Revue de presse marocaine du 24/10/2012

0 commentaires, 24/10/2012, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce mercredi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Après avoir déposé un recours contre l’élection de Hamid Chabat à la tête du parti: Des Istiqlaliens intentent une action en justice pour saisir les biens de l’Istiqlal. De nombreuses entorses aux règlements et lois ont été relevées lors de la session qui a connu l’élection de Hamid Chabat en tant que nouveau SG du parti. Les sympathisants de Abdelouahed El Fassi ont déposé un recours en justice pointant du doigt les atteintes et autres manquements qui auraient émaillé l’élection de Chabat. Par ailleurs, les contestataires ont enclenché d’autres procédures afin de saisir les biens du parti. La finalité étant d’interdire toute transaction initiée par la nouvelle direction en attendant une décision définitive de la justice. Les collaborateurs de Chabat, eux, se disent prêts à contrer toute tentative visant à « dévier le train de changement et de démocratisation » de l’Istiqlal.

-Projet de Loi de Finances 2013: Les syndicats déplorent le manque de mesures en faveur des salariés. Les syndicats ne sont pas satisfaits des grandes orientations du Projet de Loi de Finances (PLF) 2013 qui leur ont été exposées lundi par le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, lors d’une réunion précédant la présentation du projet ce mercredi au Parlement. Abderrahim Azzouzi, de la FDT, estime que « ce PLF n’est pas à la hauteur des attentes des masses salariales, ne comportant pas de révision à la baisse de l’impot sur les salaires, ou encore la TVA ». Selon Amal El Amri, Secrétaire nationale de l’UMT, « hormis quelques mesures, ce projet de loi s’inscrit dans la continuité des précédents, marqué par le contexte de crise ».

+LIBERATION+:.
-Projet de loi de finances 2013: Benkirane reçoit les syndicats. Coup d’épée dans l’eau ou nouvelle manière de noyer le poisson dans l’eau? La réunion que le Chef du gouvernement a eue lundi à Rabat avec les centrales syndicales les plus représentatives en vue d’examiner le projet de loi de finances déjà finalisé et soumis au Parlement est étonnante à plus d’un titre. Le moins que l’on puisse dire est que cette réunion ne pourra ni amender le texte sur lequel les élus de la Nation vont se pencher dès ce mercredi ni en réorienter la teneur en faveur de la classe ouvrière. Une réunion inutile? Pas sûr. Ne serait-ce que parce qu’elle a offert aux syndicats l’occasion de se faire une idée précise de la mise en oeuvre des engagements du gouvernement pris dans le cadre du dialogue social et de leurs impacts et surtout de réitérer leurs revendications et propositions.

+L’ECONOMISTE+:.
-Doing Business 2013: Climat des affaires, une année de perdue! Le Maroc a encore du chemin à faire en matière de climat des affaires, c’est le moins que l’on puisse dire! Fini l’euphorie du classement Doing Business 2012 de la Banque mondiale, où le Royaume avait gagné 21 places pour se hisser au 94ème rang du classement. Au niveau de la région MENA, le pays n’est que huitième. Pourquoi une telle contre-performance? Eh bien sur les dix indicateurs retenus, le Maroc n’a pu améliorer son classement que sur trois d’entre eux: création d’entreprises, commerce transfrontalier et exécution des contrats. Quant aux autres, deux d’entre eux semblent avoir porté un sérieux coup au classement: Il s’agit de l’enregistrement des propriétés et la résolution des problèmes d’impayés.

-Habib El Malki: « Le gouvernement actuel manque de vision et de visibilité ». Dans un entretien au journal, El Malki a souligné que « la crise que traverse le pays est mal gérée et surtout sans perspective vu le manque de vision de l’actuel gouvernement ». Il a par ailleurs indiqué que l’annonce de sa candidature au poste de Premier secrétaire de l’USFP « ne relève pas d’une logique strictement personnelle, mais s’inscrit dans le cadre d’un projet qui vise à restaurer la confiance au sein du parti et en même temps consolider les tentatives de réconciliation interne ».

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Budget 2013: Derrière le ton positif, les sujets qui fâchent. C’est aujourd’hui que le ministre de l’Economie et des Finances présentera le projet de loi de finances 2013 en séance plénière devant les élus des deux Chambres du Parlement. Il s’agit du premier Budget préparé par le gouvernement Benkirane d’où son importance pas uniquement économique, mais politique et stratégique. Remarque générale: le projet de Budget 2013 est décliné sous une note positive. La majorité des indicateurs qui en constitue le corps table sur des améliorations affirmées. Autre remarque à l’endroit de ce PLF 2013, a trait à la multiplication des exceptions et autres exonérations fiscales contrairement à la volonté affichée d’introduire une réelle réforme globale et structurelle de la fiscalité. L’immobilier, l’agriculture, le tourisme et autres grands contributeurs continuent d’en profiter. D’aucuns estiment que le gouvernement se trompe toujours de cible en ce qui concerne les ressources fiscales et critiquent par la même occasion la décision de taxer les moyens et hauts salaires même si une telle mesure est censée renforcer le budget social en alimentant le Fonds de solidarité.

+AL BAYANE+:.
-Le projet de loi de finances 2013 devant le Parlement: Baraka réussira-t-il à convaincre? Le projet de loi de finances pour l’année 2013 qui devrait être présenté ce mercredi devant les deux Chambres du Parlement comporte de nombreuses nouvelles mesures fiscales. Des mesures qualifiées par les syndicats, comme par une bonne partie de l’opposition d' »inadaptées » voire « incongrues ». Comme il fallait s’y attendre, les syndicats, par principe, se bornent à une critique purement « militante ».

-Dialogue social: Tractations autour du projet de loi de finances. Les grandes lignes du projet de la loi de finances ont été exposées officiellement lundi lors d’une réunion entre le gouvernement et les centrales syndicales les plus représentatives. La réunion s’est déroulée dans un climat positif et confirmé les orientations du gouvernement, celles d’inscrire les actions de l’Exécutif dans une démarche d’écoute, voire interactive, comme l’a affirmé le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle.

+AL MASSAE+:.
-Un rapport des services de renseignements espagnols accuse Omar Haddouchi, l’un des Chioukhs de la salafia jihadia, de recrutement de jeunes pour aller combattre en Syrie. Le rapport fait état d’un prêche que Haddouchi avait prononcé en juillet dernier à Sebta. A ce propos, Haddouchi a réagi en soulignant que ce ne sont que de « pures allégations dénuées de tout fondement », faisant savoir qu’il va intenter une action en justice contre l’Espagne.

-20 pèlerins marocains asphyxiés suite à un incendie qui s’est déclaré lundi dans un immeuble à la Mecque, selon des sources médiatiques, et le SG du ministère des Habous et des Affaires islamiques dément que des Marocains soient parmi ces personnes.

-Une première dans l’histoire de la justice au Maroc: Un juge, qui était président de la Chambre criminelle près la Cour d’appel de Khouribga, porte plainte auprès du tribunal administratif à Casablanca contre le président de la même Cour suite à la décision de ce dernier de l’affecter à un autre poste.

-Dans un bulletin d’alerte sur les criquets pèlerins, diffusé lundi, la FAO alerte le Maroc contre une invasion se préparant, d’essaims acridiens de fortes ampleurs, au cours des prochaines semaines. Dans ce sens, l’Organisation onusienne a par ailleurs mis en garde l’Algérie, la Libye et la Mauritanie contre l’arrivée probable de ces essaims de criquets pèlerins en provenance du Sahel, incitant les quatre pays à mobiliser d’urgence leurs équipes de terrain pour les opérations de prospection et de lutte antiacridiennes.

-Le ministère de l’Economie et des Finances gèle le paiement des dettes contractées par Abdelhanine Benallou pour le compte de l’ONDA : Une source responsable à l’Office a indiqué que le projet de règlement des dettes cumulées par l’ONDA sous l’ère de l’ancien DG et qui ont atteint les 500 millions de dirhams au profit de plusieurs sociétés a été « gelé » au niveau du ministère des Finances.

-La Justice procède à la saisie des biens de l’Istiqlal en attendant qu’elle se prononce sur la légalité de l’élection du nouveau SG du parti, Hamid Chabat et les partisans de Abdelouahed El Fassi comptent tenir une conférence de presse à ce sujet et évoquent une violation du Code pénal.

-Les centrales syndicales expriment leur amertume à l’égard du contenu du projet de loi de Finances 2013 : Abdelhamid Fatihi, SG adjoint de la FDT a indiqué que ce projet de loi présenté par Abdelilah Benkirane n’est qu’un texte visant à gérer la crise et une continuité du précédent projet alors que Mohamed Kafi Cherrat, membre du bureau exécutif de l’UGTM, a relevé que la rencontre tenue à l’initiative du gouvernement était très tardive, relevant qu’elle devait se tenir avant la présentation dudit projet de loi de Finances devant le Parlement.

+AL KHABAR+:.
-La Justice espagnole ouvre une enquête sur une éventuelle implication de Omar Haddouchi, l’une des figures de la salafia au Maroc dans le recrutement de ressortissants espagnols d’origine marocaine pour aller combattre en Syrie et perpétrer des attentats suicides contre les forces de Bachar Al Assad. Dans ce cadre, Haddouchi a nié catégoriquement ces informations, affirmant que ce ne sont que de « purs mensonges ».

-Le volet social du projet de loi de Finances 2013 suscite l’ire des syndicats. A l’issue de leur réunion, lundi, avec le Chef du gouvernement, les représentants des centrales syndicales les plus représentatives n’ont pas réussi à faire une évaluation commune du volet social dans ledit projet de loi, puisque certains se sont félicités du contenu dudit projet alors que d’autres ont formulé des critiques. D’autres, par contre, ont opté pour une position du juste milieu.

-Habib El Malki, membre du bureau politique de l’USFP, déclare que le remaniement ministériel ne sera pas le remède pour la crise que vit actuellement l’actuel gouvernement car il ne s’agit pas, selon lui, d’un problème technique mais bel et bien d’un problème politique de fond.

-Khalil Mouallif, directeur de l’Académie internationale Mohammed VI de l’aviation civile, présente sa démission suite au scandale de la fuite des épreuves du Master en aviation, anticipant ainsi les résultats de l’enquête menée par le ministère de l’Equipement et du Transport et retourne à son ancien poste de directeur adjoint à l’Ecole Hassania des Travaux publics.

+ASSABAH+:.
-Le procureur général du Roi près le tribunal de 1ère instance de Casablanca diligente une enquête sur deux gendarmes à Tit Melil accusés d’avoir reçu des pots de vin d’une valeur de 20.000 DH d’un citoyen qui avait un litige avec un autre. Des sources informées ont indiqué que le traquenard tendu pour l’arrestation des deux gendarmes a échoué dans des conditions « mystérieuses ».

-Les députés réclament l’augmentation de leurs salaires et considèrent que la rémunération de 30.000 DH est maigre au regard des à leurs missions et à leurs dépenses dans leurs circonscriptions électorales. Des sources indiquent que le débat s’est intensifié au sein du bureau de la Chambre des représentants sur la décision relative à l’augmentation des salaires et des indemnités des députés revendiquée par les groupes parlementaires pour compenser les dépenses du transport, du téléphone et de résidence de plusieurs députés, particulièrement ceux qui habitent dans des villes lointaines.

-Projet de loi de finances 2013: Les cinq centrales syndicales les plus représentatives unanimes, lors de la réunion de lundi avec Abdelilah Benkiarne, à souligner la nécessité de consacrer une partie du budget à l’augmentation des salaires. Pour Noubir Amaoui, SG de la CDT, l’initiative du gouvernement de présenter le projet de loi de Finances devant les syndicats constitue une première qui doit être exploitée pour l’amélioration des revenus des employés.

-Saïd Ameskane, le SG délégué du MP, fait face à la colère des parlementaires de son parti quant à son mode de gestion et son comportement particulièrement à la suite du parti-pris en faveur de Mohamed Ouzzine, ministre de la Jeunesse et des Sports, qui a annoncé officiellement sa candidature pour le poste de SG du parti de l’Epi, selon des sources harakies.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Stage de formation en France sur la lutte contre le blanchiment d’argent au profit de 12 officiers de police marocains après que le Royaume ait, au regard de sa position stratégique, devenu l’un des pays convoités, selon le dernier bulletin publié par l’Interpol.

-La CGEM et les centrales syndicales en colère contre le projet de loi de Finances 2013: Le Patronat déçu à cause de l’instauration de nouveaux impots et des prélèvements sur les gains et les syndicats mécontents de la faiblesse de la présence du volet social Dans le projet de budget et considèrent que les indicateurs contenus dans ledit projet n’étaient pas à la hauteur des attentes de la classe ouvrière.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-L’ambition et l’irréalisme gros titres du projet de loi de finances 2013. Plusieurs acteurs économiques et politiques ont estimé que le projet de budget 2013 est basé dans sa globalité plus sur une note d’optimisme que sur des données réalistes inhérentes à la crise économique mondiale. Il a ainsi fondé ses prévisions concernant les cours du pétrole sur 105 dollars/le baril et ambitionne de réduire le déficit budgétaire à 4,8 pc tout en négligeant la conjoncture que traverse les partenaires économiques du Royaume.

-Course à la direction de l’USFP: Driss Lachgar obtient l’appui des régions, du groupe parlementaire à la Chambre des Conseillers et de plusieurs députés pour succéder à Abdelouahed Radi à la tête du parti de la Rose, alors que d’autres noms entrent en lice. Par ailleurs, des USFPéistes ont proposé de tenir les élections relatives au poste de Premier secrétaire en deux rounds afin, selon des sources proches, de barrer la voie devant Lachgar qui demeure le grand favori pour présider aux destinées du parti.

-Des mises en gardes contre l’exploitation de la loi relative aux nominations aux hautes fonctions à des fins politiciennes. Le gouvernement entame ces nominations et les Secrétaires généraux et les directeurs sont les premiers visés par ce texte. Par ailleurs, des sources ont mis en garde contre l’instrumentalisation de ce cette loi pour faire vider l’administration de ses cadres qualifiés et de la transformer en « une base arrière » pour les partis politiques durant leurs campagnes électorales.

+AL MOUNAATAF+:.
-Dialogue social: Les syndicats qualifient de « simple manoeuvre » la dernière correspondance du Chef du gouvernement dans laquelle il appelle les centrales syndicales à revenir à la table du dialogue, ajoutant que la poursuite de ce genre de manoeuvres de la part de l’Exécutif est l’expression du manque de respect et une grande offense aux syndicats.

-L’Union nationale des administrateurs marocains, qui a observé mardi un sit-in devant le ministère de l’Economie et des Finances, menace de poursuivre en justice le gouvernement au cas où il continue à négliger les revendications de cette catégorie de fonctionnaires, et à leur tête la révision globale du statut du corps des administrateurs.

+AL ALAM+:.
-Le gouvernement tient une réunion avec les centrales syndicales, cherchant ainsi l’apaisement pour faire passer le projet de loi de finances, et les syndicats appellent à déployer davantage d’efforts pour le soutien du pouvoir d’achat des travailleurs et l’application de l’échelle mobile des salaires.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Le ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser fixe 2013 pour l’organisation des prochaines élections sans en informer le gouvernement. Une source gouvernementale de haut niveau dément que le gouvernement ait décidé d’organiser en 2013 les prochaines échéances électorales, ajoutant que les déclarations de Laenser n’engagent que le ministre lui-même et que cette date ne pourrait être décidée que d’un commun accord avec le Chef du gouvernement.

+BAYANE AL YAOUM+:.
-Abdelouahed Souhail, ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle indique que la concertation avec les syndicats au sujet du projet de loi de finances 2013 est une première à mettre au compte du gouvernement, et les représentants des centrales syndicales réclament, lors de leur réunion lundi avec le Chef du gouvernement l’instauration d’un impot sur la fortune et l’exonération des retraités et des salariés dont le revenu ne dépasse pas les 5000 DH.

-190.000 MRE ont préféré rester définitivement au Maroc après la fin de leurs vacances, en raison de la crise économique et financière qui touche de plein fouet plusieurs pays d’accueil de la communauté marocaine établie à l’étranger.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *