Revue de presse marocaine du 25/05/2012

0 commentaires, 25/05/2012, Par , Dans Revue de Presse

Voici les titres à la Une qui suscitent l’attention de la presse quotidienne de ce vendredi:.

+AL KHABAR+:
-Divulgation des noms de walis et gouverneurs rejetés par les députés pjdistes: Parmi ces responsables mis à l’index par les députés du parti de la Lampe et qualifiés de « prévaricateurs », figurent Allal Sakrouhi, Ahmed El Moussaoui, Mohamed Faouzi, Mohamed Mhidia et Abdeslam Bikrate. Par ailleurs, des sources au sein du PJD indiquent que le président du groupe parlementaire Abdelaziz Omari a ouvert une enquête interne suite à la divulgation d’informations à la presse faisant état de la colère des députés pjdistes vis-à-vis de la manière avec laquelle le Chef du gouvernement et secrétaire général du parti, Abdelilah Benkirane a géré le dossier des nominations des walis et gouverneurs.

-Abdelaziz El Banine, coordonnateur régional du RNI à Marrakech se soulève contre Salaheddine Mezouar: Il décide de le poursuivre en justice devant la tribunal administratif pour son exclusion du bureau politique du parti.

-Les femmes députés échouent à élire une nouvelle présidente du Forum des femmes parlementaires marocaines en remplacement de Naima Khaldoune, après le retrait des Usfpéistes et le mécontentement des femmes députés de l’UC, soutenues par les députes pjdistes.

-Mustapha Ramid intervient depuis Genève pour le règlement de la crise sociale au port Tanger-Med entre les autorités et les professionnels du transport. Le ministre de la Justice a présenté plusieurs garanties aux professionnels, en leur promettant de relancer le dialogue social et de résoudre leurs problèmes avec la justice.

-Des Istiqlaliens accusent Houcine El Ouardi de « travailler pour le compte » du PAM et de mener « une guerre par procuration » contre le parti de l’Istiqlal, sur fond de la bataille féroce déclarée entre le ministre et plusieurs cadres istiqlaliens au sein du ministère, dont le secrétaire général du département de la santé.

+AL MASSAE+:.
-La grève des détenus salafistes atteint un seuil critique et des mises en garde contre d’éventuels décès surtout après qu’un détenu ait été transféré à l’hopital, alors le président du Forum Al Karama, Abdelali Hamieddine a saisi le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane à propos de ce dossier.

-Une affaire de « falsification » secoue le Groupe Al Omrane à Marrakech: la justice saisie après qu’un avocat du Barreau de la cité ocre ait accusé une notaire, un entrepreneur et des représentants judiciaires du Groupe immobilier de « falsification et d’escroquerie ».

-La marche de la dignité initiée par la CDT et la FDT sort le gouvernement de son mutisme: Le ministre délégué chargé de la Fonction publique et de la modernisation de l’administration, Abdeladim El Guerrouj qualifie d' »infondées » et d' »erronées » les accusations faisant état du désengagement du gouvernement et se déclare étonné par la poursuite des mouvements de grève et des protestations à l’initiative de certaines coordinations et catégories de fonctionnaires.

-La majorité gouvernementale dévoile l’agenda des élections communales la semaine prochaine. Des sources indiquent que le gouvernement promulguera 32 décrets pour l’encadrement des élections des conseils des collectivités territoriales et s’oriente vers une troisième révision des listes générales.

+ASSABAH+:.
-L’USFP accuse Abdellah Bouanou de « chantage politique » après avoir accusé les walis et les gouverneurs de corruption: Ahmed Zaïdi, président du groupe socialiste à la Chambre des représentants indique qu’il pourrait s’agir d’un règlement de comptes avec certains walis sous prétexte de leurs mauvais rapports avec des candidats ou militants du PJD.

-Les associations féminines en colère contre la ministre Bassima Hakkaoui qui a accusé des mouvements féministes de ternir l’image du Maroc à l’étranger et d’exploiter à des fins politiques la question du viol des mineurs.

-Collectivités locales: Retour du dialogue à la case départ: La CDT menace d’escalade en cas de poursuite des tentatives de contournement des principales revendications du personnel des collectivités locales.

-Dossier du Sahara: Colin Powell proposé pour le remplacement de Christopher Ross: Des sources indiquent que la candidature de l’ancien diplomate américain n’a pas été encore tranchée en attendant l’avis de l’intéressé à ce sujet, en ce sens qu’il avait déjà refusé le remplacement de Peter Van Walsum en qualifiant cette mission de médiateur onusien de « suicide ».

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-La rencontre des leaders des partis de la majorité, mercredi dernier, dominée par l’agenda des élections communales dont le volet juridique pourrait faire éclater une « bataille » féroce entre les différents concurrents.

-Mohamed Alj, directeur d’Al Omrane-Marrakech relevé de ses fonctions et affecté à Meknès sur fond de la crise de l’habitat: La décision a constitué un signal d’alarme pour des centaines de familles, victimes du projet de lotissement « Al Kaouthar ». Ces dernières ont observé un sit-in devant le siège du Holding dans la cité ocre pour exprimer leurs craintes de ne pas se voir remettre les clés de leurs appartements comme l’avait promis Mohamed Alj fin juin prochain, suite à son affectation surprise.

-La BNPJ établit une liste préliminaire de certaines personnes poursuivies dans le cadre de l’affaire du CIH, dont les dossiers seront soumis incessamment au procureur général du Roi près la Cour d’appel de Casablanca.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Mohand Laenser, ministre de l’Intérieur, qualifie les déclarations des députés PJDistes sur les walis et les gouverneurs d' »attentatoires » et d' »outrageuses » à la personne du Chef du gouvernement, en premier lieu, et ensuite à celle du ministre de tutelle, ajoutant que le fait de proférer des accusations à l’encontre des agents d’autorité démontre le manque de maturité de ces députés.

-Des membres de la commission de la justice et de la législation à la Chambre des représentants visitent la prison de Oukacha à Casablanca pour s’enquérir de la situation des prisonniers dans cet établissement pénitentiaire: Le président de la commission, Mohamed Hanine, souligne que ladite commission va élaborer un rapport exhaustif sur cette visite qui pourrait contenir des recommandations.

-Les réactions se multiplient suite à la décision du Maroc de retirer sa confiance à l’envoyé personnel du SG de l’ONU pour le Sahara, Christopher Ross: Des sources espagnoles indiquent que l’ancien secrétaire d’Etat américain, Colin Powell, pourrait remplacer Ross au regard de son role décisif dans le règlement du différend entre le Maroc et l’Espagne autour de l’ilot Leila.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-SM le Roi Mohammed VI et le président français François Hollande tracent une feuille de route pour les relations maroco-françaises au terme d’un entretien en tête-à-tête, le premier du genre après le retour à l’Elysée du Parti socialiste.

-La situation des droits de l’Homme au Maroc vue de l’étranger: Washington, Londres et Paris appellent le Maroc à mettre un terme à la torture et la répression des protestataires. Malgré l’hommage rendu au Royaume pour les réalisations accomplies dans le domaine des droits de l’Homme, le ministre de la Justice et des libertés Mustapha Ramid et la délégation l’accompagnant ont essuyé de nombreuses critiques à Genève après la présentation de son rapport devant le CDH.

-Un nouveau mouvement au sein des préfectures de police ayant concerné les villes d’Oujda, Tanger, Béni Mellal, Laâyoune et Safi. Une source indique que les nouvelles affectations au sein des services extérieurs de la DGSN n’ont rien à voir avec les mesures disciplinaires mais elles s’inscrivent dans le cadre du mouvement interne des responsables sécuritaires.

+BAYANE AL YAOUM+:.
-Le ministère de l’Emploi et de la formation professionnelle et les syndicats les plus représentatifs conviennent de la création de commissions qui seront chargées du suivi de l’application des dispositions de l’accord d’avril 2011 et de la recherche de solutions aux dossiers en suspens.

+AL ALAM+:.
-Le réseau amazigh AZETA épingle l’IRCAM sur sa transparence financière dans un rapport présenté devant le CDH à Genève. Le réseau fustige l’expérience de l’Institut qui n’obéit pas aux critères mondialement connus en ce qui concerne les instances nationales professionnelles dédiées à la préservation et à la promotion des droits de l’Homme.

-Les échos du bras de fer au sein de l’UMT résonnent jusqu’au Chef du gouvernement et ses ministres: Les trois membres exclus de la Centrale syndicale jettent la lumière sur la crise qu’ils considèrent passagère et demandent au gouvernement de faire preuve de neutralité à propos de ce différend.

-Une visite surprise à Al Hoceima du ministre de l’Agriculture et de la pêche maritime, Aziz Akhennouch accélère la suspension de leurs fonctions du délégué provincial de la Pêche maritime et du directeur de l’ONP. Une source impute cette décision à la non mise en service d’un point de débarquement aménagé (PDA) de poissons à Inouaren dans la commune rurale d’Imzouren et à de nombreux dysfonctionnements relevés au niveau de la délégation de la pêche maritime.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-La Fédération de la ligue démocratique des droits de la femme tire à boulets rouges sur la ministre Bassima Hakkaoui et l’accuse de vouloir dénigrer

le role des associations de droits humains et des mouvements féministes, qualifiant ses déclarations et ses sorties médiatiques de pure vengeance et de déni du role des composantes de la société civile dans le développement du processus démocratique.

-Projet du Conseil national de la presse: Le ministre de la Communication, porte parole du gouvernement Mustapha El Khalfi décidé à imposer sa méthodologie unilatérale dans la gestion du secteur des médias et de la presse en excluant la participation des professionnels concernés, et le SNPM attend la réponse du ministre avant de réagir.

+AL MOUNAATAF+:.
-Mobilisation générale pour la réussite de la marche de la « dignité », prévue dimanche à Casablanca: La CDT et la FDT refusent la méthodologie du gouvernement concernant le dialogue social et qui consiste à des rencontres séparées entre le ministère de l’Emploi et les centrales syndicales.

-Des organisations amazighes des droits de l’Homme dénoncent la suspension de l’utilisation de l’amazigh au sein du Parlement et appellent à revenir d’urgence sur cette décision considérée, selon elles, comme anti-constitutionnelle. Elles appellent aussi à l’accélération de la promulgation de la loi organique relative à l’amazighité.

+ATTAJDID+:.
-Les premiers indicateurs du rapport final de l’institution du Médiateur, qui sera publié prochainement, dévoilent une grande ignorance des citoyens de la fonction et du role de cette institution, soulignant que cette situation exige l’adoption d’une politique de communication auprès des citoyens.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+ :.
-Trébuchement du dialogue social entre le ministère de l’Intérieur et les syndicats des collectivités locales: Le ministère et quatre syndicats du secteur restent attachés à rendre public un communiqué commun alors qu’un seul syndicat a refusé cette approche et appelé à fixer un calendrier pour la mise en application des accords conclus avec les anciens gouvernements.

-La rougeole met en alerte les services sanitaires à Taounate: Un échantillon du virus a été envoyé à l’Institut national de la santé et un staff médical rend visite aux malades chez eux.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Face à l’approche d’exclusion adoptée par le gouvernement et son désengagement: les corps des diplomés chomeurs font face aux « matraques » de l’Exécutif. Le coordonnateur national de la Coordination nationale des hauts cadres au chomage dénonce l’approche sécuritaire pronée par le gouvernement Benkirane et affirme que les diplomés sont toujours victimes d’interventions musclées des forces de l’ordre.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Les prix des boissons alcoolisées augmentent avec la nouvelle Loi de finances. La loi de finances 2012 prévoit une hausse du taux de la taxe intérieure de consommation (TIC) notamment sur les boissons alcoolisées. Celles-ci ont connu une augmentation de leurs tarifications à partir du 21 mai. Ces hausses interviennent alors que les principaux brasseurs et viticulteurs locaux s’attendent à un potentiel repli de leurs chiffres d’affaires.

+L’ECONOMISTE+:.
-CDT et FDT déclarent la guerre à Benkirane. Deux des cinq syndicats les plus représentatifs, la CDT et la FDT, ont décidé de mener la vie dure à Abdelilah Benkirane. Les deux centrales syndicales ont appelé à une marche nationale pour protester, entre autres, contre la politique sociale du gouvernement et réclamer la mise en Âœuvre des dispositions de l’accord du 26 avril 2011. Pour sa part, l’USFP a déclaré ouvertement qu’elle apporte tout son soutien à cette marche et a appelé ses militants à y participer.

+AL BAYANE+:.
-Parlement : Débat autour de l’immunité pénale des militaires. L’examen du projet de loi relatif aux garanties fondamentales accordées aux militaires des FAR a suscité un vif débat au sein de la commission des affaires étrangères, de la défense nationale, des affaires islamiques et des Marocains résident à l’étranger relevant de la Chambre des Représentants. Dans le cadre de ce débat qui a porté essentiellement sur l’article 7, certains députés ont demandé de ne pas étendre cette immunité aux membres de la gendarmerie royale qui constitue pourtant, selon ses statuts, un corps d’armée. Lors de cette même réunion, trois groupes parlementaires (USFP, PAM et UC) ont proposé à la commission de demander l’avis du CNDH sur la conformité ou non de l’article 7 dudit projet aux engagements internationaux du Royaume en matière des droits humains.

+LIBERATION+:.
-Impunité pénale des militaires : le Centre d’études en droits humains interpelle Abdelilah Benkirane. Le CEDH que préside Habib Belkouch a officiellement saisi le Chef du gouvernement au sujet de la loi consacrant l’impunité des militaires. « C’est le principe de la bonne gouvernance sécuritaire, pourtant stipulé par l’article 54 de la Constitution, qui est tout simplement remis en cause », s’exclame le président du Centre.

-La ministre de la famille provoque l’ire de la FLDDF : les sorties maladroits de Bassima Hakkaoui mises à l’index. La ministre pjdiste de la femme, de la famille, de la solidarité et du développement social exaspère à l’évidence les associations féminines, les militantes des droits de l’Homme et autres ONG. Preuve, la réaction de la Fédération de la Ligue démocratique des droits de la femme. L’association féministe épingle la ministre sur ses prises de position et surtout sur ses déclarations lors de sa réunion avec les parlementaires du parti de la lampe où elle a accusé les associations féminines d’exploiter le dossier des enfants violés « à des fins politiques » , ce qui, pour la ministre, a nui à l’image du Maroc à l’étranger.

-Une Commission parlementaire visite l’établissement pénitentiaire de Oukacha : Enquête sur les prisons. Des membres de la commission de la justice, de la législation et des droits de l’Homme à la Chambre des représentants se sont rendus en visite hier à la prison civile Oukacha à Casablanca. Selon le président de la Commission, cette visite a notamment pour but de constater de visu l’état des lieux et la situation des pensionnaires. Ce qui est censé confirmer ou infirmer les assertions ou les allégations qui ont fait l’objet de déclarations de la part de quelques associations des droits de l’Homme ou d’anciens détenus.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *