Revue de presse marocaine du 23/11/2012

0 commentaires, 23/11/2012, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce vendredi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Loi de Finances 2013: 58 amendements proposés par les parlementaires et la majorité veut surtaxer davantage les bénéfices des entreprises de tabac. Après le Patronat, les syndicats et l’opposition, la majorité livre ses amendements. Et ce ne sont pas moins de 58 amendements au projet de loi de finances 2013 qui semblent avoir été élaborés dans un souci d’apaiser les tensions qui l’entourent. En effet, depuis l’adoption par le Conseil de gouvernement du PLF 2013, les critiques, les propositions d’amendements et les débats ont fusé. Et maintenant, il s’agit pour le gouvernement de montrer sa bonne foi en rectifiant le tir au maximum.

-Polémique: La liste des absents crée une crise au sein de la Chambre des Conseillers. Une polémique est en train d’enfler chez les conseillers. Plusieurs groupes parlementaires n’ont pas apprécié la publication dans la presse d’une liste des parlementaires qui s’absentent souvent. La liste contient notamment les noms de dirigeants syndicaux et de hauts responsables dans les partis politiques. Pourtant, le bureau de la 2ème Chambre nie toute responsabilité sur ce sujet, mais les conseillers dont les noms figurent sur la liste publiée veulent savoir comment celle liste est parvenue aux journalistes.

+LIBERATION+:.
-Fin de la trêve entre le SDJ et Ramid: La grève reprend ses droits dans le secteur de la justice. La trêve entre le Syndicat démocratique de la justice et le ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid n’a duré que quelques jours. Jeudi dernier, alors que les membres du bureau national du SDJ organisaient un sit-in ouvert au siège du ministère, des groupes parlementaires représentés au sein de la commission de la justice et de la législation sont intervenus pour désamorcer le conflit entre Ramid et le Syndicat, qui a accepté de suspendre temporairement toutes les formes de protestation comme signe de bonne volonté de sa part et pour faciliter la médiation de la commission parlementaire. Mais depuis la semaine passée, cette commission s’est réunie plusieurs fois avec le ministre et les dirigeants du SDJ mais sans aucun résultat tangible. Devant cette situation, le syndicat a annoncé qu’il organisera aujourd’hui une grève nationale et un sit-in à Marrakech où aura lieu le forum régional sur le dialogue national pour la réforme de la justice.

+L’ECONOMISTE+:.
-Hauts salaires: Benkirane inflexible. L’examen des amendements a démarré hier jeudi au sein de la Commission des Finances. En tout cas, les propositions de la majorité ont des chances d’être adoptées puisque le ministre des Finances s’était réuni avec les groupes pour se mettre d’accord sur la mouture finale. Pour la surtaxe des hauts revenus, et malgré la proposition de la CGEM de prendre en charge ces montants et les oppositions, Abdelilah Benkirane a décidé de la maintenir. Ainsi, les propositions d’amendement du PLF formulées par les partis comportent une grosse surprise. Il s’agit de l’alignement de l’IS appliqué aux sociétés de télécommunications sur celui des institutions financières, à savoir 37 pc, ce qui ne manquera pas de faire grincer les dents des opérateurs dont les marges bénéficiaires commencent à s’effriter du fait de la forte concurrence. Quant à la surtaxe sur les hauts revenus, et malgré la proposition de la CGEM de prendre en charge ces montants et les oppositions, Benkirane a décidé de la maintenir.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Enseignement: El Ouafa irrite les députés. De multiples critiques ont été formulées par les députés de l’opposition sur la gestion du département de l’Education nationale par Mohamed El Ouafa. Ainsi, c’est au sein de la commission de l’Enseignement, de la culture et de la communication que le RNI a critiqué hier les décisions « unilatérales » du ministre El Ouafa visant à se livrer à une guerre sans merci contre le secteur privé, l’appelant à être « plus responsable ». La présidente de la commission, la députée PPS Guejmoula Bent Abbi a dû intervenir pour calmer les esprits qui se sont échauffés au cours de l’examen du budget de l’Education nationale à la Chambre des Représentants.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Parlement : Vers la préparation d’un code d’éthique et de bonne conduite. Le discours de SM le Roi devant les parlementaires, lors de l’ouverture de l’actuelle session parlementaire, avait appelé à l’élaboration d’un code d’éthique destiné aux parlementaires. Aujourd’hui, les deux Chambres au Parlement réfléchissent au contenu et aux dispositions d’un tel texte. Actuellement, les parlementaires des deux Chambres se penchent sur les principes, dispositions, règles et règlements à rédiger dans le cadre d’un code d’éthique et de bonne conduite des parlementaires. Certes, la mise sur pied d’un tel texte n’est pas du tout facile à réaliser. Car il y a plusieurs références à prendre en considération à la fois. En effet, il faut prendre en compte les dispositions de la nouvelle Constitution, celles contenues dans les deux lois organiques relatives à l’organisation de la Chambre des représentants et celle des conseillers, ainsi que les recommandations du dernier rapport de l’Instance centrale de la prévention de la corruption qui a consacré tout un chapitre à la gouvernance politique.

-Absentéisme dans l’administration: La circulaire de Benkirane bute sur les conditions de travail. La circulaire envoyée, il y a quelques jours, par le Chef de gouvernement aux différents départements ministériels et administratifs sur l’absentéisme dans l’administration publique n’a pas eu le même accueil chez les syndicats. Les Centrales estiment que le fond du sujet n’est pas d’imposer le pointage ou le durcissement des mesures coercitives et disciplinaires pour amener les fonctionnaires à travailler plus. Car cela fait longtemps que le ver est dans la pomme. La vraie problématique serait, selon les syndicalistes, les conditions de travail et la sécurité sanitaire dans les lieux du travail. Ainsi, les administrations marocaines ne répondent pas au minimum requis des normes établies en la matière, ne respectent pas les conditions d’aération, de l’éclairage naturel ni encore de la protection contre la pollution notamment sonore. La superficie d’un poste de travail doit être de 9 m2 pour chaque fonctionnaire selon la norme du BIT alors qu’au Maroc trois fonctionnaires doivent s’y accommoder.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Les trois opérateurs nationaux de télécommunications et le CCME, les grands perdants des amendements apportés par les groupes de la majorité au PLF 2013. Des députés du PJD et leurs alliés réclament la hausse de l’impot sur les sociétés oeuvrant dans le secteur des télécommunications pour atteindre les 37 pc au lieu de 30 pc proposés dans le cadre du PLF, alors que certains députés de la majorité réclament la réduction du budget alloué au Conseil de la Communauté marocaine à l’étranger pour passer de 49 à 9 MDH, justifiant leur proposition par « la non-transparence » au niveau de la gestion financière de cette institution.

-Le PJD devance le gouvernement et propose un projet de loi organique pour l’officialisation de la langue amazighe. Au moment où 10 départements ministériels, en plus de l’IRCAM, s’attèlent à l’élaboration de ce projet de loi, le parti de la Lampe a émis une proposition de loi organique dans ce sens.

-Justice: Les greffiers reprennent de nouveau leur mouvement de grève. Ils ont décidé d’organiser une grève nationale ce vendredi et un sit-in le même jour à Marrakech où se tiendra le forum régional du dialogue national pour la réforme de la justice, en guise de protestation contre l’aspect anticonstitutionnel des prélèvements sur les salaires des grévistes.

+AL MASSAE+:.
-Un député pjdiste fait éclater un scandale!. Le député Abdellatif Berrahou a révélé lors de l’examen du budget sectoriel du ministère des Finances à la Chambre des représentants, que le Maire de la ville de Tanger et membre du PAM, Fouad El Omari a bénéficié d’un bien public d’une superficie de 2700 M2. Berrahou, qui a indiqué que le bien en question a fait l’objet d’un contrat ‘ »illégal » avec la Direction des domaines, a appelé les services du ministère de l’Economie et des Finances à ouvrir une enquête à ce sujet et à traduire en justice les personnes impliquées dans cette affaire.

-21 organisations et instances des droits de l’Homme critiquent le recours excessif du Parquet général et du juge d’instruction à la détention préventive, soulignant, dans un communiqué, que le recours à cette mesure sans prendre en compte son caractère exceptionnel constitue une violation de la loi et une atteinte au principe de la présomption d’innocence.

-Les élections législatives partielles qui se sont déroulées à Tanger sont menacées d’être réorganisées pour la deuxième fois après que le PAM ait déposé un recours auprès du Conseil constitutionnel pour contester les résultats de ce scrutin partiel et dénoncer la fuite du bulletin de vote unique.

-Justice: Echec de la médiation de la commission de la justice entre le département de Ramid et les greffiers, et le syndicat démocratique de la Justice décide d’observer ce vendredi une grève nationale dans l’ensemble des tribunaux du Royaume et un sit-in devant le lieu où se tiendra le Forum régional du dialogue national sur la réforme de la Justice à Marrakech.

+ASSABAH+:.
-La Cour d’appel de Casablanca auditionne 25 mis en cause poursuivis dans l’affaire de la CNSS, dont font partie d’anciens directeurs généraux, des secrétaires généraux et des cadres avec à leur tête Rafik Haddaoui et Abdelmoughit Slimani, pour participation à la dilapidation de 47 MMDH au cours de la période d’avant 2001.

-Echange d’accusations de fraude électorale entre le RNI et le PAM : Le parti du Tracteur a estimé que la lettre adressée par Salaheddine Mezouar, président du RNI, au Chef du gouvernement dans laquelle il lui demande d’ouvrir une enquête au sujet d’irrégularités observées lors de l’élection du président de la région Taza-Al Hoceima-Taounate, profère des accusations implicites à Mohamed Boudra, membre du bureau politique du PAM et président élu de la région.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Des membres de la Caisse Marocaine de Retraite (CMR) demandent au Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, de présider en personne les travaux de la prochaine réunion du Conseil d’administration de la Caisse au lieu d’être représenté par le ministre de l’Economie et des Finances ou le ministre chargé de la Fonction publique et la Modernisation des secteurs publics, et ce au regard de la situation difficile que vit cet établissement au bord de la faillite.

-Mustapha El Mouatassim, SG du parti « Al Badil Al Hadari » fustige le Chef de gouvernement Abdelilah Benkirane. Dans un communiqué lu devant le siège du Parlement en marge de l’entrée des membres du conseil national du parti dans une grève ouverte de la faim, El Mouaatssim a indiqué que « les démons n’existent que dans l’esprit des hommes politiques » et déclaré qu’il compte « internationaliser » l’affaire de la dissolution d’Al Badil Al Hadari, précisant qu’il a entrepris les mesures juridiques nécessaires.

-Une première dans les annales des mouvements de protestation: Des cadres et diplomés chomeurs ont jeté mercredi leurs chaussures sur le Parlement en signe de protestation contre la position de l’Institution législative qui n’a pas assumé son role pour la mise en oeuvre du décret ministériel d’avril 2011 prévoyant l’intégration directe des diplomés-chomeurs dans la fonction publique. Ils ont également tiré à boulets rouges sur le gouvernement Benkirane et l’appelé à mettre en application les précédents accords conclus.

-Le syndicat démocratique de la Justice (SDJ) annonce, dans un communiqué, l’échec de la médiation de la Commission de la justice et de la législation à la Chambre des représentants visant à trouver une solution aux différents problèmes avec le ministère de la Justice et des Libertés et décide d’observer une grève nationale ce vendredi dans les différents tribunaux du Royaume et un sit-in en marge du Forum régional du dialogue national sur la réforme de la justice qui se tiendra à Marrakech.

+AL KHABAR+:.
-Accusations contre Fouad El Omari, Maire de Tanger et membre de la direction du PAM, de réaliser un projet rentier sur un terrain exproprié pour utilité publique: Abdellatif Berrahou, député PJDiste, a indiqué lors de la réunion de la Commission des finances et du développement économique à la Chambre des représentants, que ce lot de terrain initialement destiné à un espace vert a été transformé en 2006 en un lotissement pour la réalisation de logements économiques avant d’être cédé par la suite de manière illégale à El Omari. Le député pjdiste a appelé à l’ouverture d’une enquête à ce sujet.

-Les diplomés chomeurs ont jeté mercredi leurs chaussures en direction du Parlement en signe de protestation contre le soutien des parlementaires à la position du gouvernement concernant l’organisation de concours pour le recrutement dans la fonction publique.

-Le Syndicat démocratique de la Justice affilié à la FDT dans les trousses du ministre de la Justice, Mustapha Ramid. Il a décidé d’observer un sit-in ce vendredi à Marrakech à l’occasion du Forum régional du dialogue national sur la réforme de la justice, et appelé à une grève nationale dans les différents tribunaux du Royaume. Le syndicat a accusé le ministre de « violation » des dispositions de la Constitution et de règlement de comptes politiques avec l’USFP.

-Le Parti du Congrès national Ittihadi (CNI) tire à boulets rouges sur Abdelkrim Benatiq, SG du parti travailliste et ses alliés (FFD, PS et PGV) et attend la tenue du 9ème congrès de l’USFP pour trancher la question de son retour dans le giron du parti de la rose. Un des dirigeants du CNI a souligné que le parti décidera, après l’élection du Premier secrétaire de l’USFP, d’intégrer ce dernier ou de se contenter de coordonner avec lui.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Des groupes parlementaires de la majorité rejettent la vision du gouvernement concernant l’impot de solidarité: Le groupe progressiste démocratique à la Chambre des représentants a rejoint la liste des députés qui réclament la révision de la contribution au Fonds de cohésion sociale et le groupe istiqlalien appelle à l’élargissement de la base des contributeurs à ce fonds.

-Les greffiers optent pour l’escalade après l’échec de la médiation de la commission de la Justice et de la législation à la première Chambre du Parlement visant à apaiser la tension avec le ministre Mustapha Ramid: Ils ont décidé d’observer une grève nationale ce vendredi et un sit-in à Marrakech à l’occasion de la tenue du Forum régional du dialogue national sur la réforme de la justice.

+ATTAJDID+:.
-Des députés de la majorité et de l’opposition unanimes sur l’inutilité du budget alloué au Conseil de la communauté marocaine établie à l’étranger. Lors de l’examen en commission du budget sectoriel du ministère chargé des MRE, les parlementaires des deux camps ont jugé inutile les fonds alloués à cette institution annuellement et qui sont estimés à 49 MDH, eu égard à son faible rendement. Dans ce sens, certains députés ont proposé de consacrer le budget du CCME pour alimenter un fonds spécial qui sera chargé de l’accompagnement social des MRE.

-Les responsables du parti « Al Badil Al Hadari » entament une grève ouverte de la faim devant le siège de la Chambre des représentants pour exprimer leur rejet de la décision interdisant au parti d’exercer ses activités de façon normale, et le SG du parti, Mustapha El Moaâtassim déclare que toutes les sections de sa formation rejoindront ce mouvement.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Grève nationale dans le secteur de la justice en raison des prélèvements sur les salaires des grévistes. Le Syndicat démocratique de la justice a appelé à une grève nationale ce vendredi dans l’ensemble des tribunaux du Royaume en guise de protestation contre la persistance du ministère de la Justice et des Libertés à appliquer sa décision relative aux ponctions sur les salaires des grévistes.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Nouvelle escalade: Les diplomés chomeurs ont jeté mercredi leurs chaussures en direction du Parlement en signe de protestation contre la poursuite par le gouvernement Benkirane de sa politique de la sourde oreille vis-à-vis de leurs revendications et de l’approche purement sécuritaire.

-Paralysie aux tribunaux et sit-in du Syndicat démocratique de la Justice à Marrakech pour protester contre le ministre de la justice, Mustapha Ramid malgré la médiation des membres de la commission de la justice et de la législation à la première Chambre en vue de rapprocher les points de vue et parvenir à une réconciliation entre les deux parties.

+AL ALAM+:.
-Projet énergétique « Desertec »: Face à l’hésitation espagnole, des sociétés américaines et chinoises entrent en ligne. Suite à l’absence de l’Espagne de la 3ème réunion du groupe des Etats actionnaires (Maroc, Allemagne, France, Italie, Malte, Luxembourg et Espagne), le projet a connu des trébuchements, indiquent des sources selon lesquelles des négociations sérieuses ont été engagées entre le Maroc et deux sociétés, l’une américaine et l’autre chinoise, pour dépasser cet état de fait.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-PLF 2013: Les groupes parlementaires de la majorité présentent officiellement des amendements visant à relever le seuil minimum de prélèvement sur les hauts salaires pour le compte du Fonds de solidarité sociale, afin d’épargner les parlementaires dont le salaire varie entre 28.000 et 33.000 DH.

-Le syndicat démocratique de la justice appelle à une grève nationale ce vendredi dans les différents tribunaux du Royaume et à la participation massive au sit-in qui sera organisé le même jour à Marrakech en marge de la tenue du Forum régional du dialogue national sur la réforme de la justice, endossant la responsabilité de cette situation au ministre de la Justice Mustapha Ramid qui n’a pas répondu aux propositions du syndicat.

+AL MOUNAATAF+:.
-Nouveau mode de protestation: Des membres de la coordination des diplomés chomeurs ont jeté leurs chaussures en direction du parlement en guise de protestation contre le gouvernement Benkirane qui continue d’opter pour la politique de l’indifférence et de la sourde oreille.

-La tension persiste dans le secteur de la justice avec le maintien par le ministre de la Justice de la décision relative aux prélèvements sur les salaires des grévistes: Abdessadek Saaidi, SG du syndicat démocratique de la justice a indiqué que l’absence d’une solution aux différents problèmes en suspens a poussé le syndicat à observer une grève nationale ce vendredi en marge du Forum régional du dialogue sur la réforme de la justice prévu à Marrakech.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *