Revue de presse marocaine du 17/01/2013

0 commentaires, 17/01/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne de ce jeudi:.

+LIBERATION+:.
-PJD, UC et RNI vers une nouvelle alliance? C’est une véritable course contre la montre que mène le PJD pour trouver une solution au dilemme que lui a imposé Hamid Chabat depuis son accession au secrétariat général de l’Istiqlal. Ce dernier a, en effet, réclamé à maintes reprises un remaniement ministériel et menacé récemment de se retirer de la coalition gouvernementale. Apparemment, cette situation pousse le PJD à chercher d’autres alternatives au cas où Chabat mettrait ses menaces à exécution. Selon certains médias, c’est « la boîte noire » du parti, à savoir Abdellah Baha, qui mène des tractations avec l’UC qui dispose de 23 députés à la Chambre des représentants et le RNI qui en a 52 pour les convaincre d’intégrer le gouvernement de Benkirane au lieu et place du parti de l’Istiqlal qui dispose de 60 députés.

-Tiraillements à propos du logement destiné aux classes moyennes: Certains promoteurs souscrivent au programme et d’autres le rejettent. Nabil Benabdellah persiste et signe. Il n’y aura pas d’exonérations fiscales pour les logements destinés à la classe moyenne comme c’est le cas pour l’habitat social. Pour lui, pas question de rajouter quoi que ce soit à ce niveau, compte tenu de la situation difficile des finances publiques. Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la politique de la ville estime que les promoteurs immobiliers ont assez profité des logements à 250.000 DH et qu’il est temps pour eux de participer au programme d’habitat destiné aux ménages dont le revenu se situe entre 6000 et 15.000 DH.

+L’ECONOMISTE+:.
-Immobilier: Les prix seront affichés par quartier et par zone. Voilà une démarche qui pourrait contribuer à apaiser les tensions avec le Fisc auquel on reproche d’opérer des redressements systématiques des transactions immobilières. Des prix de référence de l’immobilier seront mis en place. C’est Casablanca qui ouvrira le bal avec un référentiel des prix de l’immobilier dès ce premier semestre. Un argus qui retracera les prix du mètre carré par quartier et par zone d’habitation. Le document est en cours d’élaboration en collaboration avec l’Agence urbaine de Casablanca et la Conservation foncière.

+AUJOURD’HUI LE MAROC+:.
-Parfums, shampoings, cosmétiques de contrefaçon: fini la pagaille! Les rayons de supermarchés et étalages de magasins sont inondés, depuis quelques années déjà, de cosmétiques et produits d’hygiène importés. On y trouve de grandes marques internationales, mais aussi et surtout des produits de très mauvaise qualité, du bas de gamme et du bon marché. Les industriels marocains ont tiré la sonnette d’alarme en demandant aux pouvoirs publics de prendre les mesures qui s’imposent pour arrêter cette invasion malsaine et préjudiciable à l’industrie locale. Ainsi, l’administration marocaine a décidé de réagir pour tenter d’arrêter ou en tout cas limiter les importations surtout celles de bon marché. Ainsi, depuis le 1er janvier 2013, pour pouvoir passer leurs marchandises en douane, les importateurs sont obligés de présenter deux documents obligatoires: le premier consiste en un certificat d’enregistrement qu’ils doivent obtenir auprès de la Direction du médicament et de la pharmacie au ministère de la santé et le second est une autorisation de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires relevant du ministère de l’agriculture (ONSSA).

-Les déclarations de patrimoine atteignent les 100.000: Comment les autorités surveillent vos comptes dans les banques. Une cellule spéciale a été mise en place par le ministère des Finances. Baptisée Cellule de traitements des données financières, elle est chargée de traiter et d’analyser les données fournies par les banques sur le dépot de sommes d’argent souvent très importantes qui éveillent soupçons. « La Cellule de traitement des données financières est automatiquement saisie lorsqu’une banque constate une augmentation importante des dépots d’un particulier en comparaison avec des revenus réguliers », a expliqué Nizar Baraka, ministre de l’Economie et des Finances.

-Baisse des prix des médicaments: Les pharmaciens veulent des mesures compensatoires. Les négociations entre les pharmaciens et le ministère de la Santé se poursuivent sur le dossier des prix des médicaments. La Fédération nationale des syndicats des pharmaciens, qui a tenu son conseil fédéral le 8 janvier dernier, a jugé impératif de continuer les négociations avec le ministre de la Santé, El Houssein El Ouardi, concernant les mesures d’accompagnement suite à la seconde vague de baisse qui concerne 1.000 médicaments courant 2013. Cette baisse sera opérée à la sortie du nouvel arrêté du ministère qui est toujours en cours d’élaboration, et tiendra compte de mesures compensatoires pour maintenir la viabilité économique et la survie des pharmacies au Maroc.

+LE SOIR ECHOS+:.
-La Rose sent le roussi et Ahmed Zaidi dénonce des trucages à l’USFP. La Rose fera encore couler beaucoup d’encre. Après la tempête qui a éclaté suite à l’élection de Driss Lachgar à la tête de l’USFP, c’est le second round du congrès national qui alimente la polémique. L’élection des membres de la commission administrative, le week-end dernier, a semé un autre vent d’agitation au sein du parti où l’hémorragie se poursuit. Des militants connus et reconnus, dont le candidat déchu à l’élection au poste de Premier secrétaire Fathallah Oualalou, ainsi que Latifa Jbabdi, Mohamed El Yazghi, Mohamed El Achaâri ou encore Larbi Ajjoul ont tous boycotté le « parlement de l’USFP ». Quant aux élus, ils ne s’accordent pas tous avec Driss Lachgar lorsqu’il déclare aux médias que les élections se sont déroulées sans problème. Cette élection de la commission administrative de l’USFP ne s’est pas déroulée sans embûches. Ahmed Zaidi promet, à nouveau, de faire des révélations après une réunion avec les membres de son groupe, ce jeudi à Casablanca.

-Pêche: UE et Maroc vers un 4ème round. Les réunions marathoniennes portant sur l’éventuelle reconduction du protocole d’accord de pêche Maroc-UE se poursuivent et se ressemblent. Hier, les deux parties ont cloturé leur troisième rencontre à Rabat. Un 4ème round se profile à l’horizon puisque les tractations entre les deux parties butent sur quelques contraintes techniques, dont notamment le nombre de licences autorisées et les zones de pêche.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:.
-Subventions de l’Etat: Dialogue de sourds entre le Conseil de la concurrence et les promoteurs immobiliers. Depuis la divulgation des résultats, en décembre 2012, d’une étude réalisée par le Conseil de la concurrence sur les subventions dont a bénéficié le secteur de l’immobilier, un dialogue de sourds, par communiqués de presse interposés, s’est installé entre la Fédération nationale des promoteurs immobiliers (FNPI) et le Conseil. La FNPI avait estimé, dans un communiqué de presse daté du 7 courant, que « tout en reconnaissant l’importance des aides accordées par l’Etat au secteur de l’habitat et leurs implications socio-économiques, l’étude suscite une confusion quant au montant de la dépense fiscale allouée au secteur et à ses bénéficiaires ». Le Conseil de la Concurrence a rétorqué, quelques jours plus tard et par la même voie, que « L’étude menée en interne par les cadres du Conseil de la concurrence sur les aides de l’Etat et leurs impacts sur la concurrence dans le secteur de l’habitat a conclu que le secteur a reçu une aide massive de l’Etat durant les dix dernières années et que ces aides ont pris des formes multiples et diverses : aides fiscales, foncières, financières ».

-Projet de loi sur le littoral: Des sanctions pouvant aller jusqu’à 500.000 DH d’amende. Espace fragile et vulnérable, le littoral marocain regorge pourtant de richesses écologique et naturelle. Long de 3.500 Km, il est en effet de plus en plus exposé aux risques de dégradation menaçant son équilibre. L’urbanisation, les rejets industriels et domestiques ou la démolition du cordon dunaire sont autant d’éléments responsables de la détérioration de cet écosystème. Les alertes données par la société civile sont restées sans réponse pendant des années, d’autant que la législation en la matière présente bien des lacunes, fort préjudiciables au littoral. Mais visiblement, les choses sont en train de changer. Le ministre de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement, Fouad Douiri, vient de présenter lors du conseil du gouvernement du 10 janvier un projet de loi 81-12 relatif au littoral. Ce projet, dont la discussion a été reportée, tombe à point nommé puisqu’il vise à combler un vide juridique et donner aux autorités compétentes les outils nécessaires pour venir à bout des pratiques anarchiques menaçant tout le littoral.

+AL BAYANE+:.
-Camps de Tindouf: Frustration et désespoir prévalent. Si l’Algérie a du mal à verrouiller ses frontières sud face aux infiltrations des groupes armés en provenance du nord du Mali, c’est parce qu’elle est surtout occupée à surveiller rigoureusement les camps de Tindouf, et donc ses frontières avec le Maroc et la Mauritanie. Et ce, dans l’objectif d’empêcher, coûte que coûte, que les populations sahraouies séquestrées contre leur gré ne fuient vers ces frontières pour se libérer du joug de leurs geoliers qui dure maintenant depuis plus de trois décennies.

+ASSAHRAE AL MAGHRIBIA+:.
-Abdelilah Benkirane envisage de répondre en sa qualité partisane au mémorandum de Hamid Chabat. Benkirane compte adresser une réponse écrite au leader du parti de l’Istiqlal concernant son mémorandum, et ce en sa qualité de SG du PJD et non pas de Chef du gouvernement qui comprend d’autres formations en l’occurrence le PPS et le MP, a révélé un responsable au sein du parti de la Lampe, qui a précisé que le secrétariat général du PJD, qui a examiné ledit mémorandum, ne voit aucune objection d’y répondre. Pour sa part, Chabat a déclaré au journal qu’il est toujours en attente de cette réponse qui déterminera l’avenir des rapports qu’entretiendrait son parti avec les autres composantes de la majorité.

-La FDT se plaint du ministre de la Justice auprès du Chef du gouvernement. Dans une missive adressée au Chef de l’Exécutif, le bureau central de la centrale syndicale a protesté contre la décision du ministre Ramid de boycotter le Syndicat démocratique de la justice et de mettre fin à tout dialogue avec la centrale, exprimant son profond étonnement de cette décision qui est en déphasage avec la Constitution et le discours du gouvernement sur les valeurs du dialogue, de la bonne gouvernance, du respect de la loi et des principes de la démocratie.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:.
-Les chioukhs de la salafia au Maroc qualifient de « crime » la guerre menée par la France au Mali et de « péché » la coopération dans ce cadre avec Paris et dénoncent la participation à cette guerre. En réaction à ces propos, Mohamed Yessef, SG du Conseil supérieur des Ouléma a indiqué qu’il ne peut pas s’immiscer dans un dossier qu’il ne connait pas.

-Le Premier Secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar, entame des contacts avec Abdelkrim Benatiq, SG du Parti Travailliste pour le convaincre de rallier de nouveau le parti de la rose. Selon des sources ittihadies, les négociations entre les deux parties ont atteint un stade très avancé, ajoutant que des sièges pourraient être réservés au sein du nouveau bureau politique de l’USFP pour les nouveaux arrivants.

-Hamid Chabat mobilise les 109 parlementaires de l’Istiqlal dans la perspective d’une confrontation avec Abdelilah Benkirane. Dans ce cadre, Chabat a adressé mardi une lettre officielle aux présidents des groupes istiqlaliens aux deux Chambres du Parlement dans laquelle il convoque une réunion de tous les parlementaires istiqlaliens au début de la semaine prochaine au siège du parti pour les informer de sa vision vis-à-vis de la coalition.

-Les partisans de Ahmed Zaidi tiendront ce jeudi une réunion pour trancher leur position concernant les résultats des élections des membres de la commission administrative de l’USFP. Des sources ont indiqué que les pro-Zaidi ont modéré leurs critiques contre ces résultats, en ce sens que certains d’entre eux plaident pour la participation aux instances décisionnelles du parti de la Rose pour ne pas laisser le champ libre à Driss Lachgar et ses sympathisants, alors que d’autres appellent au boycott des travaux de la commission administrative et de ne pas se porter candidats aux élections du bureau politique.

+BAYANE AL YAOUM+:.
-Situation au Mali: Le Maroc exprime, par la voix du ministre délégué aux affaires étrangères et à la coopération, Youssef Amrani, sa solidarité avec le Mali pour le retour à l’ordre constitutionnel et le respect des paramètres fondamentaux qui sont le respect de son intégrité territoriale et de son indépendance face aux mouvements séparatistes. Dans ce cadre, Rabat avait annoncé la mise en place d’une cellule de crise pour veiller au suivi de la situation et la sécurité des ressortissants marocains au Mali, alors que le président français, François Hollande avait annoncé, depuis Dubai aux Emirats Arabes Unis, où il était en visite, que le Maroc et l’Algérie ont autorisé le survol de leur espace aérien par les avions militaires français engagés dans ce pays africain.

+AL MASSAE+:.
-Le SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat, convoque ses deux groupes parlementaires pour définir sa position de rester ou non au sein du gouvernement: Des sources informées au sein du parti de la Balance ont fait savoir que cette réunion « décisive » aura lieu le 21 courant au siège du parti.

-Le RNI dément toute rencontre avec les responsables du PJD et souligne qu’il restera dans l’opposition. Selon une source sûre, le parti de la Colombe rendra public un communiqué dans lequel il annoncera son attachement à sa position au sein de l’opposition.

-Les chioukhs de la salafia critiquent vertement la position du Maroc soutenant la guerre menée par la France au Mali après que les responsables marocains aient donné leur aval pour l’utilisation de l’espace aérien marocain par les avions français pour atteindre ses cibles au nord Mali.

-Après des années de l’annonce par le ministère de la Santé de leur disparition: Les maladies liées à la pauvreté réapparaissent de nouveau et commencent à tuer des Marocains et ce suite aux cas de décès causés par la méningite, la tuberculose, la lèpre et les séquelles physiques et psychologiques de la leishmaniose. Pour Ali Lotfi, président du réseau marocain de défense du droit à la santé, la réapparition de ces maladies est un indicateur de l’absence d’une véritable stratégie chez les précédents gouvernements pour la lutte contre ces maladies, notamment sur le plan de la prévention.

+ASSABAH+:.
-De la viande avariée et des produits alimentaires périmés à la prison de Khouribga. La Délégation générale de l’Administration pénitentiaire et de la réinsertion passe au crible les contrats conclus après l’ouverture d’une enquête judiciaire au sujet du fournisseur de la prison. Des sources bien informées ont indiqué que le Directeur de l’établissement pénitentiaire de Khouribga a accusé, dans une lettre adressée au délégué général de l’Administration pénitentiaire, le chef magasinier d’être derrière cette affaire.

-Saisie des comptes de 3.000 fonctionnaires dans des ambassades et des représentations diplomatiques accréditées au Maroc. La direction des impots a entamé la perception de l’impot sur le revenu avec effet rétroactif depuis 2007, après l’échec des efforts consentis par le Chef du gouvernement auprès des services concernés pour l’arrêt de cette décision.

-Le MP demande la dissolution du bureau de l’INDH à l’arrondissement Ain Sbaa à Casablanca en raison de l' »hégémonie » du RNI sur ses structures. Le MP a également appelé à l’ouverture d’une enquête administrative pour déterminer la manière avec laquelle a été formé ledit bureau qui est censé représenter toute la population et non pas un seul parti.

-USFP: Des militants contestent les résultats des élections de la commission administrative en raison de « cas de fraude ». Mohamed Boubkri, membre du bureau politique du parti, a accusé Abdelouahed Radi d’avoir supervisé l’opération de fraude. Par ailleurs, les partisans d’Ahmed Zaidi ont procédé au recensement des cas de violations, alors que des sources ont écarté un recours en justice par Zaidi pour contester les résultats.

+RISSALAT AL OUMMA+:.
-Quelques jours seulement après les propos « incendiaires » du Chef de l’Istiqlal, Hamid Chabat à l’égard du gouvernement lors des travaux du conseil national du PI: Mohamed El Ouafa, ministre de l’Education nationale, répond de manière codée aux critiques virulentes de Chabat, en affirmant lors de la séance hebdomadaire à la Chambre des Conseillers, qu’Abdelilah Benkirane « ne vend pas les illusions aux Marocains » mais « il parle de la réalité de la situation dans le Royaume ».

+AL MOUNAATAF+:.
-Le Maroc exprime devant le Conseil de sécurité de l’ONU sa solidarité avec le Mali et le président français déclare, mardi lors d’une conférence de presse à Dubai aux Emirats arabes unis, avoir obtenu l’autorisation des autorités marocaines pour l’utilisation de l’espace aérien marocain, par l’armée de l’air française, pour atteindre ses cibles au nord Mali.

+AL KHABAR+:.
-Le ministère de l’Intérieur préoccupé par les aides « inconnues » remises aux habitants des régions isolées. Une source bien informée a fait savoir que le ministère a adressé une note à ses services locaux et régionaux pour lui transmettre des informations concernant certaines « aides suspectes » qui parviennent aux habitants des zones montagneuses et enclavées. Selon cette même source, le ministère craint une instrumentalisation de ces aides par certains groupes islamistes ou des mouvements de prosélytisme.

-L’Instance nationale de protection des deniers publics tire à boulets rouges sur le ministre de la Justice et des libertés. Le président de l’instance, Tarik Sbai s’est interrogé sur les motifs de l’exclusion des affaires de corruption dans la région de Marrakech des dossiers renvoyés au Procureur général du Roi, faisant savoir que la justice n’a pas encore traité les dossiers du gouverneur de Kalaat Sraghna, Mohamed Najib Ben Cheikh, de l’ancien Maire de la cité ocre, Omar Jazouli, du dirigeant RNIste Abdelaziz Al Banine et d’Abdellah Refouch, alias Ould Laâroussia.

-La Ligue Marocaine pour la citoyenneté et les droits de l’Homme interpelle Abdelilah Benkirane et Mustapha Ramid sur le droit de grève. La ligue a adressé, mardi, une lettre aux deux responsables dans laquelle elle leur demande l’arrêt des prélèvements sur les salaires des grévistes et l’entame de négociations directes avec les différents acteurs pour la promulgation de la loi organique relative au droit de grève.

-Le dossier des dysfonctionnements du projet de construction du port de Safi atterrit sur le bureau de Abdelilah Benkirane. Quelques jours après la note adressée par le ministre de l’Economie et des finances à la direction des ports et du domaine public maritime, le dossier des dysfonctionnements du contrat de construction du port de Safi a atterri sur le bureau du Chef de l’Exécutif, suite au désaccord entre le ministre de l’Economie et des finances et celui de l’Equipement et des Transports à propos de ce dossier.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:.
-L’UC disposée à participer au gouvernement alors que le RNI demeure attaché à l’opposition.: Rachid Talbi Alami, l’un des dirigeants du parti de la Colombe a souligné que le RNI a choisi de rester dans les rangs de l’opposition alors que Mohamed Abied, SG de l’UC, a indiqué que « la participation au gouvernement signifie l’ouverture de négociations officielles avec les instances du parti dans un climat qui respecte sa position ».

-Les salafistes marocains soutiennent les terroristes du Mali et condamnent la position de soutien exprimée par le Maroc. Les figures du mouvement salafiste dans le Royaume, qui n’ont pas dénoncé les exactions sanguinaires et les actes de sabotage perpétrés par des terroristes au Mali, l’enlèvement et l’exécution d’otages, sont montés au créneau lorsque la communauté internationale a voulu agir contre le terrorisme qui menace la stabilité dans la région, et sont sortis de leur mutisme pour qualifier de « crime » le soutien exprimé par Rabat en faveur de la guerre menée contre le terrorisme.

-Imminente confrontation entre le gouvernement et les centrales syndicales à cause de la réforme des régimes de retraite: L’Exécutif a invité les syndicats à un nouveau round du dialogue mercredi prochain, qui sera consacré à l’examen des moyens qui vont permettre de sortir de la crise qui menace de faillite les caisses de retraite.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:.
-Le PPS compte sur le soutien du PJD pour préserver son groupe parlementaire. Selon des sources proches de la majorité, Nabil Benabdellah, SG du PPS, a obtenu une promesse d’Abdelilah Benkirane pour soutenir le parti du Livre dans les élections législatives partielles prévues à Sidi Kacem, afin de préserver son groupe parlementaire.

-L’Istiqlal menace de dévoiler au grand jour le contenu de la rencontre Benabdellah-Chabat et Adil Benhamza, porte-parole de l’Istiqlal, indique que le PPS de Nabil Benabdellah ne pouvait jamais rêver de décrocher un tel nombre de portefeuilles au sein d’un autre gouvernement, qualifiant ainsi de « logique » le discours de Benabdellah pour défendre le chef du gouvernement et le PJD.

-Les conseillers de la ville de Rabat réclament l’ouverture d’une enquête pour déterminer les causes de l’échec de la gestion déléguée du secteur des déchets de la capitale et Addi Bouaarfa, conseiller USFP au Conseil de la ville, impute la responsabilité de la situation actuelle au PJD.

+AL ALAM+:.
-En marge des négociations Maroc-UE sur un nouvel accord de pêche, le lobby espagnol de la pêche, particulièrement dans la région de l’Andalousie, continue d’exercer des pressions sur le gouvernement de Mariano Rajoy pour accélérer la signature d’un nouvel accord de pêche et le président de la Fédération andalouse des associations de pêche, Pedro Maza, indique que les pêcheurs espagnols aspirent à la conclusion de cet accord dans les plus brefs délais.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *