Revue de presse marocaine du 25/05/2013

0 commentaires, 25/05/2013, Par , Dans

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce samedi:.

+LIBERATION+:.
-Plus qu’un remaniement ministériel, le parti de l’Istiqlal veut un changement de gouvernement. Le Parti de l’Istiqlal (PI) ne lâche pas prise. Lors de la réunion de son Comité exécutif tenue cette semaine, il a déclaré s’en tenir à sa décision de se retirer du gouvernement et s’est montré fermement déterminé à la mener jusqu’au bout. Pour Adil Benhamza, porte-parole du comité exécutif du parti de la Balance, la décision du retrait du gouvernement est « irréversible », ajoutant que « les ministres du parti ne gèrent que les affaires courantes ». Concernant l’issue de cette crise politique qui secoue le gouvernement, Benhamza estime que s’il y a un changement de la majorité gouvernementale, il ne s’agira pas d’un simple remaniement ministériel, ou d’une nouvelle majorité dans laquelle un parti de l’opposition ou plus remplace le PI au cas où ce dernier quitterait le gouvernement Benkirane, mais plutot de la constitution d’un nouvel Exécutif, ce qui exige constitutionnellement parlant que le Chef du gouvernement présente son programme devant le Parlement pour obtenir la confiance de la Chambre des représentants.

-La Justice administrative tance Abdelilah Benkirane: Les diplomés chomeurs obtiennent gain de cause. Benkirane a essuyé un nouveau camouflet ! Le tribunal administratif de Rabat a donné raison, en première instance, jeudi, aux diplomés chomeurs concernés par le PV du 20 juillet 2011 et demandé leur intégration dans la Fonction publique. Ce jugement peut, certes, faire l’objet d’appel de la part du Chef du gouvernement. Lequel avait dirigé ses foudres vengeresses sur ce PV au motif qu’il violait l’article 31 de la Constitution et, partant, le principe de l’égalité des citoyens en matière de recrutement dans des postes administratifs. Il a avait même incité les diplomés chomeurs à ester en justice et promis d’exécuter ses décisions sans tergiverser. Ce qui ne lui ote certes pas le droit de se pourvoir en appel, mais le faire serait assimilé à une tentative de se défausser de ses promesses et de trahir sa parole.

-La parité bat de l’aile au Maroc, selon Amnesty international. Le rapport 2013 d’Amnesty International serait trop peu flatteur pour le Maroc. Certes, le Maroc a proclamé son attachement au respect des droits de l’Homme et des efforts sont consentis, cependant on est loin des recommandations de l’organisation dont le dernier rapport paru le 23 mai épingle le Maroc à plusieurs niveaux concernant les droits humains. Concernant les droits des femmes, le rapport note que les femmes et les filles sont toujours victimes de mauvais traitements, de discrimination et de toutes sortes de violences. Il faut dire qu’avec l’arrivée du gouvernement Benkirane, un courant conservateur résiste à tout changement ou avancée dans ce sens prétextant que ces réformes seraient en contradiction avec l’Islam. Même si le Maroc a signé la convention de la CEDAW et même avec l’intégration de la parité dans la nouvelle Constitution, le gouvernement Benkirane tarde à opérationnaliser ce principe.

+AL BAYANE+:.
-Les Assemblées annuelles de la BAD entament leurs travaux ce lundi: Le Maroc scelle la transformation structurelle de l’Afrique. Marrakech abrite, à partir de ce lundi, les travaux des Assemblées annuelles du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD). Evénement de grande importance pour le Maroc, mais aussi pour l’ensemble des Etats africains, dans un contexte marqué par la récession européenne et la forte volatilité des prix des matières premières. Plus de 2500 délégués, dont les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales, sont attendus à ce conclave qui se poursuivra jusqu’au 31 mai. Les enjeux sont nombreux. Au-delà du renouvellement des administrateurs en fin de mandat, le groupe de la BAD serait incité à se focaliser sur son role et ses moyens d’action pour être un véritable générateur de croissance du continent. Le thème retenu pour ces assemblées statutaires: « La transformation structurelle de l’Afrique » traduit, si besoin était, la volonté du conseil des gouverneurs de la BAD de donner une forte impulsion aux politiques de développement économique et social initiées dans les pays membres.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Journée de l’Afrique: Attachement indéfectible du Maroc à son africanité. Comme à l’accoutumée, le Maroc a célébré le 25 mai la Journée de l’Afrique dans les règles de l’art. En effet, une série d’événements ont été programmés par le ministère des Affaires étrangères et de la coopération, tout au long de la journée de vendredi. Un seul objectif: commémorer l’attachement profond et indélébile du Maroc à son continent. Quoi de mieux que de rebaptiser un lieu de la capitale en hommage à l’appartenance et à l’engagement du Royaume vis-à-vis du continent africain. « La place de l’Unité africaine », sise au quartier de Hassan, a été ainsi inaugurée par le ministre des Affaires étrangères, Saad Dine El Otmani en procédant à la pose d’une stèle commémorative. L’événement a eu lieu en présence du corps diplomatique accrédité à Rabat. Bien évidemment, le Maroc place, à l’heure actuelle, l’Afrique et ses défis en tête des priorités de sa politique étrangère. Outre le renforcement des relations diplomatiques, le volet économique n’est pas en reste. Le développement des relations économiques et commerciales est perçu comme étant un véritable créneau pour l’épanouissement des pays africains. Et ces derniers sont plus que jamais conscients de la nécessité de relever ce défi.

-Endettement public: Le Maroc a conclu avec succès deux émissions sur les marchés financiers internationaux. Le Maroc continue à recourir au marché international pour s’endetter, comme l’un des différents moyens auxquels il fait appel pour passer ce cap, marqué par des contraintes financières de plusieurs ordres. Surtout que le pays est arrivé à garder une bonne image auprès des investisseurs internationaux et des institutions financières internationales, ce qui lui facilite tellement ce recours aux emprunts internationaux, au moment où certains pays, y compris des pays développés et émergents, ont du mal à convaincre les préteurs de la sûreté de leurs signatures et de leur solvabilité. Ainsi, le Royaume a réussi à conclure avec succès, le 22 mai, deux émissions d’un montant global de 750 millions de dollars (environ 6,5 milliards DH) sur les marchés financiers internationaux, d’après le ministère de l’Economie et des finances. La transaction a pris la forme d’une réouverture des émissions effectuées en décembre 2012 et a porté sur 500 millions de dollars sur la tranche à maturité 2022 et 250 millions de dollars à maturité 2042. Il est à rappeler que le Maroc avait émis, le 5 décembre 2012, un emprunt obligataire sur le marché financier international d’un montant de 1,5 milliard de dollars en deux tranches.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+ :.
-La BNPJ investit les locaux d’une usine de plastique à Casablanca soupçonnée d’utilisation de certains produits dans la fabrication d’explosifs. Cette opération, menée jeudi, coïncide avec les enquêtes menées par les éléments de la police judiciaire avec le dénommé « Abou Hamza Al Maghribi », arrêté en possession de cartes de sièges de représentations étrangères dans le Royaume.

-Les partis politiques dans la ligne de mire du ministère de l’Intérieur. La direction des Affaires intérieures au ministère de l’Intérieur a donné des instructions aux responsables de l’administration territoriale dans les wilayas, préfectures et provinces du Royaume pour lui faire parvenir régulièrement des rapports sur les activités des partis politiques qui se déroulent sur les territoires relevant de leur controle, dans la perspective des préparatifs des prochaines échéances électorales.

-La question de la séance mensuelle d’interpellation du Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane sera-t-elle soumise au Conseil constitutionnel pour arbitrage? Après que la 2ème réunion des présidents des groupes parlementaires à la Chambre des représentants, tenue cette semaine, n’ait pas pu sortir de l’impasse en raison de l’attachement des groupes de l’opposition et de la majorité à leur positions initiales, des sources parlementaires ont indiqué que les présidents des groupes ont convenu de recourir, quant au principe, au Conseil constitutionnel si la situation n’est pas débloquée mais sans pour autant fixer une date à ce sujet, au moment où le gouvernement et la majorité parient sur le consensus politique pour garantir la tenue de cette séance mensuelle avant la fin du mois de mai.

-Le SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat, s’est plaint devant les membres du Comité exécutif du parti lors de leur dernière réunion hebdomadaire, de la non adhésion de la direction du parti à la défense de la décision du Conseil national de se retirer du gouvernement, ont révélé des sources istiqlaliennes, ajoutant que Chabat les a incité à communiquer avec la presse et à défendre cette décision. Selon les mêmes sources, Chabat n’a pas eu de réponse des membres du Comité qui ont préféré garder le silence tels que Adil Douiri, Ahmed Taoufik Hejira, Yasmina Baddou, Abdelouahad El Ansari, Bouameur Taghouane et Noureddine Mediane.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Crise gouvernementale: Le Chef du gouvernement anticipe l’arbitrage royal et défie le SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat suite aux menaces qu’il a proférées à son égard. Dans ce cadre, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi a indiqué lors d’un point de presse à l’issue de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement que Abdelilah Benkirane a assuré les membres du gouvernement de la confiance dont ce dernier bénéficie de la part de SM le Roi, soulignant que l’Exécutif poursuivra son action dans le cadre de la mise en oeuvre des réformes annoncées précédemment.

-Les opposants du Premier Secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar baptisent leur mouvement « courant de la démocratie et de l’ouverture ». Selon une source proche du comité provisoire du courant, ce dernier ne constitue pas une alternative au parti mais plutot une « force de proposition » qui va oeuvrer à présenter des solutions alternatives concernant le traitement de plusieurs questions ayant trait aux aspects réglementaires et organisationnels du parti de la Rose ou se rapportant aux derniers développements de la scène nationale sur les plans politique, social et économique.

-Arrestation d’un inspecteur du ministère de l’Agriculture en flagrant délit de corruption! Le responsable a été interpellé à Meknès en train de recevoir un pot de vin d’une valeur de 100.000 DH de la part de l’un des investisseurs dans le secteur agricole dans la cité ismaélienne, qui avait déposé une plainte auprès du Procureur général du Roi près le tribunal de première instance, dans laquelle il avait déclaré être victime d’actes de chantage de la part de l’inspecteur précité chargé du suivi du Plan Maroc Vert dans la région, qui le menaçait de bloquer la réalisation de ses projets.

+AL KHABAR+:.
-Arrestation d’un ingénieur agronome à Meknès en flagrant délit alors qu’il recevait un pot de vin de près de 10 millions de centimes après avoir promis à un agriculteur de bénéficier d’un partenariat dans le cadre du Plan Maroc Vert. Le mis en cause a été interpellé après que la police lui ait tendu un traquenard sur la base d’une plainte déposée par l’agriculteur plaignant.

-Le mouvement des pro-Ahmed Zaïdi, baptisé depuis jeudi « le courant de la démocratie et de l’ouverture », critique vertement les dernières positions du bureau politique de l’USFP. Des sources partisanes ont indiqué que la direction de ce courant a exprimé son refus du mode de gestion par le bureau politique de la crise qui secoue la majorité gouvernementale et sa position à l’égard de la décision du retrait de l’Istiqlal du gouvernement, tout en s’interrogeant sur le timing de la fusion entre le parti de la rose, le Parti Travailliste et le Parti socialiste, deux formations qui faisaient partie du « G8 ».

-Une commission du CNDH enquête sur d’éventuels actes de torture commis à la prison de Sidi Moumen à Settat suite à la diffusion de photos de prisonniers qui se disent être victimes d’actes de torture. Selon des sources concordantes, les membres de la commission ont auditionné les détenus concernés par ces photos et rédigé des procès verbaux à ce sujet.

-Enfance violée: L’Association « Touche pas à mes enfants » appelle à l’accélération de la mise en place du Conseil consultatif de la famille et de l’enfance et la présidente de l’association, Najia Adib a fait savoir que son association a reçu en ce mois de mai plus de 30 plaintes concernant des cas de viol, dont sept ont eu lieu à Casablanca.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Les « directives » du polisario derrière les événements de Smara. Des éléments pro-séparatistes ont procédé, dans les nuits du 22 et 23 mai, conformément aux directives qu’ils ont reçues de la part des responsables du polisario à Tindouf en vue de semer des troubles dans les provinces du sud, à l’enrolement d’un groupe d’enfants et de récidivistes pour exacerber les tensions dans la ville, commettre des actes de violence et semer la peur par la population locale, ont affirmé des sources sûres, ajoutant que ces manoeuvres se font en contrepartie de sommes d’argent.

-Le SDJ décide l’arrêt du travail dans les différents tribunaux du Royaume le 5 juin prochain! Le personnel du la justice affilié au syndicat démocratique de la justice (SDJ) a décidé d’observer, le 5 juin prochain, une grève nationale dans les différentes juridictions du Royaume, qui sera ponctuée par des marches de protestation vers les sections régionales du CNDH. Dans un communiqué rendu public par le syndicat d’Abdessadek Saaidi, ce dernier appelle le Chef du gouvernement à assumer ses responsabilités pour « la protection des fonctionnaires du secteur de la justice contre l’abus de pouvoir dont ils sont victimes chaque jour dans l’accomplissement de leurs missions ».

+BAYANE AL YAOUM+:.
-Le gouvernement affirme: Pas de réduction de la contenance des bonbonnes de gaz! Dans ce cadre, le ministère chargé des affaires générales et de la gouvernance a affirmé, dans un communiqué rendu public jeudi, que les « allégations et fausses nouvelles » relayées dernièrement par certains médias et personnalités attribuant au gouvernement l’intention de réduire la contenance des bonbonnes de gaz « sont de simples rumeurs totalement infondées », ajoutant que « les bonbonnes de gaz de 12 kg et 3 kg n’ont subi aucun changement ou réduction de contenance » et avertissant que « toute fraude sur le poids sera sévèrement sanctionnée », conformément aux dispositions de la loi.

+AL MASSAE+:.
-Arrestation de l’un des chefs du mouvement salafiste à Tanger qui était activement recherché suite aux affrontements, qui ont eu lieu en novembre dernier, entre des manifestants salafistes et des forces de l’ordre qui leur avaient interdit de poursuivre leur marche vers le siège de la wilaya de Tanger. Selon des informations concordantes, le prévenu a été interpellé à Témara où il se cachait après le lancement d’un mandat d’arrêt national à son encontre.

-Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane riposte à ses détracteurs en affirmant que « le gouvernement bénéficie de la confiance de SM le Roi Mohammed VI », soulignant que l’Exécutif « poursuivra son action dans le cadre de la mise en oeuvre des réformes annoncées précédemment », selon les propos du ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, M. Mustapha El Khalfi à l’issue du Conseil de gouvernement.

-Interpellation d’un inspecteur du ministère de l’Agriculture jeudi dernier à Meknès en flagrant délit de corruption. Il a été arrêté appréhendé suite à un traquenard tendu par les éléments de la police de la ville en coordination avec l’une de ses victimes qui avait déposé plainte contre lui.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Affaire des diplomés chomeurs: Benkirane essuie un camouflet après que le tribunal administratif ait confirmé la légalité du PV du 20 juillet 2011, ce qui signifie l’intégration de plus de 2000 cadres chomeurs dans la Fonction publique avec effet rétroactif à partir de la date de signature dudit PV, et une source gouvernementale a fait savoir que s’il y a un jugement, le gouvernement a l’obligation de le respecter après épuisement de toutes les voies de recours autorisées par la justice qui demeure un pouvoir indépendant et neutre. Dans ce sens, des voix commencent à s’interroger: le Chef de l’Exécutif, Abdelilah Benkirane respectera-t-il sa promesse quand il avait déclaré qu’il quitterait le gouvernement si ces diplomés chomeurs sont intégrés dans la fonction publique?.

-Plus de 24 éléments des forces de l’ordre ont été blessés à différents degrés, dont des agents de police et des Forces auxiliaires, jeudi à Smara, suite à des jets de pierre et de cocktails Molotov par des pro-séparatistes. Des sources locales ont indiqué que les pro-polisariens de l’intérieur ont tenté d’organiser des manifestations dans la ville, financées et dirigées par les responsables du front séparatiste depuis les camps de Tindouf sur le territoire algérien, mais les autorités locales et les services de police sont intervenus pour interdire ces activités non autorisées.
+ASSABAH+:.
-Des femmes pensionnaires de la Maison de bienfaisance à Safi, victimes d’actes de torture! Une vidéo a dévoilé l’atrocité des mauvais traitements et des actes de torture que subissent certaines pensionnaires de « Dar Al Bir Wal Ihssane » à Safi de la part des responsables de cet établissement. Des sources informées ont indiqué qu’un acteur des droits de l’Homme a remis au Procureur général du Roi près le tribunal de 1ère instance de la ville une copie de la vidéo filmée il y a une année et lui a demandé de diligenter une enquête à ce sujet, ajoutant que les actes de torture infligés aux pensionnaires a poussé certaines d’entre elles à fuir l’établissement.

-48 éléments des forces de l’ordre blessés à Smara suite à des actes de vandalisme perpétrés par des pro-séparatistes. La ville de Smara a connu jeudi soir des actes de vandalisme au cours desquels 48 éléments des forces de l’ordre ont été blessés à différents degrés par des repris de justice et des membres de bandes criminelles ayant des connexions des « polisariens de l’intérieur ».

-Crise gouvernementale: Abdelilah Benkirane se cache de nouveau derrière la confiance dont bénéficie l’Exécutif de la part de SM le Roi. Lors du Conseil de gouvernement, tenu jeudi dernier, Benkirane a affirmé que « le gouvernement bénéficie de la confiance de SM le Roi Mohammed VI » et que l’Exécutif « poursuivra son action dans le cadre de la mise en oeuvre des réformes annoncées précédemment ». Pour Adil Benhamza, l’un des dirigeants de l’Istiqlal, tous les gouvernements marocains bénéficient de la confiance du Souverain, ajoutant que ceux qui doivent être convaincus de cette confiance sont les dirigeants du PJD, qui ont émis des doutes vis-à-vis de l’appel téléphonique entre SM le Roi et le SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat suite à la décision du Conseil national du parti de se retirer du gouvernement.

-Des USFPéistes déclarent que certains camarades de Abdelkrim Benatik n’ont aucun rapport avec l’USFP. Plusieurs Ittihadis, dont des parlementaires, ont exprimé leurs vives inquiétudes de voir la fusion du parti de la Rose avec le Parti Travailliste ouvrir la voie devant des personnes qui n’ont aucun lien avec l’idéologie de l’USFP pour devenir membres de cette dernière, puisque la politique d’ouverture adoptée par le PT après sa sortie de l’USFP en 2006 a permis à des personnes étrangères à la famille ittihadie de rejoindre la formation de Benatik. Selon des sources partisanes, ces inquiétudes ne sont pas de la même ampleur vis-à-vis du Parti socialiste, avant d’ajouter que plusieurs parlementaires, membres du courant « démocratie et ouverture » ont exprimé leurs inquiétudes vis-à-vis de cette fusion bien qu’ils soutiennent toute orientation visant le rassemblement de la famille ittihadie.

+AL ALAM+:.
-Réactions mitigées à l’égard du jugement rendu par le tribunal administratif de Rabat ordonnant l’intégration dans la Fonction publique des diplomés chomeurs signataires du PV du 20 juillet 2011. Alors que le journal « Attajdid » a indiqué que seulement 19 diplomés chomeurs sont concernés par ce jugement et que le gouvernement fera appel, les diplomés chomeurs ont affirmé que ce verdict concerne l’ensemble des chomeurs signataires du PV (2980 diplomés chomeurs), notant que le recours en appel par le Chef du gouvernement ne sera qu’une perte de temps et démontrera que Benkirane considère cette question comme une affaire personnelle.

-Echec cuisant des pro-séparatistes qui ont tenté de reproduire le drame de « Gdeim Izik ». Des éléments pro-séparatistes de l’intérieur, téléguidés par les services de renseignements algériens et la direction du polisario ont essuyé un nouvel échec après avoir été incapables de mobiliser un grand nombre de manifestants à la marche qu’ils comptaient organiser mercredi dernier à Laâyoune, puisqu’une poignée de pro-séparatistes seulement ont afflué sur le lieu de la manifestation avant de se disperser, au moment où les forces de l’ordre se sont contentés de constater les faits sans intervenir.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Le Comité exécutif de l’Istiqlal affirme, dans un deuxième communiqué à la suite de la décision du Conseil national du parti de se retirer du gouvernement, que tous lstiqlaliens poursuivront leur mobilisation totale pour immuniser la décision prise par le Parlement du parti de quitter le gouvernement. Par ailleurs, l’un des dirigeants du parti de la balance a indiqué que les Istiqlaliens se préparent à toutes les éventualités: Ou bien sortir du gouvernement ou bien y rester à condition que l’Exécutif améliore son action à travers un remaniement ministériel qui puisse donner la dynamique requise pour le développement de l’action gouvernementale.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Enfance: Le feuilleton de la terreur se poursuit! Un enfant a été retrouvé mort jeudi dernier après avoir été enlevé à Chichaoua. L’association du Forum de l’enfance a dénoncé le meurtre de ce jeune enfant retrouvé près de l’une des fermes agricoles de la ville après avoir disparu il y a deux jours de l’un des espaces de jeux dans le centre de Chichaoua. L’association qui a mis en garde contre la recrudescence du phénomène des enlèvement et des assassinats des enfants durant ces derniers mois, a estimé qu’il pourrait s’agir d’une mafia organisée, peut être internationale, qui enlève les enfants pour l’exploitation et la vente de leurs organes.

Mots Clefs:
Maroc

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *