Revue de presse marocaine du 16/07/2013

0 commentaires, 16/07/2013, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres à la Une de la presse quotidienne du mardi 16 juillet:.

+ATTAJDID+: 
– Le ministère de la Justice et des libertés brandit la menace d’amendes contre les fonctionnaires qui refusent d’exécuter les décisions administratives. Une source bien informée indique que le ministère a exhorté les secteurs gouvernementaux à exécuter les décisions administratives définitives prises à leur encontre dans le cadre régissant la responsabilité et la reddition des comptes.

+ASSAHRA AL MAGHRIBIA+:
– Abderrahmane Azzouzi: Le dialogue social ne figure pas sur l’agenda du gouvernement. Dans une déclaration au journal, le Secrétaire général de la Fédération démocratique du travail (FDT) a affirmé que « le gouvernement n’a jamais initié un véritable dialogue social », faisant savoir que « les réunions entre le gouvernement et les centrales syndicales n’ont apporté rien de nouveau ».

+BAYANE AL YAOUM+:
– Khalid Naciri: l’Istiqlal joue avec le feu . Interrogé par le Parisien, le membre du bureau politique du PPS a « regretté la décision de l’Istiqlal de se retirer du gouvernement à un moment crucial où des réformes importantes sont en cours pour sortir le Maroc de la crise », estimant que l’Istiqlal joue avec le feu. Naciri a également souligné que le contexte actuel exige de la sagesse, un compromis, pour éviter l’instabilité.

+ANNAHAR AL MAGHRIBIA+:
– RNI: Un courant au sein du parti exige des excuses de Benkirane au peuple marocain pour reconsidérer sa participation au gouvernement.

– La volatilité des prix restera élevée après le mois sacré du Ramadan. Des économistes prévoient que les prix des poissons, des fruits et des légumes poursuivront leur trend haussier après le mois sacré du Ramadan, tirés par la hausse de la demande qui accompagne les vacances d’été.

+ASSABAH+: 
– La majorité en conclave pour débattre de l’avenir du gouvernement. Abdelilah Benkirane a tenu, vendredi dernier, une réunion d’urgence avec ses alliés du MP et du PPS, pour débattre des différents scénarii devant permettre de sortir de la crise politique qui résulte du retrait de l’Istiqlal du gouvernement.

– Crise politique: Les bons offices de Laenser. Loin des projecteurs des médias, le ministre de l’Intérieur et Secrétaire général du MP tente de faciliter une réconciliation entre Abdelilah Benkirane et Hamid Chabat. Un cadre du MP a indiqué que Laenser a intensifié ses contacts avec les deux parties, espérant le retour de l’Istiqlal à la coalition gouvernementale dans une nouvelle mouture. Par ailleurs, une source bien informée a affirmé que Laenser avait conseillé Benkirane de convaincre Salaheddine Mezouar, président du RNI, de participer au gouvernement, le secrétaire général du parti de l’épée préférant une alliance avec le RNI au détriment du PAM.

+ALAM+:
– Les autorités tirent la sonnette d’alarme sur la situation des caisses de retraite. Les autorités concernées soulignent que les réserves financières des caisses de retraite pourraient s’épuiser d’ici 2019, à moins que le gouvernement ne prenne des mesures pour freiner l’hémorragie. Un responsable gouvernemental a indiqué que la trésorerie sera appelée à injecter 125 milliards de dirhams entre 2014 et 2022 pour couvrir le déficit budgétaire des caisses de retraite, dont les services ne bénéficient qu’à 33 pc des Marocains.

+AL ITIHAD AL ICHTIRAKI+:
– Benkirane devrait présenter la démission des ministres istiqlaliens à SM le Roi après la visite du roi Juan Carlos au Maroc. Une source au sein du parti de la lampe indique que le Chef du gouvernement devrait également soumettre la liste des noms proposés pour compenser les ministres démissionnaires en cas de succès des négociations en cours avec le RNI.

+AL MASSAE+:
– La majorité s’apprête à renverser Karim Ghellab de la présidence de la Chambre des représentants. Les groupes de la majorité parlementaire (PJD, MP, PPS) s’apprêtent à signer une pétition demandant à Ghellab de présenter sa démission, en représailles du retrait des ministres istiqlaliens du gouvernement. Des sources de la majorité précisent que cette démarche sera initiée aussitôt que le chef du gouvernement aura remis les démissions des ministres du PI à SM le Roi Mohammed VI.

– Abdelilah Benkirane assigne aux gouverneurs la responsabilité de gérer les situations d’urgence dans les aéroports. Selon des informations parvenues au journal, ces situations d’urgences concernent les accidents d’avions au sein ou hors des aéroports, les actes de vandalisme, les incendies des bâtiments et les catastrophes naturelles.

– 37.000 familles menacées de mort sous les maisons menaçant ruine à Casablanca. Selon des informations à la disposition du journal, la circonscription de Derb Soltane compte, à elle seule, plus de 10 quartiers délabrés qui abritent plus de 37.000 familles. Selon ces informations, le nombre d’habitants des maisons menaçant ruine dans cette zone bat les records, compte tenu de sa densité démographique estimée à environ 2.000 habitants à l’hectare.

+AKHBAR AL YAOUM AL MAGHRIBIA+:
– Les consultations politiques alimentent les spéculations. Des sources au sein du RNI indiquent que les candidats Rnistes qui pourraient remplacer les ministres istiqlaliens démissionnaires sont Salaheddine Mezouar, Rachid Talbi, Mohamed Abbou, Amina Benkhadra, Anis Birrou et Mohamed Oujjar.

– Le roi Juan Carlos 1er au Maroc en quête d’une bouffée d’oxygène pour l’économie espagnole qui souffre de la crise économique. Vu la conjoncture économique délicate que traverse l’Espagne, le souverain espagnol et la délégation l’accompagnant comptent décrocher des investissements et des contrats pour les entreprises espagnoles.

– Le PJD veut la tête de Karim Ghellab. Lors de la réunion hebdomadaire du groupe du PJD lundi, Abdelaziz Aftati a appelé à faire pression sur Karim Ghellab, président de la Chambre des représentants, pour le contraindre à présenter sa démission « sans tergiversation ».

– La HACA pourrait accuser Médi 1 TV de discrimination. Une source à la HACA a indiqué que la Haute Autorité avait décidé d’ouvrir une enquête suite aux plaintes de l’opinion publique accusant cette chaîne d’avoir diffusé « des idées discriminatoires » dans son émission « Caméra Cachée », le 1er jour du ramadan.

+AL AHDATH AL MAGHRIBIA+:
– Les Pjdistes rassemblent les signatures pour contraindre Karim Ghellab, président de la Chambre des représentants, à présenter sa démission. Des sources parlementaires indiquent que les Pjdistes vont signer la pétition qui interviendra après que le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane aura remis la liste des ministres démissionnaires istiqlaliens à SM le Roi Mohammed VI.

– Hamid Chabat et Driss Lachgar menacent le gouvernement d’une rentrée sociale brûlante. Une source de l’UGTM fait état des contacts établis entre l’UGTM, la FDT et la CDT pour former un « front syndical unifié » dans le but de faire face aux « graves » régressions du gouvernement Benkirane sur le plan social.

– L’atermoiement de Benkirane à propos de la présentation de la liste des ministres démissionnaires istiqlaliens à SM le Roi Mohammed VI mettent les Istiqlaliens hors de leurs gonds. Abdelkader El Kihel, membre du comité exécutif du parti de la balance, estime que Benkirane « aurait dû trancher sur les démissions présentées par les ministres istiqlaliens au lieu de les garder » dans son bureau.

+AL KHABAR+:
– La majorité pose ses conditions pour l’entrée au gouvernement. La coalition gouvernementale actuelle et le secrétariat général du PJD ont posé trois conditions pour une éventuelle entrée dans la nouvelle coalition en vue de poursuivre l’action du gouvernement actuel, à savoir ne pas demander l’amendement du programme gouvernemental ou l’arrêt des réformes entamées par le gouvernement et ne pas porter préjudice à l’image et aux slogans du parti de la lampe. La majorité a en outre chargé le chef du gouvernement à gérer le dossier des consultations politiques.

– L’Union syndicale des fonctionnaires hausse le ton à l’adresse du gouvernement. Lors d’une réunion de son conseil national, tenue récemment à Casablanca, l’Union affiliée à l’UMT a fait part de son rejet du plan gouvernemental imposé par les institutions monétaires internationales, estimant qu’il vise à affecter l’intégration dans la fonction publique.

– Les stations-services en grève jeudi et vendredi. La Fédération nationale des commerçants et des propriétaires des stations-services ont décrété une grève de 48 heures pour faire valoir leurs revendications, et ce suite au refus du Chef du gouvernement de tout dialogue sous prétexte que le dossier est devant la justice. La Fédération a indiqué qu’il continuerait sa mobilisation jusqu’à ce que le gouvernement accepte de s’asseoir autour de la table des négociations.

+LE SOIR ECHOS+:
– Visite du roi d’Espagne sous le signe de l’amitié. Après plusieurs mois de convalescence, le roi d’Espagne, Don juan Carlos de Bourbon, reprend son agenda international au Maroc. « Le roi d’Espagne est au Maroc dans le but de consolider et renforcer l’excellent moment qui traverse nos relations bilatérales », déclare l’ambassadeur espagnol à Rabat, Alberto Navarro.

– Le RNI ne veut pas être le bouc émissaire de la crise. Au lendemain de la réunion à huis clos organisée par l’état-major du PJD, les spéculations vont bon train quant à l’entrée au gouvernement du RNI et ce dans l’intention de surmonter la crise gouvernementale que traverse le pays en raison du retrait du parti de l’Istiqlal du gouvernement. Cependant, au RNI, le discours officiel est bien rodé et chaque dirigeant du parti de la colombe rétorque que « la crise gouvernementale ne concerne ni de près ni de loin le RNI, et que le problème résiderait entre les composantes du gouvernement » .

+AUJOURD’HUI LE MAROC+
– 160.000 nuitées perdues et 70 centimes supplémentaires à chaque panier: Ce que nous coûte le Ramadan. Le chevauchement du Ramadan avec l’été a créé une certaine perturbation au niveau des cours du marché. Une problématque sur laquelle s’est penché le HCP, en élaborant son étude sur « les effets du mois de Ramadan et leurs interactions avec ceux de la saison ». Selon l’étude, le Ramadan viendrait ajouter un supplémentaire de 70 centimes à chaque panier au moment où la saisonnalité baisserait ce prix de 1,30 dirham. L’interaction Ramadan et voyage fera perdre au secteur du tourisme 10 pc au mois de juillet, soit près de 160.00 nuitées, dont 115.000 pour les nationaux.

– Il invoque le principe de la séparation des pouvoirs: L’Istiqlal s’accroche à la présidence de la Chambre des représentants. Karim Ghellab terminera son mandat à la tête de la première Chambre. Son parti, l’Istiqlal, ne cèdera pas face aux demandes de plus en plus nombreuses de son désormais ancien allié le PJD appelant à la démission du président de la Chambre des représentants. C’est en tout cas ce que Abdelkader El kihel, membre du comité exécutif de l’Istiqlal, a confirmé.

– PJD, MP et PPS se sont réunis lundi en urgence: Benkirane mobilise ses alliés avant d’entamer les pourparlers avec le RNI. Après le retrait de l’Istiqlal, c’est en équipe que se préparent les négociations pour replâtre l’Exécutif. Le trio dirigeant les partis restants dans la coalition gouvernementale s’est réuni lundi à Rabat, a indiqué une source sûre. L’objectif de Benkirane, Mohand Laensar et Nabil Benabdellah est de se concerter pour convaincre le RNI de les rallier. Ainsi dans cette mission, Benkirane ne souhaite plus faire cavalier seul. Et pour cause, la tâche ne s’avère pas facile.

+L’ECONOMISTE+:
– Transport de voyageurs: Rabbah ira-t-il jusqu’au bout? Une réforme au forceps. Le ministère de l’Equipement et du transport a transmis un projet de texte amendant la loi 1963 aux professionnels. Ces derniers avaient jusqu’au 10 juillet pour formuler leurs remarques et propositions. Mais la démarche du gouvernement ne fait pas l’unanimité. « Le délai de deux semaines est trop court pour examiner en profondeur un projet de loi qui s’étend sur 13 pages. C’est la raison pour laquelle nous avons demandé un délai supplémentaire », explique Abderrazak Dahbi, secrétaire général de la Fédération nationale des syndicats du transport routier de voyageurs.

– OCP: Investir malgré la crise. Le marché des phosphates vient d’entamer un cycle baissier qui impacte la performance de l’OCP. L’Office a vu ainsi ses exportations réduites de plus de 2 milliards de DH à fin avril. Cette situation est attribuée à l’entrée sur le marché de nouvelles capacités de production notamment saoudiennes. Cette baisse conjoncturelle devra s’estomper d’ici 2015. En attendant, le groupe accélère sa stratégie d’investissement. De grands projets seront opérationnels dans les 3 prochaines années. Le lancement du pipeline est annoncé pour fin 2013.

+AL BAYANE+:
– La visite du roi Juan Carlos 1er a valeur de symbole. Maroc-Espagne: Pour une prospérité partagée. En marge de la visite du roi Juan Carlos 1er d’Espagne au Maroc, du 15 au 17 juillet, la CGEM organise, mardi à Rabat, un forum économique sous le thème: « Maroc-Espagne: un espace de prospérité partagée ». Cette rencontre, qui se déroulera en présence du roi d’Espagne, réunira plusieurs ministres des deux pays et 130 patrons, dirigeants des plus importantes entreprises publiques et privées espagnoles et marocaines. La Confédération précise dans un communiqué que ce forum a pour objectif principal le renforcement du partenariat économique entre les deux pays.

– Consultations entre les partis de la coalition gouvernementale: Une nouvelle majorité en vue. Poursuivant leurs concertations, les dirigeants des trois partis politiques encore membres de la coalition gouvernementale devaient se retrouver, lundi, pour examiner les sorties possibles de la crise, née de la présentation par les ministres istiqlaliens de leur démission du gouvernement. Cette réunion est la deuxième du genre après celle de vendredi dernier entre les secrétaires généraux du PJD, du PPS et du MP. Dès l’entame des concertations de vendredi, les trois dirigeants politiques avaient convenu de la nécessité de mener des démarches communes pour sortir de la crise. Ils avaient retenu comme première option à l’heure actuelle la formation d’une nouvelle majorité, à travers l’ouverture de consultations politiques avec les principaux partis politiques nationaux au sujet des questions de l’heure dans la perspective de lancer des sessions de dialogue avec eux, y compris les partis de l’opposition.

+L’OPINION+:
– Visite au Maroc du roi d’Espagne: Hommes d’affaires marocains et espagnols se donnent la main. Une bouffée d’oxygène sera donnée aux opérateurs marocains et espagnols. Des accords de partenariat seront signés à cet égard entre la CGEM (Confédération générale des entreprises du Maroc) et la CEOE (Confédération espagnole des organisations entrepreneuriales) aujourd’hui à Rabat lors d’une rencontre d’affaires à Rabat qui sera présidée par le roi d’Espagne Juan Carlos 1er en visite officielle au Maroc du 15 au 17 juillet. Cette rencontre d’affaires, organisée par la CGEM, est l’occasion pour les entreprises marocaines et espagnoles de créer des contacts, de tisser des partenariats et d’identifier les opportunités d’affaires, notamment dans les secteurs porteurs et à forte valeur ajoutée (textile, BTP et services, agro-industrie, offshoring, industrie automobile, logistique…). Elle est, selon Juan Rosell, patron du CEOE, « importante, particulièrement pour les petites et moyennes entreprises espagnoles ayant des intérêts au Maroc, mais aussi pour les sociétés marocaines établies en Espagne ».

+LIBERATION+:
– Le Maroc et l’Espagne vers un partenariat gagnant-gagnant. Le roi d’Espagne, Juan Carlos 1er, effectue du lundi au mercredi une visite au Maroc à l’invitation de SM le Roi Mohammed VI. Parmi les principaux objectifs assignés à ce voyage: établir un nouveau partenariat gagnant-gagnant, et ce, en repositionnant les relations entre les opérateurs économiques espagnoles et marocains pour que les échanges commerciaux soient plus équilibrés et que le partenariat économique soit porteur d’investissements et d’emplois.

– Près de 1.034 médecins marocains nouvellement installés en France: l’hémorragie se poursuit dans le secteur de la santé. La France compte aujourd’hui près de 1.034 médecins marocains nouvellement inscrits au 1er janvier 2013 au tableau de l’ordre des médecins, soit 5,8 pc, selon la septième édition de l’Atlas national de la démographie médicale en France, publié le 4 juin dernier par le conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM). Pour Mohamed Dahmani, secrétaire général du conseil national du syndicat national de la santé publique (SNSP), la migration des médecins marocains vers l’occident « est devenue un véritable phénomène ces dernières années ». Faut-il avoir peur de cette hémorragie? « Evidemment que oui », répondent les spécialistes du secteur.

+LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB+:
– Maroc- Espagne: une nouvelle étape dans le processus de renforcement de la relation bilatérale. La visite du roi d’Espagne Juan Carlos 1er au Maroc contribuera à coup sûr au renforcement de bon voisinage basé sur le respect des intérêts des uns et des autres dans le cadre de coopération et la promotion des valeurs communes des sociétés des deux rives de la Méditerranée. Le Maroc et l’Espagne, qui entretiennent des relations basées sur la confiance et l’échange constructif, ont un grand nombre d’intérêts en commun, sur le plan économique et financier. Mais aussi sur le plan de la coopération sécuritaire, la lutte contre la migration illégale, le trafic des stupéfiants, le crime organisé ainsi que le terrorisme.

– Le conseil de la ville de Rabat dans le collimateur des élus. Un climat électrique règne au sein de l’instance présidée par Fathallah Oualalou. Après l’épisode de la pétition signée par 43 élus réclamant le limogeage de certains membres du bureau de gestion du conseil à cause de la grave dégradation constatée au niveau des services publics, le conseil de la ville devrait faire face à la résistance des membres du conseil arrondissement de Hassan. Lors d’une réunion du conseil au titre de la session ordinaire de juin, ces derniers ont fortement appelé à la dissolution du conseil de la ville. L’appel de ces membres est motivé par le désintérêt du conseil de la ville vis-à vis des délibérations, à caractère socioéconomique, approuvées par le conseil d’arrondissement de Hassan. Parmi ces délibérations, il y a la mise en place d’une vision pour reconsidérer l’ancienne médina, notamment les volets portant sur les habitations menaçant ruine, la rénovation des mosquées et des zawiyas se situant dans l’enceinte de la médina, ainsi que la problématique afférente aux cimetières et aux toilettes publiques. Ajoutant à cela, la construction d’un centre commercial à la porte de Chellah et l’équipement des services publics rattachés à l’arrondissement de Hassan.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *