Revue de presse marocaine du 22/02/2014

0 commentaires, 22/02/2014, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une des revue de presse marocaine quotidiens parus ce samedi 22 février:

AL BAYANE:.

– L’axe Rabat-Bamako se renforce par la signature de plusieurs accords de coopération. Les relations entre le Maroc et le Mali ont connu, jeudi, un nouveau tournant sur la voie de la consolidation de la coopération bilatérale à la faveur de la signature de plusieurs accords bilatéraux. Au nombre de dix-sept, ces accords et conventions touchent différents secteurs et reflètent l’engagement des secteurs public et privé de s’impliquer dans la nouvelle dynamique imprimée aux relations bilatérales par SM le Roi Mohammed VI et le président malien, Ibrahim Boubakar Keïta.

– Ramid dément que des fils de magistrats aient bénéficié de « faveurs » lors des affectations. Le ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid, a démenti les « accusations infondées » contenues dans une déclaration du vice-président de l’Association du Club des magistrats du Maroc publiée par de nombreux organes de presse, selon laquelle les affectations de la promotion 38 des attachés judiciaires ont été entachées de « faveurs » accordées par les associations professionnelles à des fils de magistrats. Ramid a précisé, dans un communiqué, que le nombre des fils de magistrats affectés ne dépasse guère trois, dont une lauréate a été affectée dans un tribunal de Rabat après avoir été classée major de promotion et ce conformément à l’article 38 du règlement intérieur du Conseil supérieur de la magistrature, prévoyant que la priorité doit être accordée aux lauréats classés premiers. Quant aux deuxième et troisième lauréats, ils ont été affectés dans des tribunaux qu’ils n’avaient pas demandés en raison des places qu’ils ont occupées audit examen, a ajouté le ministre.

LIBERATION:.

– L’Exécutif interdit sans justification aucune la marche de l’UGTM. Le bras de fer entre Benkirane et Chabat continue de faire des vagues. Cette fois, il aura atteint des limites insoupçonnées. L’UGTM dont le même Chabat, secrétaire général du parti de l’Istiqlal, de son état, se trouve être le patron, vient de se voir signifier l’interdiction pure et simple de la marche de protestation que son syndicat comptait organiser dimanche 23 février à Rabat. Réagissant par un communiqué parvenu au quotidien, l’UGTM n’y va pas de main morte engageant la responsabilité de l’Exécutif dans cette prise de décision concernant l’interdiction.

– Le Maroc exhorté à rejoindre la Cour pénale internationale. Le Maroc devrait prendre les mesures nécessaires pour ratifier le Statut de Rome de la Cour pénale internationale(CPI), a déclaré jeudi la Coalition pour la CPI. La Coalition s’est concentrée sur le Maroc pour sa Campagne de ratification universelle (CRU) de février 2014, une campagne mensuelle lancée afin d’encourager certains pays à rejoindre le système du Statut de Rome.

L’OPINION:.

– Corruption, gouvernance et blanchiment d’argent dans la ligne de mire des experts européens. Dans le cadre du programme « Renforcer la réforme démocratique dans le pays du voisinage méridional », financé par l’Union Européenne et mis en œuvre par le Conseil de l’Europe, une conférence sur les résultats et les recommandations du diagnostic anti-corruption du Maroc a été organisée le 19 février 2014 pour présenter les résultats d’un rapport sur la corruption au Maroc, établi en coopération avec l’Instance centrale de prévention de la corruption (ICPC). Un diagnostic qui en dit long sur la volonté politique défaillante à combattre ce fléau, même si ce sont les autorités marocaines qui ont été à l’origine de ce diagnostic dont les résultats ne sont guère reluisants, même si les experts communautaires nous « rassurent », que notre cas est similaire, à quelques points près, entre autres, à la Belgique et à la Roumanie. Force est de reconnaître que ce compte rendu ou diagnostic été établi en 2012, alors que les chantiers de réformes venaient à peine de démarrer. Chose que l’équipe d’évaluation aurait pris en considération en tenant compte des récentes initiatives et des efforts consentis au niveau législatif et institutionnel.

– L’UGTM stigmatise l’interdiction de la marche de protestation prévue dimanche. L’UGTM qui mettait les dernières touches aux préparatifs pour la marche de protestation prévue dimanche contre la politique antisociale du gouvernement a indiqué avoir reçu, jeudi, une notification par écrit des autorités gouvernementales interdisant cette manifestation. Dans un communiqué intitulé « Benkirane et le retour aux années de plomb », la centrale précise qu’après avoir rempli toutes les formalités administratives et pris les dispositions logistiques nécessaires en vue de garantir le succès à la marche de protestation, elle s’est vu opposer, tel un couperet, la décision gouvernementale d’interdiction, décision qu’elle estime replonger le Maroc dans le climat de terreur et d’oppression avec lequel on pensait avoir rompu à jamais.

LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB:.

– Gouvernance politique: quelle place les partis veulent-ils occuper sur la scène publique? La légitimité des partis politiques est-elle pérenne? Assurent-ils comme il se doit leur rôle d’encadrement des populations? Ont-ils toujours un cap et une ligne cohérente par rapport aux enjeux supérieurs du pays? Autant de questions auxquelles Abdelilah Benkirane a été invité à répondre, en sa qualité de secrétaire général du PJD, à l’occasion de la 5é table ronde organisée jeudi dernier à Rabat sur la gouvernance des partis politiques. Selon le Chef de file du PJD, le parti politique ne peut jouer efficacement son rôle que dans la mesure où il affiche une volonté de réforme. « Une réforme bien ordonnée commence par soi-même », pour reprendre son idée. Dans cette lignée, le Chef du gouvernement a appelé les compétences à intégrer les partis politiques pour aller de l’avant dans le processus de transition.

– Le cinéma marocain dresse son bilan. Dans le cadre du festival national du film de Tanger, le directeur général du Centre cinématographique marocain(CCM), Noureddine Sail, a dévoilé, lors d’une conférence de presse, le bilan du cinéma national au titre de l’année 2013. Plus de 700.000 spectateurs et 25 millions de dirhams de recettes, tels sont les premiers chiffres annoncés. A signaler que 60 millions de dirhams ont été décaissés à titre d’avances sur recettes durant l’exercice écoulé et que 21 longs métrages et 6 courts métrages en ont bénéficié. Signe d’une évolution positive: depuis près de cinq ans, les films marocains enregistrent les meilleures recettes d’entrées devant les productions américaines et égyptiennes.

AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI:.

– Maladies mentales: moins d’un médecin et deux infirmiers pour 100.000 Marocains, a indiqué jeudi à Marrakech Hicham El Berri, chef de la Division des maladies non transmissibles, Direction de l’épidémiologie et de lutte contre les maladies au ministère de la Santé.

– FAO: les ressources en eau potable au Maroc régresseraient en 2050. Les experts de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont mis en garde contre une baisse des ressources en eau potable au Maroc d’ici 2050.

RISSALAT AL OUMMA:.

– Benkirane ferme les yeux sur le ChocolateGate pour préserver sa majorité. Intervenant dans le cadre des rencontres de la 1ère édition de la « Table de la Gouvernance des partis politiques » organisées par l’association des lauréats de l’Institut supérieur de l’administration (ALISA), le secrétaire général du PJD a admis qu’il avait fermé les yeux à l’affaire du chocolat d’Abdeladim El Guerrouj « pour ne pas exposer son cabinet à un autre séisme ».

– Benkirane interdit la marche de Hamid Chabat. La marche de protestation contre la politique du gouvernement que comptait organiser l’UGTM, bras syndical du Parti de l’Istiqlal, n’aura pas lieu. Le syndicat dirigé par Hamid Chabat a reçu, jeudi, une missive des autorités locales de Rabat indiquant l’interdiction de cette manifestation.

AL KHABAR:.

– Benkirane: j’ai pensé à quitter le gouvernement à plusieurs reprises. Intervenant dans le cadre des rencontres de la 1ère édition de la « Table de la Gouvernance des partis politiques » organisées par l’association des lauréats de l’Institut Supérieur de l’Administration (ALISA), le secrétaire général du PJD a indiqué qu’il a renoncé à cette idée parce qu’il a constaté la présence d’une dynamique de réforme initiée par ses ministres.

– Louafa: Nous devons réformer les finances publiques malgré le coût social. La situation déséquilibrée des finances publiques implique la mise en œuvre de nouvelles réformes malgré le coût social, a indiqué jeudi le ministre délégué chargé des Affaires générales et de la gouvernance, Mohamed Louafa. « Si l’Etat réfléchit uniquement par les conséquences qui peuvent en découler, il ne pourrait jamais réformer », a estimé Louafa qui intervenait lors d’une rencontre organisée par la Fondation diplomatique sur « L’impact des décisions du gouvernement sur la situation économique: quels mécanismes pour favoriser la justice sociale et préserver le pouvoir d’achat? ».

AL AHDATH AL MAGHRIBIA:.

– Enseignement: Massar piraté. Le système de gestion scolaire électronique Massar a été bel et bien piraté. L’information s’est infiltrée des réunions des délégués avec les directeurs des établissements scolaires. Selon les données préliminaires, les notes des élèves du cycle secondaire qualifiant ont été manipulées.

AL HARAKA:.

– Accords de coopération maroco-maliens: le Royaume conforté dans sa position de « partenaire sincère » auprès de ses amis. La signature, jeudi à Bamako sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI et du chef de l’Etat malien Ibrahim Boubakar Keita, de 17 accords de coopération bilatérale, confirme de nouveau que le Maroc reste « un partenaire sincère, solidaire et engagé » auprès de ses amis, a indiqué Mohamed Benhamou, président du Centre marocain des études stratégiques.

– La coopération Maroc-UE, l’une des plus abouties avec les partenaires de la zone Sud. La coopération Maroc-Union européenne représente l’une des plus abouties avec les partenaires de la zone Sud, a affirmé le chef de la Délégation UE au Maroc, Rupert Joy. Intervenant lors d’une conférence initiée par l’Université Privée de Marrakech (UPM) sous le thème « Les exigences, les opportunités et les échéances de mise en œuvre du Statut avancé Maroc-UE », Joy a souligné l’importance que ce partenariat revêt pour l’UE, 50 ans après l’engagement des négociations préliminaires entre le Royaume et l’Europe.

BAYANE AL YAOUM:.

– Benabdallah: le PPS au cœur du combat national pour davantage de démocratie, de liberté et de justice sociale. Le SG du PPS, Nabil Benaballah, qui était l’invité du « Forum des compétences pour le Maroc » relevant de la faculté de Droit-Souissi, a indiqué que le parti poursuit son action pour la réalisation progressive des objectifs qu’il s’est fixés dans le cadre de l’édification de l’Etat national démocratique, passage obligé pour parvenir à une société socialiste.

– Quai d’Orsay: la position de la France au sujet du Sahara, fondée sur une vision favorisant la stabilité dans la région. La position de la France au sujet du Sahara est fondée sur des principes et sur une vision favorisant la stabilité et la protection des droits de l’Homme dans la région, ainsi que sur une issue politique à ce conflit, a affirmé le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Romain Nadal. Dans une déclaration, jeudi soir, à la chaîne de télévision Canal+ dans son émission « Le grand journal », Nadal a récusé les allégations du co-producteur et acteur espagnol Javier Bardem dans le documentaire « Enfants des nuages, la dernière colonie », selon lesquelles, la position française au sujet du Sahara « dépend d’enveloppes ».

ASSABAH:.

– Benkirane: le PJD attaché à ses promesses électorales. Abdelilah Benkirane, secrétaire général du PJD, a affirmé que le parti n’est pas revenu sur ses promesses lancées lors de sa campagne électorale, soulignant qu’il va honorer ses engagements durant son mandat à la tête du gouvernement. Invité jeudi par l’association des lauréats de l’Institut Supérieur de l’Administration (ALISA) à Rabat, Benkirane a fait remarquer que la mise en application de son programme électoral et de la réforme n’est pas une tâche facile comme il le pensait avant de former le gouvernement.

– Le courant pro-Zaidi a décidé de riposter aux menaces de Driss Lachgar, premier secrétaire de l’USFP, qui avait manifesté son intention d’exclure ses opposants du parti de la rose, en appelant à une réunion pour structurer le secrétariat général du courant et tracer un programme de visites aux sections du parti afin d’élucider le point de vue du courant concernant ce qui se passe au sein du parti.

AL ALAM:.

– Le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane interdit la manifestation de l’UGTM, prévue le 22 courant. La centrale syndicale dénonce vigoureusement cette décision du gouvernement, précisant que « la classe ouvrière frustrée, qui s’attache à ses revendications justes et ses droits acquis, ne peut être brisée par cette décision abusive ».

– Les débarquements des produits de la pêche côtière et artisanale ont accusé, janvier dernier, une baisse de 15 pc en valeur par rapport au même mois de l’année 2013, selon l’Office national des pêches.

AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA:.

– Benabdallah: l’alliance PPS/PJD pour stopper l’arbitraire. Le secrétaire général du PPS, Nabil Benabdallah, a déclaré que le parti du livre s’est allié avec le PJD pour bloquer la route à l’arbitraire qui régnait sur la scène politique. Benabdellah, qui s’exprimait jeudi devant les étudiants de la faculté du droit à Rabat, que les ministres PJD qui se sont acclimatés avec le gouvernement, pas le PPS qui a trahi ses valeurs.

– Abdelilah Benkirane a révélé pour la première fois depuis sa nomination en tant que chef du gouvernement qu’il n’était pas convaincu de tous les candidats PJD élus par le parti pour faire partie du gouvernement.

ASSAHRA AL MAGHRIBIA:.

– La visite de SM le Roi au Mali, signe d’un engagement qui joint les actes à la parole. Le ministre malien des Affaires étrangères, Dahbi Ould Sidi Mohamed, a affirmé que la visite de SM le Roi Mohammed VI au Mali est le signe d’une solidarité agissante et d’un engagement « qui joint les actes à la parole ». Dans une déclaration au journal, le chef de la diplomatie malienne a aussi souligné que la volonté du Souverain de soutenir et d’accompagner le développement du Mali est basée sur une approche cohérente et pragmatique. Outre la médiation politique, elle prône la lutte contre le sous-développement et l’extrémisme, les deux principaux maux à l’origine de la crise au nord du pays.

– Le secrétaire général du PJD Abdelilah Benkirane a affirmé au cours d’une rencontre, jeudi, que la situation au Maroc « est très bonne et enviable » au niveau de la région arabe, ajoutant que l’enjeu serait d’assurer les réalisations accomplies et de ne pas reculer.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *