Revue de presse marocaine du 23/05/2013

0 commentaires, 23/05/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce jeudi:.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Union: L’USFP, le PT et le PS visent la création d’un grand parti de gauche. Les chefs de file des trois partis politiques de la mouvance gauche sont on ne peut plus clairs: l’heure est à l’unification des rangs. La décision n’est pas dictée par la conjoncture que traverse le pays suite à la tentative du parti de l’Istiqlal de se retirer du gouvernement. Le projet que préparent les trois formations (USFP, Parti Travailliste et Parti Socialiste) est beaucoup plus important, souligne le Premier Secrétaire du parti de la Rose, Driss Lachgar. Il concerne une union de trois forces militantes en vue d’édifier un modèle de société moderne. En effet, malgré la différence des visions, les trois partis souhaiteraient se serrer les coudes en vue de créer un grand parti socialiste. Le rêve ne date d’ailleurs pas d’aujourd’hui. D’après Abdelkrim Benatiq, SG du parti socialiste, qui s’exprimait mercredi lors d’une rencontre organisée au siège de l’USFP à Rabat, cette ambition a été nourrie par les trois formations politiques depuis 2009, mais toutes les conditions n’étaient pas à l’époque réunies pour entamer ce processus.

-Conseil national du PJD: Des concertations pour la tenue d’une session extraordinaire. Des concertations sont en cours pour la tenue d’une session extraordinaire chez le PJD. Des membres du conseil national du parti de la Lampe ont appelé à la tenue de cette session afin d’examiner la situation politique actuelle. L’action gouvernementale se poursuit en essayant de donner l’impression qu’elle n’est aucunement sous l’effet de la décision politique de l’Istiqlal voulant se retirer de la majorité gouvernementale. D’ailleurs, intervenant ce week-end devant un rassemblement interne de son Parti de la justice et du développement, le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, a déclaré que les activités du gouvernement se poursuivent normalement et que c’est la majorité qui est en difficulté. Dans ce cadre, les membres du conseil national du PJD estiment que cette instance doit se réunir pour débattre de la situation politique actuelle et des mesures politiques à prendre par le parti. Cependant, il faut que les demandes allant dans ce sens soient émises, au moins, par le tiers des membres du conseil national ainsi que le prévoit l’article 28 des statuts du parti.

+L’ECONOMISTE+:.

-Deux partis se sabordent pour intégrer l’USFP. Driss Lachgar est en train de réussir là où ses prédécesseurs se sont cassés les dents: La réunification de la famille ittihadie. Le Premier Secrétaire de l’USFP a signé hier mercredi « la déclaration pour l’unité » qui scelle l’intégration du Parti travailliste de Abdelkrim Benatiq et du Parti socialiste de Abdelmajid Bouzoubaâ dans l’USFP. Une conférence de presse a officialisé le coup d’envoi de ce processus dont la mise en Âœuvre sera bouclée avant la fin de cette année. Les trois dirigeants doivent revenir auprès de leurs instances pour valider cette décision. Benatiq et Bouzoubaâ doivent, en plus, saborder leurs formations et régler cette opération « sur le plan juridique », conformément à la loi sur les partis politiques. En fait, « ce sont des retrouvailles de camarades que les circonstances avaient séparées. Le contexte politique actuel impose l’unification de la gauche pour présenter une alternative politique à la montée du conservatisme », a souligné Driss Lachgar.

-Le Maroc refait un tour à l’international. Nouvelle sortie pour le Maroc à l’international. Nizar Baraka, ministre de l’Economie et des Finances, et quelques responsables ont tenu mercredi 22 mai les premières réunions à Londres. L’on parle « d’une réouverture des lignes » de l’emprunt accordé l’année dernière et pour lequel les souscriptions avaient dépassé les attentes. C’est peut-être la raison pour laquelle les mêmes banques conseil ont été reconduites: « Barclays », « BNP ParisBas », « Citigroup » et « Natixis ». Selon des informations, le Maroc pourrait lever entre 500 millions à 1 milliard de dollars. Tout dépendra du marché. En tout cas, il espère surfer sur l’engouement de la sortie de décembre 2012 qui avait permis de lever 1,5 milliard de dollars: la première tranche de 1 milliard a été souscrite six fois contre quatre fois pour la seconde (500 millions de dollars).

-AMO/Maladies lourdes: Remboursements déplafonnés. Bonne nouvelle pour les assurés de la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS). Cette dernière vient d’augmenter le taux de remboursement des frais médicaux de certaines maladies graves ou invalidantes. Selon la nature de l’affection, le taux passera de 70 à 97 pc. Pour certaines maladies graves, le montant du ticket modérateur a été ramené à 3 pc au lieu de 30 pc auparavant. Par ailleurs, la CNSS a intégré 53 nouvelles affections dans la liste des maladies donnant droit à l’exonération totale ou partielle du tiers payant. Ce qui profitera à plus de 65.000 assurés.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Partis: Le pole de la gauche en gestation. Driss Lachgar, Premier Secrétaire de l’USFP, Abdelmajid Bouzoubaâ, SG du Parti socialiste (PS) et Abdelkrim Benatik, SG du Parti Travailliste (PT) ont pris la décision de rassembler et d’intégrer leurs troupes sous une même emblème, celle de l’USFP, gardant et préservant néanmoins leur identité et leur sensibilité propre. Ce qui faisait l’objet d’un débat approfondi il y a quelques années sur la constitution d’un pole de la gauche, impliquant en quelque sorte les segments de la gauche traditionnelle, se transforme à présent, l’urgence aidant, en un rassemblement dont le moins que l’on puisse dire est que sa nature et sa composition nous laissent pantois! Il convient de souligner d’emblée qui, s’il venait à prendre forme, ce rassemblement à trois sensibilités relève de la géométrie variable d’une « gauche » qui n’en a désormais que le nom! Globalement, elle traverse l’une de ses plus graves crises, au point qu’elle a perdu jusqu’à la confiance en elle-même.

-Casablanca: Des caméras pour surveiller la ville. Agressions, vol à main armée…Casablanca n’est pas connue pour être la ville la plus sûre. Malgré les efforts déployés par les autorités, les citoyens restent toujours sur leur garde. Mais, les Casablancais ont tous remarqué les caméras de surveillance installées aux carrefours et au niveau des grands boulevards de la ville. Initialement prévues pour détecter les éventuels accidents de circulation et faire intervenir rapidement les forces de l’ordre sur les lieux, ces caméras serviront désormais, aussi, à assurer la sécurité dans les rues. Des agents de la police, à l’affût du moindre mouvement suspect surveillent continuellement les carrefours et les principales rues, via des écrans de vidéo-surveillance. Au total, ce sont 59 caméras dernier cri, déjà reliées à la salle de trafic. La préfecture de police aspire cependant à élargir cette expérience, afin d’étendre le controle et la surveillance à toutes les rues de la métropole.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Un grand pole de la gauche sans le PPS : USFP, PT et PS vont fusionner. L’Union socialiste des forces populaires (USFP), le Parti travailliste (PT) et le parti socialiste (PS) viennent de sceller un accord commun dans lequel ils disent leur volonté d’initier le processus de leur fusion au sein d’un seul parti: L’USFP. Un projet qu’ils conçoivent non seulement comme une démarche ouverte sur les autres composantes de la gauche, mais encore comme extensibles « à toutes les forces vives de la nation et à toutes les composantes progressistes de la société ». Objectif que le Premier Secrétaire de l’USFP a qualifié de « projet de société moderniste » élaboré afin de faire pièce aux pratiques rétrogrades qu’on tente d’ancrer dans la société.

-Le gouvernement lève de nouveau des fonds à l’international: Le Maroc emprunte un milliard de dollars. C’est officiel et c’était prévisible: Le Maroc lève de nouveau un emprunt sur les marchés internationaux. L’état des finances publiques et du budget est tel que l’on ne pouvait éviter une telle décision. L’on apprend qu’une délégation officielle menée par le ministre de l’Economie et des Finances, Nizar Baraka, s’est rendue à Londres, mardi dernier dans la soirée, pour boucler l’opération. Selon des sources proches du ministère, l’Etat marocain table sur un montant de 500 millions à un milliard de dollars. Le papier Maroc était très demandé lors du premier emprunt de décembre 2012. Pour le nouvel emprunt, l’Etat cible donc les investisseurs qui n’avaient pas pu souscrire à l’époque.

-Report de la séance d’interpellation du chef du gouvernement au 31 mai: L’opposition s’élève contre « la domination » de Benkirane. Les groupes parlementaires de l’opposition menacent de boycotter la séance mensuelle d’interpellation du Chef du gouvernement, si les modalités de son déroulement ne changent pas. C’est la principale cause du report de ce rendez-vous qui était prévu hier et qui devrait avoir lieu le 31 mai avec comme sujet « la crise économique et la coupe budgétaire de 15 milliards DH », a indiqué Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire PJD. Mais pour Ahmed Zaidi, président du groupe parlementaire ittihadi, « le refus de participer à la prochaine session sera catégorique si la majorité continue à faire la sourde oreille à nos remarques ».

+LIBERATION+:.

-L’USFP, le PT et le PS lancent un processus d’intégration pour contrer le projet rétrograde et conservateur: Un grand partis socialiste pour un Maroc démocratique, ouvert et tolérant. Fièvre des grands jours ce mercredi au siège de l’USFP à Rabat. Sous les applaudissements de ce peuple de gauche qui a fait en nombre le déplacement, trois leaders foncièrement socialistes, ittihadis d’abord et avant tout, ont signé la déclaration annonçant le processus de fusion entre l’USFP, le Parti Travailliste et le Parti Socialiste. L’instant est solennel. L’événement est à coup sûr historique. La signature des trois secrétaires de ces partis est immortalisée par une haie de cameramen et photographes. La famille socialiste vient de sceller ses retrouvailles. Les fils prodiges retrouvent le chemin de la maison originelle.

-Le gouvernement persiste dans sa politique de répression à l’encontre des travailleurs: Journée d’étude sur les libertés syndicales initiée par le Groupe fédéral. Les libertés syndicales entre les dispositions juridiques et la pratique. Tel est le thème de la journée d’étude organisée mardi par le Groupe fédéral de l’unité et de la démocratie à la Chambre des conseillers. Les acteurs associatifs et les juristes participant à cette rencontre ont été unanimes à considérer que malgré des garanties législatives, les droits et les libertés consacrées par la Constitution, de graves violations sont enregistrées sur le terrain au niveau des secteurs privé et public de l’emploi et des libertés syndicales qui continuent à être bafouées. Pour eux, la situation est appelée à se détériorer davantage car le gouvernement persiste dans sa politique de licenciement, de répression des manifestations, de violation des libertés syndicales et des prélèvements arbitraires sur les salaires des grévistes et ce en l’absence d’une loi sur la grève.

-USFP: Le Bureau politique impute la responsabilité pleine et entière de l’échec de la majorité au Chef du gouvernement. Lors de la réunion hebdomadaire du bureau politique, tenue lundi, le Premier Secrétaire du parti, Driss Lachgar a considéré que la présidence du gouvernement s’est montrée « incapable » depuis son investiture à gérer l’étape politique actuelle, marquée par la mise en application d’une nouvelle Constitution qui nécessitait une approche démocratique pour son opérationnalisation et une volonté pour traiter les grands handicaps qu’affronte le pays. Il a indiqué, à ce propos, que c’est ce qui a manqué au parti qui conduit le gouvernement, mettant à profit sa position dans les rouages de l’Etat pour renforcer son poids électoral.

+AL BAYANE+:.
-Cinquantenaire de l’Union Africaine: Le Maroc prêt à reprendre son siège de membre fondateur si l’OUA répare ses erreurs. Addis-Abeba, la capitale emblématique de l’Afrique qui a vu naître, le 25 mai 1963, l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), abrite vendredi le 50ème sommet des chefs d’Etat du continent noir (24-25 mai 2013). Le Maroc, bien qu’ayant claqué la porte de l’OUA depuis le 12 novembre 1983 (20ème sommet), n’a jamais quitté la scène africaine proprement dite. Au contraire, il a continué à renforcer ses relations bilatérales avec la majorité des Etats africains, tout en s’érigeant en défenseur des intérêts africains tant sur la scène arabe et européenne, qu’au sein même des instances onusiennes, surtout au Conseil de sécurité. Mieux, lors des récents sommets de l’organisation panafricaine, le Maroc s’est surtout signalé par sa présence active en coulisses, fort du nombre de plus en plus élevé de voix (plus des deux tiers) qui appellent sans cesse à son retour au sein de l’enceinte africaine et à la réparation définitive de la méprise de l’ancien SG de l’organisation, Edem Kodjo.

+AL MASSAE+:.
-Abdellah Bouanou, président du groupe du PJD à la Chambre des Représentants, tire à boulets rouges sur le président du RNI, Salaheddine Mezouar. Lors de la réunion, mercredi, de la commission de l’Intérieur à la 1ère Chambre, Bouanou a considéré l’appel à la démission lancé par Mezouar à l’adresse du Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, comme « un signe du retour du controle » et « une régression constitutionnelle ». Le responsable PJDiste a également accusé le SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat d’entraver l’organisation des élections communales en vue de mieux servir des intérêts partisans étriqués.

-Le Premier Secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar, les SG du Parti Travailliste, Abdelkrim Benatik et du Parti socialiste, Abdelmajid Bouzoubâa donnent le coup d’envoi officiel à Rabat du processus de fusion entre les trois formations dans la perspective de soumettre cette décision pour être validée par leurs instances respectives afin de parachever la mise en oeuvre de la démarche de construction d’un grand pole de la gauche.

+AL AKHBAR+:.
-Fusion historique entre l’USFP, le PT et le PS pour contrer le courant « fondamentaliste ». Intervenant lors de la rencontre organisée mercredi à Rabat, Driss Lachgar, Premier secrétaire de l’USFP, a souligné que la décision de fusion est un « événement historique sur la scène politique » qui se veut un projet pour l’unification de la famille ittihadie, en vue de contrer le projet mené par les conservateurs qui Âœuvrent pour porter atteinte aux acquis démocratiques. Dans ce sens, il a indiqué que le PPS a choisi de rejoindre le courant conservateur qui était sur le point de mettre en péril 50 ans de militantisme et de sacrifices consentis.

-Audiovisuel: Abdessamad El Haykar, député PJDiste à la Chambre des représentants, met la commission d’enquête parlementaire en péril. La commission a décidé, lors de sa réunion de mercredi, de reporter la présentation de ses rapports sur la SNRT, 2M et la chaîne régionale de Laâyoune devant la Commission de l’éducation, de la Communication et de la Culture, après l’émergence de grandes divergences au sein de ladite commission suite aux attaques des parlementaires de l’Istiqlal, de l’USFP et du PAM contre El Haykar, accusé d’instrumentaliser des données desdits rapports pour fustiger la deuxième chaîne. Réagissant à ces propos, El Haykar a démenti catégoriquement ces accusations, tout en pointant du doigt certaines parties qui veulent perturber le travail de la commission parlementaire.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Budget: L’aggravation du déficit au cours du 1er trimestre 2013 augure de l’effondrement des équilibres financiers du gouvernement Benkirane! Le déficit budgétaire a dépassé les 21,2 MMDH, contre 11,6 MMDH durant la même période de l’année écoulée, en raison de la baisse des recettes de l’Etat, notamment fiscales. Pour l’économiste Najib Akesbi, cette situation risque de provoquer « la faillite de l’Etat ».

-Abdelilah Benkirane appelle ses militants à ne pas attaquer Mezouar. Des sources partisanes ont indiqué que Abdelilah Benkirane a reproché, lors de la dernière réunion du Secrétariat général du PJD, à certains caciques et « faucons » de son parti de fustiger le président du RNI, Salaheddine Mezouar dans le cadre de l’affaire des primes perçues le temps qu’il était à la tête du ministère de l’Economie et des Finances. Il a, dans ce sens, souligné, en s’adressant aux membres du Secrétariat général du PJD: « Ne vous précipitez pas en attaquant vos ennemis et laissez du mou: Dans les circonstances actuelles, nous pourrions avoir besoin du RNI au sein du gouvernement ».

-Driss Lachgar réussit à faire revenir le Parti travailliste et le Parti socialiste au sein de la famille ittihadie. Lors de la conférence de presse organisée, mercredi à Rabat, pour l’annonce du processus de fusion entre l’USFP, le Parti travailliste (PT) et le Parti socialiste (PS), le Premier Secrétaire du parti de la Rose a affirmé que la fusion est devenue nécessaire pour contrer le courant « fondamentaliste », ajoutant que les développements qui ont marqué récemment la scène politique ne permettent plus l’émiettement et les divisons.

-Saad Dine El Otmani/Youssef Amrani: la rupture totale. Une source bien informée a indiqué que la relation très tendue entre le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération et son ministre délégué aux affaires étrangères pourrait être discutée lors des négociations relatives à un éventuel remaniement ministériel, ajoutant que Youssef Amrani pourrait être écarté du ministère des Affaires étrangères et de la coopération à condition d’accorder au parti de l’Istiqlal un autre portefeuille ministériel ou au moins remplacer M. Amrani par un autre responsable.

-A la surprise générale!: Le Parquet général n’a pas réclamé, mercredi, la condamnation du fils de Hamid Chabat poursuivi dans une affaire de cocaïne. Le substitut du Procureur général près de la Cour d’appel de Fès a seulement demandé l’application de la loi et s’est abstenu de répondre aux plaidoiries de la défense qui a estimé que le procès, dont le verdict sera rendu le 5 juin prochain, est motivé par des considérations politiques liées aux combats que mène actuellement le père de l’accusé, à savoir Hamid Chabat.

-Abdellah Bouanou, président du groupe PJD à la Chambre des représentants, impute à Mohand Laenser une partie de la responsabilité du conflit actuel entre le gouvernement et Hamid Chabat. Au cours de la discussion d’un projet de loi soumis mercredi par le ministre de l’Intérieur sur les principes du découpage territorial, Bouanou a souligné que « si les élections communales avaient eu lieu en 2012, rien de ce qui se passe à l’heure actuelle sur la scène politique ne serait arrivé », ajoutant que des parties, sans les citer, ne veulent pas l’organisation de ces élections en raison de la popularité du gouvernement.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Le parlement du PJD veut décharger Benkirane de la gestion de la crise gouvernementale pour s’en occuper. Une source au sein du parti de la Lampe a fait savoir qu’en cas d’échec des efforts déployés pour le sauvetage de l’actuelle coalition gouvernementale, la réaction n’émanera pas du SG du parti, Abdelilah Benkirane, mais du Conseil national qui devrait tenir une session extraordinaire pour définir les choix à entreprendre après le retrait définitif des Istiqlaliens du gouvernement.

-Le ministère de la Santé enquête sur l’affaire de deux femmes paralysées après avoir subi des opérations césariennes dans une clinique à Settat. La famille de l’une des victimes a souligné avoir reçu, mardi, un appel téléphonique de la part du ministre de la Santé, actuellement en mission à l’étranger, pour s’enquérir de l’état de santé des deux femmes, affirmant qu’il assurera de près et en personne le suivi de ce dossier.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-La famille ittihadie vit un grand événement historique: L’USFP, le PT et le PS décident de lancer le processus de leur fusion au sein de l’USFP. Le Premier Secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar, le SG du Parti travailliste, Abdelkrim Benatik et le SG du Parti socialiste, Abdelmajid Bouzoubaâ, ont signé un document baptisé « la déclaration pour l’unité » mercredi à Rabat, annonçant l’entame du processus d’intégration entre les trois formations politiques, qui sera soumis pour validation aux instances décisionnelles des trois partis.

-La Banque mondiale (BM) appelle le Maroc à accélérer la réforme de la Caisse de compensation et des régimes de retraites. Jean-Pierre Chauffour, Economiste principal pour le Maroc et coordonnateur des échanges régionaux dans la région MENA, a indiqué que le Royaume doit entreprendre des réformes macro-économiques, en se focalisant davantage sur la réforme des régimes de retraites et la réduction des dépenses de la Caisse de compensation. Lors d’une rencontre tenue pour la présentation du rapport de la BM sur la complémentarité économique dans la région MENA, M. Chauffour a précisé que le Maroc doit consentir davantage d’efforts pour la maîtrise des équilibres des finances publiques au cours de cette conjoncture « assez difficile » pour l’économie marocaine.

+AL ALAM+ :.
-Crise gouvernementale: Des contacts entre le PJD et le PAM. L’un des dirigeants du Parti du Tracteur a affirmé, sous couvert d’anonymat, qu’il y a eu effectivement une rencontre entre un dirigeant du parti de la Lampe et le SG du PAM, Mustapha El Bakkoury, au cours de laquelle le responsable PJDiste a pris connaissance de l’avis du premier responsable du PAM concernant la possibilité de la participation du parti à une nouvelle coalition gouvernementale qui sera composée après le retrait de l’Istiqlal, ajoutant que M. Bakkoury a souligné que la décision à propos de cette question revient aux instances exécutives et décisionnelles du parti.

+ASSABAH+:.
-Le dénommé « Abou Hamza Al Maghribi » entre les mains de la BNPJ. Des sources concordantes ont indiqué que des éléments de la police judiciaire ont entamé leurs enquêtes avec l’une des personnes les plus recherchées par la justice dans des affaires de terrorisme, ajoutant que l’individu interpelé utilisait des pseudonymes sur les sites des forums jihadistes, dont celui d’Abou Hamza Al Maghribi. Ces mêmes sources ont précisé que le prévenu est impliqué dans des affaires de terrorisme au plan international, entretenait des rapports avec Al Qaida et avait appelé à l’assassinat d’un haut dignitaire chiite, de diplomates et de responsables de services de renseignements.

-Scandale:! Des indemnités contre des prestations « fictives » rendues au CHU de Marrakech. Des membres du syndicat national de la santé publique ont dévoilé ce qu’ils ont qualifié de « rente administrative et financière » au sein du CHU de la cité ocre. Ils ont, dans ce cadre, attiré l’attention de la Cour des comptes afin qu’elle procède à l’actualisation des opérations d’audit après le rapport réalisé il y a quatre ans sur le même sujet, indiquant que la direction générale du CHU Mohammed VI continue de verser des indemnités sur la responsabilité dans certains services qui ne sont plus opérants tels que les services d’audit et de controle de la gestion.

-Abdelkrim Benatik et Abdelmajid Bouzoubâa font leur retour au sein du parti de la rose après que l’USFP, le PT et le PS aient signé, mercredi à Rabat, une « déclaration pour l’unité » balisant la voie devant les membres du PT et le PS de retourner au sein de la famille ittihadie, après l’avoir quitté sur fond de divergences quant à la ligne politique à adopter. Les trois formations politiques ont en outre annoncé la création d’un front politique et social fort et solide pour contrer le courant « fondamentaliste » et mettre fin aux divisions au sein de la famille de la gauche.

-Des walis, des gouverneurs et des secrétaires généraux de certaines wilayas et préfectures reçoivent des correspondances du ministère de l’Intérieur leur signifiant l’approche de leur mise à la retraite puisqu’ils ont dépassé les 60 ans.

+ATTAJDID+:.
-Y-a-t-il une manoeuvre pour bloquer la mise en application de l’article 100 de la Constitution régissant le déroulement de la séance mensuelle des questions de politique générale? Cette question intervient après les appels lancés pour le gel de la mise en oeuvre de l’article 100 de la Loi fondamentale et le report de la séance mensuelle d’interpellation du Chef du gouvernement, qui était prévue hier mercredi. Pour le député PJDiste, Abdelaziz Aftati qui a rejeté tout blocage de la mise en oeuvre de la Constitution, il existe certaines composantes de l’opposition qui ont adopté la politique de la fuite en avant et tentent de faire entrave au processus des réformes en cours.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Driss Lachgar réunit les Socialistes pour faire face aux projets politiques rétrogrades. Le Premier Secrétaire de l’USFP et les SG du PT et du PS, ont signé mercredi la « déclaration pour l’unité », annonçant ainsi le lancement du processus de fusion entre les trois partis politiques. Pour Lachgar, la fusion est devenu un besoin sociétal pour immuniser l’avenir de la démocratie au Maroc, ajoutant, lors d’une rencontre avec la presse organisé à cette occasion, que le danger qui guette le pays actuellement émane des courants et projets rétrogrades et conservateurs, ce qui exige l’édification d’un grand pole fort de la gauche.

-Abdessamad Qayyouh, membre du Comité exécutif de l’Istiqlal et coordinateur de la région du Souss-Massa-Draa, accuse le journal +Attajdid+ d’allégations « mensongères » et de falsification des faits. Dans un communiqué, il a souligné que l’information publiée par le journal prétendant l’existence d’une crise entre le SG de l’Istiqlal et les parlementaires istiqlaliens dans la région est « infondée », ajoutant que cette information comporte plusieurs allégations, tout en plaidant pour une presse crédible et honnête.


+AL KHABAR+:.

-Abdellah Bouanou fustige Salaheddine Mezouar. Le président du groupe PJD à la Chambre des représentants, a tiré à boulets rouges sur le président du RNI, après la sortie médiatique de ce dernier dans laquelle il a appelé à la démission du gouvernement Benkirane et à l’organisation d’élections anticipées afin de surmonter le la crise actuelle au sein de la coalition. S’exprimant mercredi devant la commission de l’Intérieur à la première Chambre, Bouanou s’est adressé à Mezouar en déclarant: « Comment une personne peut réclamer la présidence du gouvernement sans revenir d’abord au peuple et à la Constitution? Je demande à cette personne de peser bien ses mots et d’être plus modeste », faisant allusion à l’échec du G8.

-Le Parti Travailliste et le Parti Socialiste retournent au sein de la famille socialiste. Abdelkrim Benatiq, SG du PT, a souligné que la fusion se scellera au plus tard fin juillet prochain. Pour sa part, Driss Lachgar a affirmé que cette fusion vise à réaliser le programme socialiste démocrate pour contrer les forces rétrogrades et le capitalisme sauvage qui menacent de porter atteinte aux acquis constitutionnels, politiques et culturels.

-Le Syndicat démocratique de la justice menace le ministre de la Justice et des libertés d’une nouvelle escalade. Dans un communiqué, le Bureau national du syndicat a imputé à Ramid la responsabilité de ce qui pourrait se passer dans les prochains jours, car il est le premier responsable du blocage actuel.

+AL MOUNAATAF+:.
-L’économie marocaine au bord de la faillite alors que les politiques demeurent préoccupés par leurs conflits partisans. Face à cette situation, les institutions financières internationales ont tiré la sonnette d’alarme, notamment le FMI qui a exigé des réformes structurelles qu’il a qualifiées de nécessaires et urgentes.

-Nouvelles retrouvailles entre des composantes de la famille socialiste! Les leaders de l’USFP, du PT et du PS ont signé, mercredi, la déclaration de l’unité qui annonce le lancement du processus de fusion entre les trois formations au sein de l’USFP, dans la perspective de construire un pole de gauche authentique basé sur la crédibilité, le militantisme, la sincérité et la diversité.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Charte sociale: la FDT et la CDT remettent leur copie. Abderrahmane Azzouzi, SG de la FDT, et Noubir Amaoui, SG de la CDT, ont rencontré, mardi dernier, la présidente de la CGEM pour discuter des modifications apportées par la commission mixte des deux centrales syndicales sur le projet de ce pacte social.

-Une première étape franchie sur la voie de la fusion entre l’USFP, le Parti Socialiste et le Parti Travailliste. S’exprimant lors d’une conférence de presse mercredi à Rabat, le Premier Secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar a souligné que les trois formations ont dépassé leurs divergences, faisant savoir que la fusion devrait réunir les composantes de la famille de la gauche pour contrer le projet conservateur.

+RISSALAT AL OUMMA+:.

-Le Syndicat démocratique de la Justice accuse des responsables administratifs et judiciaires au ministère de tutelle de mener une « guerre par procuration » contre le personnel de certains tribunaux. Fakhreddine Benhamou, SG adjoint du syndicat, a estimé que le mutisme du ministre, Mustapha Ramid à l’égard des violations perpétrées contre le personnel de la justice est une incitation à la violence tant que le ministre n’est pas intervenu pour ouvrir une enquête sur ce sujet.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *