Revue de presse marocaine du 22/02/2013

0 commentaires, 22/02/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce vendredi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Alors que le mandat de 90 Conseillers a pris fin depuis plusieurs mois: Ils continuent d’être payés jusqu’à nouvel ordre. Cela fait des mois que le mandat de 90 Conseillers a officiellement pris fin. Pourtant, ces derniers continuent de siéger et de bénéficier de tous les avantages que leur offre leur mandat de députation comme dépenses financières pour l’institution législative. Si cette situation perdure aujourd’hui encore c’est que les forces politiques sont divisées sur le renouvellement du tiers sortant. Un débat dans lequel le parti du MP émerge du lot. Des informations ayant circulé récemment évoquaient l’intention du parti de l’Epi de proposer une loi qui permettra à la 2ème Chambre de renouveler son tiers sortant. Mohamed Moubdie, député et membre du bureau politique du parti, récuse ces informations. « Nous n’avons jamais eu l’intention de déposer une proposition de loi ou un quelconque texte législatif pour faciliter le renouvellement de la Chambre des conseillers. Une telle initiative ne saurait être prise sans l’accord et le soutien des autres composantes de la majorité », explique-t-il.

-Danger sur les télécoms: Les opérateurs tirent la sonnette d’alarme. Les performances affichées ces dernières années ainsi que les indicateurs d’activités publiés régulièrement par l’ANRT cachent un grand malaise. Ainsi, la baisse vertigineuse des prix de la minute n’a pas pu être compensée par une hausse de volume comme s’y attendait l’Agence nationale de Réglementation des Télécommunications. Entre 2011 et 2012, le prix de la minute a baissé de 30 pc, alors que les opérateurs n’ont gagné que 6 pc en termes de nouveaux portefeuilles censés apporter les volumes supplémentaires. Les opérateurs mettent en garde contre les conséquences d’un essoufflement du secteur sur ses emplois, la couverture du territoire ou encore la qualité des réseaux.

+L’ECONOMISTE+:.
-Prix immobilier: La fièvre commence à baisser. Serait-ce le début d’une tendance baissière des prix de l’immobilier résidentiel, notamment dans la région casablancaise? Les prix résistaient jusque-là en dépit du recul de la demande et du ralentissement des transactions. Selon l’indice des actifs immobiliers de Bank Al Maghrib, les prix ont globalement stagné en 2012, alors qu’ils avaient augmenté de 2,4 pc un an plus tot. Sur certaines villes, comme Marrakech, Tanger et Agadir, ils se sont même repliés. A Casablanca, les prix se maintiennent depuis près de 4 ans. Selon les professionnels, cette année, les prix pourraient « se calmer » encore plus. Les fédérations du secteur sont actuellement en train d’étudier les moyens de relancer la demande. Des rencontres sont prévues dans les prochains jours entre la Fédération Nationale du Bâtiment et des Travaux Publics (FNBTP), la Fédération de l’Industrie des Matériaux de Construction (FMC) et la Fédération Nationale des Promoteurs Immobiliers (FNPI). Pour eux, il est important de donner un nouveau souffle à la demande. Surtout que les méventes ont poussé plusieurs promoteurs à négocier des rééchelonnements de leurs crédits bancaires, ce qui n’est pas chose aisée.

-Agrumes: Les exportateurs se font la guerre sur les marchés étrangers. Perte chronique de parts de marché et concurrence maroco-marocaine. Voilà, entre autres, les principaux dysfonctionnements dont souffre le secteur agrumicole. Ce fleuron de l’agriculture d’exportation est menacé dans sa pérennité. Et pour cause! Le maillon essentiel de la chaîne de valeur, l’export en l’occurrence, ne suit pas le rythme ascendant de la production. Et la situation risque encore de s’aggraver avec le volume attendu dès les deux prochaines années. Les craintes des agrumiculteurs trouvent leur origine dans les défaillances de la commercialisation tant sur les marchés traditionnels que sur les débouchés ouverts et consolidés il y a à peine une décennie.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Métiers mondiaux du Maroc: Les industries chimiques et pharmaceutiques intègrent le Pacte Emergence. Les troisièmes Assises de l’industrie, tenues à Tanger le 20 février sous la Présidence effective de SM le Roi, ont confirmé la progression des Métiers mondiaux du Maroc, notamment l’automobile, l’aéronautique et l’offshoring. Cette tendance positive a conduit à l’intégration de deux nouveaux secteurs: la chimie et l’industrie pharmaceutique dans le Pacte Emergence lancé il y a de cela quatre années. Le 1er secteur cité compte 1.627 établissements, soit 20,5 pc des établissements industriels marocains, selon le ministère de l’Industrie, du commerce et des nouvelles technologies. Cette industrie a contribué à hauteur de 16,1 pc à la production industrielle et employé 11,9 pc de l’effectif total. En outre, ce secteur a drainé 25,4 pc des investissements et réalisé 26 pc des exportations industrielles totales. De son coté, l’industrie pharmaceutique compte 32 laboratoires, en 2011, dont le chiffre d’affaires s’élève à 8,3 MMDH et emploie 40.000 personnes, à en croire les statistiques publiées par l’Association marocaine des industries pharmaceutiques.

-Séance annuelle d’évaluation des politiques publiques: L’opposition attend Benkirane de pied ferme. La session d’automne du Parlement a pris fin sans que le Chef du gouvernement ait présenté le bilan annuel de l’action gouvernementale. Pourtant, la Constitution stipule qu’une séance annuelle est réservée par le Parlement à la discussion et à l’évaluation des politiques publiques. Beaucoup de parlementaires, aussi bien de la majorité que de l’opposition, commencent à s’impatienter, estimant que cette séance tarde à avoir lieu. Selon une source au Parlement, Benkirane a déjà contacté les présidents des deux Chambres du Parlement afin de tenir une réunion préparatoire à cette séance. En tout cas, quelle que soit la date de la tenue de la séance annuelle, la mission d’Abdelilah Benkirane ne sera pas facile face aux parlementaires de l’opposition qui ne laissent passer aucune occasion pour tirer à boulets rouges sur le gouvernement. On s’attend à ce que ce rendez-vous annuel soit beaucoup plus animé que les séances mensuelles des questions orales destinées au chef du gouvernement. Les députés des groupes de l’opposition reprochent à l’équipe de Benkirane sa lenteur et sa mollesse concernant la gestion de certains dossiers jugés urgents, l’absence d’une vision claire des chantiers des réformes ainsi que le déficit de concertation.

+L’OPINION+:.
-Le Maroc industriel en marche: Le thème « Emergence, une dynamique engagée », choisi pour la 3ème édition des Assises de l’industrie, en dit long sur les ambitions futures du Maroc, mais aussi sur le chemin parcouru par le Maroc industriel devenu une réalité tangible pour les acteurs économiques marocains et internationaux depuis le lancement, le 13 février 2009, du Pacte National pour l’émergence industrielle (PNEI) (2009-2015). Si cette 3ème édition a été l’occasion de dresser le bilan à mi-parcours du PNEI et de mettre l’accent sur l’évolution enregistrée (tant au niveau des exportations qu’à celui des emplois) par les six métiers mondiaux du Maroc (Aéronautique, automobile, électronique, offshoring, textile/cuir et agroalimentaire), elle a aussi défini des contours de la seconde étape par l’intégration de nouveaux secteurs à fort potentiel de développement. D’où la signature de sept conventions de partenariat entre le gouvernement et nombre d’opérateurs dans les domaines économique, industriel et financier intéressant les secteurs de l’industrie chimique et parachimique, pharmaceutique, métallurgique, mécanique et électromécanique.

+LIBERATION+:.
-L’USFP et l’UMT font front commun contre les régressions. Lors d’une rencontre tenue au siège de la centrale syndicale entre le SG de l’UMT et une délégation du bureau politique de l’USFP conduite par le Premier secrétaire Driss Lachgar, ce dernier a appelé les dirigeants de l’UMT à réfléchir à toutes les formes de coopération entre les deux formations, à même de permettre de relever les défis et défendre les acquis démocratique du peuple marocain, que le gouvernement du PJD veut liquider. A l’issue de cette rencontre, les deux délégations se sont mises d’accord pour coordonner leurs actions au sein de la Chambre des conseillers et au Conseil économique et social, affronter toute réforme de la Caisse de compensation par le gouvernement actuel qui s’oriente dans le sens de la liquidation de celle-ci, et pour organiser une célébration symbolique et exceptionnelle du 1er mai prochain. Pour concrétiser ces axes, une délégation de l’UMT visitera, au cours de la semaine prochaine, le siège central du parti de la Rose à Rabat afin de se réunir avec les dirigeants ittihadis.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Bientot une mutuelle pour les commerçants: Les commerçants auront bientot un régime de couverture médicale. Le ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies s’attèle à un projet novateur qui permettra aux commerçants et aux membres de leurs familles de bénéficier notamment d’une couverture médicale et d’une retraite. Pour garantir le succès de ce nouveau régime de protection sociale, le département de Abdelkader Amara adopte une approche progressive. « La démarche consiste à procéder par étapes, en commençant par la couverture maladie qui constitue aussi bien pour le ministère que pour les commerçants la priorité numéro 1, et de capitaliser sur les enseignements tirés des expériences passées », souligne une source au ministère, référence faite à l’expérience « Inaya ». Lancée en 2006, cette expérience s’est avérée être un véritable fiasco. Les objectifs escomptés n’ont pas été atteints. En terme de chiffres, ce sont 7.000 personnes qui ont opté pour ce régime de couverture médicale, soit 1,4 pc de l’objectif fixé des 500.000 adhérents en 2008, et ce pour plusieurs raisons.

-Assises de l’industrie: La transformation économique en marche. En quelques années, depuis sa mise en Âœuvre, le Pacte national pour l’émergence de l’industrie a réussi des réalisations considérables et aujourd’hui il se voit élargi à de nouveaux métiers. Mais au-delà des avancées réalisées par l’industrie d’une manière générale et en particulier les métiers mondiaux, ces Assises de l’industrie ont été aussi l’occasion de souligner la nécessité d’opérer la réorientation économique vers une industrialisation du Royaume puisque de nombreux défis sont encore à relever. Il s’agit notamment de l’amélioration continue du climat des affaires, du soutien des entreprises, de la favorisation de la valeur ajoutée, de l’amélioration de l’intégration industrielle sans oublier le fait d’attirer des investissements structurants. 2013 devrait, donc, être l’année des nouvelles implantations et de la démultiplication des efforts.

+AL MASSAE+:.
-Les habitants de Midelt se soulèvent contre « l’esclavagisme ». Près de 4.000 manifestants, dont des femmes et des enfants, ont organisé mercredi un sit-in devant le tribunal de première instance de la ville et scandé des slogans exigeant le « départ » du substitut du Procureur général du Roi près cette juridiction, après avoir offensé un citoyen qui a été forcé de lui embrasser les chaussures.

-Le fils d’une famille riche gifle un policier de la circulation à Casablanca et ce dernier insiste sur la poursuite de son agresseur en justice. Une source bien informée a affirmé que la famille du jeune agresseur a tenté à plusieurs reprises d’enterrer ce dossier après l’accident, qui s’est produit mardi dernier, mais le policier agressé a insisté pour poursuivre le jeune en justice.

-L’Europe fait retourner d’importantes quantités de poissons congelés au Maroc en raison du non-respect des normes internationales dans le domaine de la conservation et du stockage. Le ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime est sur le qui-vive après l’annonce de cette décision survenue après la découverte de taux élevés d' »histamine », une substance chimique qui provoque une réaction allergique et l’empoisonnement.

-Driss Lachgar s’associe aux syndicats pour faire face à Abdelilah Benkirane. Le Premier Secrétaire de l’USFP est déterminé à oeuvrer par tous les moyens pour faire face au gouvernement Benkirane. Il a dans ce sens entamé jeudi ses réunions consultatives avec les leaders des centrales syndicales les plus représentatives dans les secteurs sociaux, par une rencontre avec le SG de l’UMT, avant de tenir d’autres rencontres similaires avec les leaders de la CDT, de la FDT et de l’UGTM la semaine prochaine. Des sources ittihadies ont fait savoir que ces rencontres visent à débattre de tout ce qui a trait à l’action syndicale pour contrecarrer l’offensive menée par l’équipe gouvernementale contre la classe laborieuse ainsi que des grands projets de réformes que compte mener le gouvernement, notamment la réforme de la Caisse de compensation et la promulgation de la loi sur la grève.

-Abdellah Bouanou, responsable du PJD, appelle le ministère de l’Intérieur à lutter contre « les fraudeurs » lors des élections législatives partielles, qui auront lieu dans la circonscription de Moulay Yaacoub. Cette déclaration a été faite lors d’un rassemblement organisé mercredi par le parti de la Lampe pour soutenir son candidat dans cette circonscription.

+ASSABAH+:.
-Noureddine Bensouda refuse d’exécuter les instructions du Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, et de certains de ses ministres. Le Trésorier général du Royaume a refusé de valider les décisions de nomination de certaines personnes, ayant déjà bénéficié de l’opération de départ volontaire, dans les cabinets de certains ministres de l’actuel gouvernement. Bensouda a également fait fi de la décision de la lettre d’arbitrage qui lui a été adressée par Benkirane à ce sujet alors que Nizar Baraka, ministre de l’Economie et des Finances tergiverse, lui aussi, pour la signature des décisions de nomination dans certains cabinets des autres ministres.

-Mise en place d’une commission parlementaire d’enquête sur la dilapidation de deniers dans le secteur de la pêche maritime et audition de la directrice de l’Office national de la pêche maritime, suite aux conclusions du rapport des membres d’une commission en tournée dans les provinces du sud pour s’enquérir des problèmes du secteur, ont révélé des sources bien informées.

-L’ancien directeur général de la COMANAV condamné à cinq ans de prison ferme et grand mécontentement parmi les familles et la défense des mis en cause concernant les peines prononcées. Pour Mohamed Akdim, membre de la défense et ancien bâtonnier de Rabat, les sentences ont été « très sévères » à l’encontre des prévenus, notant que le dossier a été « gonflé » et que les preuves étaient insuffisantes. Il a par ailleurs fait savoir qu’il compte, aux cotés d’autres avocats de la défense, faire appel de ce jugement.

-Mohamed El Ouafa, ministre de l’Education nationale, accorde son pardon aux voleurs et « dénigre » les étudiants. Le ministère d’El Ouafa a publié la liste des étudiants fraudeurs lors des examens du Baccalauréat 2012 mais il a fermé les yeux sur les « voleurs » du Plan d’urgence et des fonds du ministère ainsi que sur les mafias bénéficiaires des indemnités astronomiques sur les missions et déplacements, la formation, l’évaluation et le suivi ainsi que sur les fonctionnaires « fantomes » qui se cachent derrière le détachement syndical.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Les chaussures du substitut du Procureur général du Roi déclenchent « l’Intifada de la dignité » à Midelt. Des milliers d’habitants de la ville ont observé, mercredi, un sit-in devant le tribunal de première instance en solidarité avec le jeune Hicham Hemmi, qui a accusé le substitut du Procureur près cette juridiction de l’avoir forcé à embrasser ses chaussures. Dans une déclaration au journal, le jeune Hemmi a indiqué que « le substitut du Procureur général du Roi m’a humilié et m’a craché au visage ».

-Subventions directes aux couches démunies: Abdelilah Benkirane diligente une enquête sur des opérations d’inscription « fictives » pour bénéficier de l’aide financière directe, après que des imposteurs aient appelé les habitants de plusieurs régions du Royaume à remplir un imprimé disponible auprès des directions des impots pour profiter de l’aide financière directe promise par le gouvernement. D’autre part, le gouvernement vient de soumettre récemment son plan législatif à la présidence des deux Chambres du parlement après plusieurs mois d’attente.

-Affaire COMANAV: Le tribunal « choque » Taoufiq Ibrahimi et co après les avoir condamné à un total de 14 ans de prison ferme. La Chambre criminelle chargée des crimes financiers près la Cour d’appel de Rabat a prononcé, mercredi, des jugements allant de l’acquittement à cinq ans de prison ferme à l’encontre de six personnes poursuivies dans le cadre de l’affaire « Comanav ». Taoufiq Ibrahimi, ancien PDG de la Compagnie maritime et principal accusé, a ainsi écopé de cinq ans de prison ferme, la Cour l’ayant blanchi du chef d’inculpation de « constitution d’une bande criminelle ».

+AL KHABAR+:.
-Des militants USFPéistes dans la région du Grand Casablanca réclament un audit des finances du secrétariat régional du parti de la Rose dans la métropole. Ils ont ainsi déposé, vendredi dernier, une demande à la Cour des comptes pour effectuer cet audit. Des sources bien informées ont indiqué que certains militants s’interrogent sur le sort d’environ 2 milliards de centimes qui ont « disparu » du rapport financier du 9ème congrès, résultant de la vente de 30 pc des parts du parti dans le capital de la société Sapress en 2009.

-L’état-major de la Gendarmerie royale a procédé, au cours de cette semaine, à une série de mouvements à la tête de plusieurs de ses services. Selon des sources concordantes, il a été procédé à la nomination de plusieurs hauts officiers et à la mutation d’autres pour diriger d’autres services.

-Un sit-in massif devant le tribunal de première instance de Midelt pour dénoncer les pratiques attentatoires à la dignité du substitut du Procureur général du Roi. Lors de ce sit-in, qui a connu la participation d’environ 8.000 personnes, les manifestants ont scandé des slogans exigeant le départ de ce responsable judiciaire accusé d’avoir obligé un jeune habitant de la ville à embrasser ses chaussures deux fois au poste de police. Ils ont également demandé l’ouverture d’une enquête honnête et transparente sur cette affaire. De son coté, la jeune victime a fait savoir qu’elle ne renoncera jamais à son droit, car « sa cause est désormais celle du peuple marocain ».

-Nominations aux hautes fonctions: le groupe PAM à la Chambre des Conseillers décide d’adresser une demande urgente au président de la commission de la Justice et de la législation à la 2ème Chambre et au gouvernement, représenté par Abdeladim El Guerrouj, ministre chargé de la fonction publique et de la modernisation de l’administration, pour tenir une réunion qui sera consacrée au respect par le gouvernement des principes de transparence, de méritocratie et d’égalité entre les candidats ayant présenté leurs candidatures pour pourvoir ces postes.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-L’histoire du jeune Hicham Hemmi et du Substitut du procureur du Roi secoue la ville de Midelt, dont des centaines d’habitants ont bravé le froid et participé mercredi à un sit-in de protestation observé devant le tribunal de 1ère instance à l’appel de la section de l’AMDH en signe de solidarité avec le jeune garagiste qui a été humilié par le responsable judiciaire samedi dernier.

-Le mouvement féminin décide de reporter sa prise de position vis-à-vis de la commission scientifique mise en place par la ministre de la solidarité, de la femme, de la famille et du développement social, Bassima Hakkaoui, et chargée d’élaborer le projet de création de l’Autorité pour la parité et de la lutte contre la discrimination. Les différentes composantes du Printemps féminin ont indiqué, lors d’une rencontre tenue mercredi, que les débats autour de ce sujet ont besoin de davantage de consultations et de concertations pour parvenir à une position finale.

-Le directeur du centre d’immatriculation de Nador et son adjoint condamnés à dix ans de prison ferme par la Chambre criminelle (premier degré) de la Cour d’appel de Fès. Les mis en cause ont été poursuivis suite aux plaintes anonymes déposées contre les deux responsables et concernant des dysfonctionnements et des irrégularités au centre de dédouanement des voitures à Nador.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Début du bras de fer entre les ministères de l’Intérieur et de l’Equipement et du Transport sur la gestion des carrières. Le ministre de l’Equipement et du Transport Aziz Rebbah cède à la réalité et revient sur le soutien d’un parlementaire dans la région du Gharb et la fermeture de la carrière qu’il exploitait dans la commune de Sidi Rakabi en dehors de la loi, et ce suite à la visite effectuée par une commission d’inspection de haut niveau du ministère de l’Intérieur dans la région du Gharb-Cherarda-Bni Hsen à ce sujet.

-Le scandale de l’affaire de la viande de cheval faussement étiquetée boeuf en Europe arrive au Maroc. Un communiqué de l’Office national de la sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) a indiqué que les enquêtes de ses services vétérinaires ont révélé qu’une quantité totale de 1.793 kg de plats cuisinés surgelés à base de viande de bÂœuf de « Findus » a été importée au Royaume durant l’année 2012, ajoutant que des échantillons de ces produits sont analysés au laboratoire officiel pour vérifier leur conformité avec les normes en vigueur.

+ATTJADID+:.
-Affaire du Substitut du Procureur général du Roi qui a obligé un citoyen à lui embrasser les chaussures: les habitants de la ville de Midelt ont organisé, mercredi, un sit-in devant le tribunal de première instance au cours duquel ils ont réclamé l’ouverture d’une enquête et la poursuite en justice de toutes les personnes impliquées dans cette affaire.

+AL ALAM+:.
-Une pénurie de médicaments dans les établissements hospitaliers et les officines suscite l’inquiétude parmi les milieux sanitaires et l’opinion publique d’autant plus que le mutisme du ministère de la santé ne fait qu’attiser l’état de confusion et de mécontentement qui règne dans plusieurs centres de santé.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Plus de 550 formulaires pour l’obtention de l’aide directe demandés par des personnes démunies à Fès en trois jours seulement et Mustapha El Khalfi, ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, indique que le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a demandé au ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser, de diligenter une enquête pour déterminer la partie qui a fait circuler les rumeurs concernant la distribution de ladite aide.

-L’ancien directeur général de la COMANAV, Taoufik Ibrahimi, condamné à cinq ans de prison et la défense d’Ibrahimi et Co estime que ce verdict constitue un modèle dangereux de « l’autoritarisme » du système judiciaire au Maroc.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Retour des mouvements de grève dans les secteurs des collectivités locales et de l’enseignement supérieur en raison de la « fermeture de la porte du dialogue » et des prélèvements sur les salaires des grévistes. Dans ce cadre, le Syndicat démocratique des collectivités locales a décidé d’observer une grève le 7 mars prochain. Pour sa part, le syndicat national de l’enseignement supérieur a menacé d’organiser une série de grèves à partir du deuxième semestre de l’année universitaire en cours.

-Cinq sièges parlementaires attisent la concurrence entre dix-sept partis politiques. Les formations politiques s’affronteront pour décrocher les cinq sièges en lice dans les circonscriptions de Settat, El Youssoufiya, Azilal, Sidi Kacem et Moulay Yaacoub, dans le cadre des élections législatives partielles, qui auront lieu le 28 février.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-L’ancien DG de la COMANAV, condamné à cinq ans de prison ferme et la défense considère que le jugement, prononcé mercredi, « ne reflète pas la réalité des ramifications de l’affaire » alors que les mis en cause ont été dans un état de choc suite à la prononciation des jugements.

-L’Office national de sécurité sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA) affirme la saisie de 1,6 tonne de produits d’une société accusée d’avoir commercialisé de la viande chevaline au Maroc et les associations des consommateurs qualifient de « tardive » cette mesure et appellent à la création d’une Agence indépendante de controle.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *