Revue de presse marocaine du 17/03/2012

0 commentaires, 17/03/2012, Par , Dans Revue de Presse

Voici les sujets qui retiennent l’attention de la presse quotidienne de ce vendredi:.

+AL MASSAE+ :.
-Scandale à Fès: Arrestation d’un conseiller communal pour séquestration et viol d’une fille. Les éléments de la police judiciaire se sont fondés sur des analyses ADN pour l’arrestation du conseiller de l’USFP et sa traduction devant la justice après avoir nié les accusations qui lui ont été adressées, prétextant qu’elles sont montées de toute pièce pour des visées politiciennes.

-Les Incidents de Béni Bouayach devant le Parlement et une réunion sécuritaire se tient à Al Hoceima. Un débat houleux a eu lieu au sein de la commission de l’Intérieur à la Chambre des représentants entre les groupes d’opposition et le ministre de l’Intérieur Mohand Laenser. Dans ce cadre, le groupe parlementaire du PJD a surpris M. Laenser en critiquant l’approche sécuritaire adoptée par le gouvernement lors de ces incidents.

-Le Conseil de gouvernement examine le dossier de la fillette Amina Filali qui s’est donné la mort après avoir été contrainte d’épouser l’auteur de son viol à Larache: Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi souligne qu’il ne faut pas ignorer cet incident car la victime a été violée deux fois, une première fois lors de son viol et une deuxième fois en vivant les pires souffrances après avoir épousé son violeur.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Le président du groupe du PAM à la Chambre des représentants, Abdellatif Ouahbi se prépare à présenter des dossiers judiciaires épineux au ministre de la Justice et des Libertés, Mustafa Ramid, dont celui de l’affaire de l’arrestation de Jamaa Moatassim.

-Affaire de la fille Amina Filali de Larache qui avait déposé des plaintes auprès de la police avant de se donner la mort. Des associations des droits de l’Homme observent un sit-in ce samedi devant le Parlement et appellent à l’interdiction du mariage des mineures.

-Projet de loi de Finances 2012 : Recul des réserves en devises et hausse du déficit de la balance des paiements. Lors d’une première dans les annales du Parlement, le ministre de l’Economie et des Finances Nizar Baraka et le ministre délégué chargé du Budget Driss Azami ont présenté, chacun, une partie du premier projet de loi de Finances du gouvernement Benkirane.

-L’annulation de la taxe sur la promotion du secteur de l’audiovisuel du pole public sera effective cette année et des parlementaires istqlaliens critiquent le fait que cette mesure n’est pas été incluse dans le projet de loi de Finances. A ce propos, le ministre délégué chargé du Budget souligne que cette mesure n’a pas été introduite dans le projet du Budget car la proposition concernant cette taxe est intervenue après la finalisation de la partie du projet relatif à la fiscalité et aux impots.

+ASSABAH+ :.
-Des différends menacent de « faire éclater » la coalition gouvernementale: Un conflit entre l’Istiqlal et le PJD à cause des déclarations de ministres et des différends entre les deux partis dans certaines régions en sont la cause. Dans le même cadre, les Istiqlaliens qualifient de « campagne électorale anticipée », la publication de la liste des bénéficiaires des agréments de transport aux cotés d’autres actions menées par le PJD.

-Des parlementaires accusent le ministre de l’Intérieur de les avoir trompé en raison du refus de la demande de 90 Conseillers portant sur la prorogation de leur mandat jusqu’à 2018 à la deuxième Chambre du Parlement.

-Rapprochement entre l’USFP et le PAM à la Chambre des représentants : Le Premier secrétaire du parti de la rose, Abdelouahed Radi se dirige vers la coordination avec le PAM, alors que le président du groupe socialiste Ahmed Zaidi proteste contre l’intervention de Driss Lachgar dans la prise de décisions au sein du groupe parlementaire.

+AL KHABAR+:.
-L’allègement des accusations à l’encontre du dénommé « Al Mahdi Al Mountadar » suscite la colère des familles de ses victimes: Le tribunal de première instance d’Oujda reporte l’examen de cette affaire au 29 mars afin de permettre à la défense des présumés accusés de préparer leur défense, alors que les enquêtes montrent qu’il n’existe pas ce qui pourrait prouver les accusations relatives au terrorisme ou de connivence avec des parties étrangères.

-Le gouvernement décide de dissoudre les instances de la MGPAP : Une décision conjointe a été prise par les ministères de l’Economie et des Finances et de l’Emploi et de la Formation professionnelle pour la dissolution du conseil d’administration, du bureau administratif et des délégués élus de la MGPAP. Selon une source gouvernementale, cette affaire est sur la voie d’être résolue conformément à la loi.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+ :.
-Le projet de loi de Finances du gouvernement de Abdelilah Benkirane met en Âœuvre les programmes du gouvernement sortant de Abbas El Fassi : Des sources médiatiques considèrent que ledit projet n’est qu’une « copie amendée » du projet que le gouvernement a retiré lors suite à son investiture par le Parlement.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+ :.
-Les services de renseignements algériens tirent à boulets rouges sur le Maroc : Ils ont exploité un entretien accordé par le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane au journal algérien +Achourouk+ concernant la victoire des islamistes lors des élections qui seront organisées en Algérie pour qualifier les déclarations de Benkirane d' »immixion » dans les affaires internes de l’Algérie dans l’espoir de l’arrivée des islamistes au pouvoir pour le règlement de la question du Sahara et l’ouverture des frontières entre les deux pays.

-L’opposition accuse le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane d’avoir choqué les Marocains et créé une crise aigue au Maroc qu’il a échoué à transcender. Elle souligne que les mesures contenues dans le projet de loi de Finances 2012 ne sont pas en phase avec la nature de l’étape que traverse le Maroc actuellement.

-Le suicide de la jeune fillette Amina Filali à Larache poussent les ONG à demander l’annulation de l’article 475 du Code pénal et décident d’observer un sit-in devant le Parlement.

+AL ITTIHAD AL ICHTIRAKI+:.
-Le bureau politique de l’USFP et le groupe d’opposition socialiste à la Chambre des représentants tient une réunion consacrée à l’examen de la situation dans le Rif et décident de mettre en place une commission d’enquête sur les incidents survenus récemment dans la région.

-Le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane intervient pour réconcilier le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle Abdelouahed Souhail et le secrétaire général de l’UGTM, Hamid Chabat, suite de la décision de ce dernier de se retirer du dialogue social.

+AL ALAM+:.
-Un baron de trafic de drogue fait tomber des responsables sécuritaires à Témara: Une cargaison de psychotropes en provenance de l’Algérie dévoile l’affaire dans laquelle plusieurs éléments de la police judiciaire et de l’unité de lutte contre les stupéfiants ont été auditionnés.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Les syndicats des secteurs sensibles « se révoltent » contre le gouvernement par l’observation de nouvelles grèves et sit-in qui vont entraver le cours normal du service public. La semaine prochaine connaîtra l’observation de débrayages dans les secteurs de la justice, de la santé et de l’enseignement, alors que le syndicat national des collectivités locales observera une grève nationale les 22 et 23 mars.

+AL MOUNAATAF+:.
-Projet de loi de finances 2012: La majorité considère que ce texte constitue une issue de sortie pour faire face à la crise alors que l’opposition qualifie de « réchauffé » le contenu de ce projet de budget qui nécessite de profonds amendements, car il ne reflète aucune vision économique claire.

-Suicide de la jeune fillette Amina Filali: Le gouvernement envisage de durcir les peines contre les actes de viol et l’association « touche pas à mon enfant » réclame la poursuite en justice des personnes impliquées dans cette affaire et l’application saine et stricte de la loi.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+ :.
-La BNPJ confronte l’ancien PDG du CIH Khalid Alioua à une facture de location d’une voiture de luxe pour l’un de ses invités. Une source souligne que M. Alioua a nié toutes les accusations contre lui et qui portent sur des irrégularités juridiques, d’éventuels contrats suspects et le monopole de la prise de décisions lorsqu’il était à la tête du CIH.

-Une association féminine appelle Abdelilah Benkirane à promulguer une loi-cadre visant la lutte contre la violence à l’égard de la femme: La Fédération de la ligue démocratique des droits de la femme adresse une lettre ouverte au Chef du gouvernement l’appelant à prendre d’urgence les mesures administratives, judiciaires et administratives pour que ce qui est arrivé à la jeune fillette Amina qui s’est donnée la mort ne se reproduise plus.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Budget 2012 : Les engagements chiffrés du gouvernement. Nizar Baraka et Driss Azami sont passés tous les deux à la barre, jeudi en fin d’après-midi au sein de l’hémicycle, pour expliquer aux parlementaires les choix gouvernementaux du projet de loi de Finances. Si le premier a mis en exergue les grandes lignes macro-économiques, le deuxième s’est attardé sur les détails chiffrés. Les députés de la commission des Finances passeront à la loupe le texte à partir de mardi prochain.

+LIBERATION+:.
-Le Chef du gouvernement interpellé après le suicide d’Amina et sit-in ce samedi devant le Parlement : pour qu’une victime de viol ne soit plus jamais contrainte d’épouser son bourreau. Pour Fouzia Assouli, présidente de la Fédération de la Ligue démocratique des droits des femmes, « il ne faut pas qu’Amina soit morte pour rien. Il ne faut pas que le sacrifice violent et douloureux de cette mineure contrainte d’épouser son violeur ne provoque pas un choc dans la société ». Dans ce cadre, la Ligue a interpellé, dans une lettre ouverte, le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane pour lui demander de « tirer les enseignements de ce drame et prendre d’urgence toutes les mesures administratives, judiciaires et politiques nécessaires pour éviter que cela ne se reproduise ».

+AL BAYANE+:.
-En dépit d’une expansion des dépenses de compensation : le déficit du budget 2012 limité à 5 pc, selon Baraka. Au-delà de préserver les grands équilibres macro-économiques, le projet de loi de finances 2012 développe aussi l’ambition de poursuivre la croissance et le développement social. Reste à convaincre les représentants de la nation de la pertinence du projet de loi et de la portée des réformes engagées.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *