Revue de presse marocaine du 24/05/2013

0 commentaires, 24/05/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce vendredi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.

-La justice appelle à l’application du PV du 20 juillet: Les diplomés chomeurs triomphent de Benkirane. Un coup dur pour le Chef du gouvernement. Les diplomés chomeurs signataires du PV du 20 juillet 2011 avec Abbas El Fassi ont fini par obtenir gain de cause. Le Tribunal administratif de Rabat a tranché jeudi 23 mai. Il a appelé le gouvernement à intégrer les signataires du PV dans la fonction publique, et à les dédommager financièrement et administrativement en prenant en compte la date de signature. Le PV du 20 juillet 2011 a été signé par le gouvernement Abbas El Fassi avec les coordinations des diplomés au chomage. Le précédent gouvernement s’est engagé en vertu de cet accord à recruter dans la fonction publique directement et sans concours les signataires du PV, comptant plus de 3.500 membres. Mais à l’arrivée du gouvernement islamiste, Abdelilah Benkirane refusera catégoriquement d’appliquer le PV, arguant que ses dispositions sont « anticonstitutionnelles » et « non conformes au statut de la fonction publique ».

-Entre émission de circulaire et appropriation de projet de décret: Nabil Benabdellah retrousse ses manches. Pour célébrer l’été 2013, Nabil Benabdellah offre un beau cadeau aux promoteurs immobiliers en optant pour la simplification. En effet, le ministre de l’Habitat, de l’urbanisme et de la politique de la ville vient de publier une circulaire visant la simplification des procédures et réexamen des demandes d’autorisation de construire, de lotir, de créer un groupe d’habitations et de morceler n’ayant pas reçu un avis favorable de la part des commissions techniques d’instruction. Chose promise, chose due donc puisque M. Benabdellah avait dévoilé toutes les lacunes du secteur immobilier et fixé des deadlines à tous ses projets et chantiers jusqu’en 2016. Aujourd’hui, cette circulaire constitue une preuve indéniable de l’engagement du ministère en faveur des promoteurs immobiliers privés et publics et une réponse aux malaises que connaît le secteur en ce moment. Et pas que ça, il vient également de faire approuver en Conseil de gouvernement le projet de décret relatif au règlement général de construction. Un texte qui consacre les efforts de réglementation des procédures administratives en matière d’autorisation d’urbanisme.

+LIBERATION+:.

-Abdelilah Benkirane courtise des partis de l’opposition: Le parti islamiste prend attache avec le PAM et le RNI. La dernière décision du patron du Parti de l’Istiqlal, Hamid Chabat, de quitter le gouvernement, a chamboulé les cartes du Chef du gouvernement et de son parti, le PJD, qui cherche désespérément des alliés au sein de l’opposition pour sortir de cette impasse. L’on sait que la position ferme de l’USFP prise en 2011 et confirmée à l’unanimité lors du 9ème congrès et qui consiste à ne pas prendre part à un gouvernement présidé par le PJD. Pourtant, ce dernier courtise d’autres partis de l’opposition pour suppléer le Parti de la balance au cas où ce dernier se retirerait de la coalition gouvernementale.

-A Inezgane, les règlements de comptes PJD vs PAM font école. Quand politique et populisme entrent dans une salle de classe, l’enseignement et le savoir en sortent sur la pointe des pieds. En 5ème année secondaire, le jeune Hamza, un adolescent de 15 ans, l’a appris à ses dépens. Son professeur d’histoire et de géographie l’a tout simplement rendu coupable de ses origines familiales, allant jusqu’à traiter sa famille de « traîtres de la Nation », « héritiers des crocodiles et des démons » du Maroc qu’Abdelilah Benkirane n’a de cesse d’invoquer pour justifier les échecs de son gouvernement et son incapacité à mener des réformes. Au commencement est « Al Maassoul », le célèbre ouvrage de Mokhtar Soussi et quatre lignes sur la bataille de Sidi Bouathmane dans les R’hamna et à laquelle a pris part, sur ordre du Sultan de l’époque, Caïd Layadi. L’enseignant sait que parmi ses élèves, il comptait l’arrière petit-fils du Caïd. Une aubaine pour faire un procès en sorcellerie et ériger un bûcher pour ce qu’il considère probablement être comme l’héritier de ces « traîtres » qu’il dénonce dans sa classe.

+L’ECONOMISTE+:.

-Sortie internationale: Comment le Maroc a profité de la reprise US. Le Maroc ne semble pas avoir perdu la confiance des investisseurs étrangers. Ils viennent encore une fois de lui accorder un nouveau prêt de 750 millions de dollars, soit l’équivalent de 6,5 MMDH, malgré la dégradation de sa conjoncture économique. Suite aux réunions qu’il a tenues mercredi dernier à Londres, Nizar Baraka, ministre de l’Economie et des finances, a pu négocier la réouverture des lignes de l’emprunt de décembre 2012. Et comme la précédente sortie, ce nouveau prêt a porté sur deux tranches: une première de 500 millions de dollars sur la maturité 2022 et une seconde de 250 millions de dollars sur la maturité 2042. Cette fois encore, le Maroc est parvenu à se financer à l’international à un coût plus qu’avantageux qu’il y a 6 mois. C’est en partie grâce à la reprise aux Etats-Unis qui s’est, en partie, traduite par la baisse des taux des bons du Trésor américains.

-Crise de la majorité: Benkirane face à l’impasse constitutionnelle. Près de deux semaines après l’annonce de la décision de l’Istiqlal de se retirer du gouvernement, Abdelilah Benkirane ne voit toujours pas le bout du tunnel. Car, l’Istiqlal semble tenir mordicus à sa décision, selon les récentes déclarations de ses membres. Et si les ministres semblent afficher une certaine solidarité, et ne ratent aucune occasion pour affirmer que l’équipe de Bnekirane n’a pas perdu sa cohésion, le malaise est largement ressenti. Il se traduit notamment par la posture prise par les députés de l’Istiqlal qui se sont montrés virulents dans leurs critiques au gouvernement. A cela s’ajoutent les attaques frontales contre le PPS qui constitue l’une des composantes de la majorité et son SG. Quoi qu’il en soit, Abdelilah Benkirane a du pain sur la planche. Et la partie est loin d’être gagnée d’avance. Surtout face à la difficulté de former une nouvelle majorité, en cas de retrait de l’Istiqlal.

-Affaire des minotiers: Jugement pour le 18 juin. C’est un chapitre d’une affaire judiciaire vieille de 20 ans qui sera clos en juin 2013. Date à laquelle la Cour d’appel de Casablanca va rendre son jugement. Ghali Sebti, ex-président de l’Association professionnelle des minotiers, et un ex-trésorier, sont poursuivis pour détournement de deniers publics notamment. Lors de l’audience du 23 mai, la défense a plaidé l’innocence. Tout en arguant que l’ex-président n’est pas un fonctionnaire, la plaidoirie revient sur les dessous d’une libéralisation. Celle du secteur céréalier.

+LE SOIR ECHOS+:.

-50ème anniversaire de l’OUA: Le Maroc, cet Africain. Ces jours-ci la communauté africaine s’apprête à célébrer avec faste le 50ème anniversaire de la création de l’OUA à Addis Abeba. C’est un moment de communion et d’émotion, certes, mais aussi d’interrogations majeures sur la mission de l’organisation. Depuis 1963, le Maroc ne cessa de jouer un role significatif, acteur majeur et engagé, jusqu’en novembre 1984 où, soumis au jeu suicidaire du gouvernement algérien et de quelques pays africains, l’OUA intégra la « rasd » en son sein! Mais à l’avènement de SM le Roi Mohammed VI, une nouvelle orientation africaine s’est imposée d’elle-même, parce que le Souverain cultive une conception inédite des relations du Maroc avec l’Afrique. Depuis quelques années, le Maroc semble renforcer sa présence sur le continent beaucoup plus que certains -notamment les adversaires- ne le pensent. Les groupes privés marocains se bousculent au portillon, relaient les efforts de l’Etat et s’inscrivent notamment dans l’esprit des visites que le Souverain effectue régulièrement dans le continent. On peut, à coup sûr, avancer que la relation Maroc-Afrique ne s’est jamais aussi bien portée que depuis que le Maroc, par réflexe, s’est retiré de l’OUA, laissant les Kadhafi et autres la prendre d’assaut.

-Attentats du 16 mai 2003: Clash entre les familles et de victimes et Nabil Ayouch. Tension entre l’Association des victimes du 16 mai et le cinéaste Nabil Ayouch. Dans un communiqué, l’ONG présidée par Rachida Legdali dénonce les allégations du réalisateur concernant la rencontre entre les familles des victimes des attentats du 16 mai et celles des auteurs, qu’elle qualifie de « mensonges ». « Les familles des victimes du 16 mai n’ont jamais rencontré les familles des kamikazes », martèle Rachida Legdali, présidente de l’association. A l’occasion de la commémoration du 10ème anniversaire des attentats suicides du 16 mai 2003, Nabil Ayouch avait organisé une projection de son film « Les étoiles de Sidi Moumen » à Sidi Moumen la veille de la commémoration. La projection a été suivie d’un débat avec l’annonce d’une rencontre entre les deux familles. Pourtant, selon l’association des victimes du 16 mai, « il n’y a jamais eu de rencontre avec les familles des kamikazes ».

+L’OPINION+:.

-Abdelilah Benkirane dans une mauvaise posture: La justice donne raison aux diplomés concernés par le PV du 20 juillet 2011. Le tribunal administratif de Rabat a donné raison en première instance, hier jeudi, aux cadres supérieurs concernés par le fameux PV du 20 juillet 2011. Le Tribunal a ainsi ordonné au gouvernement l’exécution du jugement considérant que le PV fait office de texte de loi et que l’Exécutif est, de ce fait, tenu de l’exécuter. Ce jugement, estime-t-on, constitue une victoire de ces cadres sur le gouvernement actuel qui voulait passer outre un PV établi avec les diplomés chomeurs par son prédécesseur.

+AL BAYANE+:.

-Nouvel emprunt à l’international: Une levée de fonds de 500 millions à 1 milliard de dollars d’ici juillet prochain. Apparemment, l’aggravation du déficit budgétaire de l’Etat, qui est en train d’atteindre un niveau alarmant, pousse l’argentier du Royaume à faire une nouvelle levée de fonds sur le marché international. L’emprunt en question devrait porter sur un montant allant de 500 millions à 1 milliard de dollars. Le dernier emprunt à l’international remonte à peine à six mois. C’est la deuxième sortie au marché de l’emprunt à l’international que Nizar Baraka effectue en un laps de temps ne dépassant pas six mois. La situation des finances publiques est d’autant plus critique que le déficit actuel dépasse de loin les prévisions. Le taux du déficit s’élève aujourd’hui à plus de 7 pc contre un taux de 5 pc préalablement prévu. Les réserves de changes ne couvrent actuellement que trois mois et 15 jours d’importation. Plus encore, les recettes de l’Etat sont en nette dégringolade et les dépenses en hausse. Autant dire que la marge de manÂœuvre de l’Etat est réduite à son strict minimum.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.

-Partenariat: Le Maroc et la France intensifient leur coopération scientifique. « La coopération maroco-française est un nouveau modèle de la coopération Nord-Sud ». La déclaration émane du ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Lahcen Daoudi, lors d’une journée dédiée à la coopération scientifique franco-marocaine, avec à l’ordre du jour la discussion du bilan et des perspectives de ce partenariat. L’objectif escompté est d’initier à une nouvelle étape de coopération plus réfléchie et plus intense, basée sur de nouvelles pistes de collaboration. Lahcen Daoudi exprime sa satisfaction: « C’est une innovation des rapports Nord-Sud », a-t-il dit, avant d’ajouter que « cette journée restera gravée dans les annales de la recherche scientifique du Maroc. Car, nous inaugurons une nouvelle phase de notre coopération avec la France ». En tout cas, le ministre ambitionne un niveau de coopération win-win où la recherche scientifique se hisse en tête de liste. Dans ce sens, il souligne la nécessité de redimensionner la relation franco-marocaine dans d’autres pays en proposant à la partie française « d’aller ensemble pour conquérir les autres pays ».

+AL MASSAE+:.

-Les diplomés chomeurs signataires du PV de juillet 2011 obtiennent gain de cause face à Abdelilah Benkirane. Le Tribunal administratif de Rabat a ordonné l’application du Procès Verbal du 20 juillet 2011 signé avec le gouvernement sortant et appelé le gouvernement à l’intégration des signataires du document dans la fonction publique, et à leur dédommagement sur les plans financier et administratif, en prenant en compte la date de signature du PV.

-Le ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid affirme que l’épouse de Abdelali Hamieddine, responsable PJDiste, n’a jamais bénéficié d’une somme de 100 millions de centimes de dédommagement. Dans un communiqué, le ministère a souligné que l’épouse du dirigeant PJDiste, qui occupe le poste de conseillère au cabinet du ministre, n’a jamais bénéficié du montant précité ou d’un quelconque montant avoisinant cette somme, accusant Hamid Chabat, qui a évoqué ces indemnités, de « ne pas assumer sa responsabilité et de ne pas respecter l’intelligence de ses auditeurs ».

– Scandale à Berrechid!: Un enseignant a obligé, en début de semaine, un élève à boire sa propre urine. Des sources ont indiqué que la mère de l’élève a déposé une plainte auprès du Parquet général avant de se rétracter, sous les fortes pressions qui ont été exercées sur elle pour ne pas faire éclater ce scandale au grand jour.

-Les Istiqlaliens annoncent leur attachement au gouvernement et Adil Benhamza, membre du Comité exécutif du parti de la balance, souligne que les responsables istiqlaliens attendent le retour de SM le Roi pour trancher leur décision, ajoutant que le parti n’a aucun problème avec le PJD ou avec Abdelilah Benkirane, mais « ce dernier doit se comporter en tant que chef du gouvernement de tous ». Par ailleurs, un dirigeant de la majorité gouvernementale a accusé Hamid Chabat de « mener une guerre par procuration » contre Abdelilah Benkirane et Nabil Benabdellah.

-Hakim Benchemass nie tout contact, officiel ou officieux, entre le PJD et le PAM pour compenser un éventuel retrait du Parti de l’Istiqlal du gouvernement. Dans une déclaration au journal, le dirigeant PAMiste a appelé le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane à sortir de son mutisme et à parler avec toute franchise aux Marocains.

-Le personnel du transport urbain à Fès appelle Hamid Chabat à « dégager » et à « lever sa mainmise sur le secteur ». Dans une manifestation, qui a connu la participation de dizaines d’employés, les manifestants ont réclamé le départ de la société qui supervise la gestion du secteur du transport urbain dans la ville. Réagissant à ces propos, le Maire de la ville a accusé « l’aile extrémiste » du PJD d’être derrière ce « complot ».

+AL ALAM+:.

-Emploi/Procès verbal du 20 juillet: Le tribunal administratif de Rabat tranche le dossier et ordonne le recrutement des diplomés chomeurs signataires dudit procès verbal et leur dédommagement. Une source informée a indiqué que le tribunal administratif de Rabat a ordonné jeudi le recrutement des cadres diplomés chomeurs signataires du procès verbal du 20 juillet 2011 et l’exécution de ce jugement. Suite à ce verdict, des diplomés chomeurs se sont rassemblés à la place « Al Barid » à Rabat pour exprimer leur joie et célébrer leur victoire sur l’actuel gouvernement.

-L’Organisation internationale du Travail (OIT) tire la sonnette d’alarme concernant le nombre d’enfants marocains travailleurs. L’OIT a appelé le Maroc à procéder à un recensement général des enfants qui travaillent dans toutes les régions du Royaume particulièrement dans les zones éloignées, à la généralisation de la scolarisation et au traitement du problème en profondeur, notamment la situation sociale des familles dont sont issus ces enfants. Dans le même cadre, des statistiques officielles ont révélé que 2,5 pc des enfants âgés entre 7 et 15 ans (près de 123.000 enfants) travaillent dans des secteurs informels.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.

-Hamid Chabat joue ses dernières cartes pour faire pression sur Abdelilah Benkirane en attendant l’audience royale, la semaine prochaine. Lors de la réunion hebdomadaire du comité exécutif du parti de la Balance, tenue mercredi dernier, Chabat semblait presque convaincu que les jours de son parti au sein du gouvernement sont comptés. Dans ce sens, il s’est adressé aux membres du Comité en déclarant que « nous devons être prêts à toutes les éventualités et à tous les scénarii », ajoutant que « nous n’avons plus qu’un seul ennemi au sein de la majorité, mais deux », allusion faite à Abdelilah Benkirane et à Nabil Benabdellah. Pour sa part, Benkirane a affirmé, jeudi, lors de la réunion du Conseil de gouvernement que l’Exécutif jouit toujours de la confiance de SM le Roi.

-Finances publiques: Nouvelle sortie pour le Maroc à l’international. Six mois seulement après l’emprunt accordé au Maroc d’une valeur de 1,5 milliard de dollars, le gouvernement cherche de nouveau à emprunter sur le marché international pour atténuer la pression due à la chute des indicateurs économiques et financiers du Royaume. Dans ce cadre, le ministre de l’Economie et des Finances, Nizar Baraka a bouclé, jeudi à Londres, une nouvelle souscription d’environ 700 millions de dollars.

-Les syndicalistes du ministère des Finances réclame une loi qui régit l’octroi des « indemnités et commissions » pour faire face à toute manipulation. Le syndicat, qui a organisé un sit-in jeudi à Rabat, a également appelé le ministre de l’Economie et des Finances, Nizar Baraka à présenter sa démission et à quitter son poste s’il refuse de satisfaire leurs revendications. Par ailleurs, des sources ont indiqué que la plupart des protestataires ayant participé à ce sit-in aux cotés des membres du syndicat national des finances (CDT) et de l’UMT, appartiennent au courant pro-Hamid Chabat au sein du syndicat libre des finances, alors que les sympathisants du courant d’Abdelouahed El Fassi n’y ont pas participé.

+ASSABAH+:.

-Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane perd la bataille du procès verbal du 20 juillet contre les diplomés chomeurs. Le tribunal administratif de Rabat a confirmé, jeudi, la légalité du procès verbal et a ordonné l’actuel Exécutif, en la personne de son Chef, à entreprendre les mesures nécessaires pour la régularisation de la situation administrative et financière de la partie plaignante, à savoir les diplomés chomeurs et leur intégration dans la Fonction publique, tout en faisant savoir que le refus du chef du gouvernement d’exécuter ce jugement sera considéré comme une violation de la loi.

-Nouvelle confrontation entre Abdelilah Benkirane et le ministère de l’Intérieur. Abdellah Bouanou, président du groupe du PJD à la Chambre des représentants, a endossé la responsabilité du conflit Istiqlal-PJD au ministre de l’Intérieur et SG du MP, Mohand Laenser, en raison du report des élections communales et des sources au sein de la majorité ont souligné que c’est le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, qui a demandé le report de ces échéances électorales, ajoutant que le report était une décision collective prise par les partis de la majorité et défendue par le Chef de l’Exécutif et SG du PJD.

-Le Wali de la région de Tanger réduit les prérogatives du Maire de la ville. Mohamed Yaacoubi, Wali par intérim de la région de Tanger-Tétouan a tiré le tapis sous les pieds de Fouad El Omari, Maire de Tanger et l’un des dirigeants du PAM, en interférant dans la gestion des affaires communales devant un mutisme incompréhensible du Maire, ce qui a suscité, selon une source informée, la colère de membres de la majorité qui gère le conseil de la ville suite à ce changement de comportement du Wali qui a fait fi des règles de la Charte communale et ignoré les élus du conseil.

-Les Harakis, membres du Conseil de la ville de Casablanca, ont menacé, mercredi, de renverser la table contre Mohamed Sajid, président du Conseil, de rejoindre l’opposition, de se désengager de la Charte d’honneur et de se retirer de toutes les instances du conseil au cas de la poursuite du rejet, par le bureau dirigeant, des projets, propositions et des questions considérés par le parti de l’Epi comme fondamentaux pour le développement de l’expérience et la défense des intérêts de la ville et de ses habitants.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.

-Des consultations non officielles pour sceller des alliances en prévision de la phase post-Istiqlal. Un dirigeant PJDiste, sous couvert d’anonymat, a souligné que les contacts sont encore à un niveau personnel avec les dirigeants d’autres partis, notamment le RNI, l’UC et le PAM, afin d’explorer les possibilités d’alliances pour compenser un retrait potentiel de l’Istiqlal du gouvernement.

-Le Tribunal administratif de Rabat rend justice aux diplomés chomeurs signataires du PV du 20 juillet 2011 et contraint le gouvernement à les intégrer dans la fonction publique. Le tribunal a également ordonné le dédommagement des signataires du PV financièrement et administrativement en prenant en compte la date de signature du PV.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.

-Le Parti de I’Istiqlal dans l’attente de l’issue de l’arbitrage royal et la réunion du comité exécutif du parti, tenue mercredi, a été consacrée à l’examen de trois orientations, à savoir le retrait de l’Istiqlal du gouvernement et son remplacement par une autre formation, le maintien du parti au sein du gouvernement à condition de la satisfaction des revendications contenues dans le mémorandum du 3 janvier dernier ou l’organisation d’élections législatives anticipées. Par ailleurs, Hakim Benchemmass, l’un des dirigeants du PAM a démenti catégoriquement tout contact de son parti avec le Chef de l’Exécutif, soulignant que ce genre d’information infondée a pour objectif de « semer la zizanie », tout en appelant Benkirane à sortir de la logique des tractations en coulisses et d’annoncer ses rencontres « secrètes » avec les partis politiques.

-Christopher Ross, envoyé personnel du SG de l’ONU pour le Sahara, devra effectuer dans les jours qui viennent des visites dans les grandes villes des provinces du sud, notamment à Laâyoune, Smara et Dakhla, ont révélé des sources bien informées, ajoutant que le responsable onusien devra aussi rencontrer des responsables marocains à Rabat avant de se rendre en Algérie, dans le cadre des efforts déployés pour la recherche d’une solution politique négociée à la question du Sahara. Cette visite intervient également dans le cadre de la mission du controle du travail de la Minurso, qui a fait récemment l’objet de plusieurs critiques de la part des autorités marocaines suite à l’implication de certains de ses éléments dans des comportements hostiles au Maroc.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.

-Le Maroc emprunte 750 millions de dollars sur les marchés internationaux. Le Maroc vient de réussir, pour la 2ème fois en moins d’une année, à se faire accorder un emprunt de 750 millions de dollars sur les marchés internationaux, malgré la détérioration de l’état de ses finances. Selon plusieurs sources, la réussite de cet emprunt est une preuve de la confiance dont jouit toujours le Royaume auprès des milieux financiers malgré la conjoncture économique délicate qu’il traverse.

+BAYANE AL YAOUM+:.

-Mohamed El Ouafa reconnaît l’existence de dysfonctionnements dans la gestion de la Fondation Mohammed VI de promotion des Âœuvres sociales de l’éducation-formation et réclame un audit. Le ministre de l’Education nationale a indiqué, dans une rencontre avec un groupe de journalistes, qu’il ne gardera pas le silence sur ce qui se passe au sein de la Fondation, affirmant aussi qu’il ne mettra pas les pieds dans cet établissement avant d’avoir accès à ses comptes et aux rapports d’audit.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.

-La justice oblige Abdelilah Benkirane à recruter les diplomés chomeurs. Le tribunal administratif de Rabat, a prononcé, jeudi, un jugement engageant le Chef du gouvernement à mettre en application les clauses du procès verbal du 20 juillet 2011 et à intégrer directement les personnes concernées dans la Fonction publique et à régulariser leur situation administrative et financière. Suite à ce verdict, l’ancien bâtonnier, Mohamed Ziane a appelé le ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid, à exécuter le jugement prononcé et à rendre justice aux signataires du PV du 20 juillet.

-El Habib Choubani, ministre chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile, désigne quatre personnes, trois proches du PJD et un de l’Istiqlal, dans la commission chargée de l’examen des candidatures aux 23 postes de haute fonction vacants au sein de son département. Dans ce sens, les cadres sans appartenance politique et ceux appartenant aux partis de l’opposition au sein du ministère ont décidé de boycotter ces candidatures car elles ne seraient qu’une « simple formalité » puisque c’est le PJD qui controle les nominations à ces postes de responsabilité.

+AL KHABAR+:.

-Abdelilah Benkirane perd sa bataille contre les signataires du PV du 20 juillet 2011. Le tribunal administratif de Rabat a contraint, jeudi, le Chef de gouvernement à intégrer directement les signataires dudit PV et à les dédommager en prenant en compte la date de signature du procès verbal. Le verdict a suscité la joie des cadres supérieurs en chomage qui l’ont considéré comme une preuve de leur droit légal d’être recruté dans la fonction publique.

-Les manÂœuvres de Hamid Chabat se poursuivent pour resserrer l’étau autour du Chef de gouvernement et l’obliger à se conformer aux exigences du PI, notamment le remaniement ministériel. Une source a indiqué que les informations publiées par le quotidien « Al Alam » concernant des contacts entre le PJD et le PAM n’est « un piège » tendu par le Parti de la balance aux dirigeants PJDistes, afin de les inciter à donner des déclarations incendiaires et tirer à boulets rouges sur le parti du Tracteur.

-Scandale!: Un enseignant à l’école « Al Amal » à Berrechid a obligé, au début de cette semaine, un élève à boire de l’urine devant ses camarades de classe pour avoir uriné dans une bouteille après qu’il ait été interdit par l’enseignant d’aller aux toilettes, ont indiqué des sources informées, ajoutant que certaines parties au sein de l’établissement scolaire exercent des pressions sur les parents de l’élève concerné pour fermer ce dossier.

-Des fonctionnaires au ministère de l’Economie et des Finances, affiliés à la CDT, à l’UMT et à l’UGTM ont observé, hier jeudi, un sit-in devant le siège du ministère au cours duquel ils ont appelé Nizar Baraka et Idriss El Azami El Idrissi, respectivement ministre de l’Economie et des Finances et ministre délégué chargé du Budget à démissionner si le système des indemnités n’est pas révisé et si la liste des bénéficiaires n’est pas dévoilée. Ils ont par ailleurs accusé le gouvernement Benkirane de garder le secret à propos du système d’octroi des indemnités particulièrement après les poursuites en justice engagées contre deux cadres du ministères accusés d’avoir divulgué des documents administratifs relatifs aux indemnités de Salaheddine Mezouar, ancien ministre des Finances, et de Noureddine Bensouda, Trésorier général du Royaume.

-Hafid Benhachem, délégué général de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion apaise la colère du personnel des établissements pénitentiaire en généralisant une note portant sur des sanctions fermes contres deux fonctionnaires pour insubordination et ce après que ces derniers se soient rendus au siège de la délégation sans y être autorisés par leurs chefs immédiats et sans remplir le formulaire de visite. Les deux fonctionnaires ont été sanctionnés également pour avoir prononcé des paroles diffamatoires à l’encontre des responsables à la délégation qu’ils ont accusé d’avoir manipulé les résultats des épreuves orales.

+ATTAJDID+:.

-Le Maroc aura besoin d’environ 5 milliards M3 d’eau supplémentaires à l’horizon 2030. S’exprimant à l’ouverture du salon international « Eau Expo », Fouad Douiri, ministre de l’énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement, a souligné que cette situation exige une rationalisation et une préservation de cette ressource vitale notamment à travers la réutilisation après épuration des eaux usées.

+AL MOUNAATAF+:.

-Le projet de loi portant création de la Fondation des Âœuvres sociales du ministère de l’Economie et des Finances soulève une vive polémique après son adoption à la Chambre des Conseillers. Ainsi, plusieurs fonctionnaires du ministère ont exprimé leur rejet de ce texte de loi qui annule l’association existante et jette les bases d’une nouvelle structure. Les membres des centrales syndicales, qui ont organisé, jeudi, un sit-in devant le ministère de l’Economie et des Finances, ont de leur coté critiqué cette loi qui va à l’encontre des dispositions de la nouvelle constitution, tout en appelant à la révision de ce texte.

+RISSALAT AL OUMMA+:.

-Echec des tentatives des pro-séparatistes d’organiser une manifestation à Laâyoune alors que des informations non confirmées évoquent une prochaine visite de Christopher Ross à Smara. La vigilance des autorités marocaines a permis d’avorter des tentatives désespérées des pro-séparatistes en vue d’organiser une manifestation à Laâyoune, alors que des sites d’information ont révélé une prochaine visite de l’envoyé personnel du SG de l’ONU pour le Sahara, Christopher Ross, à Smara dans le cadre d’une tournée dans les grandes villes des provinces du sud qu’il n’avait pas visité auparavant. Par ailleurs, cette nouvelle visite de Ross n’a pas été confirmée par les autorités marocaines.

-Le tribunal administratif de Rabat, a confirmé jeudi la légalité du procès verbal du 20 juillet 2011 et a ordonné le Chef du gouvernement à procéder au recrutement direct des personnes concernées avec leur dédommagement depuis la date de signature dudit procès. Selon le porte-parole de la coordination nationale des cadres supérieurs au chomage, Anouar Mehdi, ce jugement constituera un test pour le Chef du gouvernement quant à son respect à la Justice surtout que c’est lui qui avait demandé aux diplomés chomeurs de recourir à la justice lors d’une séance mensuelle des questions de politique générale au Parlement.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *