Revue de presse marocaine du 21/05/2013

0 commentaires, 21/05/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce mardi:.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Décision de retrait de l’Istiqlal du gouvernement: Le PJD sort enfin de son mutisme. Après plus d’une semaine de silence assourdissant, le PJD a enfin communiqué officiellement sur la décision du retrait de l’Istiqlal du gouvernement en mandatant Abdelali Hamieddine pour participer, dimanche dernier, à une émission diffusée par Médi1-TV. Il était grand temps! Acteurs politiques de l’opposition et observateurs appelaient le PJD à sortir de son mutisme et à dévoiler sa vision quant à la décision de l’Istiqlal qui a secoué la coalition gouvernementale. En gros, le parti de la Lampe, à l’instar de ses deux alliés (MP et PPS), reste dans l’expectative et préfère la continuité pour préserver les intérêts du pays. Pour le dirigeant pjdiste, au cas où l’Istiqlal déciderait de présenter la démission de ses ministres, le Chef du gouvernement sera appelé, en premier lieu, à chercher un allié. Qui sera-t-il? Aucune réponse ne filtre: « Il est encore prématuré de se prononcer sur cette question ». Le PJD tient donc à rassurer mais il veillera à éviter la tenue de législatives anticipées « même si les bases sont favorables à cette option ». Cette conjoncture spéciale nécessite, selon le parti, la poursuite des efforts déjà engagés pour pouvoir aller de l’avant et mettre en Âœuvre les réformes tant attendues.

-Hopital de campagne marocain du Camp Zaâtari en Jordanie: Un bilan très salué. Ce sont 82.502 enfants syriens, 44.875 femmes et 39.309 hommes qui ont bénéficié des soins auprès du staff médical de l’hopital de campagne marocain au Camp Zaâtari. Ce camp situé dans le nord de la Jordanie accueille des milliers de réfugiés syriens depuis le 31 juillet 2012. Un dernier bilan de cet hopital marocain (installé par les Forces Armées Royales), datant du 16 mai, montre l’importance du travail entrepris par l’équipe médicale marocaine sur place. Il s’agit de pas moins de 160.000 réfugiés syriens qui ont pu bénéficier, depuis août 2012, des différentes prestations de cet hopital de campagne marocain au Camp Zaâtari en Jordanie. Etant parmi les plus grandes structures médicales du genre installées dans ce camp de réfugiés, l’hopital, animé par un grand nombre de cadres médicaux et paramédicaux, connait une très grande affluence. Ce qui s’explique également par la nature et la diversité des prestations proposées.

+LIBERATION+:.
-L’opposition menace de boycotter la séance mensuelle du chef du gouvernement. Les députés de l’opposition vont-ils boycotter la séance mensuelle d’interpellation du chef du gouvernement? Ce lundi 20 mai, la question se posait avec une rare insistance dans les grands couloirs du Parlement. A la Chambre des députés, la séance mensuelle des questions du chef du gouvernement aura lieu demain mercredi à 15 heures. D’ailleurs, elle est officiellement annoncée par le site de la Chambre et les députés ont tous reçu leur convocation. Problème, les députés de l’opposition ne l’entendent pas vraiment de cette oreille. Ils n’ont toujours pas déposé leur question au chef du gouvernement.

-Le CNDH épingle les dysfonctionnements des centres de sauvegarde de l’enfance. Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) vient de rendre public un rapport sur la situation et la protection des droits des enfants placés sur décision judiciaire dans les centres de sauvegarde de l’enfance. Présenté hier en conférence de presse à Rabat, ce rapport souligne que malgré les efforts déployés par les départements concernés et les progrès significatifs enregistrés, des dysfonctionnements entravent la protection des enfants et leurs droits, notamment celle des enfants placés en institution. En effet, à l’issue de ses visites réalisées du 15 au 29 novembre 2012 dans les différents centres de sauvegarde de l’enfance, le CNDH indique que le placement des enfants en situation difficile et/ou en conflit avec la loi dans ces centres est non conforme aux standards et normes de la Convention relative aux droits des enfants (CDE).

-Les promoteurs privés traînent les pieds. « Je vous confirme que jusqu’à présent aucun projet de logements subventionnés de la classe moyenne n’a été lancé. Et c’est normal vu la résistance des opérateurs immobiliers privés », a affirmé Nabil Benabdellah, ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Politique de la ville. S’agit-il d’une preuve de courage ou plutot d’un aveu de faiblesse face à des promoteurs immobiliers déterminés à bénéficier des mêmes exonérations fiscales que pour le logement social? En effet, le ministre semble mettre un peu d’eau dans son vin. Car s’il n’y aurait pas d’exonérations fiscales pour les logements destinés à la classe moyenne compte tenu de la situation difficile des finances publiques, Nabil Benabdellah est prêt à faire bénéficier ces opérateurs de terrains relevant du domaine public.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Développement durable: Une stratégie nationale en préparation. Conscient des enjeux et de l’importance de garantir un développement vert aux générations futures, le ministre de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement travaille à l’élaboration de la Stratégie nationale de développement durable. Très attendue et indispensable, cette stratégie vient conforter l’engagement du Maroc dans un processus visant à instaurer le développement durable come principe national grâce à la volonté de SM le Roi Mohammed VI. Un engagement qui se traduit par plusieurs réformes politiques, stratégiques et des programmes ambitieux dans différents domaines qu’ils soient sociaux, économiques ou environnementaux. Il s’agit donc d’un projet ambitieux car il mobilise l’ensemble des parties prenantes qui contribuent au développement économique et social du pays. Cette stratégie nationale de développement durable viendra boucler la feuille de route de la Charte nationale globale de l’environnement et du développement durable.

-Le Chef de gouvernement sera le 22 mai, le 26 juin et le 22 juillet à la première Chambre: L’opposition menace de boycotter les séances mensuelles. Le passage du Chef de gouvernement divise les parlementaires. A moins de 45 heures de la tenue de la séance mensuelle sur la politique générale, les groupes parlementaires n’ont pas encore trouvé un accord sur l’ordre du jour. Un communiqué de la Chambre des représentants informe tout juste que le Chef de gouvernement sera son hote le 22 mai, le 26 juin et le 22 juillet prochains. Mais le problème est beaucoup plus profond et dépasse la simple question de l’ordre du jour. Des forces de l’opposition à la première Chambre ont clairement notifié au cours des dernières réunions que le déroulement des séances mensuelles doit être revu.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Crise gouvernementale: politique: Un remaniement ministériel justifié? Au lendemain de la victoire du PJD aux élections législatives e 2011, les Marocains étaient nombreux à espérer l’amélioration de leur quotidien. Toutefois, force est de constater que les choses ne bougent pas dans le bon sens. Après 17 mois de gestion, le cabinet de Benkirane tâtonne. Augmentation du prix du carburant et des denrées de première nécessité, des réformes annoncées qui n’aboutissent pas, des déclarations maladroites de certains de ses ministres. Le SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat, aurait-il raison en demandant un remaniement ministériel qui serait salutaire selon bon nombre d’observateurs? Une chose est sûre, le gouvernement de Benkirane peine à aller de l’avant. Les ministres ont même du mal à assumer les déclarations. Ils annoncent un projet ou une nouvelle mesure pus se rétractent. Les exemples sont multiples, mais parmi les plus éloquents est le projet de réforme de la Caisse de compensation tant attendu et plus précisément la distribution des aides directes aux ménages les plus démunis.

+L’ECONOMISTE+:.
-Télécoms: Un nouveau plan de développement. Le défi de généraliser l’accès aux télécommunications, porté par l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT), tient toujours. Le 1 pc de localités à couvrir sur les 9.263 alors cataloguées comme zones blanches- c’est-à-dire non couvertes par les réseaux de télécommunications- ne devrait pas résister encore longtemps. En tout cas, le régulateur semble déterminé va aller jusqu’au bout de ce pari. L’ANRT dévoile aujourd’hui mardi à Rabat, lors d’une rencontre avec la presse, les détails du nouveau plan de développement du service universel, pour les cinq prochaines années (2014-2018).

-Minoterie: Les dégâts d’une réforme inachevée. La minoterie a du pain sur la planche! Plusieurs années après la libéralisation du secteur, la réforme tarde à être achevée. Ceci se manifeste surtout au niveau de l’encadrement des prix des farines aussi bien libres que subventionnées. Situation, qui offre peu de visibilité aux professionnels du secteur. « Du coup, l’investissement s’inscrit dans une tendance baissière notamment en ce qui concerne la modernisation de l’outil de production », révèle la Fédération nationale de la minoterie (FMM). Pour s’affranchir du système d’encadrement actuel, la profession appelle à l’achèvement de la libéralisation en tenant compte des sensibilités politiques vis-à-vis de la filière céréalière et des impératifs du marché.

-Centres de sauvegarde de l’enfance: Les mises en garde du CNDH. Après les établissements de santé mentale et les prisons, le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) s’attaque aux centres de sauvegarde de l’enfance. Pour Driss El Yazami, il s’agit « d’analyser la situation des enfants placés dans ces centres sur décision judiciaire et de protéger leurs droits. L’objectif est d’évaluer le degré de conformité des modalités de leur placement et de leur prise en charge aux normes définies par la Convention internationale relative aux droits de l’enfance ». Le tableau dressé suite aux travaux de la commission présidée par Saadia Ouaddah est alarmant. Au lieu d’être une solution en dernier recours, l’internement des enfants dans ces centres et leur privation de liberté est souvent systématique, a déploré El Yazami. Ceci conduit à une situation dangereuse à cause de la présence dans les mêmes institutions d’enfants d’âges et de profils différents.

+L’OPINION+:.
-Hamid Chabat à Meknès: Le retrait du gouvernement a été décidé après épuisement des possibilités de mise en garde sur les dysfonctionnements. Le SG de l’Istiqlal, qui intervenait lors d’un meeting organisé à Meknès, a indiqué que « le danger qui nous guette c’est cette volonté de diriger le gouvernement avec l’esprit d’un seul parti » qui « veut visiblement gouverner seul, décidant de tout sans jamais prendre l’avis des partis de la coalition ». Et Chabat de réitérer que le gouvernement a eu recours à des décisions et des mesures qui ont eu un impact négatif sur le pouvoir d’achat des citoyens, paralysé le dialogue social avec les partenaires économiques, et fait régner le populisme, l’improvisation et l’intimidation, ce qui a grandement contribué à conduire le pays vers un avenir pour le moins « incertain », ajoutant que l’Istiqlal demande une nouvelle gouvernance capable de sortir le pays du marasme et de l’attentisme.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Le Chef du gouvernement évoque le recours éventuel à des élections législatives anticipées pour parvenir à une issue à l’actuelle crise gouvernementale. Lors d’une rencontre partisane tenue dimanche à Bouznika, Benkirane a affirmé devant des militants PJDistes que le parti « est prêt pour de nouvelles élections le cas échéant », précisant que « le PJD demeure fort et solide et ne craint nullement les +baltajiyas+ ».

-Un ministre dans le gouvernement: « Abdelilah Benkirane pourrait remettre les clés de la Présidence du gouvernement et rentrer chez lui si on ne cesse pas d’exercer des pressions sur lui ». Ce responsable gouvernemental a également exprimé, sous couvert d’anonymat, son étonnement de l’attitude contradictoire de Hamid Chabat qui, après avoir annoncé le recours à l’arbitrage royal pour le règlement de ses différends avec le Chef du gouvernement, évoque aujourd’hui d’autres issues, notamment la formation d’un gouvernement d’union nationale qui connaîtra la participation de toutes les formations politiques à l’exception du PPS de Nabil Benabdellah.

-USFP: Le Courant pro-Ahmed Zaidi s’organise. La direction nationale de ce mouvement de redressement a, dans ce cadre, adressé des emails à tous les membres adhérents dans lesquels elle les appelle à franchir une nouvelle phase dans la structuration interne de ce courant sur les plans local et national, tout en invitant les sympathisants dudit courant à la tenue de réunions urgentes pour l’élection de coordinateurs nationaux qui deviendront les représentants du courant dans les réunions tenue au niveau national. La direction a également appelé à l’élection d’un coordinateur provincial pour les jeunes et d’une coordinatrice provinciale pour les femmes pour que toutes les catégories soient représentées.

-L’AMDH réclame la réouverture de l’enquête sur les événements survenus dans le quartier de Sidi Youssef Ben Ali à Marrakech en décembre 2012. L’Association-section Menara a également réclamé la réouverture du procès des personnes arrêtées dans le cadre de cette affaire ou leur libération conformément aux principes de justice et d’équité, tout en plaidant pour l’ouverture d’un dialogue « sérieux » avec la population locale pour connaître leurs doléances.

+AL AKHBAR+:.
-Abdelilah Benkirane: « La décision du Conseil national du Parti de l’Istiqlal de se retirer du gouvernement s’inscrit dans le cadre d’un plan visant à perturber, voire entraver l’action de l’Exécutif ». Lors d’une rencontre avec les militants du PJD dimanche à Bouznika, le Chef du gouvernement a affirmé que « Nous n’avons pas peur des perturbateurs ou des +baltajiyas+ », soulignant que son parti est prêt pour de nouvelles élections législatives.

-Hamid Chabat révèle devant des militants istiqlaliens à Meknès que le Chef du gouvernement lui avait déclaré que s’il voulait un jour se retirer du gouvernement, il n’a qu’à le faire en présentant une motion de censure, ajoutant qu’il n’a pas informé les membres du Conseil national de ces propos pour ne pas susciter leur colère. Lors de ce rassemblement, Chabat a également indiqué que le favoritisme et le clientélisme sont devenus monnaie courante pour accéder aux hautes fonctions, après que les nominations sont devenues parmi les compétences du gouvernement.

-Driss Lachgar fustige le PJD en déclarant que le Parti de la Lampe tente d' »enterrer l’opposition et les partis qui la représentent ». Lors d’un meeting à Agadir, le Premier Secrétaire de l’USFP a indiqué que Benkirane et les siens naviguent sans boussole, critiquant vertement la manière de gouvernance pronée par les ministres PJDistes pour la gestion des affaires de l’Etat.

-Les professeurs de la langue arabe en Europe en colère contre la note du ministre Mohamed El Ouafa. La Coordination des professeurs de la langue arabe et de la culture marocaine en Europe a appelé, dans une missive adressée au Chef du gouvernement, à prendre en considération les conséquences sociales de la note du ministre de l’Education nationale, concernant le renouvellement du personnel éducatif marocain en Europe, notamment sur l’avenir de leur progéniture qui s’est totalement intégrée dans les systèmes éducatifs des pays d’accueil. La coordination a également indiqué, dans une lettre, que les enseignants marocains en Europe se sentent marginalisés et éprouvent une certaine injustice en comparaison avec les autres fonctionnaires marocains à l’étranger.

+AL MASSAE+:.
-Hamid Chabat change de ton et annonce sa disposition à s’asseoir autour de la table des négociations pour « une réunion nationale sincère » en vue de désamorcer la crise actuelle. Lors d’une meeting dimanche à Meknès, Chabat a indiqué que le parti de la Balance a espéré « voir Benkirane se comporter en un véritable chef de gouvernement et non pas en leader d’un parti politique ». Et de souligner : « Ou bien on gouverne ensemble ou bien ce sont les citoyens qui en décideront à travers de nouvelles élections ».

-Un rapport du CNDH révèle que les enfants sont victimes d’agressions sexuelles dans les centres de sauvegarde de l’enfance: Le rapport, présenté à la veille de la commémoration du 20ème anniversaire de la signature de la Convention onusienne relative aux droits de l’enfant, a indiqué que le placement des enfants dans les centres de sauvegarde de l’enfance n’est pas conforme aux standards de la Convention internationale relative aux droits de l’Enfant (CDE), ni aux principes régissant la justice des mineurs, ajoutant que les agressions sexuelles dont sont victimes ces enfants sont la conséquence du surpeuplement qui a conduit au partage des mêmes espaces par des enfants abandonnés et de la rue avec ceux en conflit avec la loi.

-Le Procureur général du Roi près le tribunal de 1ère instance de Casablanca ordonne l’incarcération de trois gendarmes à la prison d’Oukacha pour chantage d’un citoyen en lui réclamant un pot de vin de 20.000 DH. Les mis en cause en nié les faits qui lui sont reprochés lors de leur audition lundi alors que la victime a réaffirmé ses déclarations faites devant le Parquet général en soulignant qu’il a été victime de chantage de la part des prévenus.

-Le Premier Secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar, affirme que « Abdelilah Benkirane conduit le navire du gouvernement sans carte de navigation ni boussole ». Intervenant, dimanche, lors du congrès régional du parti de la Rose dans la région du Souss, Lachgar a indiqué que l’actuel Exécutif donne un mauvais exemple de l’exercice du pouvoir à l’instar de ce qui se passe dans des pays voisins de l’Afrique du nord et du Moyen Orient. Il a par ailleurs dénoncé les tentatives de confiscation du droit de l’opposition à exprimer ses opinions.

-Le Forum marocain pour la démocratie et les droits de l’Homme réclame, dans une lettre adressée au Chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, le recours à l’analyse de l’ADN des enfants marocains vendus à des familles espagnoles afin de déterminer l’identité de leurs parents biologiques et de déférer les personnes impliquées dans cette affaire devant la justice. Elle a en outre réclamé la présentation d’excuses officielles aux familles marocaines concernées et la réparation des préjudices qu’elles sont subis.

+ATTAJDID+:.
-Istiqlal: Crise entre Chabat et ses parlementaires dans la région du Souss. Des sources bien informées ont indiqué que les parlementaires de la région Souss-Massa-Drâa ont décidé de boycotter les séances du parlement jusqu’à ce que les choses soient tirées au clair concernant le retrait ou non du parti du gouvernement. Par ailleurs, plusieurs membres de l’UGTM dans la province de Chtouka Ait Baha se sont retirés de cette centrale syndicale en raison de ce qu’ils qualifient d' »amalgame » que fait Chabat entre le politique et le syndical.

-Abdelali Hamieddine, membre du Secrétariat général du PJD, affirme que Chabat utilise un langage « déplacé » qui n’est pas digne d’un Secrétaire général d’un parti politique. Lors de sa participation à une émission télévisée dimanche dernier, Hamieddine a affirmé que la nouvelle direction du parti de l’Istiqlal a choisi la politique de « diffamation et de dénigrement » dans ses rapports avec le gouvernement et son Chef pour exercer des pressions visant à satisfaire certaines revendications, notamment le remaniement ministériel.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Les choix de Hamid Chabat et d’Abdelilah Benkirane font reculer le Maroc deux années en arrière. Alors que Chabat ne cesse de réclamer haut et fort un remaniement ministériel, voire même la formation d’un gouvernement d’union nationale, Abdelilah Benkirane a fait allusion à l’option de l’organisation d’élections législatives anticipées. Dans ce cadre, les choix des SG de l’Istiqlal et du PJD pour surmonter l’actuelle crise gouvernementale font reculer le Maroc en arrière au moment où il est impératif de procéder à la mise en Âœuvre des réformes et la mise en application des dispositions de la nouvelle Constitution.

-Le CNDH tire la sonnette d’alarme sur la situation des enfants dans les centres de sauvegarde . Dans un rapport, présenté lundi lors d’une conférence de presse et ayant pour thème « Enfants dans les centres de sauvegarde : une enfance en danger…pour une politique de protection intégrée de l’enfant », le Conseil a fait savoir que plusieurs enfants placés dans ces centres sont soumis à différentes formes de violence, d’abus, d’exploitation et d’humiliation.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Des sources médicales à l’unité de traitement des maladies cancéreuses à l’hopital « 20 août » à Casablanca indiquent que certains médicaments anticancéreux ne sont plus disponibles au Maroc, ce qui menace la vie des enfants atteints de cette maladie. Dans ce sens, des médecins ont appelé les responsables à intervenir auprès des laboratoires pour la fourniture de ces médicaments.

-Le CNDH dresse un tableau « sombre » sur la situation des centres de sauvegarde de l’enfance. Le rapport, présenté lors d’une conférence de presse lundi à Rabat, a révélé que le placement des enfants dans ces centres n’est pas conforme aux standards de la Convention internationale relative aux droits de l’Enfant (CDE), ni aux principes régissant la justice des mineurs.

+ASSABAH+:.
-Le PJD abandonne le PPS, son allié au sein de la majorité. Des parlementaires poussent vers la limitation de la formation des groupes parlementaires à la 1ère Chambre à 20 députés au moins, ont révélé plusieurs sources au journal, ajoutant que cette proposition qui s’inscrit dans le cadre de l’amendement du règlement intérieur de la Chambre des représentants menace le PPS de perdre son groupe parlementaire.

-Vol de 19 tonnes de sucre de la société « Cosumar ». Les éléments de la police judiciaire de Hay Mohammadi-Aïn Sebaa à Casablanca ont déféré jeudi dernier quatre individus devant le Procureur général du Roi pour constitution de bande criminelle, vol qualifié et participation alors que les recherches sont en cours pour l’arrestation d’un chauffeur chargé de transporter le sucre vers l’unité de stockage. Selon des sources policières, l’arrestation des prévenus intervient après que les mis en cause aient été surpris par le chef du district de police de Hay Mohammadi en train de transporter une quantité de sucre.

-Agression, violence et malnutrition dans les centres de sauvegarde de l’enfance. Les conclusions du rapport du CNDH sur la situation au sein de 17 centres de sauvegarde de l’enfance, présentées lors d’une conférence de presse lundi à Rabat, ont révélé des indicateurs « choquants » sur la situation des enfants dans ces centres qui souffrent de l’absence de sécurité et de protection, du surpeuplement, de la malnutrition, du manque de propreté et de la propagation de maladies contagieuses.

-Le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane exposé à de fortes pressions des caciques du PJD et de certains de ses ministres pour refuser le retour de l’Istiqlal au sein de la majorité gouvernementale même en cas de réconciliation entre les deux partis. Dans ce cadre, l’un des dirigeants du PJD a déclaré au journal que l’orientation générale au sein du parti, que ce soit au plan central ou provincial, se dirige vers l’annonce d’un divorce définitif avec l’Istiqlal sans attendre l’issue de l’arbitrage royal.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Hamid Chabat, SG de l’Istiqlal, accuse le PJD de soutenir la salafia jihadia. Lors d’un meeting partisan dimanche à Meknès, Chabat a ajouté que son parti est entré au gouvernement et s’est trouvé entouré de « crocodiles » et de « démons », indiquant que son parti a participé à l’actuel Exécutif pour faire réussir cette nouvelle expérience et servir les intérêts des citoyens et de la nation, mais le PJD n’a pas honoré plusieurs de ses promesses, ce qui a contraint l’Istiqlal à revoir sa participation au sein de ce gouvernement.

-Driss El Yazami, président du CNDH, accuse le gouvernement Benkirane de marginaliser l’enfance. Le rapport réalisé par le conseil sur la situation au sein des centres de sauvegarde de l’enfance, à l’issue de ses visites effectuées du 15 au 29 novembre 2012 dans les différents centres, a souligné que l’enfant placé dans ces centres ignore la date de sa présentation devant la justice et n’est pas informé de la sentence rendue contre lui outre sa privation des prestations médicales, de la scolarisation et son exploitation sexuelle.

-Les mécontents de Driss Lachgar, Premier Secrétaire de l’USFP, se retirent d’une rencontre à Agadir. Des sources partisanes ont indiqué qu’une réunion tenue par le Secrétariat provincial du parti de la Rose dans la région de Souss-Massa-Draa en présence de Driss Lachgar, a connu la participation de 240 militants ittihadis de cette région mais juste après la fin de l’intervention de Lachgar, plus de 200 membres se sont retirés sans présenter aucune explication. Selon des sources proches de Lachgar, ce retrait est dû au fait que le Premier Secrétaire de l’USFP n’a pas tenu ses promesses envers les militants du parti dans la région du Souss, qui ont été marginalisés juste après son élection à la tête du parti.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Le PJD contre le retour de l’Istiqlal au sein du gouvernement selon le journal « Attajdid ». La crise au sein du gouvernement entre l’Istiqlal et le PJD est dans l’impasse suite à la déclaration d’Abdelilah Benkirane lors d’une rencontre à Bouznika dans laquelle il a souligné qu’il n’a pas peur des « Baltajias » et qu’il est prêt à s’engager dans de nouvelles élections législatives si nécessaire. Cette escalade a atteint son summum lorsque le journal « Attajdid », proche du PJD a écrit dans son numéro de lundi que « l’orientation générale au sein du PJD se dirige vers le refus du retour de l’Istiqlal au sein de la majorité gouvernementale quel qu’en soit le prix.

+AL ALAM+:.
-Le Maroc parmi les pays les plus exposés aux crimes électroniques et aux infiltrations via Internet et les grandes entreprises marocaines sont les plus menacées malgré les mesures préventives prises par les autorités à ce sujet. Dans ce cadre, la société « Symantec », spécialisée dans la sécurité informatique, a classé le Maroc à la 2ème place des pays africains les plus exposés à la cybercriminalité.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Des militants des droits de l’Homme réclament la réouverture d’une enquête sur les événements du 16 mai 2003 à Casablanca et la création d’un Fonds pour soutenir les victimes du terrorisme. Ouahid Moubarak, vice-secrétaire national de l’Espace moderniste pour le développement et la coexistence, a souligné l’importance de la création de ce fonds, à l’instar des pays secoués par des actes terroristes. Il a également salué l’approche sécuritaire préventive adoptée pour la lutte contre les cellules terroristes.

-Lors de son passage dans une émission télévisée: Abdelali Hamieddine, membre du Secrétariat général du PJD, indique que Hamid Chabat utilise un langage « déplacé » et « inconvenant », alors que Hassan Falah, membre du Comité exécutif du Parti de l’Istiqlal, a accusé Abdelilah Benkirane de comportement hégémonique et Nabil Benabdellah de « courir derrière les portefeuilles ministériels ».

+AL KHABAR+:.
-Driss Lachgar accuse le gouvernement Benkirane de « resserrer l’étau » autour de l’opposition et de tenter de monopoliser tous les pouvoirs, y compris celui de l’opposition. Lors d’une rencontre partisane dimanche à Agadir, le Premier Secrétaire de l’USFP a indiqué que le gouvernement doit assumer sa pleine responsabilité et accomplir à bien sa mission, tout en laissant l’opposition faire, elle aussi, son travail, faisant savoir que le PJD dirige le navire du gouvernement sans boussole.

-Nabil Benabdellah, SG du PPS et ministre de l’habitat, refuse de répondre aux accusations de Hamid Chabat, SG du PI, proférées contre les ministres du PPS. Dans une déclaration au journal, il a souligné que les propos de Chabat ne méritent qu’on y réponde, affirmant que les ministres de son parti sont trop occupés par les problèmes des citoyens et n’ont pas de temps à perdre.

-Abdelali Hamieddine, membre du Secrétariat général du PJD, affirme que le Parti de l’Istiqlal n’avait pas réclamé le remaniement ministériel dans le mémorandum remis au Chef du gouvernement et aux chefs des partis de la majorité. Lors de son passage dans une émission TV, Hamieddine a affirmé que les déclarations des responsables du parti de l’Istiqlal sont destinées exclusivement à la consommation médiatique, ajoutant que les revendications contenues dans le mémorandum de l’Istiqlal se trouvent dans le programme du gouvernement et la loi de finances.

-Le délégué général de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion, Hafid Benhachem, en colère contre les fonctionnaires de la prison des Oudayas à Marrakech. Lors d’une visite d’inspection effectuée dans cette prison, Benhachem a découvert des produits almentaires périmés qui allaient être servis aux détenus. Suite à ce scandale, des sources ont indiqué que Benhachem devrait prendre des décisions disciplinaires à l’encontre des fonctionnaires de ladite prison, notamment après la réception du rapport de la commission d’inspection.

+AL MOUNAATAF+:.
-La séance mensuelle de questions de politique générale suscite une polémique entre la majorité et l’opposition particulièrement le temps imparti à la majorité, puisque l’opposition considère que cette durée d’intervention est injuste envers les partis qui la composent et appelle à un amendement du règlement intérieur tout en menaçant de boycotter ces séances mensuelles tant que la question du temps d’intervention et le mode de gestion de ces séances n’ont pas été tranchés.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *