Revue de presse marocaine du 20/03/2012

0 commentaires, 20/03/2012, Par , Dans Revue de Presse

Voici les sujets qui retiennent l’attention de la presse quotidienne de ce mardi:. 

+AL MASSAE+:.
-Les grèves des employés du ministère de la Justice coûtent à la Trésorerie générale du Royaume plus de 18 milliards de centimes: Le ministère considère que la grève qui sera observée, mardi et mercredi, n’est pas « justifiée » et se dirige vers le prélèvement sur les salaires des grévistes.

-Le PAM menacé de scission: Convocation urgente de Tahar Chakir dans une tentative de contenir les retombées de l’action du meneur du courant des « notables » sur l’unité du parti. Selon des sources partisanes, Chakir envisageait de présenter sa démission du PAM et d’entamer les procédures en vue de former un nouveau parti.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+ :.
-Nouvelle bataille en coulisse entre des membres du PAM à cause de la contestation de la légalité de l’élection de certains membres du nouveau bureau politique: Les mécontents se basent sur le statut du parti qui fait état de l’incompatibilité entre la responsabilité au sein du parti et la responsabilité sur le plan communal.

-Les sociétés COMANAV et COMARIT sortent du tunnel grâce à l’intervention du gouvernement à travers la contribution d’établissements publics dans le capital des deux sociétés pour une durée limitée, jusqu’à ce qu’elles se remettent sur pied à travers un contrat-programme pour leur mise à niveau.

-La Cour des comptes procède à l’audit des patrimoines des ministres du gouvernement Abbas El Fassi: La Chambre chargée de la déclaration du patrimoine relevant de la Cour des comptes est en train d’élaborer un rapport sur le patrimoine et la situation financière de ces ministres avant et après leur expérience gouvernementale.

-Le Procureur Général de la Cour d’appel de Rabat auditionne 19 agents de police présumés impliqués dans l’affaire du baron de trafic de drogue, dont deux officiers, un commissaire principal, un commissaire et un inspecteur. Le baron de trafic de drogue reconnaît lors de son interrogatoire que des éléments de la police dans plusieurs villes lui facilitaient son commerce illicite.

+ASSABAH+:.
-Le ministre de l’Intérieur Mohand Laenser « en colère » contre des déclarations de certains ministres PJDistes. Des sources proches du ministre soulignent que ce dernier envisage de soulever la problématique de la « dualité » du discours de ces ministres avec le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane.

-Un CD-rom dévoile la présence d’agents de la police au mariage du trafiquant de drogue « Ould Haiboulia » arrêté récemment à Témara: les prévenus déférés devant le juge d’instruction qui les a interrogé et ordonné leur mise en détention à la prison de Salé.

-La majorité gouvernementale en conclave pour débattre de l’agenda des prochaines échéances électorales et le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Cherki Draïss a indiqué que le gouvernement adoptera, à ce sujet, une approche de concertation avec tous les partis politiques.

-Le président du RNI, Salaheddine Mezouar et le Secrétaire général du PAM, Mustapha Bakkoury prévoient « une année financière blanche » en raison du retard accusé enregistré dans la présentation du projet de Loi de Finances 2012 devant le Parlement. Par ailleurs, Mustapha Bakkoury a décidé de se passer des services de certains secrétaires régionaux de son parti avant les prochaines élections.

+AL KHABAR+:.
-La « guerre des règlements de compte » commence au sein du ministère chargé de la Communauté marocaine résident à l’étranger. Une tension sans précédent règne entre les fonctionnaires du ministère et des directeurs proches de l’ex-ministre Mohamed Ameur, ramenés de l’ancien ministère de l’aménagement du territoire, de l’environnement et de l’eau, du temps où Ameur était son secrétaire général, et dont le profil est incompatible avec l’orientation du ministère chargé des MRE.

-Les partis de la majorité mécontents des déclarations et sorties médiatiques des ministres PJDistes: le parti de l’Istiqlal, la formation la plus en colère contre les ministres du parti de Abdelilah Benkirane

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+ :.
-La majorité oblige Abdelilah Benkirane à prendre les décisions au sein de la coalition gouvernementale: La majorité souligne la nécessité du respect de la Charte signée par les partis au gouvernement, qui les engage à se concerter avant de prendre des décisions et à coordonner leurs actions aux niveaux régional et local.

-Coordination sécuritaire intense pour la protection des frontières marocaines de l’infiltration des armes du régime Kadhafi: Paris abrite au milieu de la semaine une réunion entre les représentants des services de renseignement de la France, la Grande Bretagne, l’Espagne, l’Allemagne et des pays de l’Afrique du Nord et du Sahel, qui sera consacrée à la coordination des opérations sécuritaires, l’échange des informations et des expertises, et ce à la suite de la collecte de plusieurs informations sur des groupes terroristes qui projettent de déstabiliser la région.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+ :.
-Les dessous du conflit entre Abbas El Fassi et Abdelilah Benkirane: Il s’agit de la marginalisation de Nizar Baraka par Driss El Azami lors de la présentation du projet de loi de Finances, de Youssef Amrani par Saad Dine El Otmani, de la violation de la Charte de la majorité à travers les initiatives unilatérales prises par les ministres PJDistes sans coordination avec la majorité, particulièrement la publication de la liste des bénéficiaires des agréments de transport.

-Le personnel du secteur de la Justice observe mardi et mercredi une grève et proteste contre Mustafa Ramid: Deux jours sans tribunaux au Maroc et tension entre les composantes du secteur de la Justice.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+ :.
-La majorité obtient le silence du Chef du gouvernement: Des sources indiquent que Abdelilah Benkirane a promis aux dirigeants des partis de la majorité de ne pas faire de déclarations à l’opinion publique sans consulter auparavant les instances concernées et toutes les composantes de la coalition, ajoutant que l’annonce précipitée par le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement Mustafa El Khalfi, de l’annulation de la taxe sur la télévision, a été la goutte qui a fait déborder le vase.

+AL ALAM+ :.
-La BNPJ poursuit l’interrogatoire de plusieurs agents de police présumés impliqués dans l’affaire du baron de trafic de drogue, arrêté dernièrement à Témara: Convocation d’un ancien responsable de la police et grande panique dans les rangs des agents de police.

-Des mystères entourent l’arrestation de Abdallah Senoussi, la « boite de pandore » de Kadhafi, qui a pu passer inaperçu avec un passeport malien falsifié par l’aéroport international Mohammed V de Casablanca à destination de Nouakchott où il a été arrêté par les services de sécurité mauritaniens, qui, parait-il, attendaient son arrivée. Abdallah senoussi a-t-il vraiment réussi à tromper la vigilance des services de sécurité marocains?.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-La BNPJ termine l’enquête préliminaire avec l’ancien PDG du CIH, Khalid Alioua. Selon des sources, l’on se dirige vers le classement sans suite du dossier étant donné que Khalid Alioua nie les faits dont il est accusé et qui sont relevés par le rapport da la Cour des comptes et en l’absence aussi de preuves irréfutables prouvant son implication dans les irrégularités et les dysfonctionnements mentionnés par ledit rapport.

-Grève de 48 heures dans tous les tribunaux du Royaume et le Syndicat démocratique de la justice décide de soumettre sa requête au bureau central de la FDT en vue de déposer une plainte auprès de l’Organisation internationale du Travail (OIT) contre le ministère de la Justice au sujet de ce qu’il qualifie d' »atteinte à l’action syndicale ».

-Les membres du comité exécutif du Parti de l’Istiqlal critiquent le PJD et le mettent en garde suite à des déclarations à l’encontre de ministres istiqlaliens. Ils ont par ailleurs annoncé leur attachement à la Koutla démocratique et appelé l’USFP à rejoindre les rangs du gouvernement.

+BAYANE AL YAOUM+ :.
-Arrestation de 15 agents de police à Témara présumés impliqués dans l’affaire du baron de trafic de drogue, arrêté dernièrement: D’autres agents pourraient être arrêtés avec la poursuite des enquêtes de la BNPJ. La saisie d’une grande quantité de comprimés psychotropes en provenance de l’Algérie a précipité l’arrestation du baron de trafic de drogue.

+RISSALAT AL OUMMA+ :.
-Des centaines d’étudiants protestent contre la « maigre » bourse universitaire et appellent le gouvernement à adopter une approche sociale intégrée dont la promotion des services sociaux, la construction de cités universitaires et de réfectoires.

-Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud compte manifester à travers de nouvelles formes de protestation contre son assignation à résidence à Nouakchott au moment où le polisario tente vainement de le laisser éloigné des camps de Tindouf.

+LE SOIR ECHOS+:. Loi de Finances : l’USFP dit niet. Pour le groupe parlementaire de l’USFP, le projet de loi de Finances suscite de vives inquiétudes. Sans une vision globale et de nouvelles solutions pour booster l’économie nationale, le projet de loi de Finances demeure un simple lifting opéré par le gouvernement, selon les USFPéistes. Ils estiment que le gouvernement masque une véritable crise qui prendra de l’ampleur.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Déclaration de patrimoine: Des mises en garde pour les parlementaires retardataires. Plus que quelques jours devant les parlementaires retardataires pour déclare leurs patrimoines. Près de la moitié des députés de la Chambre de la première Chambre n’auraient pas fait de déclaration de patrimoine à la Cour des comptes, comme prévu par la nouvelle Législation. Un premier délai de trois mois avait expiré le 27 février dernier. Mis en garde par la Cour des comptes, les retardataires ont bénéficié d’un mois supplémentaire qui expire bientot.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Menaces sur les retraites. Pour sauver une caisse en difficulté, les responsables de la CMR espéraient un geste du gouvernement. Lequel geste aurait été de bon augure s’il est inclus dans le projet de loi de Finances 2012. Mais il n’y est pas. Le lobbying de la Caisse de retraite des fonctionnaires n’a pas donné ses fruits face à la levée de boucliers syndicale. Les syndicats rejetaient toute réforme qui n’englobe pas tous les systèmes de retraite. Ils ne pouvaient plier sous les appels au secours d’une caisse qui risque de puiser dans ses réserves dès la fin de cette année 2012 pour payer les pensions. Si rien n’est fait, entre-temps, l’épuisement total des réserves risque de pointer en 2020. Pour résorber ce déficit, sans faire payer les cotisants, il faudrait injecter 450 milliards de DH sur 50 ans, indique une source de la CMR.

+L’ECONOMISTE+:.
-Elections communales, régionales : le nouveau casse-tête de la majorité. Le Chef du gouvernement découvre de plus en plus les casse-tête de la gestion des affaires publiques. Avant même que son gouvernement n’ait accompli les 100 jours, le voilà confronté au prochain rendez-vous électoral. Les patrons des partis de la majorité se sont donné rendez-vous le weekend prochain. A l’ordre du jour, l’agenda des prochaines élections communales et régionales. « L’essentiel est que la rentrée parlementaire d’octobre prochain soit faite avec la nouvelle Chambre des Conseillers », a déclaré Abdelilah Benkirane.

-Génériques : Un moteur nommé Ramed. Les professionnels de l’industrie pharmaceutique se frottent les mains. Le programme RAMED est doté d’un budget de 3 MMDH. Les opérateurs tablent sur un marché de 2,3 MMDH pour l’achat des médicaments, dont 90 pc de génériques. Le lancement du RAMED donnera un nouveau souffle à une industrie qui sort de deux années de vaches maigres. Les premiers appels d’offres pour l’achat groupé de médicaments sont attendus pour avril. Mais la guerre sera sans merci entre producteurs de princeps et génériques.

+L’OPINION+:.
-L’association des ex-détenus de Tindouf revient à la charge. Après un sit-in de plus de 65 jours observé l’année dernière devant le Parlement à Rabat, les ex-détenus de Tindouf et à défaut de promesses tenues, semblent plus que jamais décidés à revenir à la charge. Ils ont choisi, selon leur association, la dernière semaine du mois de mars pour installer derechef leur camp devant le Parlement, mais cette fois pour une durée indéterminée.

+LIBERATION+:.
-A Larache, le Conseil national des droits de l’Homme présente ses condoléances à la famille d’Amina Filali : Le CNDH demande l’accélération de la réforme du Code pénal. En se rendant à Larache, le CNDH est sans conteste dans une toute autre logique que celle du ministère de la Justice. Pour cette institution aux destinées de laquelle préside Driss Yazami, la tragédie d’Amina Filali est une occasion triste et dramatique de relancer et d’accélérer le processus de réforme du Code pénal. Cette réforme traîne depuis de trop nombreuses années.

+AL BAYANE+:.
-Vers l’activation de la Charte commune : La majorité gouvernementale resserre ses rangs. La majorité gouvernementale a tenu, samedi dernier, une réunion à laquelle ont pris part les secrétaires généraux et des dirigeants des quatre partis formant la coalition (PJD, PI, MP et PPS). Le but de cette réunion était de faire le point sur la situation politique l’action du gouvernement et la cohésion entre les quatre composantes, afin de dépasser les difficultés rencontrées et consolider l’harmonie du partenariat basé sur la charte commune de la majorité, signée lors de la formation de l’Exécutif actuel, et la déclaration gouvernementale. Le chef du gouvernement et les trois leaders de la majorité ont insisté à cette occasion sur l’importance de la cohésion et réaffirmé leur volonté commune d’aller de l’avant, dans le strict respect des engagements communs.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *