Revue de presse marocaine du 20/06/2013

0 commentaires, 20/06/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce jeudi:.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Après un ralentissement économique au 1er trimestre: Les finances annoncent la reprise. Aux dernières nouvelles, les indicateurs économiques sont bons. Les premiers signes de reprise se font sentir après un 1er trimestre morose pour quasiment l’ensemble des secteurs. C’est ce que rapporte la note de conjoncture publiée par la Direction des études et des prévisions financières relevant du ministère de l’Economie et des Finances au titre du mois de juin 2013. Ainsi, le ralentissement économique constaté au 4ème trimestre 2012, nourri par l’atonie de la situation économique des principaux partenaires commerciaux du Maroc, s’est poursuivi au 1er trimestre 2013, donnant lieu à une évolution conjoncturelle contrastée. Le salut viendra, toutefois, de la situation conjoncturelle des mois d’avril et de mai derniers. Ils augurent de signes de redressement de certains secteurs très porteurs avec une amélioration au niveau de plusieurs activités. Les secteurs de l’électronique, de l’aéronautique, de l’extraction, de l’électricité, du textile et cuir et les transferts des MRE et les recettes de voyage se sont ressaisis. Par ailleurs, la compagne agricole 2012-2013, bénéficiant des conditions climatiques favorables, s’annonce très bonne avec une récolte céréalière de 97 millions de quintaux contre 51 millions de quintaux un an auparavant.

-Projet de loi sur le découpage territorial: Le PJD cède et retire ses amendements controversés. La majorité a évité de justesse une nouvelle crise entre ses composantes à la Chambre des représentants. Après une vive polémique, le projet de loi définissant les principes du découpage territorial a été finalement adopté en commission. L’adoption de ce texte par la majorité des voix contre une seule abstention a été rendue possible après le deal passé entre le président du groupe parlementaire du PJD, Abdellah Bouanou, et celui du Mouvement populaire (MP), Mohamed Moubdie. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le vote du projet de loi était plus menacé par les divergences entre les membres de la majorité parlementaire, en particulier le PJD et le MP, que par les partis de l’opposition. Le parti de la Lampe entendait introduire plusieurs changements à la mouture du texte adoptée en premier lieu par la Chambre des Conseillers. Il projetait notamment de renforcer le rôle du chef du gouvernement.

+LIBERATION+:.
-Au mépris de la loi, Grandi Navi Veloci impose son joug au MRE: Il était une fois le « Marrakech » et le « Biladi »! La compagnie italienne Grandi Navi Veloci, qui avait obtenu l’autorisation des autorités marocaines pour l’exploitation des lignes Sète-Tanger, Sète-Nador et Sète-Genova suite à la faillite des la compagnie marocaine COMANAV-COMARIT, fait la pluie et le beau temps sur les traversées méditerranéennes qui concernent généralement nos compatriotes résidant à l’étranger. Ladite compagnie impose ses conditions aux voyageurs marocains et étrangers pour ne pas dire sa loi. Au niveau des prix, c’est la flambée. Chaque jour, le coût de la traversée augmente sans aucune réglementation ni contrôle des autorités compétentes. Pourtant, ces dernières ont le devoir de protéger les ressortissants marocains à l’étranger qui empruntent le plus souvent cette ligne maritime pour éviter les longues traversées risquées sur les routes ibériques.

-El Ouafa ennemi juré de la décentralisation: Le mouvement de mutation des enseignants est l’affaire des académies régionales. A force de vouloir tout faire, on finit par ne rien faire. Au moment où tout le monde loue les vertus de la décentralisation, le ministre de l’Education nationale, Mohamed El Ouafa ne jure que par une centralisation excessive des services du ministère. Le dernier exemple en date concerne le mouvement de mutation des enseignants. Pour Abdelaziz Mountassir, membre du conseil national du syndicat national de l’enseignement, affilié à la FDT, la monopolisation de la gestion des ressources humaines par le ministère est une approche « inacceptable » du fait qu’elle a donné lieu à de nombreuses erreurs lourdes de conséquences au niveau de ce mouvement de mutation. Selon lui, ce mouvement de mutation, surtout quand il s’agit d’une même région, est l’affaire de l’académie et de la délégation concernées. Par ailleurs, le même syndicaliste souligné que la politique du ministre marquée par la prise de décisions unilatérales et souvent à caractère bureaucratique mène, sans aucun doute, vers la faillite du système d’éducation.

+AL BAYANE+:.
-Réunion trimestrielle du Conseil de Bank Al Maghrib: Favoriser le financement bancaire des TPME. Le conseil de la Banque centrale a décidé de garder inchangé le taux directeur fixé à 3 pc. Cette continuation est dictée par une prévision centrale de l’inflation en ligne avec l’objectif majeur de stabilité des prix à moyen terme et par un contexte marqué par une balance des risques équilibrée. La principale nouveauté reste toutefois la mise en place de nouvelles mesures destinées à favoriser le financement bancaire des TPME opérant dans l’industrie et l’export. Pour cela, l’institut d’émission mettra à la disposition des banques des liquidités garanties par effets privés des mêmes entreprises d’une validité de deux ans.

-Région de Settat: Deux anesthésistes révoqués pour exercice illégal de la médecine. Deux anesthésistes, relevant du secteur public, ont été révoqués par le ministère de la Santé pour avoir participé illégalement dans une clinique privée à Settat, à deux opérations d’accouchement par césarienne, qui se sont soldées par la paralysie des deux femmes opérées et qui se trouvent pour le moment dans un état critique au CHU Ibn Rochd à Casablanca. Après les deux opérations, les deux femmes ont été évacuées dans un premier temps vers une autre clinique privée à Casablanca avant leur hospitalisation, sur ordre du ministre de la Santé, au CHU Ibn Rochd.

+LE SOIR ECHOS+:.
-Régionalisation: Les règles de délimitations territoriales approuvées. Dans le cadre du processus de régionalisation, de nouveaux principes de délimitation des ressorts territoriaux des collectivités territoriales doivent être établis. Le projet de loi déposé par le ministère de l’Intérieur a été approuvé mercredi en commission à la Chambre des représentants. La commission de l’Intérieur, réunie, a examiné toutes les modifications apportées par les groupes parlementaires mais aucun amendement n’a été validé. Certaines ont été refusées par le ministère et ce refus accepté par la commission, alors que d’autres ont été retirés par les groupes parlementaires après discussion. Certains amendements ont été d’ailleurs retirés par les groupes avant d’être exposés à la commission.

-Taux directeur: Jouahri n’écarte pas l’éventualité d’une hausse. Une éventuelle révision à la hausse du taux directeur toujours maintenu à 3 pc? Oui, c’est probable. C’est du moins ce qu’a laissé entendre Abdellatif Jouahri, gouverneur de Bank Al Maghrib (BAM), mais dans le scénario d’une levée des subventions des produits de base au cours du prochain semestre, l’objectif est de contrecarrer la hausse probable de l’inflation en ligne avec la mission de la banque centrale de régulation économique. Dans l’hypothèse du maintien du dispositif actuel de la compensation des prix, l’inflation devrait s’établir à 2,1 pc en moyenne en 2013, selon le scénario prévisionnel de BAM. Ce qui est sûr c’est que le gouvernement Benkirane semble être résolu à entamer cette année la réforme de la Caisse de compensation. Un signe avant coureur porte à croire ce constat: officiellement, le gouvernement ne compte en aucun cas injecter de fonds additionnels dans la Caisse de compensation dont le budget alloué au titre de l’exercice en cours s’élève à 40 ou 42 MMDH.

+L’ECONOMISTE+:.
-Financement TPE/PME: BAM redimensionne le package. Une source de financement à pic! A l’issue du conseil de Bank Al Maghrib, tenue mardi, Abdellatif Jouahri a annoncé le renforcement du dispositif de financement ciblant la très petite entreprise (TPE) et la PME. Il est doté de 8 MMDH sur deux ans. Le renforcement du dispositif de financement dédié à la TPE et à la PME a pour objectif de favoriser les secteurs émergents à l’export et pouvant constituer un levier de croissance et un stabilisateur de la balance des paiements. L’exemple le plus significatif reste l’émergence de la filière automobile, dont les exportations ont atteint 11,9 MMDH (construction et câblage) à fin mai 2013, soit un accroissement de 10,7 pc. En outre, la Banque centrale a procédé à l’élargissement des critères d’éligibilité des entreprises candidates.

-Benkirane relance l’aménagement du territoire. Le Chef du gouvernement compte réactiver le conseil supérieur d’aménagement du territoire après une décennie de somnolence. L’annonce a été faite lors de la séance mensuelle des questions de politique publique, à la Chambre des Conseillers, consacrée au patrimoine forestier et à l’aménagement du territoire. La 1ère et dernière réunion de cette instance remonte à 2004. Aujourd’hui, Abdelilah Benkirane a promis de maintenir à bon rythme les réunions de ce conseil, au moins une fois tous les deux ans. La prochaine est prévue pour la rentrée politique en septembre. Entre-temps, la commission interministérielle permanente d’aménagement du territoire tiendra une réunion préparatoire dans les prochaines semaines. Pour le Chef de l’Exécutif, cette action s’inscrit dans le cadre des efforts menés pour intégrer la dimension de protection du patrimoine forestier dans la politique d’aménagement du territoire.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Promotion des PME/TPE: 25 millions de dollars pour le Maroc dans le cadre du partenariat de Deauville. Evaluer les progrès réalisés en matière de mise en uvre du plan d’action pour le développement à court et moyen termes des PME et TPE au Maroc dans le cadre du partenariat de Deauville, tel a été l’objectif de la rencontre tenue mardi à Rabat. En effet, un plan d’action a été élaboré et adopté en novembre 2012 par les principaux intervenants, publics et privés, concernés par la promotion des PME et TPE au Maroc. D’après le ministre chargé des Affaires générales et de la gouvernance, Najib Boulif, six grands axes ont été examinés dans le cadre de ce plan d’action. De son côté, Mme Ann Aichroth, deuxième secrétaire politique près de l’ambassade du Royaume-Uni à Rabat, a souligné l’intérêt qu’accorde son pays au développement des PME et des TPE vu le rôle qu’elles jouent dans la structuration du marché économique et la création d’opportunité d’emploi, indiquant que le Royaume-Uni a accordé la priorité au soutien des PME dans le cadre du partenariat de Deauville. Dans ce cadre, plusieurs projets d’un montant de 100 millions de dollars ont été approuvés dont six profiteront au Maroc grâce à une enveloppe de 25 millions de dollars. Lesdits projets sont axés notamment sur le développement du micro-entrepreneuriat en faveur des jeunes défavorisés.

-Médias: Les herboristes font toujours fureur sur les ondes. Il y a quelques semaines, le ministre de la Santé a saisi la HACA pour mettre un terme à la diffusion des émissions « dites de conseil pour la santé » sur des radios nationales. Un sujet qui a fait couler beaucoup d’encre et qui a alimenté le débat sur la question de la phytothérapie pendant plusieurs jours. Cependant, un mois plus tard, ces émissions font toujours fureur sur les ondes de nos radios nationales. Il semblerait qu’à ce jour, rien n’a été fait puisque ces émissions enregistrent toujours un taux d’audience élevé surtout celles qui sont animées par des herboristes. En effet, de nombreuses personnes malades ont décidé d’abandonner le traitement prescrit par leur médecin pour mettre en pratique les conseils de ces herboristes.

+AL MASSAE+:.
-Arrestation par les services de police d’un ressortissant marocain qui était recherché dans le cadre de l’affaire de braquage d’une dizaine de banques en France. Une source policière a indiqué que le mis en cause, appréhendé la semaine dernière au boulevard Zerktouni à Casablanca, faisait l’objet d’un mandat d’arrêt émis par les services de police français et recherché par l’Interpol.

-La disparition « mystérieuse » d’un vaccin suscite l’ire d’une centaine de fidèles qui s’apprêtaient à se rendre à la Mecque pour accomplir la « Omra ». Des sources bien informées ont indiqué qu’une centaine de personnes qui se préparaient à se rendre aux Lieux saints pour y accomplir la « Omra » ont été surpris par la disparition du vaccin qu’elles devaient faire des officines et des centres de santé sans préavis ou justification. Selon la même source, cette situation a poussé certains de ces individus à protester devant les sièges des délégations du ministère de la Santé, comme c’était le cas à Salé.

-Le groupe parlementaire du PJD retire les amendements qu’ils voulaient apporter au projet de loi relatif à la délimitation des circonscriptions territoriales des collectivités territoriales. Ces amendements visaient, selon plusieurs sources parlementaires, à retirer au ministre de l’Intérieur les prérogatives de délimitation des circonscriptions au profit du chef du gouvernement. Lors de la réunion, mercredi, de la commission de l’Intérieur, les députés PJDistes ont été contraints à faire des concessions et à retirer leurs amendements pour éviter toute divergence qui pourrait menacer leur majorité parlementaire et ainsi contenter le groupe parlementaire haraki.

-La direction du Parti de la Renaissance et de la Vertu déploie de grands efforts en vue de convaincre un grand nombre de détenus salafistes libérés après avoir purgé leurs peines d’emprisonnement d’adhérer au parti de Mohamed Khalidi et rejoindre ainsi le groupe déjà membre et conduit par Cheikh Abdelouahab Rafiki, alias « Abou Hafs », ont révélé des sources bien informées.

-Le Wali de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri tire la sonnette d’alarme au sujet de la crise qui sévit au sein de la majorité gouvernementale. Lors d’une conférence de presse, tenue à l’issue de la réunion trimestrielle, mardi à Rabat, du conseil de Bank Al-Maghrib, Jouahri a indiqué que la cohésion de la majorité gouvernementale permet de donner aux acteurs et opérateurs économiques nationaux et étrangers une image très positive du Royaume.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Opération de départ volontaire au sein du RNI!: Des cadres du parti de la Colombe ont commencé à quitter ce dernier pour rejoindre d’autres formations politiques. Des sources partisanes ont révélé que le départ du Moulay Abdellah Layli, membre du conseil national, parlementaire et l’un des notables sahraouis, pour rejoindre le parti de l’Istiqlal n’est que « l’arbre qui cache la forêt », puisque Layli et d’autres cadres du parti ont quitté le navire du parti en signe de protestation contre les agissements du président Salaheddine Mezouar à l’égard des militants RNIstes appartenant aux provinces du sud, qui ont été exclus de toute représentativité au sein du bureau exécutif du parti.

+AL KHABAR+:.
-Abdellatif Jouahri, Wali de Bank Al Maghrib, envoie des messages sur un ton virulent à l’adresse de la coalition gouvernementale. Lors d’une conférence de presse tenue au terme de la réunion trimestrielle du conseil de la banque centrale, M. Jouahri a fait avoir que les conflits et les divergences impactent négativement l’économie marocaine aussi bien au niveau national qu’international, appelant la majorité gouvernementale à faire preuve de davantage de cohésion et d’homogénéité et de renoncer à la logique des conflits car, a-t-il prévenu, cela aurait de graves répercussions sur les performances de l’économie nationale.

-Nouveau coup dur pour Abdelilah Benkirane!: Le ministère de l’Intérieur revient en force pour veiller au déroulement des prochaines échéances électorales. La commission de l’Intérieur à la Chambre des représentants a connu, mercredi, des pourparlers très difficiles pour parvenir à un consensus autour du projet de loi définissant les principes du découpage territorial en perspective des prochaines élections communales. Des sources parlementaires ont indiqué que les membres de la commission ne sont pas parvenus à un accord sur l’article 7 que le groupe parlementaire du PJD a voulu amender pour « arracher » au ministère de l’intérieur tout contrôle des prochaines échéances électorales au profit du chef du gouvernement, ce qui constitue un nouveau coup dur pour Abdelilah Benkirane après le refus de l’amendement proposé par le groupe parlementaire du parti de la Lampe.

-La présidente de l’Association sahraouie de solidarité pour le projet d’autonomie et de développement durable, Zahra Haidara entame une grève de la faim et observe, depuis mardi, un sit-in devant le siège du ministère de l’Intérieur, accusant, dans une déclaration au journal, Abdelilah Benkirane d’être la cause de 75 millions de centimes de dettes qu’elle doit payer, après que le Chef du gouvernement se soit désengagé de sa promesse de fournir le soutien nécessaire à son association qui vient d’organiser à Rabat les Premières rencontres nationales sur le Maroc saharien millénaire.

-Le ministère des Habous et des affaires islamiques « dans l’impasse » suite à la décision des autorités saoudiennes de réduire de 20 pc le nombre des pèlerins étrangers autorisés à se rendre, début octobre, à la Mecque pour accomplir le pèlerinage. Cette décision saoudienne a mis le département d’Ahmed Toufiq dans une situation très embarrassante, car elle privera 6.400 pèlerins marocains sur les 32.000 choisis pour accomplir le Hajj de cette année, alors que toutes les mesures et dispositifs nécessaires ont été pris pour assurer le bon déroulement de l’opération du pèlerinage. Face à cette situation, plusieurs fidèles marocains s’interrogent sur la manière qui sera suivie par le ministère de tutelle pour le traitement de ce dossier et s’il sera procédé à un nouveau tirage au sort pour le choix des candidats au pèlerinage.

-Dans une nouvelle escalade: La fédération nationale des ouvriers et fonctionnaires des collectivités locales affiliée à l’UMT, décide d’observer un sit-in le 29 juin ainsi qu’un mouvement de grève nationale le 9 juillet prochain en signe de protestation contre la politique menée par le ministère de l’Intérieur. Dans un communiqué rendu public, la fédération a menacé d’organiser des marches nationales vers la capitale si le département de Mohand Laenser ne renonce pas au décret d’arrêté relatif à l’intégration des fonctionnaires en situation de détachement.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-Le ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser arrache l’adoption du premier projet de loi concernant les prochaines échéances électorales présenté par le gouvernement Benkirane. Les députés du groupe parlementaire du PJD à la Chambre des représentants ont cédé en fin de compte face à la position du département de Mohand Laenser concernant les principes de délimitation des collectivités territoriales et retiré les amendements qu’ils voulaient apporter à ce texte de loi.

-Suite à la décision des autorités en Arabie Saoudite de réduire de 20 pc le nombre des pèlerins étrangers autorisés à accomplir le pèlerinage de cette année: Les ministères des Habous et des affaires islamiques et celui de l’Intérieur ont tenu, mercredi, une réunion consacrée à l’examen de la formule la plus appropriée pour la mise en application de la décision des autorités saoudiennes sans toutefois porter atteinte aux intérêts de milliers de pèlerins marocains qui seraient privés d’accomplir le Hajj de cette année.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Le Wali de Bank Al Maghrib, Abdellatif Jouahri envoie des messages « codés » et d’autres « très clairs » à la majorité gouvernementale. Lors d’une conférence de presse à l’issue de la réunion trimestrielle du conseil de la banque centrale, Jouahri a indiqué que la stabilité politique figure parmi les principaux facteurs pris en considération par les institutions financières internationales ainsi que par les agences de notation dans leur appréciation des performances des économies de tous les pays, soulignant que l’existence d’une majorité gouvernementale cohérente et homogène donne une vision très claire à toutes les institutions économiques aussi bien au niveau national qu’international.

+BAYANE AL YAOUM+:.
-Crise gouvernementale: Abdellatif Jouahri entre en ligne. Le Wali de Bank Al Maghrib a mis en garde contre l’impact de la persistance de la crise entre les composantes de la majorité gouvernementale sur l’appréciation de l’économie nationale par les différentes agences de notation et les institutions monétaires internationales qui accordent une attention très particulière à la question de la stabilité politique dans tout pays et ne se limitent pas à la simple analyse des indicateurs économiques.

+ATTAJDID+:.
-Des tentatives en cours pour mettre fin aux protestations contre Hamid Chabat à Fès. La capitale spirituelle du Royaume a connu les deux derniers jours d’intenses tractations et tentatives pour circonscrire le mouvement de grève et mettre fin au sit-in observés par le personnel de la société de transport urbain « City Bus » en signe de protestation contre le Maire de la ville, Hamid Chabat, qui dure depuis six semaines. Des sources locales ont indiqué que l’inspecteur de travail est intervenu en faveur de la société et a demandé aux employés de reprendre leur travail et de satisfaire leurs revendications malgré qu’ils aient tous reçu (plus de 600 employés) des lettres de licenciement par le biais d’un huissier de justice, ajoutant que le nouveau bureau syndical représentant ces employés devrait avoir reçu le récépissé du Pacha du quartier d’Agdal qui refusait de reconnaître ledit bureau syndical après que tous ses membres aient quitté de manière collective l’UGTM.

-Pèlerinage 2013: Ahmed Toufiq déclare que son département est en train d’examiner tous les options disponibles, en coordination avec le ministère de l’Intérieur, avant de prendre toute mesure et ce suite à la décision des autorités saoudiennes de réduire de 20 pc le nombre des pèlerins étrangers autorisés à se rendre à la Mecque pour accomplir le pèlerinage. Dans une déclaration au journal, le ministre des Habous et des affaires islamiques a indiqué que la décision finale qui sera prise sera annoncée à l’opinion publique.

+ASSABAH+:.
-Une pharmacienne accuse le gouverneur d’Ain Chock de « chantage ». Une pharmacienne a indiqué avoir été surprise d’être convoquée par le gouverneur pour « marchander » avec elle le prix de la villa, dont elle louait le rez-de-chaussée de son ancien propriétaire décédé. Elle a déclaré au journal que le gouverneur a tenté de la convaincre d’acheter ladite villa de son nouveau propriétaire, qui a procédé à sa démolition, après que les tentatives de médiation n’aient pas abouti entre les deux parties. La pharmacienne a appelé les ministères de l’Intérieur et de la Justice à diligenter une enquête à ce sujet et à mandater un expert immobilier pour faire le constat de la démolition de la villa, y compris la partie qu’elle comptait transformer en une société pharmaceutique.

-L’USFP menacée de perdre son groupe parlementaire à la Chambre des représentants en raison du conflit qui sévit entre les pro-Driss Lachgar et les pro-Ahmed Zaidi pour présider aux destinées du groupe lors de la prochaine étape. Le courant des partisans de l’actuel président du groupe, Ahmed Zaidi ont, dans ce sens, proposé de former un autre groupe parlementaire en réaction au plan Lachgar visant à écarter Zaidi de la présidence du groupe.

-Le ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser détient les pouvoirs relatifs au découpage des collectivités territoriales, après que le groupe parlementaire du PJD à la 1ère Chambre ait retiré les amendements qu’ils voulaient apporter au projet de loi relatif à la délimitation des circonscriptions territoriales des collectivités, et Noureddine Lazrak, membre du RNI, monte au créneau pour protester contre le retard enregistré pour la tenue des travaux de la commission de l’Intérieur et les tractations en coulisses ayant abouti au retrait de ces amendements.

-Le RNI s’oppose au plafonnement des indemnités accordées aux hauts fonctionnaires. Lors d’une réunion du groupe parlementaire du parti, tenue en début de semaine, le président du RNI, Salaheddine Mezouar a qualifié de « populiste » et de « politicienne » la proposition de loi présentée par le groupe du PJD qui a fixé un plafond aux salaires et indemnités des hauts responsables de l’administration, qui ne dépasse pas un million de DH par an, appelant les membres de son parti au sein de la commission des finances, à assister à la prochaine réunion de la commission pour empêcher l’adoption de ce texte.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Arbitrage royal: Hamid Chabat s’impatiente pour rencontrer SM le Roi. Le SG de l’Istiqlal semble certain qu’une audience royale lui sera accordée par le Souverain la semaine prochaine. Dans une séquence vidéo diffusée par un site électronique, Chabat a affirmé que « cette audience aura lieu sans aucun doute, la semaine prochaine », sans fournir plus de détails sur le jour et le lieu de cette audience ni sur la source qui l’a informé de ce rendez-vous.

-Un « arrangement » permet de mettre fin à la première confrontation entre le ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser et le PJD en raison du projet de loi sur le découpage électoral. Laenser n’a accepté aucun amendement se rapportant aux principes du découpage des collectivités territoriales proposé par les groupes parlementaires de la majorité et de l’opposition au moment où Abdellah Bouanou et le ministre ont réussi à passer un deal pour surmonter ce désaccord. -A la surprise générale: Le Secrétariat général du gouvernement annonce qu’aucun candidat des 35 ayant passé les examens écrits et oraux n’a été admis suite au concours de recrutement de 30 conseillers juridiques de premier garde, organisé le 4 juin dernier, pour remplir les postes budgétaires accordés au titre de la loi des finances 2013 pour le secrétariat général du gouvernement. Des sources au sein du SGG ont attribué l’échec de tous les candidats à la faiblesse de leur niveau scientifique et professionnel.

-Le Wali de Bank Al Maghrib, Abdellatif Jouahri tire la sonnette d’alarme et avertit que « la crise politique entrave l’amélioration de la situation économique au Maroc », précisant mardi, lors d’un rencontre avec les médias à l’issue de la réunion du conseil administration de Bank Al Maghrib, que la préservation de la ligne de crédit accordée par le FMI est tributaire de la maîtrise du déficit budgétaire et des réserves en devises.

+AL ALAM+:.
-Maroc-Algérie: Alger veut imposer ses conditions pour l’ouverture des frontières! Dans un communiqué rendu public par le ministère algérien des affaires étrangères, les gouvernants d’Alger ont indiqué que l’ouverture des frontières entre les deux pays exige l’arrêt immédiat de ce qu’ils ont prétendu être « une campagne de dénigrement que mènent les sphères marocaines officielles et non officielles contre l’Algérie », la collaboration des autorités marocaines pour mettre fin à l’introduction du haschich du Maroc en Algérie et le respect par Rabat de la position algérienne concernant le dossier du Sahara.

-Grande panique parmi les agences de voyage suite à la décision des autorités saoudiennes de réduire de 20 pc le nombre des pèlerins étrangers autorisés à se rendre à la Mecque pour accomplir le Hajj au titre de cette année. Les agences de voyage ont exprimé leurs craintes quant aux répercussions de cette décision, étant donné qu’elles seront contraintes à annuler toutes les réservations conclues avec les fidèles inscrits qui voulaient accomplir la Omra et à les rembourser, ce qui occasionnera de grandes pertes pour lesdites agences, qui sont liées par d’autres contrats avec des sociétés de transport et des établissements hôteliers, alors que les Marocains désirant accomplir la Omra ou le Hajj sont toujours dans l’expectative.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-L’enfance marocaine vit un véritable drame!: Plus de 26.000 enfants violés chaque année dans le Royaume soit 71 victimes de viol chaque jour. Réagissant à ce constat, la présidente de l’association « Touche pas à mon enfant! », Najia Adib a précisé, en marge d’une journée d’études organisée par le groupe socialiste à la Chambre des conseillers sur ce problème, que ces crimes odieux sont commis chaque jour à cause de l’absence d’une politique gouvernementale efficiente et capable de mettre un terme à ce drame qui menace l’avenir de l’enfance marocaine.

-Abdellatif Jouahri met en garde contre les risques d’instabilité sur le pays. Lors d’une conférence de presse tenue à l’issue de la réunion trimestrielle du Conseil de Bank Al Maghrib, le responsable de la banque centrale a fait savoir que c’est la stabilité politique du Royaume qui détermine le sort du pays dans les rapports réalisés par les agences internationales de notation.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *