Revue de presse marocaine du 23/07/2013

0 commentaires, 23/07/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne marocaine paraissant ce Mardi 23 juillet :

+AL ALAM+:
– Benkirane approuve l’accord sur l’indexation. Selon un article publié par l’Economiste jeudi, l’accord sur ce mécanisme a été approuvé discrètement il y a quelques jours par le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, précisant que son application sur le terrain ne sera pas immédiate, citant des sources proches du dossier qui parlent d’un délai de quelques semaines avant que le mécanisme ne soit activé au moment où certains avancent le mois de septembre.

– Le front Polisario tente d’atténuer la gifle de Madrid par des man uvres et des mensonges. Les dirigeants du polisario à Raboni ont été offensés par le communiqué conjoint rendu public à l’issue de la visite du roi d’Espagne Juan Carlos à Rabat, alors que des lobbies sécessionnistes à Madrid guettaient les résultats des pressions exercées depuis des semaines sur le gouvernement espagnol afin que ce dernier amène le Maroc à faire des concessions sur le dossier de son intégrité territoriale.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:
– Le PI et l’USFP planifient-ils d’écarter Benkirane à travers l’amendement de la constitution? Dans un éditorial publié lundi par Al Ittihad Al Ichtiraki, organe de l’USFP, Abdelkbir Tabih, membre du bureau politique du parti de la rose, a plaidé pour un amendement de la constitution pour la désignation du chef du gouvernement du parti qui n’arrive pas en tête des élections législatives en cas d’échec du premier parti de former ou de maintenir la coalition gouvernementale. Le PI avait déjà appelé à un amendement de la Constitution dans la première journée d’étude organisée par le parti de la balance, deux ans après l’adoption de la constitution 2011.

– Des dirigeants de la majorité rejettent l’intégration de l’UC dans la nouvelle coalition gouvernementale. Des sources bien informées, citant des dirigeants du PJD, ont indiqué que le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane voulait que l’UC rejoigne la nouvelle majorité, mais le PPS avait exprimé sa réserve à ce sujet. En outre, une source proche de Nabil Benabdellah a souligné que lors de la dernière réunion vendredi, les dirigeants de la majorité avaient convenu de n’entreprendre les concertations qu’avec le RNI.

– Le sort d’El Ouafa au sein du parti de l’Istiqlal se scelle aujourd’hui. Des sources istiqlaliennes ont écarté que le ministre de l’Education nationale Mohamed El Ouafa se présente mardi devant de la commission d’arbitrage et de discipline qui l’a convoqué pour son refus de présenter sa démission du gouvernement à l’instar des ministres istiqlaliens.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:
– Benkirane accuse Chabat de manque de responsabilité. « La décision de l’Istiqlal de se retirer n’est pas raisonnable parce que nous avons déjà commencé une série de chantiers de réformes avec les ministres de ce parti », a souligné le Chef du gouvernement lors d’une rencontre tenue dimanche à Rabat par l’association des médecins du PJD. « As-tu quitté le gouvernement seulement parce que tu estimes que ton parti va gagner davantage s’il passe dans les rangs de l’opposition? (…) Est-ce là la responsabilité? » a demandé Benkirane en semblant s’adresser à Chabat.

– Scandale: Choubani accuse Ghellab de suspendre le débat sur le projet de loi relatif aux commissions d’enquêtes parlementaires adoptée jeudi par le conseil de gouvernement. El Habib Choubani, ministre chargé des relations avec le parlement et la société civile, a dit avoir contacté le président de la commission de justice, de législation et des droits de l’Homme, Mohamed Hanine qui, à son tour, lui a affirmé être joint par Karim Ghellab, président de la Chambre des représentants, lui demandant de suspendre l’approbation dudit projet de loi.

– Chabat dans l’impasse après sa sortie du gouvernement: est-ce le début de la fin d’un leader populiste? Une source au sein du parti de la balance a déclaré que Hamid Chabat, secrétaire général du PI, « est un grand aventurier », précisant qu’il était « bouffi de vanité » en estimant être capable de faire tout ce qu’il voulait, y compris de s’empiéter sur les compétences du chef du gouvernement.

– Aftati: le PJD pour des élections anticipées. Au cours d’une rencontre organisée dimanche par le secrétariat local du PJD à Settat, Abdelaziz Aftati, l’un des dirigeants du PJD, a indiqué que le parti de la lampe, en dépit des consultations actuelles qu’il a entamées, préfère l’organisation des élections législatives anticipées, expliquant par ailleurs que son parti n’était pas en hostilité avec le RNI, mais éprouvait de l’inimitié envers le PAM.

+ASSABAH+:
– Le PJD propose une trêve politique pour sauver Benkirane. Lors d’une rencontre organisée par le secrétariat local du PJD à Settat, Abdelaziz Aftati a rétracté sur les accusations qu’il avait formulées contre les dirigeants du RNI, appelant à « humaniser » le conflit politique actuel entre les partis nationaux.

– Fès: la pollution de l’eau potable menace une grande partie des habitants. Une source bien informée a révélé qu’une grande partie des habitants de la ville de Fès affrontent un danger réel de contamination en raison de la pollution de l’eau potable fournie par la station d’épuration des eaux usées de Sebou, qui approvisionne plusieurs quartiers, notamment l’ancienne médina et ses alentours. Les services s’empressent à circonscrire la situation et empêcher la contamination des consommateurs.

– Le courant Zaidi critique le dernier rapprochement entre l’USFP et le PI. Ce courant a exprimé sa crainte de voir ce rapprochement devenir une prélude pour étendre la sphère de la koutla démocratique pour et englober le PAM ultérieurement. Selon Mehdi Mezouari, membre du groupe socialiste à la Chambre des représentants, cette alliance « était une démarche précipitée », expliquant qu’elle a été entreprise en tant que réaction à une situation politique provoquée par le désaccord entre deux formations politiques dans la coalition gouvernementale, à savoir le PI et le PJD, et non le fruit d’une réflexion approfondie sur les alliances partisanes.

+RISSALAT ALM OUMMA+
– Signature prochaine d’un nouvel accord de pêche entre le Maroc et l’Union européenne. Lors d’une rencontre, qui sera tenue cette semaine à Rabat, les deux parties devraient parvenir à un accord juste et équilibré concernant les quantités de poissons et la valeur de l’accord. Selon certaines informations, l’UE est désormais disposée à renouveler l’accord de pêche, selon les conditions de Rabat

+AL MOUNAATAF+:
– La libéralisation des prix du carburant en Septembre prochain? Des sources médiatiques indiquent que le gouvernement Benkirane a procédé, récemment, à la libéralisation des prix de certains carburants de manière secrète, ajoutant que la libéralisation des prix sera mise en uvre d’ici septembre.

+ASSAHRA AL MAGHRIBIA+:
– Enquête sur des « dysfonctionnements financiers » aux abattoirs municipaux de Casablanca. La BNPJ a ouvert, la semaine dernière, une enquête sur des « dysfonctionnements financiers et techniques » suite à une plainte déposée par les syndicats les plus représentatifs des chevillards, des bouchers et des transporteurs de viandes rouges des abattoirs de Casablanca. Les syndicats accusent la société chargée de la gestion des abattoirs de ne pas respecter le cahier des charges et les rapports du bureau d’étude Veritas, ainsi que la non-réalisation des investissements.

+AL KHABAR+:
– Loi organique relative aux commissions d’enquête: les groupes parlementaires interpellent le Conseil constitutionnel. « Les groupes parlementaires à la Chambre des représentants devraient saisir le Conseil constitutionnel pour statuer sur la démarche du gouvernement qui a ignoré la proposition de loi relative aux commissions d’enquête sur laquelle les parlementaires s’attèlent depuis plusieurs semaines. Selon eux, l’initiative du gouvernement s’inscrit en porte à faux avec l’esprit de la nouvelle Constitution qui accorde au parlement un grand pouvoir en matière de législation.

+ATTAJDID+:
– Ghellab provoque une « crise » entre le gouvernement et le parlement. Lors de la séance mensuelle des questions orales à la Chambre des représentants lundi, le ministre chargé des relations avec le parlement et la société civile Habib Choubani a indiqué que Karim Ghellab, président de la Chambre des représentants, a provoqué la suspension du débat sur la proposition de loi relative aux commissions d’enquêtes parlementaires, ce qui avait poussé le gouvernement à déposer un projet de loi à ce sujet.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:
– Le RNI veut l’intégration de l’UC au gouvernement. Des sources informées au sein du RNI indiquent que les dirigeants du parti de la Colombe s’attachent à voir l’UC intégrer la nouvelle majorité, réclamant 6 portefeuilles ministériels en faveur du RNI et 2 pour le parti du cheval. D’autre part, ces sources mettent l’accent sur la nécessité d’alimenter le gouvernement des jeunes cadres.

+ AL MASSAE+
– La suspension de deux éléments des Forces auxiliaires pour mauvais traitement d’un marchand ambulant au caïdat d’Aghouatim, province d’Al Haouz. Les autorités locales ont indiqué qu’après enquête, deux éléments des Forces auxiliaires ont été suspendus et que des mesures disciplinaires ont été prises à leur encontre, conformément au règlement en vigueur. L’incident date du 14 juillet quand une altercation verbale a eu lieu entre deux éléments des Forces auxiliaires en civil et un marchand ambulant. « Ayant ressenti une humiliation de la part de ce marchand ambulant, ajoute la même source, les deux éléments sont revenus en uniforme sur les lieux de la dispute pour le conduire au siège de la caïdat où il a subi un mauvais traitement ».

– Des canons en bronze vendus à Safi après leur extraction du fond de la mer. Des marins de la ville ont indiqué qu’un réseau travaille depuis des années sur l’extraction de ces canons et leur écoulement sur le marché des antiquités, encouragé par une demande soutenue du bronze et du cuivre.

– Benkirane tire à boulets rouges sur Chabat. Lors de l’assemblée ordinaire des médecins du parti, tenue dimanche, Benkirane a fustigé le manque de responsabilité de Chabat après sa décision de se retirer du gouvernement, ajoutant que « la décision de l’Istiqlal de se retirer n’est pas raisonnable parce que nous avons déjà entamé une série de chantiers de réformes avec les ministres de ce parti ».

– Les professionnels du transport routier menacent de grève. Dans une déclaration au journal, une source syndicale indique que plusieurs syndicats du secteur tiendront, le 1er août à Casablanca, une réunion pour examiner la possibilité d’observer une nouvelle grève afin d’attirer l’attention à leurs revendications.

– L’expert économique Hammad Kasal met en garde contre une année économique blanche et indique que l’effondrement du gouvernement fera entrer le Maroc dans une phase d’incertitude. Dans une déclaration au journal, il a souligné que le dernier rapport de Bank al-Maghrib dresse un tableau sombre de l’économie nationale, puisque tous les indicateurs laissent présager une nouvelle phase de récession.

+L’OPINION+:
– El Ouafa convoqué par la commission de discipline et d’arbitrage du PI. La commission nationale d’arbitrage et de discipline du Parti de l’Istiqlal a convoqué Mohamed El Ouafa, ministre de l’Education nationale, pour s’expliquer au sujet de son refus de démissionner du gouvernement en application de la décision du conseil national du PI de quitter le gouvernement. La commission a précisé qu' »avant de trancher et par respect des droits de la défense, le concerné a été convoqué pour se défendre » mardi.

+LIBERATION+:
– Les mouvements régionaux de mutation des enseignements sont loin de faire l’unanimité. Driss Salek, membre du conseil national du syndicat national de l’enseignement (SNE), affilié à la FDT, a souligné que les résultats des mouvements régionaux et national de mutation « ne sont pas équitables » notamment à l’égard des enseignants célibataires et divorcés. Sur un total de 29.362 candidats, 2885 enseignants ont bénéficié des différents mouvements régionaux de mutation au titre de l’année 2013, selon un communiqué du ministère de l’Education nationale.

– La télé publique n’aime pas les gérants des stations-service! Zakaria Rebaa, secrétaire général de la Fédération nationale des gérants et propriétaires des stations-service, s’en est pris aux chaines Al Oula et 2M pour ne pas avoir passé sur leurs téléjournaux des informations sur la grève, qui a été observée par les stations-service les 18 et 19 juillet. « On est vraiment déçu de ce traitement que nous font les deux chaines publiques. Seul un lobby fort et bien organisé peut interdire une information de passer à la télévision publique », a-t-il dit

– Les mareyeurs disent non à Akhannouch. Lors d’une rencontre avec les parlementaires de Safi, initiée par la Fédération des associations professionnelles des commerçants en gros et les exportateurs des produits maritimes au niveau des différents ports et marchés du Maroc, les professionnels ont rejeté le texte législatif relatif au mareyage et appelé le ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime à geler la loi 14-08 avec pour perspective l’adoption d’une nouvelle loi qui « répond aux vrais problèmes du secteur du commerce de poisson en gros ».

+L’ECONOMISTE+:
– Les retraites des fonctionnaires en danger. Le régime des pensions civiles court à la faillite. Il puisera dès l’année prochaine dans ses réserves contrairement aux autres caisses de retraite qui disposent encore de « marges de man uvre ». Estimées à près de 80 milliards de dirhams, ces réserves pourraient être épuisées d’ici 2012 si le statu quo est maintenu. Une situation sur laquelle le conseil d’administration de la Caisse n’a pas cessé d’alerter le gouvernement. Pourtant le diagnostic est posé depuis longtemps, les pistes de réformes identifiées mais la décision politique tarde. Le dossier fait de surplace. Il a été renvoyée au dialogue social avec pour objectif d’en accélérer le traitement mais sans résultat.

– Finances publiques: La dégradation s’amplifie. Pas d’amélioration pour les finances publiques. Sur les six premiers mois de l’année, le déficit budgétaire a atteint 34,4 milliards de DH selon la Trésorerie générale du Royaume et 30,4 milliards d’après le ministère des Finances. Mais les deux sources s’accordent sur l’origine du trou: la baisse des recettes fiscales, elle-même liée au recul du produit de l’IS. Le tout aggravé par l’inflation des charges de fonctionnement.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:
– Loi organique relative aux commissions d’enquête: L’opposition et la majorité parlementaire scandalisées par la démarche gouvernementale. Le Conseil de gouvernement vient d’adopter le projet de loi relatif aux modalités de gestion des commissions d’enquête parlementaires. Au-delà du contenu, le nouveau texte ne fait pas l’unanimité au sein des groupes parlementaires aussi bien de la majorité que de l’opposition. Et pour cause, les députés se disent à la fois offusqués et étonnés par la démarche du gouvernement qui a ignoré la proposition de loi relative aux commissions d’enquête sur laquelle les parlementaires s’attèlent depuis plusieurs semaines. Selon eux, l’initiative du gouvernement s’inscrit en porte à faux avec l’esprit de la nouvelle Constitution qui accorde au parlement un pouvoir accru en matière de législation.

– Institution législative: Le dilemme des parlementaires du PI. Les parlementaires du Parti de l’Istiqlal passent par une délicate période transitoire. Ils se conforment toujours aux règles de la majorité en votant en faveur des projets de loi. Mais leurs interventions en commissions et lors des séances plénières portent le sceau de l’opposition. Les préparatifs ont déjà commencé par un rapprochement renforcé avec l’allié stratégique: le parti de la rose. Les deux formations politiques de la koutla démocratique resserrent à nouveau leurs rangs aspirant à une action commune en parfaite coordination.

+ AL BAYANE+
– Produits alimentaires impropres à la consommation: La traque aux fraudeurs se poursuit. Le dispositif de lutte contre la fraude et de contrôle des produits alimentaires impropres à la consommation mise en place durant le mois de Ramadan apporte chaque jour son lot de produits périmés. Ce sont des centaines de tonnes de denrées alimentaires qui sont saisies au quotidien par les autorités compétentes. La liste est large. Cela va des dattes aux viandes en passant par les produits laitiers ou encore les farines, les fruits secs, les jus et les eaux minérales.
– Le Maroc parmi les pays les plus stables et attractifs en matière d’investissements (responsable du CCG). En dépit des troubles qui affectent le monde entier et les pays arabes en particulier, le Maroc continue de représenter un modèle sur les plans de législation, de sécurité et d’attractivité pour les investissements, a estimé le secrétaire général du Centre d’arbitrage commercial du Conseil de coopération des pays du Golfe (CCG), Ahmed Najem. Le Royaume a entrepris plusieurs réformes sur les plans législatif et juridique et déployé des efforts considérables pour améliorer l’environnement des investissements, notamment dans le secteur touristique, afin de consolider l’attractivité du pays auprès des investisseurs étrangers, a souligné à M. Najem dans une déclaration à l’agence de presse bahreïnie (BNA).

+AUJOURD’HUI LE MAROC+
– Grève des stations-service: Beaucoup de bruit pour rien! Le GPM confirme que le mouvement de grève n’a été suivi que très faiblement et n’a pas eu d’impact sur l’approvisionnement des Marocains en carburant. Le taux de participation à la grève n’a été que de 20 à 25 pc, selon les différentes villes du Royaume. Dans des villes comme Tanger et Agadir, la participation à la grève a été nulle. Afriquia n’est pas concernée par la grève, étant donné qu’elle n’a aucune station en location-gérance, et que toutes ses stations-grève sont gérées par l’une de ses filiales.

– Il affirme que son parti est la cible de mensonges et de rumeurs émanant de ses rivaux: Benkirane en veut toujours à Chabat. Abdelilah Benkirane ne manque aucune occasion pour critiquer la décision de son désormais ex-allié, l’Istiqlal, d’avoir abandonné la majorité en cours de route. La dernière déclaration de Benkirane, dans ce sens, remonte à dimanche dernier lors d’un meeting de son parti, le PJD, à Rabat, soit quelques heures seulement avant l’ouverture officielle des concertations avec les partis politiques pour remplacer le PI. « La décision de l’Istiqlal de se retirer n’est pas raisonnable parce que nous avions déjà commencé une série de chantiers de réformes avec les ministres de ce parti », a affirmé le numéro un de l’Exécutif.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *