment du secteur bancaire et financier. Saisie par l’Association des sociétés de gestion et fonds d’investissement marocains (ASFIM), l’institution présidée par Abdelali Benamour devra examiner la conformité de l’organisation interne de l’ASFIM avec la loi 06-99 relative à la liberté des prix et de la concurrence. C’est ce qu’a fait savoir M. Benamour sans donner plus de détails, au début de la 24ème assemblée générale du Conseil, hier à Rabat. En plus de ce dossier, le Conseil s’apprête également à présenter en mars prochain une étude sur le secteur bancaire pour identifier les pratiques anticoncurrentielles.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Industrie: La moitié des patrons admet un recul d’activité. Les activités industrielles semblent marquer le pas en ce début d’année. C’est ce que laisse entendre l’enquête de conjoncture publiée par Bank Al-Maghrib au titre du mois de janvier 2013. Selon les indicateurs du document, les ventes dans le secteur industriel sont en baisse et les stocks de produits finis s’accumulent, restant supérieurs à la moyenne mensuelle, tandis que leurs prix s’inscrivent en baisse et que les carnets de commandes demeurent à un niveau bas. L’analyse de la Banque centrale montre que le taux des capacités de production a globalement reculé à 68 pc. Dans le détail, les industries mécaniques et métallurgiques ont chuté à 61 pc, les industries électriques et électroniques à 64 pc au moment où d’autres secteurs font preuve de meilleures performances comme l’agroalimentaire (74 pc) et le textile et cuir (73 pc). Au niveau de la production, la baisse constatée se décline à 48 pc entre les industriels constatant un recul de l’activité, 31 pc d’opérateurs qui la voient plutot stagner et 21 pc de patrons qui tablent sur une certaine hausse.

-Administration: Le couac du casier judiciaire en ligne. Les natifs de Casablanca avaient reçu la nouvelle comme du pain béni. C’est le cas notamment de ces Bidaouis vivant sous d’autres cieux, notamment ceux appartenant à la diaspora marocaine. Sauf que la désillusion a été tout aussi rapide. La nouvelle en question avait été annoncée en grande pompe la semaine dernière par le ministre de la Justice, Mustapha Ramid qui avait procédé, au tribunal de 1ère instance de Casablanca, au lancement du service du guichet électronique de « commande en ligne de l’extrait de casier judiciaire ». On aura compris que la demande pouvait désormais se faire par le biais d’Internet sur le portail du ministère. Adressée en ligne au tribunal compétent concerné de la région de naissance, la demande est aussitot traitée et le document sollicité est transféré au tribunal de prédilection de l’intéressé, selon sa proximité, afin qu’il puisse le récupérer. Il faut reconnaître que les choses ont été présentées de manière ambiguë, chose qui explique que beaucoup de monde a interprété de manière erronée ce dont il s’agissait.

+L’OPINION+:.
-Réunion commune des directions de l’USFP et de l’UGTM : Concertation et coordination pour parer à la préoccupante situation économique et sociale. Les directions de l’USFP et de l’UGTM, ont tenu, lundi, une réunion sous la présidence de MM. Driss Lachgar, Premier secrétaire de l’USFP et Hamid Chabat, SG de l’UGTM, en présence de membres du bureau politique du parti et du bureau exécutif de la centrale syndicale. Les deux parties ont convenu de poursuivre la concertation et la coordination à travers des rencontres ouvertes à tous les niveaux organisationnels en vue de formuler des réponses communes aux problèmes sociaux, aux problématiques économiques et de donner suite aux actions syndicales, le tout pour défendre les revendications des différentes couches et catégories sociales.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Benkirane sur TV5: « Si ça ne marche pas avec le Souverain, je m’en vais ». Abdelilah Benkirane a encore une fois réussi à avoir le dernier mot, mais cette fois-ci sur le plateau de l’émission « Internationales » diffusée par la chaîne française « TV 5 ». On peut tout dire de Abdelilah Benkirane, mais on n’oubliera jamais d’ajouter que c’est un jongleur du verbe, avec ce joker que les politiciens ressortent chaque fois qu’ils s’adressent à leurs interlocuteurs. Ce dimanche, certainement convaincu qu’ils ne voteront jamais pour lui, Benkirane a sorti le grand jeu devant les trois journalistes français qui co-animaient, cette émission. A l’aise dans son costume-cravate, Benkirane est resté de marbre avec un sourire qui n’allait jamais quitter ses lèvres, face aux questions-commentaires parfois « gênantes » des journalistes de « TV5 Monde », « le Monde et « RFI ». Sur la hiérarchie dans la prise des décisions, Benkirane reste clair: « Si les Marocains veulent un chef de gouvernement qui rentre en litige avec le Roi, qu’ils cherchent un autre, moi ça ne marche pas avec moi. Si jamais ça ne marche pas avec Sa Majesté, je m’en vais de moi-même ».

-Ces ALE qui nous collent à la peau. Qui a dit que le Maroc est en phase de préparatifs pour renégocier les termes des accords de libre-échange (ALE) conclus avec certains pays comme les Etats-Unis. Se voulant catégorique, Abdelkader Amara, ministre de l’Industrie, du commerce et des nouvelles technologies cherche à rompre avec ces rumeurs relayées par la presse nationale en levant toute nuance. « Certes, une évaluation s’impose. Mais le Maroc n’ira pas jusqu’à renier ses engagements », a-t-il affirmé lors d’une rencontre organisée récemment à Casablanca. Loin de « chercher un mur de lamentation », ou de nier que le commerce extérieur est dans le pétrin, le ministre PJDiste avoue que « la situation est critique ». Et de reconnaître que « l’ouverture à l’international a un prix et on est en train de composer avec l’état de fait ».

+AL MASSAE+:.
-Scandale à Meknès: Des déchets médicaux toxiques jetés devant les portes des hopitaux et des maisons! Des sources ont indiqué que ces déchets s’entassent devant l’hopital Moulay Ismaïl depuis près de deux mois alors que les services sanitaires compétents sont restés les bras croisés et n’ont entrepris aucune action en vue d’intervenir et trouver une solution à cette situation qui menace sérieusement la santé des citoyens de la ville.

-Elections législatives partielles à Youssoufia: Les ministres Nabil Benabdallah et El Houssine El Ouardi ont été contraints de quitter la ville de Chamaia sans terminer la campagne électorale au profit du candidat du PPS et ce suite à des escarmouches avec des citoyens et des marchands ambulants. Ces derniers ont, à la surprise des deux ministres et responsables du parti du Livre, refusé de les saluer ou de recevoir les tracts concernant leur candidat à ce scrutin partiel, a révélé une source informée.

-La commission des finances et du développement économique à la Chambre des Représentants convoque les responsables de la RAM et de la CDG. La séance du mardi 5 mars devra être consacrée à l’examen de la gestion financière de la Caisse de Dépot et de Gestion alors que Driss Benhima, PDG de la RAM doit passer devant la même commission le 6 mars prochain pour répondre aux questions des parlementaires concernant la gestion financière de la compagnie aérienne nationale.

-Le scandale des vaccins périmés, ayant causé de graves complications à huit nourrissons à Casablanca et à Kelaat Sraghna, hante l’ancienne ministre de la Santé, Yasmina Baddou, puisque quatre familles ont décidé d’intenter une action en justice contre le ministère de la Santé en tant que responsable de l’opération de vaccination qui a provoqué des effets secondaires chroniques pour leurs enfants.

+ASSABAH+:.
-La BNPJ auditionne Larbi Lamharchi, conseiller du PAM et président du Conseil provincial de Ouezzane et Abdelhalim Allaoui, député PJDiste, qui ont déposé une plainte contre le président de la municipalité de Ouezzane pour fraude, détournement de fonds et abus de pouvoirs concernant l’affaire de la vente d’une ferme d’une superficie de 299 hectares par une dame décédée.

-La fille d’un soldat membre du contingent marocain de maintien de la paix en République démocratique du Congo égorgée à Tifelt. Douze jours après son enlèvement à « la hollywoodienne », des bergers ont trouvé la fille égorgée au quartier Bouhmala de la même ville, et Samir Bourass, membre de la section de l’association « Touche pas à mon enfant » à Tifelt a fait savoir que la famille de la victime avait reçu un appel de la part des ravisseurs qui ont réclamé une rançon pour la libération de la fille.

-Meeting électoral à Moulay Yacoub: Abdelilah Benkirane souligne, lors d’un rassemblement pour le soutien du candidat du PJD dans la circonscription Moulay Yacoub au titre des élections législative partielles, que la corruption prend différentes formes (marchés, commissions etc), qui ont permis à plusieurs personnes de s’enrichir, ajoutant que ces parties ne sont pas prêtes à renoncer à ces pratiques rentières et tentent par tous les moyens de perturber l’actuelle expérience gouvernementale et les actions que mène l’équipe gouvernementale.

-Des membres du PPS, y compris des membres du comité central, présentent une démission collective en signe de protestation contre ce qu’ils ont qualifié de « comportements opportunistes » et de « complicité flagrante » en faveur du candidat du parti du Mouvement populaire, révélée au grand jour lors de la campagne électorale qui se déroule dans un climat tendu dans la circonscription de Sidi Kacem.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, affirme que l’actuel gouvernement représente une opportunité « unique » pour mener le processus de réforme. Lors d’un meeting électoral à Moulay Yacoub dans le cadre de la campagne en prévision des élections législatives partielles prévus jeudi prochain, Benkirane a appelé les Marocains à le soutenir s’ils veulent du « sérieux » tout en défiant ce qu’il a dénommé de « symboles de la corruption » à se manifester tout en leur lançant: « Vous ne pourrez jamais arrêter le combat contre la corruption et les corrompus même si vous me tuez ! ».

-Des députés istiqlaliens mettent en doute la constitutionnalité des indemnités perçues par 150 conseillers de la 2ème Chambre, dont le mandat de 90 d’entre eux a expiré avec l’ouverture de la dernière session d’automne. Ces indemnités coûtent à l’Etat une enveloppe de près de 7 milliards de centimes par an « en dehors de tout cadre légal », et ce dans une question écrite adressée par le groupe istiqlalien à la Chambre des représentants au Chef du gouvernement.

-Le ministre de l’Economie et des Finances, Nizar Baraka, procède à la nomination de quatre directeurs adjoints dans le département des finances faisant fi des réserves formulées par la Cour des comptes alors que le syndicat national des Finances a adressé au ministre une lettre de protestation dans laquelle il souligne que « le poste de directeur adjoint est un poste illégal » et « ne figure pas sur l’organigramme du ministère de l’Economie et des Finances », un constat déjà mentionné dans le rapport 2010 de la Cour des comptes.

-Scandale au port de Tanger-Med: Des agents de la police au port accusés de faciliter l’immigration clandestine de mineurs. Les éléments de la police judiciaire a procédé au démantèlement de ce qu’ils ont qualifié du « plus dangereux » réseau d’immigration clandestine de mineurs et arrêté 19 personnes dont 10 enfants candidats à l’immigration.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:
-Hamid Chabat déclare: « Je pense qu’on va entamer les négociations relatives au remaniement ministériel au début de la session parlementaire du printemps ». Dans une déclaration au journal, le SG de l’Istiqlal a prévu également que le remaniement ministériel ne devrait pas dépasser la mi-avril , ajoutant que les dirigeants des partis de la majorité devraient entamer les discussions autour de ce sujet lors de leur prochaine réunion.

-Les députés interpellent la CDG sur la gestion des épargnes de la retraite. Le DG de la CDG, Anas Alami, devrait se présenter mardi prochain devant la commission des Finances à la Chambre des représentants après sa convocation par ses membres pour poursuivre l’examen de sa présentation de l’année dernière concernant le mode de gestion des ressources des caisses de retraites par la Caisse de Dépot et de Gestion.

+ATTAJDID+:.
-Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, adresse des messages forts aux « comploteurs » et aux « perturbateurs », soulignant lors d’un meeting électoral dimanche dans la province de Moulay Yacoub: « Se trompe celui qui mise sur la ruse et la tromperie pour renverser le PJD et le gouvernement ».

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Najib Boulif, ministre délégué chargé des Affaires générales et de la gouvernance, fait planer des zones d’ombre sur la réforme de la Caisse de compensation. Il a refusé, lors d’une émission télévisée, d’annoncer un agenda pour la réforme de la Caisse en se contentant d’affirmer que la décision est entre les mains de la présidence de la coalition qui doit mettre en place une plateforme pour débattre de ce dossier avant de le présenter au gouvernement pour examen et de le soumettre à un débat national avec la participation de toutes les composantes de la société.

-Grande colère au sein du RNI contre le président du parti, Salaheddine Mezouar, et des sources partisanes indiquent que des concertations sont en cours pour le renversement du président du parti de la Colombe, puisque les RNIstes se dirigent vers la désignation de Najib Zerouali, l’un des figures de proue du parti et ambassadeur du Maroc en Tunisie comme successeur à Mezouar qui ne représente qu’une minorité au sein de cette formation.

+AL KHABAR+:.
-Le directeur de l’Institut national de recherche halieutique, Mustapha Faïk, continue d’assumer ses fonctions malgré la fin de son mandat il y a six mois. Une vague de colère s’est emparée des cadres et du personnel de l’Institut en raison de l’ignorance et du manque d’intérêt du ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime à l’égard du statut juridique et administratif de cet établissement, et des sources indiquent que le ministre de tutelle Aziz Akhanouch a tenté d’apaiser la colère du personnel en retirant au directeur de l’institut le droit de signature.

-Des membres des groupes de la majorité et du PAM au conseil municipal de Attaouia se soulèvent contre le gouverneur de Kelaat Sraghna. Les membres du Conseil municipal ont organisé, lundi, un sit-in devant la wilaya de la région de Marrakech-Tensift-Al Haouz, en signe de protestation contre le gouverneur de la province, Mohamed Najib Ben Cheikh, en raison de l’intervention des forces auxiliaires sur ordre du Pacha de la ville pour l’arrêt du projet de construction de commerces au centre Attaouia, un projet qui a été validé conformément aux lois en vigueur et au cahier des charges approuvé par le gouverneur de la province lui-même.

-Noureddine Bensouda, Trésorier général du Royaume, cache les dépenses de la Caisse de compensation au titre du bilan financier de janvier dernier. Selon ce bilan, un déficit de 724 millions de dirhams a été enregistré durant ce mois par rapport aux 279 millions de dirhams enregistrées au cours de la même période de l’année 2012. La Trésorerie attribue ce déficit à la hausse des dépenses contre une baisse des recettes.

-Les élus du conseil de la ville de Casablanca tirent à boulets rouges sur le wali de la région Mohamed Boussaid. Les réunions de la commission des finances et du budget du Conseil de la métropole se sont transformées, au cours de ces derniers jours, en une sorte de procès à l’encontre du wali en raison du refus de ce dernier de recevoir certains élus du conseil et de sa non mise en application des recommandations du Conseil.

+AL ALAM+:
-Nouvelle tension dans les relations maroco-espagnoles: Plusieurs Marocains établis en Espagne sont privés de couverture sociale. Des dizaines de milliers d’immigrés marocains établis chez le voisin ibérique, qui n’ont pas pu renouveler leur permis de résidence en raison du chomage, sont menacés de perdre leur couverture médicale à cause de la nouvelle loi promulguée par le gouvernement de Mariano Rajoy sous le prétexte des ressources limitées de l’Etat, donnant ainsi la priorité aux prestations médicales destinées aux personnes qui paient la sécurité sociale et leurs impots.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar, et des membres du bureau politique du parti tiennent une réunion avec Hamid Chabat, SG de l’UGTM consacrée à l’examen et à la recherche des différentes formes communes de coordination et de militantisme au service de la classe ouvrière et la défense de ses revendications dont les clauses de l’accord du 26 avril qui doivent opérationnalisées par l’actuel gouvernement.

-Mohamed Najib Boulif, ministre délégué chargé des Affaires générales et de la gouvernance appelle les citoyens à patienter, à ne pas hésiter à assumer le coût de la réforme de la Caisse de compensation et à aider le gouvernement lors de la prochaine étape, ajoutant lors d’une émission télévisée, que la réforme de la Caisse de compensation aura certes des répercussions dont le gouvernement est conscient et c’est la raison pour laquelle il procèdera à l’octroi d’une aide directe aux familles démunies.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-La direction du polisario sombre dans un nouveau scandale!: Le Forum de soutien aux autonomistes à Tindouf révèle que les responsables du front séparatiste ont distribué aux Sahraouis séquestrés dans les camps, au cours de la semaine dernière, des boîtes de lait en poudre avariées et interdites à la consommation par le Programme alimentaire mondiale des Nations unies pour des raisons qui demeurent encore inconnues.

-Les amendements introduits par la commission conjointe de la CDT et de la FDT à la charte de responsabilité sociale avec la CGEM retardent la signature de ce document déjà adopté par l’UGTM, l’UMT et l’UNTM.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Les fonctionnaires du ministère de l’Education nationale, titulaires d’un Master, observent un sit-in pour défendre leur situation administrative et financière. La Ligue nationale des titulaires de masters au titre de l’année 2012 a appelé à un sit-in le 3 mars prochain devant le siège du ministère à Rabat. Lors de sa dernière réunion, la ligue avait condamné l’atermoiement du ministère dans le traitement de ses revendications, notamment le règlement de la situation administrative et financière de cette catégorie.

-Casablanca: Un gang muni d’armes blanches et sous l’effet de psychotropes a semé la peur parmi les habitants de Lissasfa. Le gang a cassé, lundi matin, les vitres de 70 voitures stationnées dans les différents quartiers de Lissasfa.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *