Revue de presse marocaine du 16/04/2015

0 commentaires, 16/04/2015, Par , Dans Revue de Presse

Voici les principaux titres des Revue de presse marocaine développés par les quotidiens paraissant jeudi 16 avril 2015:

Le Matin.:

– Réduction des dépenses de compensation. A fin février, le gouvernement a déjà économisé 4,8 milliards de dirhams sur les charges de compensation. Ainsi, en deux mois uniquement, il a atteint près de 50 pc de son objectif de réduction des dépenses de subvention de la Caisse de compensation en 2015. Le gouvernement prévoit en effet que ces dépenses diminueront de 10 milliards de dirhams passant à 23 milliards, contre 33 milliards en 2014. Et déjà à fin février de l’année en cours, ces dépenses ont baissé à 2,358 milliards de dirhams contre 7,163 milliards un an plus tôt, soit une chute remarquable de 67,1 pc.

– L’indemnité pour perte d’emploi sera enfin mise en œuvre dans les jours qui viennent. C’est en tout cas ce qu’affirme une source autorisée au ministère de l’Emploi et des affaires sociales. Quelque 2.275 dossiers ont été traités sur un total de 4.000. Le ministère de l’Economie et des finances vient de débloquer une première partie du fonds d’amorçage de l’ordre de 250 millions de dirhams.

Aujourd’hui le Maroc.:

– Selon une étude du ministère de la Santé, 100 pc des malades du marabout Bouya Omar, situé dans province de Kalaat Sraghnna, souffrent effectivement de troubles mentaux tandis que 70 pc d’entre eux ne sont pas traités pour cela. 23 pc sont dans un mauvais état de santé et 19 pc portent des signes de maltraitance physique. Les drogues sont monnaie courante à Bouya Omar. 54 pc des personnes internées consomment du cannabis, 42 pc de l’alcool, 16 pc des psychotropes, 5 pc de la cocaïne et 4 pc de l’héroïne. Alors que ce marabout est visité par plus de 30.000 personnes chaque année, l’offre médicale en psychiatrie demeure très faible: il n’y a pas plus de 0,83 psychiatres pour 100.000 Marocains.

– Accident de Tan Tan: Les ministres s’expliquent. Quelques jours après l’accident dramatique ayant coûté la vie à 34 personnes, les ministres de tutelle sont venus au Parlement pour donner les premières explications. Le ministre délégué chargé du Transport, Mohamed Najib Boulif, indique que la collision entre l’autocar et le camion qui venait en sens inverse n’était pas une « collision normale », expliquant que l’autocar était dans un état technique « optimal ». Aziz Rabbah, ministre de l’Equipement, du transport et de la logistique, a de son côté démenti les informations sur la dégradation de l’état de la route ou le danger que constitue ce tronçon, arguant que le seul accident meurtrier ayant eu lieu sur cette route remonte à cinq années.

L’Opinion.:

– Très attendue par les opérateurs du secteur: L’assurance Takaful arrive. Dans le cadre du processus de la révision de la réglementation régissant le métier de l’assurance au Maroc en vue de l’adapter aux normes internationales dans ce domaine et de permettre au secteur des assurances d’accompagner le développement économique et social du pays, le ministère de l’Economie et des Finances a préparé un projet de loi modifiant et complétant la loi no 17-99 portant code des assurances. Ce projet de loi instaure le cadre légal de l’assurance Takaful, très attendue par les assureurs marocains pour enrichir la gamme de produits, répondre à des besoins pour lesquels il n’existait pas de produit similaire et accompagner le développement du secteur de l’économie. Il importe de signaler que ce type d’assurance constitue actuellement un élément important de la sphère financière islamique dans plusieurs pays musulmans et même dans des pays non musulmans qui ont escompté un grand potentiel pour ce type d’assurance.

– Hamid Chabat au Forum de la MAP : « La situation actuelle augure de véritables tensions sociales ». Le secrétaire général du parti de l’Istiqlal, Hamid Chabat, qui était mardi l’invité du Forum de la MAP, a indiqué que la situation actuelle augure de réelles tensions sociales en raison, entre autres, de l’absence de dialogue avec les centrales syndicales et de concertation avec l’opposition et même au sein du gouvernement, au point que l’on ne peut plus parler de partenariat ou de participation, mais seulement de mélanges absurdes nécessitant des élections anticipées, ce que d’ailleurs l’Istiqlal n’a cessé de réclamer depuis une année et demie.

Libération.:

– ?Motions et pétitions font peur au gouvernement: Les associatifs dénoncent les tentatives cherchant à priver les citoyens de prendre part à l’élaboration des politiques publiques. Le Secrétariat général du gouvernement vient de publier deux projets de loi organiques relatifs au droit de présenter des motions en matière législative et à celui de présenter des pétitions aux pouvoirs publics. Les deux projets posent plusieurs obstacles pour la mise en œuvre de ces deux droits et leur effectivité. Concernant le droit de présenter des motions en matière législative, le projet de loi exige que la motion soit signée par 25.000 citoyens jouissant de leurs droits civiques et politiques, inscrits dans les listes électorales et prouvant qu’ils sont dans une situation fiscale correcte. Selon Abouchi El Houssain, professeur de droit constitutionnel et de sciences politiques à l’Université Cadi Ayad de Marrakech, ce projet de loi est restrictif quand il parle seulement des électeurs qui peuvent présenter et signer les motions, alors que la Constitution de 2011 parle plutôt des citoyens. « Il s’agit d’un droit que tout citoyen, même s’il n’est pas inscrit dans les listes électorales, peut exercer », a affirmé l’universitaire dans une déclaration à « Libération ».

– Le PSOE conteste devant le Tribunal constitutionnel la loi d’expulsion des migrants vers le Maroc. Le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) va saisir le Tribunal constitutionnel pour contester la constitutionnalité de la réforme par le gouvernement de la loi des étrangers et qui permettra aux services de sécurité espagnols de recourir au refoulement des migrants en situation irrégulière au Maroc sans les avoir préalablement identifiés.

– ?Hamid Chabat : « L’opposition a pleinement le droit de critiquer l’action du gouvernement ». Le secrétaire général du parti de l’Istiqlal (PI), Hamid Chabat, a défendu le droit de l’opposition de critiquer l’action du gouvernement et d’épingler ses lacunes et ses erreurs. Chabat, qui était mardi l’invité du Forum de la MAP, a ajouté que le rôle de l’opposition est de mettre au jour toutes les erreurs et lacunes du gouvernement et de ses ministres, étant des personnalités publiques, pointant du doigt notamment la gestion gouvernementale des dossiers de la réforme des retraites, du dialogue social, de l’enseignement et de l’emploi aux côtés d’autres questions sociales.

L’Economiste.:

– Remboursement de TVA: Le compte à rebours enclenché. Le décret tant attendu par les chefs d’entreprise sur le remboursement du crédit de TVA cumulé a enfin été rendu public. Il clarifie les conditions et les seuils éligibles. Ainsi, les entreprises qui détiennent un crédit de TVA variant entre 20 millions et 500 millions de dirhams pourront être remboursées à raison du tiers chaque année entre 2015 et 2017. Selon une déclaration de Mohamed Boussaid, ministre des Finances, ce sont 7 milliards de dirhams qui devraient aller dans les caisses des entreprises sur trois ans.

– Assurance: De nouveaux gisements pour le secteur. Voilà une activité qui affiche des taux de croissance supérieurs de plusieurs points à ceux du PIB et qui s’apprête à opérer un tournant important. Le secteur des assurances a terminé l’année 2014 avec un chiffre d’affaires de 28,4 milliards de dirhams et un taux de croissance de 6,3 pc. La refonte de certaines dispositions du code des assurances lui permettra non seulement de s’aligner sur les pratiques internationales, mais aussi de garantir de nouveaux gisements de croissance tout en renforçant le contrôle et en relevant la barre en matière d’exigences de solvabilité.

Al Bayane.:

– Dernier rapport du SG de l’ONU: Tentatives suicidaires du « polisario ». La Minurso ne verra pas son mandat élargi aux droits de l’Homme au Sahara sur lesquels le Maroc veille scrupuleusement. Les populations de Tindouf doivent être recensées pour lever définitivement le voile sur un mensonge qui n’en finit pas de gonfler le nombre de prétendus réfugiés sahraouis. Et last but not least, l’Union africaine, coupable par le passé de partialité, ne sera jamais plus impliquée dans le règlement du dossier du Sahara, dossier qui restera du seul ressort de l’ONU. Voici en gros les trois puissants coups que le dernier rapport de Ban Ki-moon sur le Sahara a assénés au polisario et à leur protecteur.

– Seddiki à l’espace du PPS pour les cadres de Rabat. Le recul du chômage est tributaire certes du taux de croissance économique dans le pays mais surtout de la promotion des secteurs dits « classiques » grands créateurs de postes d’emploi, a affirmé, mardi soir à Rabat, le ministre de l’Emploi et des affaires sociales Abdeslam Seddiki, également membre du Bureau politique du Parti du progrès et du socialisme (PPS). Le ministre, qui était l’invité de « Espace PPS pour les cadres de Rabat », a indiqué que le projet de stratégie nationale remis au chef du gouvernement comporte nombre de dispositions visant l’orientation de l’investissement vers les secteurs très demandeurs d’emplois.

Akhbar Al Yaoum Al Maghribia.:

– Louardi dévoile des atrocités choquantes commises à « Bouya Omar » et s’apprête à le fermer. Le ministre de la Santé, El Houssaine Louardi, a présenté, mercredi à Kelaât des Sraghna, les résultats d’une enquête sur les conditions d’hébergement des personnes atteintes de maladies mentales et psychiatriques au marabout Bouya Omar (province de Kelaât des Sraghna) et le traitement qui leur est réservé. Selon cette étude, Bouya Omar est devenu un « moteur » de l’économie locale étant donné que les pensionnaires paient annuellement près de 8 millions de dirhams à titre de frais d’hébergement, soit une moyenne mensuelle de 786 DH. L’enquête révèle également que quatre pensionnaires sont logés dans une seule chambre, 70 pc ne reçoivent aucun traitement durant leur séjour, 24 pc ne reçoivent aucune visite familiale et 23 pc sont dans un état sanitaire critique.

– La participation du Maroc à l’Exposition universelle de Milan est l’occasion de mettre en exergue son savoir-faire inégalé, son précieux héritage et son engagement envers sa population et la population du monde, a indiqué, mardi à Casablanca, le ministre de l’Agriculture et de la pêche maritime Aziz Akhannouch. Elle traduit également l’engagement du Royaume à contribuer à la résolution de la problématique de la sécurité alimentaire, a ajouté le ministre qui s’exprimait lors d’une conférence de presse pour la présentation du pavillon du Maroc à l’Expo de Milan 2015, prévue du 1er mai au 31 octobre prochains.

Al Alam.:

– L’UGTM, la FDT et l’ODT organisent des marches régionales dimanche prochain et brandissent la menace d’une grève générale. Les secrétaires généraux de l’UGTM et de la FDT, Mohamed Kafi Cherrat et Abdelhamid Fatihi, et la première secrétaire adjointe de l’ODT, Fatna Afid, ont affirmé, lors d’une réunion tenue mercredi à Rabat, que l’alliance des trois centrales syndicales est stratégique, pas circonstancielle, et qu’elle a été dictée par l’intérêt suprême de la patrie et de la classe ouvrière pénalisée par le gouvernement. Les responsables syndicaux ont souligné qu’ils sont en train de coordonner leur action pour réussir les marches ouvrières prévues dimanche prochain à Fès, Tétouan, Kénitra et Casablanca.

Al Massae.:

– Le ministre de la Santé annonce une loi instituant un service obligatoire de deux ans pour les médecins dans les zones éloignées. Pour faire face au manque de cadres médicaux, le ministère de la Santé est en train de finaliser une loi relative au service médical national obligatoire. Lors de la séance consacrée mardi aux questions orales à la Chambre des conseillers, le ministre de la Santé, El Houssaine Louardi, a indiqué que le gouvernement s’active pour parer au problème de disparités entre les zones urbaines et rurales en matière de répartition des cadres médicaux.

– 1.318 cas de méningite ont été recensés au Maroc en 2014, a fait savoir le ministre de la Santé El Houssaine Louardi. Intervenant lors de la séance des questions orales à la Chambre des conseillers, le ministre a affirmé que cette maladie n’a pas atteint le stade d’épidémie, puisque sa prévalence reste proche de celle enregistrée dans les autres pays du monde.

Al Haraka.:

– L’Institut marocain de normalisation (IMANOR), qui gère le Label Halal Maroc, s’est vu décerner officiellement l’attestation de sa reconnaissance en tant que certificateur Halal notifié pour les produits alimentaires et cosmétiques par l’autorité Halal Malaisienne, chargée des Affaires islamiques (JAKIM), lors de la 6ème Convention des certificateurs Halal qui s’est tenue les 30 et 31 mars dernier à Putrajaya en Malaisie. L’Institut, dans l’objectif d’assurer une large reconnaissance internationale de ce label, s’est engagé dans un processus d’évaluation par le JAKIM de ses référentiels, de ses compétences et de ses pratiques de certification, qui a abouti en janvier dernier à la reconnaissance du Label Halal Maroc, indique un communiqué de l’IMANOR.

Al Ittihad Al Ichtiraki.:

– Malgré un recul de 2,3 pc de ses revenus ordinaires, le gouvernement a pu baisser son déficit budgétaire de 30,4 pc pendant les deux premiers mois de 2015, en poursuivant sa politique d’austérité et en réglant ses difficultés aux dépens du pouvoir d’achat des citoyens. Une note de conjoncture du ministère de l’Economie et des finances relève une baisse de 14,8 pc des dépenses ordinaires du gouvernement, due essentiellement à la décompensation des produits de base et des carburants.

Al Assima Post.:

– Le nombre des Marocains adeptes du « shopping en ligne » va crescendo. Une trentaine de sites qui se présentent comme des « marchés électroniques » proposent des services d’achat en ligne aux Marocains. Face à l’essor de ce marché, la Fédération nationale du E-commerce au Maroc (FNEM) a lancé une alerte contre des produits contrefaits vendus en ligne, qui portent les noms de grandes marques et qui représentent un danger pour la santé des consommateurs.

Attajdid.:

– Le ministre délégué chargé des Affaires générales et de la gouvernance, Mohamed El Ouafa, a annoncé que le gouvernement est en train d’examiner des scénarios possibles de réforme de la subvention de la farine, affirmant que la farine subventionnée ne profite pas aux catégories de citoyens ciblées. Le ministre, qui s’exprimait mardi lors de la séance des questions orales à la Chambre des représentants, a rappelé qu’une étude réalisée par son département avait révélé que le sac de farine, dont le prix est fixé à 100 DH, est vendu aux citoyens à un prix oscillant entre 120 et 150 DH. Pour corriger ces dysfonctionnements, le ministère s’attèle actuellement à la révision des méthodes de subvention de cette denrée, a-t-il ajouté.

Al Ahdath Al Maghribia.:

– Trains TGV marocains: Début en France de la phase finale des essais techniques. Selon des sources bien informées, il s’agit au total de 14 rames, dont deux de type duplex (deux étages). La société française Alstom, adjudicataire de ce projet, vient effectué les premiers essais techniques en France. Une vidéo publiée sur « Youtube » montre le déroulement de l’opération d’expérimentation de la première rame du TGV marocain, dans la ville de la Rochelle.

Rissalat Al Oumma.:

– « Les membres du Conseil de sécurité ont condamné dans les termes les plus forts les attaques contre les ambassades de Corée du Sud et du Maroc à Tripoli », souligne une déclaration à la presse des Quinze publiée mardi. « Les membres du Conseil condamnent tous les actes de violence contre les locaux diplomatiques, qui mettent en danger les vies innocentes et entravent sérieusement le travail normal des officiels et des représentations diplomatiques », selon la même source.

Bayane Al Yaoum.:

– Le ministère de la Santé a annoncé une feuille de route pour mettre à niveau le marabout Bouya Omar, considéré comme une clinique psychiatrique populaire n’obéissant à aucune réglementation ou contrôle bien qu’elle accueille 692 hommes et 19 femmes, dont la plupart sont atteints de troubles psychiques ou sont dépendants à la drogue. Le ministère recommande la construction et la mise en service d’un centre médico-social autonome dans les deux ans qui viennent, l’organisation et la mise à niveau des services d’accueil des familles des malades et le développement de l’offre de soins en matière de santé mentale.

Assahra Al Maghribia.:

– Le ministre délégué chargé du Transport, Mohamed Najib Boulif, a indiqué que l’accident qui a eu lieu à Chbika dans la province de Tan Tan « est plus qu’un accident normal ». Boulif a affirmé, mardi au cours de la séance des questions orales à la Chambre des représentants, que l’enquête est de nature à déterminer les causes de cet accident qui a coûté la vie à 34 personnes, soulignant que ce drame est « lié à quelque chose que l’enquête révèlera, car la mort de ce grand nombre de personnes ne serait pas due à une collision ordinaire ». Le ministre a également indiqué que la route sur laquelle a eu lieu l’accident « est en bon état et ne peut être considérée comme l’une des causes à l’origine de ce drame ».

Al Mounaataf.:

– Communiqué du secrétariat général du Front des forces démocratiques (FFD): Appel à poursuivre la mobilisation collective pour faire avorter les manœuvres des ennemis de l’intégrité territoriale du Royaume et déjouer leurs intrigues en se renforçant sur le plan interne, faire avancer le processus du développement global et consolider l’Etat de droit, de la loi et des institutions dans les différentes régions du Royaume.

Assabah.:

– Le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, a affirmé dans une déclaration au journal que les informations relayées sur un large remaniement ministériel éventuel ne sont pas exactes, préférant ne pas fournir plus d’éclaircissements.

– Le ministre de l’Economie et des finances, Mohamed Boussaid, a affirmé que la France est le premier partenaire économique du Maroc et que la relation économique entre les deux pays « ne date pas d’aujourd’hui ». Il a en outre souligné que la France est le premier investisseur au Maroc et la première destination des exportations marocaines. Le volume des échanges commerciaux entre les deux pays a atteint 92 milliards de dirhams en 2013.

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *