Revue de presse marocaine du 24/06/2013

0 commentaires, 24/06/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de lundi:.
+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-infrastructures électriques: Les Chinois arrivent. Après les Turcs, c’est au tour des Chinois de faire le raid sur le marché marocain. Pour preuve, les entreprises chinoises de génie civil sont présentes en force dans la course pour un marché de 2,2 MMDH lancé par l’Office national de l’électricité et de l’eau (ONEE) pour la construction d’un grand complexe de production d’électricité à quelques kilomètres de la ville de Sefrou. L’ONEE vient de dévoiler la liste des 7 groupements qui ont soumissionné pour ce grand projet hydro-électrique. Sur les 7 groupements, trois sont d’origine chinoise. Deux entreprises marocaines seulement, SGTM et EMT, alliées à des entreprises espagnoles, canadiennes et allemandes. Le complexe de M’Dez-El Menzel, d’une puissance de 170 MW, permettra de produire de l’électricité à partir de la retenue de deux barrages situés sur le haut Sebou. Il sera opérationnel en 2015.

-L’USFP ouvre son bureau à ses alliés: La fusion en marche. Les membres du Parti Socialiste (PS) et du Parti Travailliste (PT) intègrent les instances de l’USFP. Selon une source bien informée, il a été décidé d’octroyer de un à deux sièges pour chacun des deux partis au bureau politique. De même, les responsables ont convenu de réserver 30 à 50 places au sein de la commission administrative pour le PS et le PT. Une réunion extraordinaire de la commission administrative aura lieu dans quelques jours, probablement le weekend prochain, pour entériner la fusion avec les deux formations de gauche. Cette intégration intervient à un moment où « l’Ittihad » traverse une zone de turbulence exacerbée par le bras de fer entre les partisans d’Ahmed Zaidi et les soutiens au sein des instances du parti de l’actuel Premier Secrétaire, Driss Lachgar. Samedi dernier, ce dernier a affirmé que la priorité est de resserrer les rangs de l’USFP et de concrétiser les promesses tenues. Lachgar s’est voulu rassurant, qualifiant les discordes au sein du parti de la rose de « simple différence de points de vue ».

+L’ECONOMISTE+:.
-Risque-pays: Le Maroc se détache au Maghreb. La Coface (Compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur) garde confiance dans le potentiel de reprise de l’économie nationale et surtout la capacité des entreprises à honorer leurs engagements. Dans sa réévaluation du risque-pays, le groupe d’assurance-crédit a maintenu au Maroc sa double notation A4 (environnement des affaires et risque-pays. Dans le jargon du leader mondial de l’assurance-crédit, être classé A4 veut dire que « la situation économique et financière peut être marquée par des fragilités mais le risque paiement chez les entreprises reste convenable ». Pour le Maroc, les atouts restent liés à l’abondance de ressources naturelles, au vaste potentiel touristique, à la proximité de l’Europe et la montée en puissance de la diversification de la production. Sans occulter l’engagement de réformes politiques et économiques. Néanmoins, ces forces sont atténuées par des faiblesses. A commencer par une économie encore dépendante du secteur agricole. La productivité et la compétitivité restent également insuffisantes. De même la pauvreté et le chômage, en particulier des jeunes, s’érigent toujours en sources de tensions sociales.

-Compensation: L’indexation arrive…et avant le Ramadan. Une baisse des prix du carburant pourrait intervenir début juillet et à quelques jours du mois de Ramadan. Mais à condition que le cours du pétrole poursuive son trend baissier. Le gouvernement compte donc renouer avec l’indexation des prix des produits pétroliers bloquée depuis dix ans. Il préfère déclencher le mécanisme pendant cette période de détente des cours à l’international pour faire de la pédagogie aux ménages. Mais si les cours à l’international repartent à la hausse, les prix suivront et la variation sera donc répercutée. L’objectif est de maintenir l’enveloppe de la compensation aux niveaux prévus par la loi de finances 2013, soit 42 MMDH. A priori, l’équipe Benkirane pourrait retenir le seuil de 105 dollars sur lequel se base la loi de finances pour activer l’indexation, mais selon le ministre Najib Boulif, « ce seuil » n’est pas encore tranché. Seuls les carburants seront concernés par l’application de la « vérité des prix ». Le gaz butane est pour l’instant écarté.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Pêche: Le désarroi des armateurs céphalopodiers. L’union ne fait pas la force. Ainsi, pourrait-on résumer la guerre secrète enclenchée entre les différents courants opposés au sein de la profession de la pêcherie poulpière. Les armateurs céphalopodiers peinent à se serrer les coudes face à la crise mondiale. Atomicité du marché, faible coordination et concentration entre les professionnels, forte concentration sur le marché japonais, sous-valorisation des avantages comparatifs à l’export, faible optimisation des interventions publiques, exacerbation de la concurrence étrangère, notamment mauritanienne… Ce sont là les principales barrières qui ressortent de la rencontre-débat organisée vendredi dernier à Casablanca organisée par le Collectif pêche et développement durable.

-Santé: Attention au saumon norvégien! Le gouvernement norvégien fait son mea culpa en annonçant au grand public que son saumon d’élevage « est très dangereux pour la santé des enfants, des adolescents et des femmes enceintes ». Il conseille même à ces personnes de le proscrire de leur alimentation. Cet aveu officiel intervient après plusieurs années de polémique autour de la « toxicité » de ce produit très prisé de par le monde, y compris au Maroc. En 2012, le volume des importations marocaines du saumon norvégien s’élevaient à l’équivalent de 52.665.000 DH, selon les chiffres de l’Office des changes. Après cet aveu fort des autorités norvégiennes, quelle mesure prendra le Maroc?.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Compensation, retraite, justice, fiscalité : le semestre de toutes les réformes. Juillet-décembre 2013. C’est apparemment la période de lancement des grandes réformes. Après la Caisse de compensation, avec l’activation annoncée du système d’indexation des prix des produits pétroliers et l’instrument de couverture du risque de la volatilité des prix, c’est au tour du lourd dossier de la retraite d’être traité. En septembre ou au plus tard octobre, la réforme des régimes de retraite sera enfin lancée. Outre la compensation et la retraite, le gouvernement s’apprête aussi à opérationnaliser la réforme de la Justice. Le travail de la Haute Instance du dialogue national sur la réforme de la Justice a été finalisé dans la perspective de la déclinaison de la mouture de la charte nationale pour la réforme de la Justice. Par ailleurs, l’équipe Benkirane planche sur la réforme de la fiscalité, après la tenue des Assises qui ont permis des pistes permettant de repenser le système pour plus d’équité sociale et fiscale. Et ce n’est pas tout. Les grands chantiers de la réforme qui seront activés durant le reste de l’année portent également sur la modernisation de l’Administration.

-Régime de change: Mini big-bang attendu à l’Office des changes. Ca bouge à l’Office des changes. Les opérations de change devront être soumises avant fin 2013 à une nouvelle réglementation. Les services de Jaouad Hamri, DG de l’Office, sont en train d’apporter les dernières retouches au projet de texte qui devrait être remis au Secrétariat général du gouvernement (SGG) vers la fin de ce mois. L’institution chargée de l’exécution des politiques de l’Etat dans les opérations de change indique que le texte sera soumis à la discussion au Parlement dans sa session ordinaire d’octobre. « C’est un texte que nous avons inscrit dans le programme législatif de l’actuel gouvernement. Nous espérons le voir adopté avant la fin 2013 », souligne le DG de l’Office. Pour M. Hamri, la refonte substantielle de la réglementation des opérations de change est plus qu’une priorité puisque l’actuel texte regorge « d’aberrations et d’ambiguïtés », reconnaissant que « la réglementation dont nous disposons actuellement comprend un système répressif anachronique, ses textes sont fragiles et comportent un tas d’ambiguïtés qui compliquent la tâche aux intermédiaires agréés et aux opérateurs économiques en ce qui concerne son interprétation ».

+LIBERATION+:. 
-Driss Lachgar: « Le gouvernement s’est attelé à réaliser des intérêts partisans sans se soucier de la conjoncture difficile du pays ». Devant le conseil régional élargi de l’USFP à Marrakech, tenu samedi dernier, le Premier Secrétaire du parti de la rose a critiqué énergiquement l’indolence du gouvernement Benkirane qui ne parvient pas à opérationnaliser la Constitution de 2011, ajoutant que le gouvernement Benkirane s’est attelé à réaliser quelques intérêts partisans sans se soucier de la conjoncture difficile dans laquelle se débat le pays. « Ils se trompent, ceux qui, à l’issue des élections du 25 novembre ont cru que le peuple les a investis d’une délégation pleine et entière », a-t-il précisé. « La Constitution de 2011 a organisé les relations du gouvernement avec les autres institutions mais un an et demi après son investiture, l’Exécutif qui semble incapable de gérer ses propres affaires, peut-il le faire pour 30 millions de citoyens et affronter la conjoncture actuelle et ses répercussions? », s’est-il interrogé.

+AL BAYANE+:.
-2ème Conférence nationale sur la santé: Pour une réforme globale du secteur. Le droit à la santé, la pénurie des professionnels en la matière, la couverture médicale de base, la gouvernance du secteur, les enjeux de la sécurité et de la vigilance sanitaires et les rôles de l’Etat sont les thèmes centraux de la 2ème conférence nationale sur la santé, prévue du 1er au 3 juillet à Marrakech. Placée sous le haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, cette rencontre de trois jours sera marquée par l’organisation de conférences plénières et de travaux en commissions, animées par des experts nationaux et internationaux dans le but ultime de débattre et de proposer des pistes de réformes pour le système de santé.

+ASSABAH+:.
-Hamid Chabat termine sa tournée dans les provinces du sud par une confrontation avec le PJD. Des partisans du parti de la Lampe sont entrés en confrontation avec les sympathisants du SG de l’Istiqlal, samedi dernier à Guelmim. Des sources ayant assisté au meeting organisé par Chabat ont indiqué que des individus ont investi les lieux où se tenait ce rassemblement istiqlalien et ont attaqué les organisateurs, en scandant des slogans hostiles au parti de la Balance et à son actuelle direction. Suite à cet incident, la jeunesse istiqlalienne a accusé celle du PJD d’être l’instigatrice de cet acte qualifié d' »immoral ».

-Driss Lachgar déclare que le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane conduit le Maroc vers l »arrêt cardiaque ». Intervenant lors des travaux du conseil régional élargi de l’USFP, samedi dernier à Marrakech, le Premier Secrétaire du parti de la Rose a souligné la nécessité de la mise en application des dispositions de la Constitution et de la modernisation des institutions nationales. De son côté, Dounia Latifa Regragui, membre du secrétariat régional de l’USFP dans la cité ocre, a tiré à boulets rouges sur le gouvernement, le qualifiant de « troupe théâtrale de clowns qui ne sait produire que du vacarme ».

-Abdelilah Benkirane affirme: « Nous n’allons ni céder ni s’impliquer dans le jeu! ». Intervenant lors du congrès constitutif de l’association des ingénieurs du PJD, le SG du parti et Chef du gouvernement a vivement critiqué les parties qui dressent des obstacles pour entraver l’action l’Exécutif, ajoutant celles-ci bénéficient, d’une manière ou d’une autre, de cette situation « corrompue ». Benkirane a également saisi cette occasion pour réagir aux récentes critiques de l’idéologue et ancien patron du Mouvement Unicité et Réforme (MUR), Ahmed Raissouni qui avait accusé les ministres et la direction du parti de la Lampe de s’éloigner du référentiel islamique dans la gestion des affaires publiques. Benkirane a affirmé qu’il continue de travailler conformément au référentiel islamique adopté par le PJD.

-Les syndicats de Noubir Amaoui et d’Abderrahmane Azzouzi boycottent les travaux de la 2ème Conférence Nationale sur la Santé. A une semaine de la tenue de cette 2ème Conférence de la santé, prévue du 1er au 3 juillet à Marrakech sous le thème « Pour une nouvelle gouvernance du secteur de la santé », à l’initiative du département d’El Houssein El Ouardi, le syndicat national de la santé, affilié à la FDT et le syndicat national de la santé publique affilié à la CDT ainsi que le syndicat national des médecins du secteur libéral sont sortis de leur mutisme et annoncé leur boycott de cette conférence.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-La crise au sein du gouvernement s’amplifie après cinq semaines de son éclatement. Abdelilah Benkirane a affirmé que « Nous n’allons jamais nous incliner! », soulignant, à l’ouverture du congrès constitutif de l’association des ingénieurs du PJD, que ceux qui veulent entraver l’action du gouvernement, ne réussiront pas à le faire. De son côté, le SG du parti de l’Istiqlal, Hamid Chabat a jeté un autre pavé dans la marre, en accusant Benkirane, lors d’un meeting à Tan Tan, de « soutenir le terrorisme international, de collecter des fonds au nom du jihad et de tenter de mobiliser les Marocains pour combattre en Syrie aux côtés de l’armée libre ».

-La prochaine séance mensuelle à la Chambre des représentants, prévue mercredi prochain, pourrait connaître le même sort et être de nouveau boycottée par les groupes parlementaires de l’opposition, ont fait savoir des sources parlementaires, ajoutant que la réunion de la commission chargée du règlement des points de discorde n’a pas pu aboutir à une formule consensuelle concernant la réglementation et le mode de déroulement des séances mensuelles de questionnement du Chef du gouvernement.

-Des escarmouches entre les partisans de Hamid Chabat et de Benkirane ont failli tourner à une confrontation directe entre les deux camps lors d’un meeting à Guelmim. Dans une première depuis la décision du parti de l’Istiqlal de se retirer du gouvernement, la ville de Guelmim a été le théâtre d’escarmouches directes entre des militants istiqlaliens ayant assisté à un rassemblement animé par le SG du parti, Hamid Chabat et des pro-PJDistes qui voulaient entraver le bon déroulement du meeting.

+AL MASSAE+:.
-Une coordination entre les services de sécurité marocains et espagnols permet l’arrestation des membres d’un réseau d’embrigadement de Marocains pour combattre en Syrie, démantelé vendredi dernier dans le préside de Sebta. Des sources bien informées ont indiqué que les services de sécurité marocains ont fourni à leurs homologues espagnols des informations sur les membres dudit réseau dans le cadre de la coordination sécuritaire entre les deux pays, ajoutant que ces individus opéraient hors de la ville de Sebta et notamment à Fnideq sur le territoire marocain. Suite à cette opération de démantèlement, le ministre espagnol de l’Intérieur a indiqué, lors d’une conférence de presse samedi, que le réseau a envoyé 50 volontaires pour combattre en Syrie, dont 38 Marocains qui habitaient sur le territoire marocain.

-Le SG du PJD, Abdelilah Benkirane, indique qu' »il n’y a pas de place, aujourd’hui, en politique pour ceux qui protestent contre la légitimité et ceux qui sont disposés à tout vendre pour en tirer profit ». Lors de la séance d’ouverture du congrès constitutif de l’association des ingénieurs du PJD, Benkirane a affirmé que « nous n’allons jamais nous soumettre ou renoncé à nos principes », ajoutant que « s’il y a quelqu’un qui a l’intention de nous provoquer, il n’a qu’à assumer ses responsabilités ». Il a, par la même occasion, démenti l’existence de crise gouvernementale, puisque les membres de l’Exécutif travaillent en parfaite harmonie, faisant état seulement d’une crise avec le SG de l’Istiqlal.

-L’ancien Maire de la ville de Marrakech, Omar Jazouli, comparaîtra mardi devant la justice dans le cadre d’une nouvelle affaire concernant des appels téléphoniques avec plusieurs responsables et conseillers communaux au cours des échéances électorales de 2009. La défense de Jazouli devra réfuter les faits qui sont reprochés à l’ancien Maire accusé d’avoir offert des pots de vin et des cadeaux pour l’achat des voix des électeurs.

-Le président du groupe du PJD à la Chambre des représentants, Abdellah Bouanou, affirme que le parti de la Lampe n’engagera aucun dialogue avec le SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat, soulignant lors d’un meeting, samedi à Asilah, que les appels pour une réconciliation entre Chabat et Benkirane ne garantissent nullement l’engagement de Chabat à ne pas revenir sur ses promesses.

+AL KHABAR+:.
-Abdellah Bouanou, l’un des dirigeants du PJD, a indiqué lors d’un meeting organisé par son parti samedi à Asilah, que les déclarations de Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal, appelant à accorder la grâce aux détenus dans l’affaire de Gdeim Izik et à les juger de nouveau, ont porté atteinte à l’honnêteté et à la transparence de la justice marocaine. Bouanou a en outre qualifié de « jeux d’enfants » les sorties médiatiques de Chabat, soulignant qu’elles ne méritent pas d’y répondre de la part du PJD.

-Abdelilah Benkirane réagit aux récents propos de Miriem Bensalah Chaqroun, présidente de la CGEM, en déclarant: « Ne demandez pas à l’Etat de vous accorder une contrepartie pour le paiement de vos impôts », et ce lors de la séance d’ouverture du congrès constitutif de l’Association des ingénieurs du PJD, tenue ce weekend à Salé.

-Abdelali Doumou, l’un des dirigeants de l’USFP, se retourne contre Ahmed Zaïdi, président du groupe socialiste à la Chambre des représentants et prend part à une rencontre présidée par Driss Lachgar à Marrakech. Lors de la réunion du conseil régional élargi de l’USFP à Marrakech, Lachgar a appelé à mettre un terme aux conflits internes au sein du parti, ce qui a poussé Doumou, considéré comme l’un des grands partisans de Zaïdi, à saluer par des applaudissements les propos de Lachgar, ce qui a suscité l’étonnement des participants quant à ce changement de position de la part de Doumou.

-El Houssein El Ouardi, ministre de la Santé, a tenu une réunion avec les représentants des quatre centrales syndicales les plus représentatives dans le secteur (CDT, ODT, UGTM et UNTM). Des sources bien informées ont indiqué que le ministre a tenté de contenir la colère de ces centrales à travers l’ouverture du dossier du dialogue social et la présentation des réalisations accomplies au profit des employés du secteur.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Les magistrats du Maroc recourent aux institutions internationales pour faire face aux abus du ministre de la Justice, Mustapha Ramid. Le Club des magistrats du Maroc a annoncé, dans un communiqué rendu public à l’issue de sa réunion extraordinaire tenue samedi, avoir décidé d’adresser des correspondances à toutes les instances et organisations internationales pour faire connaître l’affaire du vice-président du club, Mohamed Anbar, en particulier l’Union internationale des magistrats et les associations professionnelles judiciaires internationales, réitérant sa totale solidarité avec Anbar, qui a été déféré devant le Conseil supérieur de la magistrature pour avoir exercé ses droits constitutionnels notamment le droit de création d’une association professionnelle et de la libre expression.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Décès d’une des victimes de l’affaire « d’anesthésie » à Settat à l’âge de 36 ans samedi à l’hôpital Ibn Rochd de Casablanca. La victime avait subi une césarienne dans une clinique privée à Settat aux côtés d’une autre patiente qui lutte encore pour sa survie. Des sources informées ont indiqué que la famille de la défunte a refusé de recevoir la dépouille et réclamé l’ouverture d’une enquête honnête et transparente à la lumière des rapports médicaux et les résultats des investigations menées par le ministère de la Santé.

-Le Club des magistrats du Maroc a décidé d’adresser des correspondances aux instances et organisations internationales, notamment l’Union internationale des magistrats, les associations professionnelles internationales ainsi que la rapporteuse spéciale de l’ONU sur l’indépendance des juges et des avocats pour faire connaître l’affaire du juge Mohamed Anbar, vice-président du club. Dans un communiqué, publié à l’issue de la réunion extraordinaire de son bureau exécutif, tenue samedi, le Club a exprimé sa colère contre les déclarations du SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat, qui a accusé un juge d’instruction à Fès d' »avoir fabriqué » l’affaire de son fils Naoufal, soulignant son refus catégorique de toute tentative visant à impliquer les membres de l’autorité judiciaire ainsi que leurs décisions dans des surenchères politiciennes entre les différents acteurs politiques.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Abdellah Bouanou, président du groupe du PJD à la Chambre des représentants, accuse Hamid Chabat d’avoir exercé des pressions sur la justice pour l’acquittement de son fils et d’un élu communal à Asilah dans une affaire de trafic de drogue. Lors d’un meeting tenu samedi à Asilah, Bouanou s’est interrogé comment des condamnations à des peines d’emprisonnement ont pu se transformer par la suite en des acquittements. Par ailleurs, il a critiqué les récents propos de Chabat qui a appelé à accorder la grâce aux détenus condamnés dans le cadre de l’affaire de Gdeim Izik, soulignant que cela constitue « une humiliation qui ne peut être tolérée ».

-Les autorités espagnoles dévoilent l’identité du Marocain qui a tué 130 soldats de l’armée de Bachar Al Assad dans un attentat suicide perpétré le 1er juin 2012, et les enquêtes des services de sécurité espagnols ont démontré qu’il faisait partie des 50 Marocains recrutés pour le jihad en Syrie par le réseau démantelé vendredi dernier à Sebta.

-Le Premier Secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar, qualifie le gouvernement de « troupe de clowns » qui ne produit que du tapage, ajoutant lors d’une rencontre samedi à Marrakech, qu’il s’agit là d’un gouvernement « qui reçoit les instructions » et qui manque de vision humanitaire quant aux problèmes des jeunes diplômés chômeurs, ajoutant que la mauvaise gestion de la chose publique par l’actuel Exécutif a plongé le pays dans une profonde crise sur les plans politique et économique.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Le ministre de la justice et des libertés, Mustapha Ramid a tenu récemment une réunion avec les Procureurs généraux du Roi et leur a donné ses instructions pour que les procès en cours devant les tribunaux se déroulent sans aucune assistance judiciaire, ont révélé des sources bien informées. Suite à ces directives, des sources au sein de l’association des barreaux du Maroc ont qualifié la décision de Ramid de « grave atteinte aux droits de la défense », alors qu’Abdellatif Ouahbi, avocat au barreau de Rabat, a souligné que les ordres de Ramid n’engagent pas les tribunaux.

-Affaire des diplômés chômeurs signataires du PV du 20 juillet: Le Chef du gouvernement appelle à l’annulation du jugement prononcé par le tribunal administratif de Rabat après avoir interjeté appel du verdict, affirmant que les justifications sur lesquelles s’est basé le tribunal pour rendre ce jugement sont « anticonstitionnelles » et qu’il demeure attaché au non recrutement de ce ces diplômés.

-500 employés de l’Entraide nationale protestent devant le siège du Parlement. Lors d’un sit-in organisé dimanche, ils ont exprimé leur mécontentement et leur colère contre l’actuel gouvernement conduit par le PJD, soulignant que cet Exécutif est incapable de résoudre les problèmes des couches démunies et de satisfaire les revendications de cette catégorie de la population qui travaille tout sa vie sans pouvoir bénéficier en fin de compte d’une pension de retraite à l’instar des autres catégories d’employés.

-Driss Lachgar accuse le PJD d' »autoritarisme ». Lors des travaux du conseil régional de l’USFP, samedi dernier à Marrakech, le Premier Secrétaire de l’USFP a souligné le manque de volonté chez le PJD pour la consécration de la démocratie et des institutions du pays.

+ATTJADID+:.
-Le rapport 2013 du département d’Etat US sur la traite des êtres humains, rendu public ce week-end, indique que le Maroc ne dispose pas de législations suffisantes pour la lutte contre ce genre de crime, soulignant que le gouvernement marocain déploie de grands efforts à ce sujet. Le rapport rappelle également que le Royaume est un pays par où transitent des enfants, des femmes et des hommes candidats aux travaux forcés et à la traite.

-Le syndicat national des médecins du secteur libéral dénonce la réception d’une invitation, écrite en langue française, de la part du ministère de la Santé pour participer à la 2ème conférence nationale sur la Santé, prévue du 1er au 3 juillet à Marrakech. Dans une lettre adressé au ministère, le syndicat a indiqué cette invitation constitue un « acte provocateur », « une offense » et « une violation flagrante des dispositions de la Constitution ». Par ailleurs, l’Association marocaine de protection de la langue arabe a dénoncé le choix du ministre de la Santé de rédiger cette invitation en langue française, appelant le Chef du gouvernement à mettre en garde ses ministres contre le danger de cette situation « anormale ».

+AL MOUNAATAF+:.
-Echec « cuisant » du colloque sur la refonte du statut général de la fonction publique. Des syndicalistes ont indiqué que l’organisation de ce colloque a été une occasion pour la dilapidation de deniers publics et une entrave à la mise en uvre de la Constitution, étant donné que la révision du statut général de la fonction publique relève des prérogatives du Conseil supérieur de la Fonction publique.

-L’Organisation démocratique du travail et les employées de l’Entraide nationale ont observé dimanche un sit-in devant le Parlement pour dénoncer l’atermoiement et la tergiversation du gouvernement à satisfaire leurs revendications relatives au SMIG et aux conditions de travail et d’hygiène et à la protection sociale.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *